//img.uscri.be/pth/9bd3677f7f59d3628f588e4eba4e0d0ad529fdf6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Papyrus médical Edwin Smith

De
492 pages
Acheté à Louxor en 1862 et conservé à New York, ce papyrus n'a été traduit qu'en 1930. Copié vers 1550 avant J.-C., il décrit 48 cas de blessures, fractures, tumeurs ainsi que leur traitement. Il ne se contente pas de nommer le cerveau pour la première fois, il en précise les fonctions. Voici le plus ancien document "chirurgical" connu aujourd'hui. Ce travail propose aussi un apprentissage initiatique des hiéroglyphes accessible à tous, à partir des connaissances actualisées relatives à l'égyptologie.
Voir plus Voir moins

01525_cv_dos243.indd 1 n°01525 - pel. MAT - format 210x297mm - dos=24.3 mm 03/07/2016 13:39:58Le papyrus médical Edwin Smith Médecine à travers les siècles
Collection dirigée par le Docteur Xavier Riaud
L’objectif de cette collection est de constituer « une histoire grand public » de la médecine
ainsi que de ses acteurs plus ou moins connus, de l’Antiquité à nos jours.
Si elle se veut un hommage à ceux qui ont contribué au progrès de l’humanité, elle ne
néglige pas pour autant les zones d’ombre ou les dérives de la science médicale.
C’est en ce sens que – conformément à ce que devrait être l’enseignement de l’histoire –, elle
ambitionne une « vision globale » et non partielle ou partiale comme cela est trop souvent le
cas.
Dernières parutions
erXavier RIAUD, Napoléon I et ses dentistes, 2016.
Philippe SCHERPEREEL, Albert Calmette. « Jusqu’à ce que mes yeux se ferment », 2016. SCHERPEREEL, Pietro d’Abano. Médecin et philosophe de Padoue à l’aube de la
Renaissance, 2016.
eDE MARSANGY, La Psychiatrie vécue au XIX siècle. Lettres à Louisa, 2016. Bernard
eIsabelle CAVÉ, Etat, santé publique et médecine à la fin du XIX siècle français, 2016.
Julien MARMONT, L’Odontechnie ou l’art du dentiste. Poème didactique et descriptif en
quatre chants, dédié aux dames, 2016.
Patrick POGNANT, La Folle Clinique sexuelle du professeur P***. De la Belle Époque aux
Années folles, 2016.
Michel CHAUVIN, Le Geste qui sauve. L’étonnante histoire du défibrillateur cardiaque
externe, 2016.
Henri LAMENDIN, Docteur Albert Calmette (1863-1933). Pasteurien et co-inventeur du
BCG, 2016.
Xavier RIAUD (dir.), Médecine à travers les siècles. Entre rencontres et découverte, 2015. IAUD, Et si la Seconde Guerre mondiale nous était racontée autrement…, 2015.
Mathieu RAYSSAC, Les médecins de l’assistance médicale en Indochine (1905-1939), 2015.
Thomas FERRANTE, Petit lexique bucco-dentaire de proverbes et autres expressions
Jean-Claude PONS, Jumeaux et jumelles. Représentations dans l’art et les sciences de
l’Europe moderne (1492-1789), 2015.
Michel A. GERMAIN, Musiciens célèbres malades. Pourrait-on les sauver aujourd’hui ?,
2015.
Isabelle CAVÉ, Les médecins-législateurs et le mouvement hygiéniste sous la Troisième
République (1870-1914), 2015.
eJean-Pierre MARTIN, Ocularistes et yeux artificiels. De l’Antiquité au XX siècle, 2015.
Hubert BIESER, Les soldats aliénés à l’asile de Ville-Evrard. Mars 1915 - décembre 1918,
2014.
Henri LAMENDIN, François-Joseph Talma (1763-1826), dentiste et acteur favori de
erNapoléon I , 2014.
Elsa COMBES FRUITET, Caractéristiques dento-crânio-faciales des Homininés, 2014.
Vincent BOUTON, De nez à nez. Histoire du nez, 2014.
Xavier RIAUD & Philippe BROUSSEAU, Odontologie médico-légale et serial killers. La dent
qui en savait trop, 2014.
Serge KERNBAUM, Alastrim. L’homme et la variole, 2014.
André Julien FABRE, Les médecins de Venise, 2014.
e eRégis-Nessim SACHS, De médecins juifs du X au XVII siècle, 2014.
Roland BRUNNER, La folie à Rome, 2014.
RIOULAIRE, Sainte Apolline, sainte patronne des dentistes et de ceux qui ont mal Apolline T
aux dents, 2014.
Pauline LEDENT, L’art dentaire en Égypte antique, 2014.
Frédéric DUBRANA, L’expérience chirurgicale. De la vivisection... à l’expérimentation, 2013.
e eHenri LAMENDIN, Les de Jussieu, une famille de botanistes aux XVIII et XIX siècles, 2013. François Resche
Le papyrus médical Edwin Smith
Chirurgie et magie en Égypte antique © L’HARMATTAN, 2016
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-08724-5
EAN : 9782343087245































À Lucienne et René Perrin
À Marie-Antoinette et Gabriel Resche
in memoriam


À Isabelle


À nos enfants et petits-enfants

Véronique
Lou-Anne et Célia

François-Xavier et Marie
Emmanuel, Clémence, Constance et Martin



À nos proches












La Chaîne de l’Espoir

Injustice, misère, détresse… partout dans le monde, ces mots s’incarnent
à travers le destin de milliers d’enfants en souffrance.

Présidée par le docteur Eric Cheysson et fondée en 1994 par le Pr Alain Deloche,
La Chaîne de l’Espoir est devenue au fil des années
un réseau d’excellence et d’expertise médico-chirurgicales, un acteur
de santé engagé dans l’accès aux soins et à l’éducation des enfants
qui en sont privés aux quatre coins du monde.

Chaque année, 100 000 enfants bénéficient de ses programmes de
soins et 5 000 d’entre eux sont opérés. 11 000 enfants bénéficient
de ses programmes d’aide à la scolarisation.

Opérations d’enfants en France ou lors de missions lorsque cela est
réalisable, projets hospitaliers et transfert de compétences pour donner
à chaque pays les moyens de soigner ses enfants, son combat pour
sauver des vies et son engagement ne sont possibles que par une
chaîne de vie aux multiples maillons faite de générosité, énergie et
compétences.

Sauver des enfants aujourd’hui pour construire le monde de demain,
tous ensemble, nous pouvons relever le défi.

www.chainedelespoir.org








Les droits d’auteur et une somme forfaitaire de 5 € par exemplaire vendu seront versés par L’Harmattan à La Chaîne de l’Espoir.
François Resche



PRÉFACE



Préface


Le poids d'une civilisation comme celle de l'Égypte pharaonique dans l'histoire de l’Homme tient à l’envergure des
progrès des connaissances qu’elle sut concevoir et à son ancienneté. Il n’existe aucun doute sur la dette contractée par
l'Europe à son égard, déjà reconnue par Hérodote et Diodore, ce qui conduit à faire de la civilisation égyptienne un objet
d'investigation sur le processus de connaissance qu'elle représente. Comme les anciens Égyptiens se sont intéressés avec
compétence au corps humain, il n’est pas étrange qu'un clinicien contemporain se mette à apprendre la langue de l’Égypte
pharaonique pour avoir accès par la suite à ce type de documents, pour lesquels il possède une préparation directe. Ainsi,
l’élaboration d'une histoire de la connaissance devient-elle un essai sur l'Homme comme artisan des mêmes formes de
connaissance, et par la suite sur ces formes de connaissance auxquelles conduit la documentation que nous ont léguée les
Égyptiens, et qui a par chance été récupérée par les hasards de l'archéologie moderne.
Même si les manuels de médecine les plus complets qui ont été retrouvés remontent au milieu du deuxième
millénaire av. J.-C., il n'y a aucun doute sur le fait qu'ils sont l’héritage, au moins en substance, d'une science transmise par
voie orale et peut-être déjà inscrite sous une forme schématique, qui aurait germé dans les mêmes siècles qui virent ériger
les pyramides jusqu’à toucher le ciel. Si le pharaon avait une existence pérenne parmi les dieux, il est extrêmement probable
que ses sujets pouvaient recevoir des soins pour soulager leurs souffrances. Théologie, Science et Éthique posèrent les
bases d'un savoir impérissable, oublié seulement en apparence par l'obsolescence de ses outils de communication. Ce
n’est pas pour rien qu’un unique architecte, Imhotep, fut révélé par la tradition comme le maître de l'architecture et de la
médecine.
L'étude du corps humain ne se limita pas à considérer seulement l'aspect sanitaire, mais tenta d'explorer la
physiologie des organes, de comprendre leurs connexions, comme l’explique la théorie de la respiration et de la circulation
sanguine, sans négliger les implications métaphysiques. La doctrine de la création au moyen de la parole dans la très
ancienne théologie memphite se fonde sur le lien entre la langue et le cœur dans lequel était placé l'esprit du démiurge. On
entrevoit donc une structuration systématisée de la connaissance que l’on peut à bon droit qualifier de scientifique. Le
manuel que constitue le papyrus Smith lui-même se présente sous la forme d’une étude de cas ordonnée et exhaustive et
d’une méthode d'examen, preuve d'un long processus de réflexion et de catalogage non seulement dans son domaine,
mais aussi dans l'enregistrement des espèces vivantes.
En dehors de l'étude anatomique, l'architecture du corps humain constitua la base pour les mesures et le calcul,
tout d'abord au moyen d’une relation de proportionnalité entre ses différents composants (tête, tronc, membres), et d’un
rapport numérique de leur cohérence. Le corps humain, compris comme la réunion de différentes parties, chacune avec
des caractéristiques propres requérant une expertise spécialisée (ophtalmologues, dentistes, proctologues ...), détenait une
valeur spéciale "active", qui influa directement sur les évolutions de la construction linguistique. Non seulement il existait un
pluriel distinct pour les parties "paires" (yeux, oreilles, bras, mains, etc.), mais la présence de termes se référant à la
personne humaine pouvait introduire des changements dans la structure grammaticale de la phrase.
La vision de l’art figuratif n’était donc pas séparable de la physiologie des parties représentées, et sa manifestation
avec le début du style artistique rend vraisemblable une datation pour les différentes expérimentations sur le corps humain,
le début du troisième millénaire av. J.-C., quelques siècles avant l’époque des pyramides, une tradition encore conservée
par Manéthon. Le lien entre art et science médicale est patent dans le cas des mutilations (nez, oreilles) conçues pour priver
de vie les figures humaines elles-mêmes restituées en haut et bas-relief. Si l’unité de l’ensemble échappait encore, comme
le suggèrent les momies, pour la plupart vidées des organes internes, la pathologie se concentrait sur les parties
douloureuses (yeux, dents ...), sans pour autant négliger de possibles agents pathogènes internes.
La médecine égyptienne fut en effet une science curative, de nature avant tout pratique. Le support théorique
servait à connaître le fonctionnement du corps humain pour, surtout, en affronter les pathologies, et s’appuyait sur une
description précise des symptômes, de cas manifestement vécus, à laquelle succédait la recherche de remèdes, elle aussi
en syntonie avec la compréhension que l’on avait de la nature. La pharmacopée provenait non seulement des résultats
d'expériences qui puisaient parfois aux sources d’une tradition complexe, mais cherchait aussi à établir des liens pour
expliquer les propriétés thérapeutiques. Ils apparaissent parfois similaires aux mécanismes de la magie égyptienne, mais
souvent la ressemblance est due seulement aux mécanismes du raisonnement. Par exemple, pour les Égyptiens, substance
et dénomination ne faisaient qu’un, de sorte que les relations établies au niveau lexical devaient être également valables
pour l'efficacité des remèdes. Il ne fait en revanche aucun doute que la science ou l'art médical des Égyptiens fut beaucoup
plus profond et élaboré, et qu'il ne suffit pas de le confronter aux progrès de la médecine contemporaine pour en comprendre
toutes les ressources et les potentialités.
Alors que dans le cas des pyramides nous pouvons affirmer posséder les produits les plus achevés de la
technologie de l'époque, les écrits médicaux qui nous sont parvenus, quoique soignés et précieux comme il sied à un art
supérieur, ne sont probablement pas dans l’absolu les meilleurs exemplaires, mais ils nous font seulement imaginer la
qualité extraordinaire des ouvrages médicaux présumés qui n’ont pas été conservés. Ce n’est pas un hasard si les temples
étaient les lieux où se pratiquait l'art de la médecine, placé sous protection divine. Les médecins égyptiens constituent la
seule catégorie de savants dont l’action fut expressément requise dans d’autres pays, éloignés de l’Égypte, où était
parvenue leur renommée, retentissante dès Homère (Odyssée IV 229-32), et qui perdura du deuxième millénaire av. J.-C.
jusqu'à l'Empire romain. Le fait d’avoir fixé leur savoir dans des manuels de référence ne représente pas seulement le
passage d'une science empirique à des préceptes vérifiables, mais en ennoblit la substance à l'instar d'un texte sacré et en
avalise sûrement le pouvoir, tout en préfigurant la formation d’une caste. Dans la structure sociale, il n’existait pas de
catégorisation des adeptes de la science médicale, mais ils étaient classés parmi les scribes et surtout parmi les meilleurs
spécialistes de l’art de l'écriture, parrainé par le dieu Thot.

