//img.uscri.be/pth/63af8cd2f7f710c90d871ff765a89f4917c5bbef
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Louis

2 pages
L L o u i s o u i s
Quelle origine ? — Prénom royal s’il en est un, Louis vient d’un ancien nom de
personne d’origine germanique, Hlodowig, issu des racines hlod- (louange) et -win (ami),
et mis à la mode par les Carolingiens. La forme mérovingienne du même nom a donné
Clovis. Louis a été porté par un nombre considérable de rois : de France, bien sûr, mais
aussi de Germanie, de Hongrie, de Naples, du Portugal, par des empereurs d’Occident et
des empereurs germaniques, par des ducs de Bavière, comtes de Flandre, landgraves de
Thuringe...
Quelle popularité ? — Attribué à 5 000 bébés par an dans les années 1800, Louis fait
plus que doubler son score dès la chute de l’Empire et la Restauration de la dynastie des
Bourbons : 11 000 bébés à partir de 1815, 13 000 dans les années 1820, un score qui va
se maintenir pendant soixante ans. À partir des années 1880, le prénom commence à
baisser de façon lente mais continue jusqu’aux années 1960-1980. Il repart de plus belle
maintenant, dépassant désormais les 5 000 bébés par an.
Quel saint ? — Saint Louis, bien sûr ! Louis IX (1214-1270) eut tout le long de son règne
le souci des malades, des pauvres et des mendiants. Il fonda à Paris l’hospice des Quinze-
Vingts pour recueillir les aveugles, édifia l’abbaye de Royaumont et la Sainte-Chapelle,
créa des écoles et des bourses pour les étudiants sans le sou... On a retenu aussi les
soins qu’il donnait lui-même aux lépreux et la justice qu’il tenait à rendre en personne,
sous un chêne de ...
Voir plus Voir moins
L
ouis
ouis
Quelle origine ? —
Prénom royal s’il en est un, Louis vient d’un ancien nom de
personne d’origine germanique, Hlodowig, issu des racines hlod- (louange) et -win (ami),
et mis à la mode par les Carolingiens. La forme mérovingienne du même nom a donné
Clovis. Louis a été porté par un nombre considérable de rois : de France, bien sûr, mais
aussi de Germanie, de Hongrie, de Naples, du Portugal, par des empereurs d’Occident et
des empereurs germaniques, par des ducs de Bavière, comtes de Flandre, landgraves de
Thuringe...
Quelle popularité ? —
Attribué à 5 000 bébés par an dans les années 1800, Louis fait
plus que doubler son score dès la chute de l’Empire et la Restauration de la dynastie des
Bourbons : 11 000 bébés à partir de 1815, 13 000 dans les années 1820, un score qui va
se maintenir pendant soixante ans. À partir des années 1880, le prénom commence à
baisser de façon lente mais continue jusqu’aux années 1960-1980. Il repart de plus belle
maintenant, dépassant désormais les 5 000 bébés par an.
Quel saint ? —
Saint Louis, bien sûr ! Louis IX (1214-1270) eut tout le long de son règne
le souci des malades, des pauvres et des mendiants. Il fonda à Paris l’hospice des Quinze-
Vingts pour recueillir les aveugles, édifia l’abbaye de Royaumont et la Sainte-Chapelle,
créa des écoles et des bourses pour les étudiants sans le sou... On a retenu aussi les
soins qu’il donnait lui-même aux lépreux et la justice qu’il tenait à rendre en personne,
sous un chêne de la forêt de Vincennes, à ceux qui faisaient appel à lui. Le roi saint Louis
est le patron de la France, des coiffeurs, des maçons, des militaires, des passementiers et
des sculpteurs. D’autres saints portent ce prénom : le jésuite Louis de Gonzague (1568-
1591), qui se dévoua lors de l’épidémie de peste à Rome en 1591 et qui est le saint
patron des jésuites et des étudiants ; Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716), qui
évangélisa les campagnes du Centre et de l’Ouest ; Louis Morbioli (1433-1485), buveur
libertin converti à l’ascèse ; ou Louis Scrosoppi (1804-1884), prêtre fondateur de la
congrégation des sœurs de la Providence de Saint-Gaëtan-Thienne.
Son jour...
Le roi saint Louis se fête le 25 août mais on peut aussi fêter les Louis, selon le
saint, le 28 avril, le 21 juin ou le 9 novembre.
En politique —
Louis Blanc (1811-1882) publia L’Organisation du travail, dans lequel il
avance des thèses socialistes. Membre du gouvernement provisoire en février 1848, il
proposa la formation d’ateliers sociaux. Responsable des journées révolutionnaires de juin
1848, il dut s’exiler en Angleterre jusqu’à la fin de l’Empire. Il fut élu député d’extrême
gauche de 1871 à 1876.
Au cinéma —
Premier théoricien du cinéma, Louis Delluc (1890-1924) est le fondateur
de la critique indépendante et des ciné-clubs. Scénariste et réalisateur, il a exercé une
profonde influence sur le cinéma français. Un prix décerné tous les ans porte désormais
son nom. C’est le film de Gérard Oury La grande vadrouille en 1966 qui assied
définitivement le talent de Louis de Funès (1914-1983). Son succès comique, avec son
éternel personnage d’excité, ne se dément plus : Fantômas, Hibernatus, Les aventures
de Rabbi Jacob, L’aile ou la cuisse...
En littérature —
Louis Aragon (1897-1982) fonda en 1923 le mouvement surréaliste. La
révolution russe puis sa rencontre avec Elsa Triollet, belle-sœur de Maïakovski, l’orienta
vers une conception militante du rôle de l’intellectuel. Après la guerre, il se révéla un
grand poète populaire, célébrant l’amour, la colère, l’espérance. Louis-Ferdinand
Destouches dit Céline (1894-1961) est l’un des écrivains les plus importants et les plus
controversés de son siècle. Voyage au bout de la nuit manque de peu le Goncourt 1932.
Mais ses pamphlets antisémites conduisent Céline, après 1944, à l’exil et à la prison.
En chansons —
Né en 1948 d’une famille égyptienne, Louis Chedid rencontre son
premier succès en 1977 avec T’as beau pas être beau. Anne ma sœur Anne, Zap Zap, Le
cha cha de l’insécurité témoignent de son engagement et de son envie