//img.uscri.be/pth/3613a71fc9ea1d1f313c6ab334e29ae326e2e6e6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Marguerite

2 pages
Marguerite
Quelle origine ? — Marguerite vient du mot grec margaritès, qui signifie perle. Il a été
porté depuis le Moyen Age par des reines de France, des reines de Navarre (voir
Margot), une reine d’Angleterre, une reine de Danemark, des duchesses de Savoie et de
Bourgogne et quantités de princesses.
Quelle popularité ? — Le prénom Marguerite a toujours été très populaire. Il était
donné à plus de 12 000 petites filles par an au début du XIXe siècle, se maintient à plus
de 9 000 naissances annuelles au début du XXe siècle. C’est à partir des années 1920 que
sa popularité s’effrite ; le prénom stagne depuis les années 1975 à une centaine de
naissances par an. À quand le redémarrage ?
Quelles saintes — Au IIIe siècle, Marguerite (ou Marine) d’Antioche est chassée par son
père lorsqu’il apprend qu’elle est devenue chrétienne. Elle se fait bergère. Remarquée
par le préfet d’Antioche, elle est demandée en mariage mais le refuse. Arrêtée comme
chrétienne, elle est arrêtée et torturée sans que les supplices puissent venir à bout de sa
résistance, puis décapitée mais de nombreux témoins de son martyre se convertiront à
son tour. Sainte Marguerite d’Antioche est la patronne des femmes enceintes, des
infirmières et des paysans. Il existe bien d’autres saintes du nom : la reine Marguerite
d’Écosse (1045-1093), qui crée des hôpitaux, couvents, églises, sainte patronne de
l’Écosse ; Marguerite de Cortone (1247-1297), maîtresse d’un jeune aristocrate, qui
abandonne sa vie de plaisir ...
Voir plus Voir moins
M
arguerite
Quelle origine ? —
Marguerite vient du mot grec margaritès, qui signifie perle. Il a été
porté depuis le Moyen Age par des reines de France, des reines de Navarre (voir
Margot), une reine d’Angleterre, une reine de Danemark, des duchesses de Savoie et de
Bourgogne et quantités de princesses.
Quelle popularité ? —
Le prénom Marguerite a toujours été très populaire. Il était
donné à plus de 12 000 petites filles par an au début du XIXe siècle, se maintient à plus
de 9 000 naissances annuelles au début du XXe siècle. C’est à partir des années 1920 que
sa popularité s’effrite ; le prénom stagne depuis les années 1975 à une centaine de
naissances par an. À quand le redémarrage ?
Quelles saintes —
Au IIIe siècle, Marguerite (ou Marine) d’Antioche est chassée par son
père lorsqu’il apprend qu’elle est devenue chrétienne. Elle se fait bergère. Remarquée
par le préfet d’Antioche, elle est demandée en mariage mais le refuse. Arrêtée comme
chrétienne, elle est arrêtée et torturée sans que les supplices puissent venir à bout de sa
résistance, puis décapitée mais de nombreux témoins de son martyre se convertiront à
son tour. Sainte Marguerite d’Antioche est la patronne des femmes enceintes, des
infirmières et des paysans. Il existe bien d’autres saintes du nom : la reine Marguerite
d’Écosse (1045-1093), qui crée des hôpitaux, couvents, églises, sainte patronne de
l’Écosse ; Marguerite de Cortone (1247-1297), maîtresse d’un jeune aristocrate, qui
abandonne sa vie de plaisir après l’assassinat de son amant et crée une communauté
vouée à l’assistance des malades et des pauvres, sainte patronne des pénitentes ;
Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690), qui voit le Christ lui apparaître, entre chez les
religieuses de la Visitation et continue toute sa vie à promouvoir, malgré l’incrédulité, la
dévotion au Sacré-Cœur ; la religieuse champenoise Marguerite Bourgeois (1620-1700),
qui ouvrit au Canada, malgré un dénuement extrême, des écoles pour les pauvres et les
Indiens ; Marguerite d’Youville (1707-1771), fondatrice des Sœurs de la Charité de
Montréal, dites les Sœurs grises…
Son jour...
Marguerite se fête le 12 janvier, le 22 février, le 20 juillet, le 16 octobre, le 16
novembre ou le 23 décembre selon la sainte.
En littérature —
Première femme élue à l’Académie française, Marguerite Yourcenar
(1903-1987) traduit Pindare mais aussi Woolf et James, compose une anthologie des
poètes de l’Antiquité grecque et deux ouvrages sur les negro-spirituals. Ses récits, Les
Mémoires d’Hadrien et L’Œuvre au noir, allient à la rigueur de l’érudition et de la
reconstitution historique la plongée dans un temps et une conscience aux résonances
actuelles. Romancière et scénariste, Marguerite Duras, née en 1914, a souvent évoqué
dans ses œuvres son enfance et son adolescence en Indochine. Ses héroïnes vivent «
sans savoir pourquoi » , mais attendent que « quelque chose sorte du monde et vienne à
elles » ou tentent d’échapper à la solitude par la recherche de l’amour absolu. Elle reçut
en 1984 le prix Goncourt pour L’Amant. On peut évoquer aussi : la romancière
Marguerite Vallette, dite Rachilde (1882-1953), membre de l’Académie française ;
l’écrivain et journaliste Marguerite Jouve (1903-1963), qui reçut le prix Minerva pour son
ouvrage Le maléfice… Par ailleurs, Marguerite est le prénom choisi par Alexandre Dumas
fils pour l’héroïne de sa Dame aux camélias, par la comtesse de Ségur pour l’une des
Petites filles modèles, par Goethe pour l’amante tragique de Faust.
Au cinéma —
Marguerite Moreno (1871-1948), pseudonyme de Marguerite Monceau,
est l’une de nos grandes actrices d’avant-guerre. Au cinéma, elle participa à plus de 70
films dont Le roman d’un tricheur (1936) ou Les Jeux sont faits (1947). Amie intime de
Colette, elle entretint avec elle une liaison épistolaire de plus de cinquante années.
En musique —
Pianiste virtuose, Marguerite Long (1874-1966) fut l’interprète et l’amie
des plus grands musiciens de son temps, comme Fauré, Debussy ou Ravel, dont elle joua
certaines œuvres en première audition. Elle enseigna au Conservatoire et fonda, avec J.
Thibaud, le concours qui porte leur nom. Et vous souvenez-vous que Marguerite est