11 PRÉFACE
Les écrits médicaux qui nous sont parvenus ont pour la plupart l’aspect de précis ou d’anthologies, partageant en
cela le caractère de la littérature écrite pendant tout le deuxième millénaire av. J.-C., depuis les Textes des Sarcophages
jusqu'aux Livres magiques ramessides. On discute encore de la catégorie d'opérateurs à laquelle on peut attribuer ces
écrits, par exemple « médecins », « magiciens », « exorcistes ». La conception du papyrus médical Smith, en dépit de son
inachèvement, pour la rigueur théorique avec laquelle il apparaît construit, à partir de l'analyse encyclopédique des
composants du corps humain, en procédant dans l'ordre du crâne vers le bas, révèle principalement la base rationnelle de
l’organisation organique et peut apparaître comme l’un des fruits les plus matures de la pensée scientifique.
La tâche exigeante à laquelle s’est voué l'Auteur n’a pas la prétention d’être un travail philologique, qui reste du
domaine d’égyptologues chevronnés, mais comme les antiques papyrus elle vise à la compréhension non seulement
grammaticale du texte, mais aussi à l'acquisition clinique de données que seule la compétence avérée d'un médecin peut
identifier ou suggérer. Il applique ainsi une connexion qui n’est pas commune dans les sciences humaines. La comparaison
ne s’établit pas entre deux rédactions linguistiques différentes du même texte, mais entre la substance fruit de l’expérience
d'une haute civilisation d’il y a près de quatre millénaires, et la vision contemporaine qui met l'accent sur le même sujet.
Naturellement, l'interdisciplinarité doit éviter la scission (suivant laquelle « les médecins croient plus aux médecins qu’aux
égyptologues » H. Grapow), et permettre d'élargir la base documentaire, en tenant compte du caractère provisoire de la
connaissance à tout moment.
La dimension de l’intérêt que suscite cette recherche se mesure à l’expérience professionnelle dont est doté celui
qui s’est astreint à l’affronter. Il est inévitable que demeurent des zones d’ombre, aussi longtemps que la connaissance de
la terminologie antique ne sera pas mieux appréhendée, ce qui n’est pas seulement une question lexicale, mais touche à
l'un des plus grands mystères qui ont depuis toujours questionné l'Homme, à savoir le corps que chaque individu possède.
Parmi ceux-ci l'aspect éthique, déjà fortement soulevé par les opérateurs égyptiens de tout niveau, n'a certainement pas
été dépassé. Et même, la comparaison conduit sûrement à relativiser également les récents et considérables progrès de la
médecine.
Mais il existe encore un aspect, qui n’a rien d’insignifiant, qui unit les médecins d'aujourd'hui à ceux qui nous
apparaissent au travers des écrits médicaux antiques, c’est l'intérêt pour la culture humaniste, l’inclination pour la littérature
et les belles-lettres. Grâce au travail de l'Auteur, pour nous limiter au papyrus Smith, dans la précision terminologique
rigoureuse, comme dans la richesse du lexique et l’appropriation du langage, on perçoit un goût pour la langue, une clarté
dans la description, associés à une concision qui évite toute redondance, qui font accéder ces écrits à la haute littérature.
Une telle efficacité s’observe aussi bien dans le traité de traumatologie du recto, que dans les écrits à la saveur ‘‘magique’’
rapportés au verso. L’admirable capacité d'observation et de synthèse rappelle indubitablement l'aptitude des artistes à
documenter la nature, mais reflète également l'importance conférée à l’acte linguistique par les civilisations de l’Antiquité
comme instrument d'abstraction et de codification.
Il s’agit sans aucun doute d’un vocabulaire spécialisé, y compris dans les formules répétitives, et cela en dit long
sur l’élaboration d'une authentique science déjà en Égypte pharaonique, et explique également le prestige des médecins
égyptiens à l’extérieur de leur Pays. Le savoir des médecins égyptiens s’étendait naturellement de l'étude du corps humain
et de ses maladies aux systèmes de soins, avec une attention toute particulière portée à la pharmacopée, à la recherche
de remèdes et à leur mise en œuvre. On remarquera de manière générale l'absence du surnaturel, quoiqu’il y eut de longues
listes anatomiques qui plaçaient chaque composante du corps humain sous la protection d'une divinité particulière, pas
toujours la même. De surcroît les divinités sont invoquées, soit pour disposer elles-mêmes d’un corps comme celui de
l'homme, tels le dieu Ptah (qui créa le monde avec la langue) ou le dieu Amon (qui écoute avec les oreilles), soit pour leur
parrainage de la science médicale (Thot, Sekhmet, Imhotep), sans compter les reliques divines, objet d'un culte qui se
propagea à travers toute l'Égypte spécialement pendant le premier millénaire av. J.-C., mais en général le surnaturel ne
pollue pas la scène humaine. Bien qu'il ait été un homme de foi, la vision du médecin égyptien fut une vision laïque. Et cela
y compris dans les cas extrêmes ou désespérés où l’on avait recours à la divinité. D’ailleurs, la mort elle-même n’était pas
pour les Égyptiens un sort définitif, bien que la préparation du corps fût devenue à ce point matière pour embaumeurs.
Notre apologie de la médecine égyptienne ne résulte donc pas d’une intention de propagande, elle fait appel tout
au plus à l’idéologie antique pour expliquer ce qui peut sembler une défaillance dans la pratique de la connaissance. Il en
résulte que son étude est non seulement méritoire en tant que telle, mais rend justice à l'éclat de la civilisation qui sut nourrir
et comprendre ces études.
Prof. Alessandro Roccati
Professeur émérite d’Égyptologie des Universités de Rome La Sapienza et de Turin
Membre correspondant de l'Académie des Sciences de Turin
mai 2016
12 AVANT-PROPOS



