Où es-tu quand je te parle?

De
Publié par

Dans bien des conflits entre les personnes, à l'intérieur d'une famille par exemple, le rôle de l'agressé et celui de l'agresseur ne sont pas aussi différenciés qu'on pourrait le croire. Se pourrait-il que, sans que nous le souhaitions et même que nous nous en apercevions, nous participions aux processus qui nous font souffrir et dont nous ne parvenons pas à sortir ? Dans quelle mesure, d'ailleurs, n'y sommes-nous pas invités par nos partenaires sans que ceux-ci en aient conscience ?


Que connaissons-nous de la réalité de la personne qui nous fait face, si ce n'est ce que nous en construisons ?


Et comment le thérapeute peut-il intervenir dans une situation dont il est lui-même partie prenante ?


Cet ouvrage montre que la subjectivité, convenablement analysée, peut devenir un outil rigoureux, et que, loin d'être un handicap, elle peut être transformée en atout.


Certes, le thérapeute n'est pas le détenteur d'une vérité extérieure à lui, et ne peut parler, en fin de compte, que de ce qu'il vit avec le patient ; pourtant, ses interventions peuvent être rigoureuses, efficaces et justifiées. Telle est l'apparente contradiction que le présent ouvrage s'efforce de dépasser.



Mony Elkaïm est l'une des principales figures européennes de la thérapie familiale. Neuropsychiatre, directeur de l'Institut d'études de la famille et des systèmes humains (Bruxelles), professeur honoraire à l'université libre de Bruxelles, il forme des psychothérapeutes en Europe et en Amérique du nord. Il est notamment l'auteur de Si tu m'aimes, ne m'aime pas (Seuil, 1989), et de Comment survivre à sa propre famille (Seuil, 2006), et a dirigé l'ouvrage collectif Panorama des thérapies familiales (Seuil, 1995 et " Points Essais ", 2003).



Publié le : jeudi 24 avril 2014
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021163322
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Où estu quand je te parle ?
MONY ELKAÏM
OÙ ESTU QUAND JE TE PARLE ?
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
Ce livre est publié dans la collection « Domaine psy »
9782021081763 ISBN
© , avril 2014 ÉDITIONS DU SEUIL
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentem ent de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
À Francis Bacon, Adolfo Bioy Casares, Jorge Luis Borges, Ray Bradbury, Robert Castel, John Coltrane, Julio Cortázar, Félix Guattari, Franz Kafka, Emmanuel Levinas, Humberto Maturana, Ilya Prigogine, Marcel Proust, Heinz von Foerster et Paul Watzlawick auxquels je dois l’ouver ture à un monde où je ne suis pas séparable de l’autre.
1
Où estu quand je te parle ?
« Tous les soirs, quand mon mari rentrait, nous avions tellement peur de lui, mes enfants et moi, que nous nous serrions les uns contre les autres dans un coin de l’apparte ment en le regardant avec crainte. » C’est ainsi que s’exprime une dame d’une soixantaine d’années, qui consulte, accompagnée de sa fille de quarante ans, pour son fils de vingthuit ans, étiqueté comme « schi zophrène ». Le jeune homme d’une trentaine d’années, rétif à tout traitement, est absent lors de cette consultation. La fille évoque son père de manière analogue : « C’était un démon et nous en avions peur… » Les deux femmes me parlent de lui en des termes qui suscitent ma curiosité. Quelque temps plus tard, après plusieurs séances sans lui, le « démon » apparaît enfin. Je me trouve devant un homme de soixantesept ans, ouvrier à la retraite, qui donne de la même scène une version bien différente : « Mes collègues, après le travail, rentraient chez eux pour trouver une famille accueillante et, quand ils me racontaient ça, j’étais vraiment triste. Moi, je craignais tellement de rentrer chez moi et de voir ma femme et mes enfants me regarder comme une bête sauvage que je traînais dans la rue pour retarder le plus possible le moment où j’allais devoir faire face à cette famille qui me traitait ainsi. Quand j’arrivais, je me sentais
9
O Ù E S  T U Q U A N D J E T E P A R L E ?
seul et rejeté, et je leur en voulais à tous pour leur dureté et leur ingratitude. Ils n’avaient pas du tout conscience que je trimais pour eux : ils s’en moquaient. » Le comportement du père estil celui d’une bête sauvage, potentiellement dangereuse, ou celui d’un homme blessé qui appréhende le regard que les autres portent sur lui ? Quelle est la bonne description de la scène du « retour du travail » : celle du père ou celle de la mère et de la fille ? Et s’il était impossible de décider, tout simplement parce que la notion même d’une « bonne description », indépen dante de l’observateur, montrait ici sa limite ? Pendant des années, quelqu’un s’est vu, s’est vécu comme l’agressé, alors que les membres de son entourage l’ont perçu comme l’agresseur. Ces deux visions d’une même réalité se sont emboîtées, l’une suscitant l’autre et celleci engendrant à son tour cellelà, dans un cycle sans fin. « Où estu quand je te parle ? » pourrait demander l’épouse. Mais comment le mari pourraitil être là alors qu’elle ne s’adresse pas à lui ? Ne visetelle pas plutôt une personne que ses convictions lui renvoient ? L’image qu’elle a de lui est portée par sa vision du monde et ce qu’elle nomme « réalité », une construction résultant de la relation particulière qui constitue ce couple et, plus parti culièrement – nous le verrons à de multiples reprises dans cet ouvrage –, de la crainte que ne se répètent certains élé ments douloureux du passé. Cette femme s’adresse à un être qu’elle a façonné et qu’elle continue de façonner avec l’aide involontaire du modèle : « Où estu quand je te parle ? » demandetelle à son mari. « Ailleurs que là où tu me crois », pourraitil répondre. Si l’on prend la mesure de ce malentendu, on comprend pourquoi sont vains ses espoirs d’un changement de la conduite de son mari et, a fortiori,
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.