//img.uscri.be/pth/86af34af0d19621bcc50c1446016fedf4b59a63e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Jeanne

2 pages
Jeanne
Quelle origine ? — Aussi vieux que la France, ce joli prénom, dont la forme ancienne
est Jehanne, reste le féminin le plus classique du prénom Jean, de l’hébreu Jehohanan
qui veut dire «Dieu accorde, Dieu a fait grâce». Quantités de reines (de France,
d’Angleterre, de Navarre, de Castille...) l’ont porté, dont Jeanne d’Albret, reine de
Navarre et mère de Henri IV.
Quelle popularité ? — Présent depuis le Moyen Age, ce prénom reste parmi les dix
prénoms féminins les plus donnés jusqu’aux années 1920. Pendant tout le XIXe siècle et
jusqu’en 1921, 10 000 à 15 000 petites filles par an sont nommées Jeanne. Sa popularité
s’effrite ensuite, avec un creux de vague dans les années 1960-1980 (200 à 400
attributions par an). Le prénom revient à la mode actuellement et dépasse déjà les 2 000
naissances par an.
Quelles saintes ? — On connaît tous l’histoire de la bergère de Domrémy, Jeanne d’Arc
(1412-1431), qui entend à treize ans des voix lui demandant de se mettre au service du
pauvre roi Charles VII et de chasser les Anglais de France. Assurée que ces voix sont
celles de saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite, elle réussit à rejoindre
Charles VII à Chinon.À la tête de son armée, elle délivre Orléans mais est capturée près
de Compiègne. Accusée de sorcellerie par les Anglais au terme d’un procès inique, elle
est brûlée vive à Rouen le 30 mai 1431. Constatant sa foi vibrante sur le bûcher, un
soldat anglais aurait dit : «Nous sommes perdus, nous avons brûlé une ...
Voir plus Voir moins