Avant-propos


Au décours de la Seconde Guerre mondiale, et jusqu’à un passé récent, l’histoire de la discipline demeura en
France totalement absente du programme des études médicales. Certes, en fonction du siège de sa faculté, l’étudiant
pouvait acquérir quelques notions fragmentaires : l’étudiant nantais ne pouvait ainsi manquer de savoir qui étaient les
Laennec, le Quimpérois René Théophile Hyacinthe, futur inventeur de l’auscultation médiate, qui commença ses études à
Nantes en 1797, et son mentor, son oncle Guillaume François, professeur à la faculté, et ce d’autant moins que
l’amphithéâtre ‘‘provisoire’’ qui’il fréquentait au début des années 1960, construit pour pallier une partie des destructions de
l’ancienne école de médecine lors des bombardements de la ville en septembre 1943, portait le nom et arborait un grand
médaillon de René Laennec. Ce dernier est toujours présent à l’entrée de la faculté de médecine et de pharmacie achevée
en 1967. Lors des cours, de nombreux noms étaient cités, attachés à une zone anatomique (aqueduc de Sylvius, veine de
Galien, valvule de Vieussens …), ou à une maladie (chorée de Sydenham, cirrhose de Laennec, maladies de Dupuytren,
de Basedow, de Charcot …) ; se rendre en salle de travaux pratiques d’anatomie c’était (c’est toujours ...) ‘‘aller chez
Morgagni’’ ; l’enseignement de la physiologie cardio-vasculaire n’omettait pas d’évoquer William Harvey ; enfin, personne
n’ignorait le nom d’Hippocrate, le ‘‘Père de la médecine’’ (occidentale), auquel demeure attaché le fameux Serment de
déontologie. Mais tout ceci ne constituait qu’une approche superficielle, parcellaire, sans la moindre perspective d’ensemble,
et représentait une lacune grossière et dommageable dans la formation des futurs médecins, sachant qu’« on ne connaît
bien une science que lorsqu’on en connaît l’histoire » (Auguste Comte).
L’enseignement de l’histoire de la médecine ne réapparut officiellement qu’en 1992 à l’occasion d’une énième
reréforme, programmé en 1 année, année du concours, comme partie intégrante de l’enseignement nouvellement introduit,
dit de culture générale, qui changea de nom dès l’année suivante pour devenir enseignement de sciences humaines. Le
doyen Jean-Yves Grolleau me confia sa mise en place, en ma qualité de vice-doyen chargé de la pédagogie.
Anatomiste et neurochirurgien, j’avais personnellement découvert un pan de la médecine égyptienne et le papyrus
Smith au début des années 1980, en préparant une communication sur les complications neurologiques des traumatismes
du rachis cervical. Plusieurs travaux d’un mimétisme certain faisaient état de l’existence de ce papyrus et évoquaient
notamment la description d’un cas de tétraplégie traumatique, d’une surprenante précision clinique. Les sources de langue
anglaise et les publications francophones se référaient toutes à la publication de James Henry Breasted, parue en 1930,
déjà vieille de plus de cinquante ans. Ces publications, simples compilations du travail de Breasted, par ce qu’elles
sousentendaient en termes de connaissances, d’allure très moderne, laissaient planer un doute sur l’authenticité, du moins dans
ce cas précis, de l’interprétation donnée au texte primaire. Ceci m’incita assez naturellement à tenter d’apprendre la langue
égyptienne antique dans le but de pouvoir peut-être un jour avoir les bases suffisantes pour traduire le papyrus et apprécier
par moi-même son contenu.
Ayant eu l’honneur de participer à une étude anthropologique sous la direction du Professeur Jacques Ruffié
(19212004), titulaire de la chaire d’anthropologie physique du Collège de France, je pus, grâce à lui, entrer en contact avec son
collègue le Professeur Jean Yoyotte (1927-2009), titulaire de la chaire d’Égyptologie. Je reçus de la part de ce dernier un
accueil remarquablement chaleureux. Il ne sembla pas le moins du monde étonné qu’un chirurgien veuille apprendre
l’égyptien – il connaissait d’autres exemples – et m’encouragea vivement dans ma démarche. Tout en m’ouvrant très
largement les portes de la Bibliothèque Champollion, il m’orienta vers le Professeur Pascal Vernus, Directeur d’études à
l’École Pratique des Hautes Études qui, après entretien, m’accepta dans son cours. Parallèlement, je fis la connaissance
de Patrice Le Guilloux, diplômé de l’EPHE, membre de l’équipe des fouilles de Tanis, fondateur de l’Association Isis et
actuel directeur de l’Association Imhotep, et pus travailler à Nantes avec lui.
Bien des années plus tard, en 2007, à l’issue de mon mandat de président d’université, je fus en mesure d’appliquer
les connaissances acquises lors des enseignements antérieurs et dans le cadre d’un autoapprentissage régulier, mais d’une
grande variabilité d’intensité. Je proposai à mon collègue Georges Fargeas, directeur de l’Université Permanente de Nantes,
l’ouverture d’un cours d’initiation à l’égyptien hiéroglyphique, d’une durée de trois ans, à l’usage de parfaits débutants, à
l’instar de ce que j’avais été moi-même, plus de deux décennies plus tôt, en gardant toujours à l’esprit mon projet initial, la
traduction du papyrus Smith.
À l’issue du troisième cycle de cours, à la fin de l’année académique 2012-2013, j’ai proposé aux auditeurs
intéressés de mettre en pratique leurs acquis en travaillant sur le papyrus Smith. Je souhaitais en effet que ce projet puisse
avoir des retombées pédagogiques, en assurant aux étudiants un approfondissement des connaissances acquises. Lors
de chaque début de cycle d’initiation, le cours accueillait un nombre d’auditeurs volontairement limité à vingt-cinq. En fin de
troisième année, seuls restaient douze à quatorze étudiants. Issus des trois premières promotions du cycle d’initiation, seize
étudiants se déclarèrent intéressés. Le travail de transcription du hiératique en écriture hiéroglyphique, de translittération,
et de traduction dura deux ans à partir de juin 2013 ; la mise au point du présent document a demandé une année
supplémentaire. Certains participants ont eu un intérêt particulier pour le hiératique, d’autres ont apporté leurs
connaissances propres en botanique, en médecine, en pharmacie, en langues française et étrangères, en langues
anciennes, en sciences exactes. Le présent ouvrage est donc le résultat d’un travail participatif, effectué au sein de
l’Université Permanente, et de discussions parfois animées et souvent éclairantes.
Je tiens à remercier Mmes Michèle Bessaud, Michèle Cébula, Gilberte Chayard, Anne Ducreux, Josette Le Téno,
Sylvie Lefèvre, Colette Remaud et Nicole Robinet, MM. Hubert Carnec, Jean Pennaneac’h, Yves Priou, Bruno Ramstein et
Daniel Taraud pour leur participation à cet ouvrage et le travail rigoureux de relecture qu’ils ont réalisé tout au cours de
l’année écoulée. Bien qu’ils n’aient pu être, pour des raisons diverses, parties prenantes du travail de révision final, je tiens
également à remercier Mmes Myriam Monget et Marie-France Vovard et M. Christian Brasseur qui participèrent au travail
préliminaire des deux premières années.

13 AVANT-PROPOS
Cet ouvrage est publié aux Éditions L’Harmattan au sein de la collection d’histoire de la médecine ‘‘Médecine à
travers les siècles’’ dirigée par le docteur Xavier Riaud. Le directeur de la collection et l’éditeur ont accepté d’accueillir ce
travail, bien qu’il sorte des normes des ouvrages de la collection (plus de 70 publiés à ce jour), à la fois par son format, son
volume et son contenu, et je les en remercie.
Le premier objectif que je m’étais fixé était de reprendre, à partir des fac-similés du papyrus, actuellement conservé
à la Bibliothèque de la New York Academy of Medicine, la transcription du hiératique en écriture hiéroglyphique, d’effectuer
la translittération de l’ensemble du texte, suivie d’une traduction originale en français. Nous reviendrons sur ces différents
termes et la conduite de ce travail, plus loin, dans le chapitre dédié à la méthodologie.
Après une vue générale et une présentation des vingt-deux colonnes du papyrus à partir de photographies
numérisées, et transcription en regard du hiératique en écriture hiéroglyphique de droite à gauche, la transcription
hiéroglyphique de gauche à droite, la translittération et la traduction sont exposées ligne à ligne, suivant l’ordonnancement
du papyrus. Cette partie s’accompagne de commentaires en tête de chaque observation du recto ou de chaque incantation,
prescription ou recette du verso. De nombreuses annotations sont présentées, d’ordre sémantique, syntaxique ou
grammatical, assorties chaque fois que nécessaire d’une analyse critique des travaux antérieurs. En complément figurent
un lexique-répertoire égyptien français de la totalité des termes présents dans le papyrus et un index thématique
françaiségyptien.
À l’usage du lecteur souhaitant en priorité se faire dans un premier temps une idée personnelle des connaissances
médicales de l’époque, figure une traduction suivie, reprenant la traduction ligne à ligne, qui permet de les apprécier au
mieux et de la manière la plus objective possible, excluant enthousiasme déplacé aussi bien que dénigrement mal venu.
L’objectif avoué de cet ouvrage est toutefois que, curiosité aidant, ce lecteur pressé ait envie de dépasser ce
premier stade et puisse s’immerger dans la traduction ligne à ligne, et progressivement peut-être, se sentir motivé par un
apprentissage de l’égyptien.
L’ouvrage comporte donc une initiation à l’égyptien hiéroglyphique, sous forme d’un supplément construit en deux
parties. La première explique le système d’écriture des Égyptiens de l’Antiquité, parfaitement compris et analysé par
JeanFrançois Champollion il y a un peu moins de deux siècles. La seconde est un abrégé de grammaire du moyen égyptien qui
constitue une approche, abordable sans connaissance prérequise, devant permettre à celles et ceux qui le souhaiteront de
s’engager dans un autoapprentissage de l’égyptien classique.
Comme n’a pas manqué de le rappeler opportunément le Professeur Alessandro Roccati qui nous fait l’honneur et
auquel je sais gré de préfacer cet ouvrage, il ne s’agit aucunement d’un travail de philologie qui reste affaire de spécialistes,
même si ce travail réalisé suivant les standards universitaires devrait être susceptible de les intéresser, mais d’une œuvre
originale à visée avant tout didactique qui a essayé d’allier au mieux connaissances médicales et linguistiques.
Son objectif final est de contribuer à la découverte d’un document unique, vieux de plus de trente-cinq siècles, en
le rendant accessible à tous, et ce faisant, d’intéresser non seulement les professionnels de santé concernés par l’histoire
de la médecine, mais aussi toute personne passionnée par la civilisation égyptienne antique, son histoire, ses pratiques et
ses mythes.
J’espère de plus qu’il sera apte à susciter, auprès du plus grand nombre, l’envie d’apprendre à lire et à comprendre
cette langue imagée remarquable à bien des égards, en usage sous ses différentes formes pendant plus de trois mille ans,
qui survit encore en Égypte et ailleurs dans la langue liturgique copte.
François Resche
Professeur émérite des Universités (Neurochirurgie)
Président honoraire de l’université de Nantes
mai 2016
14 SOMMAIRE



Sommaire


L’ouvrage comporte deux grandes parties.

