//img.uscri.be/pth/049514c310dbd8af0256e85a946d24e8d93f0ce7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Jérôme

2 pages
Jérôme
Quelle origine ? — Jérôme vient d’un ancien nom grec, Hieronymus, signifiant «celui
dont le nom est sacré».
Quelle popularité ? — Donné de façon régulière à une centaine de bébés par an du
XIXe siècle aux années 1950, le prénom commence à séduire dans les années 1960 et
atteint des sommets : plus de 12 500 naissances par an de 1972 à 1975. Il a aujourd’hui
retrouvé ses scores d’autrefois.
Quel saint ? — Né en Dalmatie (Croatie actuelle), Jérôme (341-420) étudia à Rome puis
partit prier dans le désert de Syrie. En 378, il fut ordonné prêtre contre son gré. Il ne
célébra jamais la messe mais entreprit un vaste travail d’analyse et de traduction de la
Bible. Vingt-deux années de travail font de lui l’auteur d’une nouvelle version plus fidèle
au sens originel, appelée Vulgate. Il termina sa vie à Bethléem où il fonda plusieurs
monastères. On le fête le 30 septembre. Un autre saint, Jérôme-Émilien (1481-1537), fêté
le 8 février, était un officier vénitien qui se convertit en captivité. Libéré, il se fit prêtre et
se dévoua aux malades, aux orphelins et aux filles perdues. C’est à lui qu’on doit
l’enseignement du catéchisme par un système de questions-réponses. Il mourut de la
peste en soignant les pestiférés. Quant au missionnaire Jérôme d’Angelis (1567-1623), il
embarqua pour le Japon en 1602. Malgré l’expulsion des jésuites prononcée par
l’empereur, il décida de rester. Premier occidental à pénétrer dans certaines villes, il
convertit des milliers d’habitants. ...
Voir plus Voir moins
J
érôme
Quelle origine ? —
Jérôme vient d’un ancien nom grec, Hieronymus, signifiant «celui
dont le nom est sacré».
Quelle popularité ? —
Donné de façon régulière à une centaine de bébés par an du
XIXe siècle aux années 1950, le prénom commence à séduire dans les années 1960 et
atteint des sommets : plus de 12 500 naissances par an de 1972 à 1975. Il a aujourd’hui
retrouvé ses scores d’autrefois.
Quel saint ? —
Né en Dalmatie (Croatie actuelle), Jérôme (341-420) étudia à Rome puis
partit prier dans le désert de Syrie. En 378, il fut ordonné prêtre contre son gré. Il ne
célébra jamais la messe mais entreprit un vaste travail d’analyse et de traduction de la
Bible. Vingt-deux années de travail font de lui l’auteur d’une nouvelle version plus fidèle
au sens originel, appelée Vulgate. Il termina sa vie à Bethléem où il fonda plusieurs
monastères. On le fête le 30 septembre. Un autre saint, Jérôme-Émilien (1481-1537), fêté
le 8 février, était un officier vénitien qui se convertit en captivité. Libéré, il se fit prêtre et
se dévoua aux malades, aux orphelins et aux filles perdues. C’est à lui qu’on doit
l’enseignement du catéchisme par un système de questions-réponses. Il mourut de la
peste en soignant les pestiférés. Quant au missionnaire Jérôme d’Angelis (1567-1623), il
embarqua pour le Japon en 1602. Malgré l’expulsion des jésuites prononcée par
l’empereur, il décida de rester. Premier occidental à pénétrer dans certaines villes, il
convertit des milliers d’habitants. Démasqué, arrêté, il fut brûlé vif avec quatre-vingt dix
Japonais convertis.
Son jour...
Jérôme se fête le 8 février, le 30 septembre ou le 4 décembre.
Dans l’art —
Jérôme Bosch (1450-1516) nous a légué une trentaine d’œuvres dont Les
sept péchés capitaux, La nef des fous, Le jardin des délices ou Le jugement dernier. Son
œuvre, abondante en symboles ésotériques, donna lieu à de multiples interprétations qui
font parfois oublier que Bosch est d’abord un peintre talentueux. Peintre flamand établi à
Paris, Jérôme Franck (1540-1610) pratiquait une peinture de style italien. Son fils Jérôme
Franck signa, en 1638, une Assomption pour la cathédrale d’Amiens.
En littérature —
Les frères Jérôme (1874-1953) et Jean (1877-1952) Tharaud écrivirent
à quatre mains une soixantaine de romans et furent élus à l’Acadé-mie française. Jérome
Lindon, figure emblématique des Éditions de Minuit, a, en cinquante ans, obtenu deux
Nobel (Samuel Beckett en 1969 et Claude Simon en 1885) et trois Goncourt (Marguerite
Duras en 1984 pour L’Amant, Jean Rouaud en 1990 pour Les Champs d’honneur et Jean
Echenoz en 1999 pour Je m’en vais). Entré en 1976 aux Nouvelles littéraires, Jérôme
Garcin, né en 1956, produit les émissions littéraires de FR3 et participe au Masque et la
plume. Chroniqueur à La Provence, directeur de la rédaction de L’Evénement du Jeudi,
rédacteur en chef à L’Express, puis directeur du service culturel du Nouvel Observateur, il
est l’auteur d’essais, de romans et de livres d’entretiens. Jérôme Lorenzi est l’auteur
d’œuvres de fiction comme Du sang dans les voiles en 1998.
Sur scène —
Auteur, acteur, metteur en scène, directeur du Théâtre national de
Chaillot, Molière du meilleur spectacle musical 1987 (Cabaret), Jérôme Savary, né en
1942, a conçu le spectacle comme une fête. C’est en 1965 qu’il créa la Compagnie
Jérôme Savary qui prit le nom de Grand Magic Circus.
En chanson —
Vous souvenez-vous de Jérôme, c’est moi, de C. Jérôme : « Oui, Jérôme
c’est moi, non je n’ai pas changé... Mon fils s’appelle Jérôme... »
Dans
l’histoire
Jérôme Bonaparte (1784-1860) devint roi de Westphalie sous
l’Empire, puis gouverneur des Invalides, maréchal de France et président du Sénat. On
appelle aussi prince Jérôme un autre membre de la famille Bonaparte (1822-1891) qui ne
portait pourtant pas ce prénom et fut ministre des Colonies en 1858. Le médecin et
généticien Jérôme Lejeune, né en 1926, membre de l’Institut, a étudié les anomalies
chromosomiques et soutenu une théorie chromosomique de la genèse du cancer. C’est
lui qui a