//img.uscri.be/pth/320e2ce3cbb3ca2ccb7e745a32b0bb3180752e2c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Léon

2 pages
Léon
Quelle origine ? — Léon vient lui aussi du prénom latin Leo, qui veut dire «lion» et qui
a été très populaire parmi les premiers chrétiens. Il a été porté par de nombreux papes,
dont six canonisés, et plusieurs empereurs byzantins.
Quelle popularité ? — Presque inexistant en 1800, le prénom Léon croît tout au long
du XIXe siècle et de la première décennie du XXe pour atteindre les 3 600 naissances par
an. Puis c’est la chute. Le prénom est presque oublié des années 1960 aux années 1980.
Il repart à la fin des années 1990, sans doute grâce à la mode croissante des Léo et frôle
les 400 attributions annuelles.
Quels saints ? — Léon a été porté par par saint Léon Mangin, jésuite mort martyr en
Chine en 1900, et par de nombreux papes, dont six canonisés. Le plus connu est Léon le
Grand. Pape de 440 à sa mort en 461, il lutta contre les hérésies et empêcha Attila de
piller Rome.
Son jour... Léon se fête, selon le saint, le 19 avril, le 12 ou le 19 juin, le 3 juillet, le 17
juillet ou le 10 novembre.
En politique — Léon Daudet (1867-1942) fonda avec Maurras l’Action française et fit de
leur journal une tribune politique fustigeant le pouvoir. Proche collaborateur de Jean
Jaurès à L’Humanité, Léon Blum (1872-1950) fit partie en 1914 du gouvernement d’Union
sacrée. Député en 1919, à la tête de la SFIO, il dirigea le premier gouvernement de Front
populaire (1936-1937). Il fut déporté à Buchenwald en raison de ses origines juives.
Libéré, chef du gouvernement de décembre 1946 ...
Voir plus Voir moins
L
éon
Quelle origine ? —
Léon vient lui aussi du prénom latin Leo, qui veut dire «lion» et qui
a été très populaire parmi les premiers chrétiens. Il a été porté par de nombreux papes,
dont six canonisés, et plusieurs empereurs byzantins.
Quelle popularité ? —
Presque inexistant en 1800, le prénom Léon croît tout au long
du XIXe siècle et de la première décennie du XXe pour atteindre les 3 600 naissances par
an. Puis c’est la chute. Le prénom est presque oublié des années 1960 aux années 1980.
Il repart à la fin des années 1990, sans doute grâce à la mode croissante des Léo et frôle
les 400 attributions annuelles.
Quels saints ? —
Léon a été porté par par saint Léon Mangin, jésuite mort martyr en
Chine en 1900, et par de nombreux papes, dont six canonisés. Le plus connu est Léon le
Grand. Pape de 440 à sa mort en 461, il lutta contre les hérésies et empêcha Attila de
piller Rome.
Son jour...
Léon se fête, selon le saint, le 19 avril, le 12 ou le 19 juin, le 3 juillet, le 17
juillet ou le 10 novembre.
En politique —
Léon Daudet (1867-1942) fonda avec Maurras l’Action française et fit de
leur journal une tribune politique fustigeant le pouvoir. Proche collaborateur de Jean
Jaurès à L’Humanité, Léon Blum (1872-1950) fit partie en 1914 du gouvernement d’Union
sacrée. Député en 1919, à la tête de la SFIO, il dirigea le premier gouvernement de Front
populaire (1936-1937). Il fut déporté à Buchenwald en raison de ses origines juives.
Libéré, chef du gouvernement de décembre 1946 à janvier 1947, il mit en place les
institutions de la IVe République. L’agitateur Léon Trotski (1879-1940), fondateur en 1908
du journal Pravda, rejoignit les bolcheviks en 1917 et devint commissaire du peuple. Il
organisa l’Armée rouge (1918-1920) puis les armées du Travail et préconisa la poursuite
d’un communisme de guerre. Exclu du parti en 1927 pour son opposition à Staline, il
trouva refuge au Mexique et y fut assassiné en 1940 par un agent de Staline.
En littérature —
Orphelin d’une famille de vieille noblesse russe, Léon Tolstoï (1828-
1910) mena une vie légère jusqu’à la publication en 1852 de son premier livre, Enfance,
qui connut un succès immédiat. Il poursuivit par d’autres titres autobiographiques puis
voyagea en Europe avant de revenir en Russie. Il y écrivit son fameux Guerre et paix,
évoquant les campagnes de Napoléon, puis Anna Karénine, deux romans qui le
consacrèrent comme l’un des plus grands conteurs et auteurs dramatiques russes. Muriel
Barbery y fait un clin d’œil littéraire dans son roman L’élégance du hérisson.
Au cinéma —
Léon Gaumont (1864-1946) transforma l’hippodrome de la place de Clichy
en une salle de cinéma de 3400 places, le Gaumont Palace, dont la façade est ornée d’un
G entouré d’une marguerite (le prénom de son épouse), un logo qui est celui de sa
société de production de films depuis 1903. Il installa en 1906 aux Buttes-Chaumont les
premiers studios français de cinéma, y produisit un grand nombre de films et contribua à
la diffusion des films français dans le monde. Plus près de nous, Léon est le titre (et
prénom du héros joué par Jean Reno) d’un film à succès de Luc Besson de 1994.
En chansons —
La chanson Léon fut le premier succès d’Annie Cordy. Et un Léon est
l’un des héros de la chanson d’Anthony Le sirop Typhon : « Buvons, buvons, buvons, le
sirop typhon, typhon, typhon, L’universelle panacée. À la cuillère ou bien dans un verre,
Rien ne pourra nous résister. M. Léon pon pon, pon pon, Si gentil et si bon patapon,
patapon, Ne gagnait jamais au tiercé Un’ cure sévère lui fut salutaire Il est gagnant, mais
comme jockey » !
Dans l’histoire —
L’érudit et géographe arabe Léon l’Africain (1483-1554) vécut à Fès,
puis voyagea dans toute l’Afrique du Nord. Capturé en Tunisie, il fut livré au pape à
Rome. Libéré et converti au christianisme sous le nom de Léon l’Africain, il publia en 1550
une intéressante Description de l’Afrique. Médecin dans la marine, Léon-Albert Calmette
étudia la maladie du sommeil au Gabon et fonda une filiale de l’Institut Pasteur à Saigon.
Ses recherches sur les venins