La première est consacrée au papyrus Smith lui-même.
Après une introduction situant le document dans son contexte historique et au sein des textes médicaux
de l’ancienne Égypte, puis retraçant les pérégrinations du document depuis son acquisition par Edwin Smith en
1862 jusqu’à son dépôt en 1948 à la Bibliothèque de la New York Academy of Medicine, la présentation liminaire
se poursuit par l’exposé des caractéristiques physiques du papyrus, la nature des textes et leurs particularités.
Puis suivent la transcription, la translittération et la traduction du document.
Est présentée tout d’abord la méthodologie suivie avec une illustration de l’état actuel du papyrus. La
section suivante comprend les fac-similés photographiques en couleur des vingt-deux colonnes du papyrus et
la transcription du hiératique en écriture hiéroglyphique de droite à gauche. La section suivante comporte la
transcription en hiératique de gauche à droite, la translittération et la traduction effectuées ligne à ligne des
deux faces du document : le recto d’abord, copie d’un traité incomplet de pathologie externe comptant 48
observations, puis le verso, assemblage disparate d’incantations magiques, d’observations médicales, et de
recettes à visée cosmétique. La traduction est reprise ensuite en continu, cas par cas.
Suit un lexique de l’ensemble des mots présents dans le papyrus Smith, comportant un répertoire,
donnant pour chacun sa nature grammaticale, les variantes graphiques constatées et pour les verbes leurs
modifications éventuelles suivant leur forme. Un index thématique français-égyptien précède la conclusion de
cette première partie.

La suite du volume présente, comme annoncée plus haut, une initiation à l’égyptien hiéroglyphique : il
s’agit d’un supplément en deux parties, la première consacrée au système d’écriture des anciens Égyptiens, la
seconde étant un abrégé de la grammaire du moyen égyptien.

L’ouvrage se termine par la liste des références bibliographiques avec les clefs en facilitant l’usage.

Le plan est le suivant :

Le papyrus Edwin Smith
Présentation liminaire
Introduction
Caractéristiques physiques
Nature des textes
Transcription – Translittération – Traduction – Commentaires
Méthodologie
Fac-similé et transcription hiéroglyphique
re Traumatismes de la tête (1 partie)
e Tree (2 partie)
Traumatismes du cou
Pathologie externe de la ceinture scapulaire, du bras et du tronc
Incantations magiques, prescriptions médicales, et recettes à visée cosmétique
Traduction suivie
Lexique égyptien-français avec répertoire
Index thématique francais-égyptien
Conclusion

Supplément : Initiation à l’égyptien hiéroglyphique
1- Le système d’écriture des Égyptiens de l’Antiquité
2- Abrégé de grammaire de l’égyptien classique

