//img.uscri.be/pth/2b7378c5f20678e5fa6071f695f24a98051739cb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Jacques

2 pages
Jacques
Quelle origine ? — Jacques est une forme populaire du nom biblique Jacob. Ce nom a
été porté par plusieurs rois d’Angleterre, d’Écosse et d’Aragon.
Quelle popularité ? — Comptant parmi les dix prénoms masculins les plus fréquents
depuis le XVIe siècle, Jacques s’envole brusquement dans les années 1920 pour dépasser
les 15 000 attributions en 1946 ! Il reste aujourd’hui attribué à plus d’une centaine de
petits garçons par an.
Quels saints ? — Dans l’Ancien Testament, Jacques est le frère d’Esaü et lui rachète
son droit d’aînesse contre un plat de lentilles. Dans le Nouveau Testament, Jacques est le
frère de Jean l’Évangéliste et l’un des témoins de la Crucifixion. Il partira prêcher en Syrie
et sera décapité à Jérusalem vers 44. Une tradition affirme que son corps aurait été
rapporté en Espagne et enterré à Saint-Jacques-de-Compostelle. Le sanctuaire construit
à l’emplacement de sa tombe attirera des pèlerins de toute l’Europe. Un autre apôtre, dit
Jacques le Mineur pour le distinguer du précédent, serait un cousin de Jésus et aurait été
le premier évêque de Jérusalem. Bien d’autres saints ont porté ce nom, comme Jacques
le Palestinien, ermite qui commit un crime puis s’adonna à la pénitence en comprenant,
grâce à un moine, que la miséricorde de Dieu est plus grande que les péchés des
hommes ; Jacques-Léonor, religieux mort martyr sous la Terreur en 1792 ; ou le médecin
Jacques-Désiré Laval (1803-1864), qui partit à l’île Maurice évangéliser, soigner et
éduquer ...
Voir plus Voir moins
J
acques
Quelle origine ? —
Jacques est une forme populaire du nom biblique Jacob. Ce nom a
été porté par plusieurs rois d’Angleterre, d’Écosse et d’Aragon.
Quelle popularité ? —
Comptant parmi les dix prénoms masculins les plus fréquents
depuis le XVIe siècle, Jacques s’envole brusquement dans les années 1920 pour dépasser
les 15 000 attributions en 1946 ! Il reste aujourd’hui attribué à plus d’une centaine de
petits garçons par an.
Quels saints ? —
Dans l’Ancien Testament, Jacques est le frère d’Esaü et lui rachète
son droit d’aînesse contre un plat de lentilles. Dans le Nouveau Testament, Jacques est le
frère de Jean l’Évangéliste et l’un des témoins de la Crucifixion. Il partira prêcher en Syrie
et sera décapité à Jérusalem vers 44. Une tradition affirme que son corps aurait été
rapporté en Espagne et enterré à Saint-Jacques-de-Compostelle. Le sanctuaire construit
à l’emplacement de sa tombe attirera des pèlerins de toute l’Europe. Un autre apôtre, dit
Jacques le Mineur pour le distinguer du précédent, serait un cousin de Jésus et aurait été
le premier évêque de Jérusalem. Bien d’autres saints ont porté ce nom, comme Jacques
le Palestinien, ermite qui commit un crime puis s’adonna à la pénitence en comprenant,
grâce à un moine, que la miséricorde de Dieu est plus grande que les péchés des
hommes ; Jacques-Léonor, religieux mort martyr sous la Terreur en 1792 ; ou le médecin
Jacques-Désiré Laval (1803-1864), qui partit à l’île Maurice évangéliser, soigner et
éduquer les noirs qui y étaient traités quasiment comme des esclaves. Signalons que le
dominicain et archevêque de Gênes Jacques de Voragine (1228-1298) rédigea un recueil
de vies de saints intitulé La Légende dorée, mêlant faits historiques, légendes et
merveilleux, qui devint le plus célèbre ouvrage hagiographique du Moyen Age. Jacques le
Majeur est le saint patron des pèlerins (Compostelle oblige !), des chevaliers, des
laboureurs et des fourreurs, ainsi que de l’Espagne, du Guatemala et du Nicaragua. Saint
Jacques le Mineur est quant à lui le patron des meuniers.
Son jour...
Jacques le Majeur se fête le 25 juillet, Jacques le Mineur le 3 mai, mais on
peut aussi fêter ce prénom le 28 novembre, le 28 janvier, le 9 et le 2 septembre.
En littérature —
Hostile à toutes les formes d’oppression, capable d’ironie et de violence
mais aussi de grâce et de tendresse, la poésie de Jacques Prévert (1900-1977) célèbre la
liberté, la justice et le bonheur. Jacques le fataliste est le nom du valet bavard et
philosophe que décrit Diderot dans le roman du même nom. Un poète d’Embrun du
XVIIe siècle se nommait Jacques Jacques. Il aimait à dire qu’il n’avait «rien de double... si
ce n’est son nom». Le romancier Cécil Saint-Laurent, prix Goncourt 1971, se nomme en
réalité Jacques Laurent-Cély.
En bandes dessinées —
Bédéphile précoce, Jacques Glénat s’est lancé dans l’aventure
de la bande dessinée en 1969, à dix-sept ans. Il est devenu aujourd’hui l’un des quatre
plus grands éditeurs du secteur. Depuis sa création, la maison d’édition Glénat a publié
plus de 3 500 albums et plus de 600 livres.
Au cinéma —
Jacques Villeret (1951-2005) était l’extraordinaire con du Dîner de cons. Il
était aussi le paumé sublime des Enfants du marais. Deux films qui comptent parmi les
plus grands succès de la fin du XXe siècle. Le réalisateur Jacques Tati (1907-1982) a reçu
le grand prix du cinéma français pour son film Jour de fête, le prix Louis-Delluc pour Les
vacances de monsieur Hulot et un césar du cinéma en 1977 pour l’ensemble de son
œuvre. Côté TV, Jacques Martin (1933-2007) était un présentateur populaire, producteur
de nombreuses émissions comme Le petit rapporteur ou L’école des fans.
En sport —
Dites Anquetil, on vous répond Jacques. Le champion cycliste Jacques
Anquetil (1932-1987) gagna cinq fois le tour de France et reste l’un des sportifs les plus
connus. Quant au plongeur Jacques Mayol, record du monde de plongée en apnée, il
inspira Luc Besson pour son film Le grand bleu.