//img.uscri.be/pth/210846e577061a1b204de8006df522665d62fc33
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Marie

2 pages
Marie
Quelle origine ? — Prénom de la mère du Christ et désormais reine du Ciel, Marie vient
de l’hébreu Myriam, signifiant « qui élève ».
Quelle popularité ? — Marie reste le prénom star des petites filles pendant près de
deux millénaires. Pour n’évoquer que les deux derniers siècles, rappelons qu’il était donné
à plus de 35 000 petites filles en 1800, qu’il a dépassé les 90 000 naissances dans les
années 1850-1870 (rappelons que le dogme de l’Immaculée Conception date de 1854, les
apparitions de Lourdes de 1858 …) puis s’effrite à partir des années 1880 : 52 000
naissances en 1900, 23 000 en 1940. Ça repart avec la victoire (30 000 naissances
annuelles de 1945 à 1950). Le prénom recommence à descendre (5 000 attributions
annuelles seulement dans les années 1970) avant de connaître une nouvelle embellie
depuis les années 1980 (7 000 naissances par an en moyenne).
Quelles saintes ? — En dehors de la Vierge Marie, qui a de multiples jours de fêtes
dans l’année, plusieurs saintes ont porté ce nom. Femme d’Alexandrie aux mœurs
dissolues, Marie l’Égyptienne se convertit après avoir vu une image de la Vierge et se
retire dans le désert pour prier. Elle y vit soixante ans, dit la tradition, nourrie seulement
de trois pains qu’un homme lui avait donnés. Marie d’Oignies (1177-1213), mariée de
force à quatorze ans, convainc son époux de ne pas la toucher, de laisser ses biens aux
pauvres et de partir avec elle soigner les lépreux. Elle crée le premier béguinage de
femmes laïques ...
Voir plus Voir moins
M
arie
Quelle origine ? —
Prénom de la mère du Christ et désormais reine du Ciel, Marie vient
de l’hébreu Myriam, signifiant « qui élève ».
Quelle popularité ? —
Marie reste le prénom star des petites filles pendant près de
deux millénaires. Pour n’évoquer que les deux derniers siècles, rappelons qu’il était donné
à plus de 35 000 petites filles en 1800, qu’il a dépassé les 90 000 naissances dans les
années 1850-1870 (rappelons que le dogme de l’Immaculée Conception date de 1854, les
apparitions de Lourdes de 1858 …) puis s’effrite à partir des années 1880 : 52 000
naissances en 1900, 23 000 en 1940. Ça repart avec la victoire (30 000 naissances
annuelles de 1945 à 1950). Le prénom recommence à descendre (5 000 attributions
annuelles seulement dans les années 1970) avant de connaître une nouvelle embellie
depuis les années 1980 (7 000 naissances par an en moyenne).
Quelles saintes ? —
En dehors de la Vierge Marie, qui a de multiples jours de fêtes
dans l’année, plusieurs saintes ont porté ce nom. Femme d’Alexandrie aux mœurs
dissolues, Marie l’Égyptienne se convertit après avoir vu une image de la Vierge et se
retire dans le désert pour prier. Elle y vit soixante ans, dit la tradition, nourrie seulement
de trois pains qu’un homme lui avait donnés. Marie d’Oignies (1177-1213), mariée de
force à quatorze ans, convainc son époux de ne pas la toucher, de laisser ses biens aux
pauvres et de partir avec elle soigner les lépreux. Elle crée le premier béguinage de
femmes laïques faisant des vœux temporaires. Lorsque la petite Italienne Marie Goretti,
née en 1890, est agressée par un voisin, elle le rejette au nom de Dieu et lui pardonne
après qu’il l’aie poignardée. Elle est canonisée en 1950 en présence de son agresseur,
devenu jardinier de couvent après trente années de prison. La Vierge Marie est la sainte
protectrice de l’humanité tout entière.
Son jour... Les jours de fête consacrés à la Vierge Marie sont nombreux :
sa
naissance se fête le 8 septembre, l’Annonciation le 25 mars, la Visitation le 15 mai,
l’Assomption (montée du corps de Marie au Ciel) le 15 août, la Présentation au Temple de
Marie le 21 novembre, l’Immaculée Conception le 8 décembre. Sans compter les jours de
fête des autres saintes du même prénom...
Un prénom royal —
Ce prénom a été porté par des reines de France, d’Écosse,
d’Angleterre, de Hongrie, de Naples, du Portugal... Marie la Sanglante était le surnom de
la reine d’Angleterre Marie 1er Tudor (1516-1558), fille d’Henri VIII et de Catherine
d’Aragon, poursuivie dès l’enfance par la haine d’Anne Boleyn qui l’exclut de la
succession. Elle succéda cependant à Edouard VI à la place de Jeanne Grey, qu’elle fit
exécuter. Les protestants furent persécutés sous son règne et elle perdit Calais, cédée à
la France. Marie Stuart (1542-1587) était quant à elle l’une des princesses les plus
cultivées de son temps. Reine d’Écosse et, un temps très bref par son mariage reine de
France, elle se remaria plusieurs fois malgré l’opposition des chefs protestants. En 1567,
elle dut abdiquer en faveur de son fils et se réfugier en Angleterre. Elle y passa dix-sept
ans, de prison en prison. Plusieurs complots cherchèrent à la placer sur le trône
d’Angleterre, ce qui provoqua son exécution en 1587. Le courage qu’elle montra lors de
sa fin tragique ont inspiré de nombreux romanciers.
Au cinéma —
François Truffaut engagea Marie Dubois pour être une serveuse de bar
dans Tirez sur le pianiste. C’était en 1959, elle avait vingt-deux ans et ne croyait guère au
cinéma. Mais elle réussit ensuite à mener avec succès une triple carrière au cinéma, à la
télévision et au théâtre, et obtint en 1978 un césar du meilleur second rôle féminin pour
son rôle dans La Menace. On peut évoquer aussi l’actrice Marie Trintignant (1962-2003).
En littérature —
Marie Rouget, dite Marie Noël (1883-1967), compte parmi ses œuvres,
des poèmes comme Les Chansons et les Heures, des récits comme La Rose rouge, Le Cru
d’Auxerre, ainsi que ses Notes intimes publiées dans le monde entier. Née en 1758 à
Bristol, Marie Darby Robinson est une comédienne anglaise dont la beauté lui valut de
captiver le cœur de l’héritier du trône. Elle publia des