Références bibliographiques

Table des matières


____________________

15
























INTRODUCTION
Introduction
À propos de la médecine égyptienne antique
Dans l’Antiquité, la médecine égyptienne était réputée pour sa qualité comme l’attestent les témoignages
qui nous sont parvenus. Il s’agit cependant de témoignages tardifs par rapport à l’époque présumée de la
conception du texte initial, mais aussi vis-à-vis de l’exemplaire que nous possédons, daté de la fin de la
1Deuxième Période Intermédiaire, vers 1550 av.J.-C. . Ce ne sont pas des commentaires émanant des Égyptiens
eux-mêmes, mais ceux de voyageurs étrangers. Le témoignage le plus ancien, celui d’Hérodote (c.484 - c.420
eav. J.-C.), remonte au V siècle avant notre ère, soit plus d’un millénaire plus tard.
Dans le deuxième livre de ses Enquêtes, Hérodote évoque les mœurs et coutumes des Égyptiens et précise
à propos de la médecine :
`H d˜ „htrik¾ kat¦ t£de sfi dšdastai: miÁ$ noÚsou ›kasto „htrÒ$ ™sti kaˆ oÙ pleÒnwn.
P£nta d' „htrîn ™sti plša: oƒ m˜n g¦r Ñfqalmîn „htroˆ katest©si, oƒ d˜ kefalÁ$, oƒ d˜
ÑdÒntwn, oƒ d˜ tîn kat¦ nhdÚn, oƒ d˜ tîn ¢fan™wn noÚswn.
« La médecine est répartie en Égypte de cette façon : chaque médecin soigne une seule maladie, non plusieurs. Tout
est plein de médecins ; les uns sont médecins pour les yeux, d’autres pour la tête, pour les dents, pour la région abdominale,
[Hérod II 84, p.120]pour les maladies de localisation incertaine » (Traduction Ph.-E Legrand) .
La réputation des médecins égyptiens dépassait les frontières de l’Égypte. Il existait ainsi chez les Perses
une tradition bien ancrée de recours à la médecine égyptienne. Hérodote précise ainsi dans son troisième livre
« Cyrus avait envoyé auprès d’Amasis demander un médecin pour ses yeux, le meilleur qu’il y eut en Égypte » (Traduction
[Hérod III 1, p.37]Ph.-E Legrand) et plus loin, parlant de Darius (qui venait de se déboîter la cheville en sautant de cheval)
« son habitude, dès auparavant, était d’avoir autour de lui les Égyptiens qui passaient pour être les premiers dans l’art de
2 [Hérod III 129, p.164]la médecine ; il eut recours à eux » (Traduction Ph.-E Legrand) .
Le corpus médical égyptien
Le papyrus Smith, dont on retracera plus loin l’historique, est l’un des textes médicaux majeurs, en nombre
limité, parvenus jusqu’à nous. Ces textes, à quelques rares exceptions de découverte lors de fouilles officielles
e(papyrus de Kahoun, papyrus du Ramesseum), ont été acquis dans la deuxième moitié du XIX siècle ou au
etout début du XX siècle par des Occidentaux peu regardants sur les conditions de leur détention par les
autochtones vendeurs, à tel point que l’on ignore le lieu précis dont ils sont issus.
L’objet du présent travail n’est pas de faire une analyse générale de la médecine égyptienne en langue
française. Cette dernière a été réalisée il y a un quart de siècle à l’École Pratique des Hautes Études, sous la
direction du Professeur Grmek (1924-2000), par Thierry Bardinet, docteur en chirurgie dentaire, et publiée en
[5]1995 .
Il apparaît toutefois nécessaire, avant d’aborder l’étude du papyrus Smith lui-même, de le situer par rapport
aux autres textes médicaux de l’Égypte antique.
Une étude exhaustive de ces textes a été publiée de 1954 à 1962 (avec un supplément paru en 1973) par
l’École allemande d’Hermann Grapow (1885-1967), en neuf volumes dont certains doubles, sous le titre général
Grundriss der Medizin der alter Ägypter. Dans le présent travail, nous nous sommes référés dans un souci
[Gr5] d’homogénéité à la transcription manuscrite et à la numérotation des sections retenue par Grapow et aux
[Gr6] [Gr7a&b]données lexicales présentes dans les volumes de terminologie du Grundriss .
3 Le corpus médical égyptien comprend quelques ostraca qui, par nature, n’apportent que des informations
très parcellaires (Ostracon Berlin 5570, Ostraca Cairo 1062 et 1091, Ostracon médical du Louvre), et pour
l’essentiel des textes sur papyrus, rédigés sur une ou sur les deux faces du support, en colonnes formées de
lignes horizontales écrites de droite à gauche, à l’exception des trois papyrus Ramesseum III, IV et V, écrits en
étroites colonnes verticales parallèles. Tous les papyrus médicaux sont rédigés en écriture hiératique, forme
cursive de l’écriture hiéroglyphique, hormis le papyrus Ramesseum V écrit en hiéroglyphes cursifs.
Portant suivant les cas, à l’instar des autres papyrus égyptiens, le nom du lieu de leur découverte, celui de
la ville siège du musée où ils sont conservés, le patronyme de leur acquéreur, voire celui du mécène financeur
de l’expédition pendant laquelle il fut découvert ou donné (papyrus Hearst) ou encore de la fondation qui le
possède (papyrus Carlsberg), les principaux papyrus médicaux sont, outre le papyrus Edwin Smith, les papyrus
1 Pour la périodisation et la chronologie égyptiennes : cf. Suppl.1 : Le système d’écriture des Égyptiens de l’Antiquité – Tableau 1.
2 Il est à signaler qu’Hérodote prend en l’occurrence un certain plaisir à indiquer à la suite « Mais eux, en lui tordant et en lui forçant le pied, firent empirer le mal »
[ibid., p.164], si bien que Darius « mal en point » après une semaine de douleurs et d’insomnie, fit appel à un prisonnier grec Démokédés de Crotone, qui « faisant
[Hérod III 130, p.165] [ibid.]succéder l’emploi de la douceur à celui de la force » « en peu de temps le mit en état de santé » .
3 cf. Suppl.1 : Le système d’écriture des Égyptiens de l’Antiquité : §3C3.
19 PAPYRUS EDWIN SMITH : PRÉSENTATION LIMINAIRE
de Berlin 3027 (‘‘Mutter und Kind’’) et 3038, le papyrus Carlsberg, le papyrus Chester Beatty VI (et
accessoirement V, VIII, et XV), le papyrus Ebers, le papyrus Hearst, le papyrus médical de Kahun, le papyrus
médical de Leyde, le papyrus de Londres (BM 10059), le papyrus médical du Louvre, les papyrus Ramesseum
III, IV et V, et le papyrus de Turin (Torino 31+77).
Les plus importants sont indiqués ci-dessous par ordre chronologique croissant de leur datation :
- Le papyrus médical le plus ancien connu à ce jour est le papyrus médical (gynécologique) de Kahun
(en réalité d’El Lahun) découvert par Flinders Petrie en 1889 ; il est daté avec précision (l’indication figurant au
verso du document) de l’an 29 du règne d’Amenhemhat III (vers 1825 av. J.-C). Il est conservé à l’University
4College de Londres. Il comprend 34 sections .
- Les papyrus Ramesseum III, IV et V découverts par James Edward Quibbell en 1896, font partie d’un
ensemble de dix-huit papyrus qui dormaient dans un coffre de bois situé au fond d’un puits dans des magasins
de brique annexés au temple funéraire de Ramsès II à Thèbes-ouest. Ils datent de la fin du Moyen-Empire ou
du début de la Deuxième Période Intermédiaire.
- Le papyrus Ebers est en longueur de texte, le plus important papyrus médical de l’Égypte antique.
Acquis par Edwin Smith à Louqsor en 1862, dans le même temps ou peu après l’acquisition du papyrus
éponyme, il fut revendu en 1869 à Georg Moritz Ebers qui en assura la toute première présentation, dès 1875.
En parfait état de conservation, d’une belle écriture régulière, il comprend 110 colonnes et pas moins de 2289
lignes. Il est daté (grâce à la précision figurant au verso) de la neuvième année du règne d’Amenhotep I, vers
1534 av. J.-C., date légèrement plus récente que la date estimée de copie du papyrus Smith. Son origine
précise demeure conjecturale, mais selon toute vraisemblance, il provient comme ce dernier d’une tombe du
village de Deir-el-Medineh. Elle est de nature mythique : la section 856a du papyrus (qui en compte un total de
877) indique que le rouleau-medjat fut trouvé Xr rdwy jnpw m xm jitw.s n Hmnswt(y) bjt(y) <zmty> mAa-xrw
5« sous les pieds d’Inpou à Khem et apporté au roi de Haute- et de Basse-Égypte Zemty » . Nous aurons l’occasion de
citer à de nombreuses reprises ce papyrus. De nombreuses sections du papyrus Ebers se retrouvent à
l’identique dans d’autres papyrus médicaux, notamment le papyrus Hearst (plus de 70 sections similaires), et à
un degré moindre, les papyrus de Londres (7 sections comparables), de Berlin 3038 (6 sections), Ramesseum
III et Ramesseum V (2 sections chacune). Il existe très peu de similitudes triples. Deux concernent toutefois le
[Sm XXI 3-6] [Sm XXI 6-9]papyrus Smith : il s’agit de deux recettes à visée cosmétique, présentes au verso du papyrus ,
[Eb714 & H153 / Gr5, S.519] [Eb715 & H154 / Gr5, S.520]trouvées à l’identique dans le papyrus Ebers et dans le papyrus Hearst . Nous y
reviendrons.
[Gr5, S.530-2] [Gr5, S.244-5] [Gr5, S.118] Eb1=H78 Eb294=H35 Eb620=H175
[Gr5, S.179] [Gr5, S.189-90] [Gr5, S.123-4] Eb4=H53 Eb297=Bln136 Eb621=H173a
[Gr5, S.180] [Gr5, S.433] [Gr5, S.31-2] Eb5=H55 Eb301=H33 Eb627=H96
[Gr5, S.180-1] [Gr5, S.275] [Gr5, S.32] Eb6=H56 Eb302=H131 Eb628=H97
[Gr5, S.210] [Gr5, S.365-6] [Gr5, S.27] Eb7=H58 Eb432=H21 Eb642=H111
[Gr5, S.366] [Gr5, S.43] Eb20=Ram III A10-1=Ram III A26-7 Eb433=H22 Eb644=H99
[Gr5, S.192] [Gr5, S.366] [Gr5, S.122-3]Eb434=H23 Eb647=H116
[Gr5, S.278] [Gr5, S.63] [Gr5, S.28-9] Eb49=H18 Eb437=H24 Eb652=H101
[Gr5, S.193] [Gr5, S.375] [Gr5, S.144-5] Eb55=Bln2 Eb487=L51 Eb654=H123
[Gr5, S.194-5] [Gr5, S.373] [Gr5, S.44-5] Eb59=Bln4 Eb492=L49 Eb656=Ram VnrII
[Gr5, S.445-6] [Gr5, S.373] [Gr5, S.38-9] Eb147=H75 Eb493=L50 Eb657=H94=Ram VnrV
[Gr5, S.206] [Gr5, S.373-4] [Gr5, S.56-7] Eb182=H16 Eb499=L47 Eb659=Bln49
[Gr5, S.170] [Gr5, S.379] [Gr5, S.57] Eb217=H48 Eb504=L52=L56 Eb660=(H117=Bln50)+H118
[Gr5, S.171] [Gr5, S.380] [Gr5, S.57] Eb218=H49 Eb506=L60 Eb661=H119
[Gr5, S.256] [Gr5, S.380-1] [Gr5, S.40] Eb221=H79 Eb508=L59 Eb662=H120
[Gr5, S.256] [Gr5, S.362] [Gr5, S.35-6] Eb222=H80 Eb537=H39 Eb693=H121
[Gr5, S.257] [Gr5, S.362] [Gr5, S.44] Eb223=H81 Eb538=H40 Eb694=H110
[Gr5, S.257] [Gr5, S.404] [Gr5, S.31] Eb224=H82 Eb557=H140 Eb695=H142
[Gr5, S.259] [Gr5, S.404] [Gr5, S.67-9] Eb226=H84 Eb558=H141 Eb712=H17
[Gr5, S.443] [Gr5, S.407] [Gr5, S.525-6] Eb243=H71 Eb563=H125 Eb713=H152
[Gr5, S.443] [Gr5, S.407] [Gr5, S.519-20] Eb244=H72 Eb564=H126 Eb714=H153=SmXXI 3-6
[Gr5, S.444] [Gr5, S.399] [Gr5, S.520-21] Eb245=H73 Eb566=H127 Eb715=H154=SmXXI 6-8
[Gr5, S.445] [Gr5, S.406] [Gr5, S.416-7] Eb246=H74 Eb567=H128 Eb724=H129
[Gr5, S.445-6] [Gr5, S.21] [Gr5, S.417] Eb247=H75 Eb584=H41 Eb725=H130
[Gr5, S.61] [Gr5, S.276] [Gr5, S.114] Eb248=H76 Eb593=H143 Eb749=H9
[Gr5, S.62] [Gr5, S.138] [Gr5, S.269-70] Eb249=H77 Eb604=Ram III A3-4 Eb752=H206
[Gr5, S.234-5] [Gr5, S.140] [Gr5, S.271] Eb277=H63 Eb612=H247 Eb753=H210
[Gr5, S.235] [Gr5, S.123-4] [Gr5, S.270] Eb278=H64 Eb616=H173b Eb754=H207
[Gr5, S.235] [Gr5, S.124-5] [Gr5, S.488] Eb279=H66 Eb617=H174 Eb810=Bln17
[Gr5, S.236] [Gr5, S.119] [Gr5, S.11-7] Eb280=H65 Eb618=H177=H188 Eb856=Bln163
[Gr5, S.240-1] [Gr5, S.119] Eb282=H68 Eb619=H178
4 Ces découpages en sections constituent un système de repérage et un référencement modernes, facilitant les études contemporaines. Le texte égyptien est
un texte suivi, ignorant les séparations.
5 re Il s’agit respectivement d’Anubis, de la future Letopolis, actuellement Ausim en Basse-Égypte, et du nom de Fils de Râ du roi Den de la I dynastie.
20 INTRODUCTION
Le papyrus Ebers a, de plus, la particularité de présenter de nombreux doublons :
[Gr5, S.148] [Gr5, S.188-9] [Gr5, S.229] [Gr5, S.229-30] [Gr5, S.230]Eb35=Eb185 , Eb102=Eb296 , Eb132=Eb147 , Eb133=Eb148 , Eb134=Eb149 ,
[Gr5, S.230] [Gr5, S.230-1] [Gr5, S.231] [Gr5, S.153-6] [Gr5, S.236]Eb135=Eb150 , Eb136=Eb151 , Eb137=Eb152 , Eb191=Eb194 , Eb276=Eb281 ,
[Gr5, S.293] [Gr5, S.64] [Gr5, S.437]Eb329=Eb331 , Eb442=Eb450 , Eb780=Eb781 .
- Le papyrus Hearst, fut donné en 1901 par un fellah à Georges Andrew Reisner, directeur d’une
campagne de fouilles pour le compte de l’université de Californie, menée près du village de Deir-el-Ballas, en
remerciement d’un don d’engrais qui lui avait été fait par les membres de l’expédition. On ignore l’origine exacte
de ce papyrus (sans doute proche du village). Il est daté du règne de Thotmes III, et est conservé à Berkeley.
Il compte 273 lignes en 16 colonnes et 260 sections dont beaucoup sont partagées avec le papyrus Ebers.
- Le papyrus médical de Londres (BM 10059) est d’origine inconnue. Il fut la propriété de la Royal
Institution of London avant d’être déposé au British Museum en 1860 sous le n° d’inventaire BM 10 059. Il est
dans un état médiocre et constitue un réemploi (palimpseste) d’un support où figurait un texte plus ancien. Il
est daté du Nouvel Empire, du règne de Thot-Ankh-Amon. Il possède 253 lignes sur 19 colonnes à contenu en
partie magique. La partie médicale, consacrée à la gynécologie, a été divisée en 61 sections.
- Le papyrus de Berlin 3038, acquis à Saqqarah par Giuseppe Passalacqua, fut vendu en 1827 avec un
lot d’antiquités au roi de Prusse Frédéric Guillaume IV pour le Musée de Berlin. Il comporte 279 lignes sur 24
ecolonnes et 204 sections, dont 6 analogues à des sections du papyrus Ebers. Il est daté de la XIX Dynastie.
e - Le papyrus Carlsberg VIII, d’origine inconnue, est de même daté de la XIX Dynastie. Il est conservé à
l’Institut d’Égyptologie de l’université de Copenhague. Il comprend 7 sections, dont 3 présentent des similitudes
avec le papyrus de Berlin et une avec le papyrus de Kahun.
- Le papyrus médical Chester Beatty VI (BM 10686) fait partie d’un ensemble de documents, très
edégradés, datés également de la XIX dynastie, découverts à Deir-el-Medineh. Il comporte 45 sections.
Contrairement au papyrus Smith, dont les quarante-huit cas cliniques exposés au recto possèdent un intitulé
commençant par le substantif égyptien SzAw « instructions (pour) », « conduite à tenir (en présence de) », ceci est
beaucoup plus rare dans le papyrus Ebers, où ce mot introductif n’est présent que vingt-deux fois (Eb188, Eb857
à 877). On le trouve dix-huit fois dans le papyrus médical de Kahun (K1 à K17 et K25) et trois fois dans le papyrus
3038 de Berlin (Bln 153, 158 et 161).
La formule jr xAi.k « si tu examines … », « lorsque tu examines » que l’on trouve à la suite de l’intitulé dans le
papyrus Smith, inaugure quelques sections ou sous-sections du papyrus Ebers mais est absente des autres
papyrus médicaux dont les sections, à l’instar de celles du papyrus Ebers d’où les deux formules précédentes
sont absentes, commencent le plus souvent par « remède », « médication » (pXrt) ou par « un(e) autre » (kt ).
Historique du papyrus Edwin Smith
Le papyrus Edwin Smith, constitue un témoignage direct du mode de formation et de l’activité des médecins
égyptiens de l’Antiquité. Il s’agit en effet comme on le précisera plus loin, de la copie d’un traité pédagogique à
l’usage des futurs médecins, dont l’original fut rédigé probablement près d’un millénaire avant l’époque de la
rédaction du papyrus objet du présent travail. À partir de sa première rédaction, il fut transmis ainsi, de
génération en génération, au moyen de copies successives, réalisées et conservées dans les Maisons de Vie,
annexes des temples, lieux de formation des prêtres et des médecins.
La qualité de chaque copie, conditionnant celle des suivantes, était directement tributaire de la compétence
du scribe, de son application et aussi, de ses faiblesses et de ses moments d’inattention.
Au fil du temps, l’Égypte connut, comme nous le reverrons également (cf. Suppl.1 : Le système d’écriture des
Égyptiens de l’Antiquité, §3B) une évolution de sa langue, sur le plan syntaxique, grammatical et terminologique,
avec des modifications de son corpus lexical comportant comme toute langue vivante la chute en désuétude
de certains mots et l’apparition de termes nouveaux. L’Égypte connut aussi une évolution du savoir médical
fondée sur des observations nouvelles, et il apparaît clairement à l’étude du papyrus Smith, que certaines
descriptions sont des ajouts secondaires venus se greffer sur le texte initial.
L’histoire contemporaine du papyrus commence en 1862.
Il porte le nom d’Edwin Smith, citoyen des États-Unis d’Amérique, né en 1822 à Bridgeport (Connecticut).
On sait assez peu de choses sur ce personnage, loué par les uns, décrié par les autres. Ce que l’on connaît
[13a, p.20-2]avec une relative certitude a été, pour l’essentiel, présenté par Breasted .
Edwin Smith après des études d’égyptologie qu’il aurait menées à Londres et à Paris (on ne sait exactement
où ni avec qui, l’égyptologie étant dans les années 1840-1850 une science naissante), on trouve Edwin Smith
en 1858, installé à Louxor. Il a 36 ans. On ignore quelle y était son activité. Il va faire l’acquisition du papyrus
qui porte son nom auprès d’un autochtone nommé Mustapha Aga qui lui vend en janvier 1862 le corps principal
du rouleau et quelques fragments (de la colonne I) et deux mois plus tard, le 17 mars 1862, trois fragments
supplémentaires. On ne connaît ni les conditions financières de la transaction ni le statut du vendeur (marchand
officiel d’antiquités ou receleur et vendeur à la sauvette) mais, quel qu’il fût, il apparaît en revanche certain que
la présence du papyrus sur le ‘‘marché’’ était le produit du pillage d’une tombe, située peut-être à
Deir-elMedineh, et non d’une fouille officielle.
Cette même année 1862, Smith fera l’acquisition d’un autre papyrus, beaucoup plus long, qui portera
quelques années son nom avant de se retrouver en 1869 sur un catalogue de vente d’antiquités. Ce second
21 PAPYRUS EDWIN SMITH : PRÉSENTATION LIMINAIRE
papyrus Smith, acheté par l’égyptologue allemand Georg Moritz Ebers (1837-1898) prendra le nom de son
nouvel acquéreur. Contrairement au papyrus Smith, le papyrus Ebers n’attendra pas près de soixante ans avant
d’être publié : il sera présenté à la communauté scientifique par son possesseur dès 1875.
Quant à Edwin Smith, il est difficile de savoir quel était son degré de connaissance du hiératique. Suffisant
sans doute pour lui permettre d’interpréter correctement la date située au verso du futur papyrus Ebers et de
reconnaître un contenu médical dans ce dernier comme dans le premier papyrus qu’il avait acquis et auquel
est attaché définitivement son nom. Sanchez et Metzger ont opportunément publié en 2012, inclus dans leur
ouvrage, le fac-similé de treize pages de notes écrites par Edwin Smith, qui semblent correspondre au travail
[116, p.326-38]préparatoire d’une traduction . Pourquoi Smith n’est-il pas allé au terme de sa démarche ? Pourquoi
at-il vendu le document qui allait devenir le papyrus Ebers, s’il en avait reconnu l’intérêt ? Il n’existe aucune
réponse à ces questions.
Edwin Smith va rester à Louqsor jusqu’en 1876. Son activité et ses moyens de subsistance pendant ces
années demeurent incertains. On sait seulement par un petit nombre de témoignages rapportés par Breasted
[13a, ibid.] qu’il va croiser quelques voyageurs occidentaux et leur faire visiter des tombes. En compagnie du
Viceconsul britannique, il accompagnera ainsi en 1868, le Prince de Galles en visite officielle en Égypte et lui
montrera ‘‘une tombe de 90 pieds de profondeur avec trente momies et leurs sarcophages’’.
En 1876, Edwin Smith quitte définitivement l’Égypte. Il emporte avec lui dans ses bagages le papyrus, non
sans l’avoir découpé préalablement pour faciliter son transport (!). Il meurt le 27 avril 1906, à l’âge de 84 ans.
Peu après sa mort, sa fille Mrs Leonora Smith fera don du papyrus et des notes d’accompagnement à la
New York Historical Society. Cette dernière va les conserver pendant quatorze ans avant de mandater en 1920
l’Oriental Institute de Chicago et son directeur, le Professeur James Henry Breasted (1865-1935) pour la
réalisation d’une publication exhaustive.
Né à Rockford (Illinois), Breasted partit étudier l’égyptologie en Allemagne et préparer une thèse consacrée
à la révolution monothéiste amarnienne, sous la direction d’Adolf Erman. En 1894, il sera le premier américain
docteur en égyptologie. Après cinq ans de travail de terrain en Égypte, il est nommé professeur à l’université
de Chicago, et sera à l’origine de la création de l’Oriental Institute qu’il dirige à partir de 1919. Il va mettre dix
ans pour mener à bien la publication du papyrus Smith, avec l’aide d’un conseiller médical, le Dr Arno B.
Luckhardt (1885-1957), professeur de physiologie à l’université de Chicago.
Breasted, missionné par une Société savante new-yorkaise, ne manquera pas d’informer la population des
progrès de sa traduction. Entre 1923 et 1930, vont paraître plusieurs articles de presse dans le New York Times.
6Un premier article « Surgery 3,000 years ago : Papyrus Translator Finds Record of Delicate Operations » est publié
le lendemain d’une conférence de Breasted devant la Chicago Medical Society où il a fait le point sur
l’avancement de son travail et expliqué que la publication allait lui demander encore deux ans. Il lui en faudra
six supplémentaires. En mars 1925, sans doute à l’initiative du bibliothécaire de la New York Historical Society,
7Alexander J. Wall , paraît un article au titre retentissant « Quacks of 1600 B.C. gave ‘youth’ to men », puis en octobre
de la même année, un article de fond sur trois colonnes, avec une interview de Breasted qui fait un nouveau
point sur son travail et lâche quelques révélations spectaculaires « The word brain did not exist until our ancient
8friend (sic) coined it » . En 1930, la sortie de l’ouvrage de Breasted en deux volumes va faire l’objet de deux
9nouveaux articles, l’un annonçant la publication , l’autre après parution portant le titre accrocheur « A Most
Ancient Harvey » qui se conclut joliment par un hommage à l’auteur « Fortunately, the papyrus has fallen into the
10hands of an archaeologist who has the true secret of restoring to the old world its youth » .
[33] [94]Au décours de la publication, les égyptologues ne tarderont pas à s’emparer du sujet .
Le papyrus Smith, resté dix ans à l’Oriental Institute de Chicago, retourne à New York dans les locaux de la
New York Historical Society, puis est placé en dépôt au Musée de Brooklyn en 1936, et enfin, le 3 décembre
1948, est remis à la Bibliothèque de la New York Academy of Medicine lors d’une cérémonie solennelle dont la
11. presse se fit l’écho
Le papyrus Smith a fait l’objet il y a dix ans d’une présentation au grand public lors de l’exposition « The Art
of Medicine in Ancient Egypt » qui s’est tenue au Metropolitan Museum of Art à New York du 13 septembre 2005
[2]au 15 janvier 2006 .
Le papyrus Smith a donné lieu à de nombreuses publications qui ne sont pour la plupart que de simples
commentaires bâtis pour l’essentiel sur la traduction de Breasted. Les travaux originaux comportant une
[2] [116] [5] [17] [73] [132]traduction propre sont peu nombreux, anglophones , francophones et germanophones .
____________________
6 New York Times du 27 mai 1922.
7 New York Times du 24 mars 1925 – Article de presse titré et sous titré ‘‘Quacks of 1600 B.C. gave ‘youth’ to men – Historical Society’s Papyrus has
Rejuvenation Recipe Known to the Ancients – A REAL MEDICAL TREATISE – Prof. Braisted (sic) Finds Old Doctors Knew Things That Modern Science is
Just Learning’’.
8 New York Times du 11 octobre 1925 – Article de presse titré et sous-titré ‘‘OLDEST MEDICAL BOOK SOON TO BE TRANSLATED – Professor James H.
Breasted, Who Will Supervise Excavations at Armageddon, Describes Record of Physiologica Study Written in Seventeenth Century, B.C.’’.
9 New York Times du 7 juillet 1930 – Article de presse titré et sous-titré ‘TO PUBLISH PAPYRUS OF EGYPTIAN SURGERY – University of Chicago Will Print
Scientific Observations of a Surgeon of 2700 B.C.’’.
10 New York Times du 5 octobre 1930.
11 New York Times du 3 et du 5 décembre 1948 – Participèrent à la cérémonie le Dr. Fenwick Beekman, président de la New York Historical Society, Mr.
Charles Nagel Jr, directeur du Musée de Brooklyn, et le récipiendaire le Dr. George Baehr président de la New York Academy of Medicine.
22 CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES
Caractéristiques physiques
Le rouleau de papyrus
Le rouleau de papyrus, ou medjat, était le support de l’écriture non monumentale de l’Égypte antique et
1représentait le ‘‘livre’’ égyptien .
Le rouleau était constitué d’une bande de longueur variable, façonnée par collage d’un certain nombre de
feuillets. Chaque feuillet était lui-même réalisé à partir de lamelles de 10 à 15 mm de largeur provenant de la
tige de la plante de marais Cyperus papyrus, obtenues par section longitudinale de tronçons découpés sur la
tige de papyrus. La longueur de ces tronçons était variable, le plus souvent de 280 à 380 mm de longueur.
Les lamelles, débarrassées de leur écorce, étaient ensuite écrasées, puis assemblées en deux couches
disposées perpendiculairement l’une par rapport à l’autre avant d’être mises à sécher.
Les feuillets ainsi obtenus, de forme quadrangulaire, étaient de hauteur et de largeur sensiblement
identiques. Ils étaient ensuite collés à la suite les uns des autres avec une petite zone de recouvrement, pour
2constituer une bande de longueur variable, pouvant atteindre une valeur considérable . Cette bande était
secondairement enroulée sur elle-même de la gauche vers la droite pour constituer le rouleau, support de
l’écriture.
La hauteur des feuillets conditionnant la hauteur du rouleau lui-même, était prédéterminée par la longueur
3des tronçons de tige. Elle était le plus souvent proche de 17 ‘doigts’ égyptiens .
Le papyrus Smith à l’origine (avant usure du temps et découpage par Smith en 1876) constituait un rouleau
de près de cinq mètres de longueur formé de l’assemblage de douze feuillets de 400 mm de largeur environ,
collés entre eux (onze zones de collage), d’une hauteur de 320 à 330 mm.
Le rouleau de papyrus était écrit sur une face (face antérieure ou recto), ou sur ses deux faces (recto et
verso), généralement en lignes horizontales d’écriture hiératique orientée de droite à gauche, et se succédant
de haut en bas en formant des colonnes d’écriture de hauteur et de largeur variables, qui n’épousaient pas la
largeur des feuillets constitutifs du document. La hauteur de la colonne d’écriture dépendait de la hauteur des
marges supérieure et inférieure. La largeur des colonnes d’écriture pouvait être régulière ou très irrégulière
comme c’est le cas du papyrus Smith où les colonnes II à V ont une largeur bien supérieure aux suivantes. La
hauteur des lignes et donc le nombre de lignes, et leur parallélisme pouvaient varier d’une colonne à l’autre, en
fonction de l’application du scribe, mais aussi sans doute de l’aspect de la ‘‘mise en page’’ du document
antérieur dont il assurait la copie, et dont il était tributaire, notamment s’il s’agissait d’un apprenti scribe, ce qui
était compte tenu des constatations faites, la condition de l’auteur de la copie dont nous disposons, au moins
du premier qui a copié le papyrus sur sa majeure partie.
Le mode d’enroulement usuel, de la gauche vers la droite, l’enroulement commençant par le bord gauche
de la bande pour se terminer au niveau du bord droit, rend compte du fait que l’extrémité droite de cette bande
constituait la partie la plus superficielle du rouleau, et lui servait d’enveloppe. Cette extrémité droite était ainsi
directement manipulée lors de la saisie du rouleau, et se trouvait en conséquence la plus exposée aux
altérations d’origine externe, et partant la plus vulnérable. Les lignes horizontales formant la première colonne
de texte, écrites à la face antérieure de l’extrémité droite du papyrus s’avèrent par conséquent être les plus
dégradées.
Le papyrus Smith n’a pas échappé à ce phénomène destructeur, comme on le verra plus loin.
Colonnes et lignes du papyrus Smith
Le papyrus Edwin Smith est écrit sur ses deux faces.
La face antérieure compte dix-sept colonnes, la face postérieure cinq colonnes.
Rappelons qu’avant de quitter Louqsor en 1876, Smith découpa le papyrus en neuf grands fragments, et
conserva sans les repositionner, les dix-huit fragments épars, reliquats de la colonne I. Parmi ces derniers,
[13b, pl.I]seuls dix apparurent exploitables : leur repositionnement a été effectué par Breasted .
Les fragments 1 à 4 du découpage supportent les colonnes II à V, les fragments 5, 6 et 7 respectivement
les colonnes VI et VII, VIII et IX, X et XI du recto.
Le fragment 8 supporte les colonnes XII, XIII, XIV et XV du recto et les colonnes XX, XXI et XXII du verso.

1    [Pyr. 491 / Pyr1, S.254] Ce terme très ancien, présent dans les Textes des Pyramides avec la graphie  figure une fois dans le papyrus Smith avec la
  [Sm XXI 9]graphie idéographique  .
2 Ainsi le papyrus d’Ani, conservé au British Museum, a une longueur de 23 mètres.
3 Le doigt , ou djebâ, mesure linéaire correspondant à une largeur de doigt de 1,86 cm (cf. Suppl.2 : Abrégé de Grammaire – Digression 1 : Fractions et unités de
mesure).
23 PAPYRUS EDWIN SMITH : PRÉSENTATION LIMINAIRE

Le fragment 9 supporte les colonnes XVI et XVII du recto et XVIII et XIX du verso.
Ces fragments sont présentés plus loin (cf. Méthodologie, Figure 1).
La hauteur de chaque colonne, la hauteur des marges supérieure et inférieure, et la hauteur du papyrus
figurent sur le tableau ci-dessous (Tableau 1).
La largeur maximale des colonnes équivaut à la plus grande longueur de ligne.
Le papyrus Smith possède au total 469 lignes, 377 au recto, 92 au verso.
La colonne comportant le plus grand nombre de lignes est la colonne I : 26 lignes (ce nombre est certain, la
reconstitution permettant sur ce plan d’être affirmatif).
Les colonnes comptant le moins de lignes sont la colonne XVII au recto (19 lignes) et la colonne XXII au
verso (14 lignes), la première en raison d’un arrêt de la copie en cours de phrase, la seconde correspondant à
la fin de la copie effectuée par le second scribe, alors qu’il restait de l’espace disponible pour d’autres écrits.

4Tableau 1 – Dimensions du papyrus Smith

Nombre de Hauteur de Hauteur Hauteur Largeur col. Hauteur
Recto lignes colonne marge sup. marge inf. maximale du papyrus
5 Col. I 26 275 (C+F) 11 (C) 15 (F) ??? 303
Col. II 25 275 20 20 285 315
Col. III 21 280 15 25 305 320
Col. IV 21 290 8 22 320 322
Col. V 22 278 16 28 295 323
Col. VI 21 280 12 30 205 323
Col. VII 24 280 14 28 190 322
Col. VIII 23 285 10 28 218 324
Col. IX 22 280 10 33 185 323
Col. X 22 280 10 33 220 322
Col. XI 23 275 12 35 175 323
Col. XII 22 275 12 35 185 322
Col. XIII 22 270 15 35 205 320
Col. XIV 23 273 12 35 190 320
Col. XV 21 266 12 42 205 320
Col. XVI 20 260 15 44 185 319
Col. XVII 19 265 17 40 195 322
Total recto 377
Nombre de Hauteur de Hauteur Hauteur Largeur col. Hauteur
Verso lignes colonne marge sup. marge inf. maximale du papyrus
Col. XVIII 19 285 12 25 215 322
Col. XIX 20 280 13 26 175 319
Col. XX 18 280 15 25 210 320
Col. XXI 21 295 14 11 175 320
Col. XXII 14 175 23 122 200 320
Total verso 92
Papyrus 469


____________________



4 [13b]Mesures effectuées sur les fac-similés présentés par Breasted . Les mesures de hauteur ont été effectuées à la partie médiane des colonnes. Les mesures
de hauteur et de largeur sont exprimées en millimètres.
5 re La nomenclature des fragments de la colonne I est présentée plus loin (cf. Traumatismes de la tête, 1 partie, Figure 24).

24 NATURE DES TEXTES



Nature des textes


Le papyrus Edwin Smith, est rédigé sur ses deux faces.
La nature des textes est totalement différente d’une face à l’autre du document. Comme nous le verrons,
ceci suggère que ce papyrus est le résultat (imparfait) d’un exercice d’entraînement pour scribes en formation.

Face antérieure (recto) du papyrus

Le recto comprend dix-sept colonnes d’écriture et un total de 377 lignes écrites de la même main. Y figurent
48 observations médicales qui ont la particularité d’être présentées suivant un ordre bien défini, correspondant
très certainement à une exigence didactique de l’auteur primitif.
On reconnaît aisément l’existence d’un canevas précis.
L’observation type comprend successivement
- Un intitulé qui précise d’emblée le mal auquel le médecin se trouve confronté ; la locution qui lui
correspond apparaît derrière le terme égyptien inaugural SzAw, mentionné plus haut, correspondant à
« instructions pour », « conduite à tenir en présence de ».
- L’examen clinique est présenté aussitôt après l’intitulé et commence également toujours de la même
manière par les termes égyptiens jr XAi.k que l’on traduit par « si tu examines », « lorsque tu examines ». Le
tutoiement utilisé n’est pas une marque de familiarité d’un maître vis-à-vis d’élèves ; il correspond au mode
direct d’expression qu’avaient les Égyptiens pour communiquer entre eux ; ainsi, s’adressait-on au roi suivant
la forme « ta Majesté » (cf. Suppl. 2 : Abrégé de grammaire, Digression 2 : Anthroponymie et titulature royale).
- Au terme de cet examen vient une conclusion, qui reprend plus ou moins de manière tautologique les
données de l’examen, en ajoutant parfois un élément nouveau.
- Puis apparaît l’énoncé du verdict, temps marquant de l’observation, avec trois éventualités que l’on
traduit par : ‘‘un mal sur lequel je vais agir’’, ‘‘un mal avec lequel je vais me battre’’, ‘‘un mal pour lequel rien n’est
à entreprendre’’.
Le premier verdict correspond, dans l’expérience du maître-médecin, aux circonstances dans lesquelles
le pronostic est dans tous les cas favorable, sous réserve de traiter le patient suivant les préconisations qui vont
être précisées immédiatement après.
Le second verdict indique que le pronostic est incertain, que l’évolution peut mener le patient à la
guérison, mais aussi que, malgré le traitement préconisé, son état est susceptible de se dégrader : le
maîtremédecin conseille de surveiller le patient jusqu’à ce qu’il ait atteint le ‘‘point décisif’’, c’est-à-dire jusqu’à ce que
l'on sache ‘‘s’il vivra ou s’il mourra’’.
Enfin, le dernier verdict correspond à un mal au-delà de toute possibilité thérapeutique, sans le moindre
espoir d'amélioration, qui va aboutir inexorablement à la mort. L’énoncé de ce verdict défavorable met le plus
souvent fin à l’observation ; dans quelques cas cependant le maître-médecin prodigue des conseils, relatifs à
l’installation du patient, visant à soulager sa fin de vie.
- Faisant suite aux deux premiers verdicts, un traitement est proposé, dont les modalités sont clairement
définies.
- De nombreuses observations comportent des gloses qui sont d’un grand intérêt, venant éclairer un
terme ou une expression nécessitant une explication : il peut s’agir d’une explication à caractère proprement
médical, mais parfois on est manifestement en présence d’un commentaire devenu obligatoire à propos d’un
terme ancien, recopié par des générations de scribes, mais qui, tombé en désuétude, est devenu
incompréhensible à l’époque de l’une des copies récentes révisée du texte par un nouveau maître-médecin.
Dans le cas du papyrus Smith - on le constatera dans de nombreux exemples - le rédacteur était très
certainement un apprenti scribe, qui ne faisait que copier, parfois sous la dictée, le document qui lui avait été
confié, mais qui était inapte à comprendre ce qu’il écrivait, du moins dans le domaine médical, et également
certainement peu apte à saisir les subtilités de la langue et à repérer et expliquer des archaïsmes.
- Quelques observations comportent des formes cliniques donnant lieu à un nouvel examen, à des
conclusions nouvelles et à une révision du verdict.

Au-delà du paradigme de présentation des observations, le caractère didactique du document est confirmé
par l’ordonnancement de la séquence d’observations. Elles sont en effet présentées dans un ordre qui tient
compte de deux éléments, la topographie lésionnelle et la sévérité de la lésion. Les observations sont
présentées par régions. Ce n’est nullement précisé dans le document, mais il n’y a aucun mystère : la
description des lésions, traumatiques en l’occurrence, intéresse successivement le crâne, la partie supérieure
de la face, la région temporale, la partie inférieure de la face ; sont ensuite traitées la région cervicale (face
antérieure du cou puis rachis cervical), la ceinture scapulaire et la partie proximale du membre supérieur, et

25 PAPYRUS EDWIN SMITH : PRÉSENTATION LIMINAIRE

enfin les lésions du tronc où sont décrites cette fois de manière moins ordonnée des lésions traumatiques et
des tumeurs. On reconnaît donc là, sans ambiguïté, un mode logique de présentation suivant une progression
anatomique, de la tête aux pieds. Le recto se termine de manière abrupte au milieu d’une observation de
traumatisme du rachis dorsal.
La progression se fait en fonction également du degré de gravité du mal exprimé par le type de verdict : pour
une région donnée sont décrites d’abord les atteintes curables de niveau 1, sachant qu’elles sont elles-mêmes
présentées suivant un degré croissant de complexité ; puis sont exposées les atteintes donnant lieu au verdict
intermédiaire de niveau 2, qui précèdent les cas de pronostic fatal (verdict de type 3).
Ceci représente l’observation type qui connaît toutefois quelques entorses, liées très probablement, comme
on l’expliquera, à des ajouts d’observations nouvelles et parfois à des erreurs de scribe qui se sont pérennisées,
ayant été reprises dans les copies ultérieures.
1 2 Les observations présentes à la face antérieure du papyrus Smith sont les suivantes :

Traumatismes de la tête

Traumatismes crâniens et cranio-cérébraux
3[I-1 – I-12] Observation 1 – [Instructions pour une lésion traumatique de la tête] – (verdict 1 - 3 gloses)
[I-12 – I-18] Observation 2 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une [plaie béante à la tête] arrivant au
contact de l’os – (verdict 1 - 3 gloses)
[I-18 – II-2] Observation 3 – [Instructions pour une lésion traumatique constituée] d’une plaie béante à la tête pénétrant jusqu'à
l’os avec perforation [du crâne] – (verdict 1 - 4 gloses)
[II-2 – II-11] Observation 4 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante à la tête pénétrant jusqu’à
l’os avec fracture du crâne – (verdict 2 - 3 gloses)
[II-11 – II-17] Observation 5 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante à la tête avec fracas
crânien – (verdict 3 - 1 glose)
[II-17 – III-1] Observation 6 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante à la tête pénétrant jusqu’à
l’os, d’un fracas crânien et d’une rupture du cerveau (à l’intérieur) du crâne – (verdict 3 - 2 gloses)
[III-2 – IV-4] Observation 7 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante à la tête pénétrant jusqu’à
l’os avec perforation des tepaou (‘‘sinus frontaux’’) du crâne – (deux verdicts 2&3 - 10 gloses)
[IV-5 – IV-18] Observation 8 – Instructions pour un fracas du crâne sous la peau de la tête – (observation polluée avec deux verdicts 3
douteux - 5 gloses)
[IV-19 – V-5] Observation 9 – Instructions pour une lésion traumatique à l’avant du visage avec fracas de l’écaille du crâne –
(observation polluée à caractère magique dominant, sans verdict - 1 glose)

Traumatismes faciaux supérieurs
[V-5 – V-9] Observation 10 – Instructions pour une plaie du sommet du sourcil – (verdict 1 - 1 glose)
[V-10 – V-15] Observation 11 – Instructions pour une fracture avec déplacement du pilier nasal – (verdict 1 - 2 gloses)
[V-16 – VI-3] Observation 12 – Instr pour une fracture avec déplacement de la chambre du nez – (verdict 1 - 3 gloses)
[VI-3 – VI-7] Observation 13 – Instructions pour un fracas du nez – (verdict 3 - aucune glose)
[VI-7 – VI-14] Observation 14 – Instructions pour une plaie (transfixiante) de la narine – (verdict 1 - 1 glose)
[VI-14 – VI-17] Observation 15 – Instructions pour une perforation de la joue – (verdict 1 - aucune glose)
[VI-17 – VI-21] Observation 16 – Instructions pour une fracture de la pommette – (verdict 1 - aucune glose)
[VII-1 – VII-7] Observation 17 – Instructions pour un fracas de la pommette – (verdict 3 - aucune glose - observation polluée par une erreur de
scribe)

Traumatismes de la région temporale
[VII-7 – VII-14] Observation 18 – Instructions pour une lésion traumatique de la tempe – (verdict 1 - 2 gloses)
[VII-14 – VII-22] Observation 19 – Instructions pour une perforation de la tempe – (verdict 1 - 1 glose)
[VII-22 – VIII-5] Observation 20 – Instructions pour une lésion traumatique de la tempe atteignant et perforant l’os temporal –
(verdict 3 – aucune glose)
[VIII-6 – VIII-9] Observation 21 – Instructions pour une fracture de l’os temporal – (verdict 2 – aucune glose)
[VIII-9 – VIII-17] Observation 22 – Instructions pour un fracas de l’os temporal – (verdict 3 – 3 gloses)
[VIII-18 – VIII-22] Observation 23 – Instructions pour une plaie de l’oreille – (verdict 1 – aucune glose)

Traumatismes faciaux inférieurs
[VIII-22 – IX-2] Observation 24 – Instructions pour une fracture avec déplacement de la mandibule – (verdict 3 – aucune glose)
[IX-2 – IX-6] Observation 25 – Instructions pour une luxation de la mandibule – (verdict 1 – aucune glose)
[IX-6 – IX-13] Observation 26 – Instrour une plaie de la lèvre (supérieure) – (verdict 1 – 1 glose)
[IX-13 – IX-18] Observation 27 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante du menton – (verdict 1 –
aucune glose)

Lésions traumatiques du cou

[IX-18 – X-3] Observation 28 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante de la gorge – (verdict 2 –
aucune glose)
[X-3 – X-8] Observation 29 – Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante dans une vertèbre du cou
– (verdict 2 – aucune glose)
[X-8 – X-12] Observation 30 – Instructions pour une entorse d’une vertèbre du cou – (verdict 1 – 1 glose)

1 Les têtes de chapitre (ex. Traumatismes crâniens), les subdivisions (ex. Traumatismes de la région temporale) et les mentions des observations successives
avec leur numéro d’ordre (ex. Observation 19) n’existent pas dans le texte égyptien, écrit en continu, sans la moindre séparation.
2 Le verdict et l’existence de gloses et leur nombre sont précisés pour chaque observation à titre informatif préalable et seront naturellement détaillés lors de
la traduction ligne à ligne et de la traduction suivie.
3 Les parties entre crochets correspondent à la traduction de parties manquantes de la colonne, reconstituées de manière assurée.

26 NATURE DES TEXTES

[X-12 – X-22] Observation 31 – Instructions pour une luxation d’une vertèbre du cou – (verdict 3 – 3 gloses)
[XI-1 – XI-9] Observation 32 – Instructions pour un tassement d’une vertèbre du cou – (verdict 1 – 1 glose)
[XI-9 – XI-17] Observation 33 – Instructions pour un écrasement d’une vertèbre du cou – (verdict 3 – 2 gloses)

Pathologie externe de la ceinture scapulaire, du membre supérieur et du tronc

Lésions traumatiques de la région claviculaire et du bras
[XI-17 – XII-2] Observation 34 – Instructions pour une luxation de la clavicule – (observation polluée avec introduction d’un second type
lésionnel - verdict 1, répété deux fois, la seconde fois de manière erronée – 2 gloses)
[XII-3 – XII-8] Observation 35 – Instructions pour une fracture de la clavicule – (verdict 1 – aucune glose)
[XII-8 – XII-14] Observation 36 – Instructions pour une fracture du bras – (verdict 1 – aucune glose)
[XII-14 – XII-21] Observation 37 – Instructions pour une fracture du bras avec un fracas (osseux) et une plaie en regard – (présence
de deux formes cliniques, l’une conduisant au verdict 2, la seconde au verdict 3 – aucune glose)
[XII-21 – XIII-2] Observation 38 – Instructions pour une fissure du bras – (verdict 1 – aucune glose)

Lésions traumatiques et non traumatiques du tronc
[XIII-3 – XIII-12] Observation 39 – Instructions pour des abcès (développés) sur un traumatisme de la poitrine – (verdict 1 avec
traitement – 1 glose)
[XIII-12 – XIII-17] Observation 40 – Instructions pour une blessure de la poitrine – (verdict 1 – 1 glose)
[XIII-18 – XIV-16] Observation 41 – Instructions pour une complication insolite d’une plaie de poitrine – (verdict 1 – 5 gloses)
[XIV-16 – XIV-22] Observation 42 – Instructions pour une entorse des côtes thoraciques – (verdict 1 – 1 glose)
[XIV-22 – XV-6] Observation 43 – Instructions pour une luxation des côtes thoraciques – (verdict 1 – 3 gloses)
[XV-6 – XV-9] Observation 44 – Instructions pour une fracture (ouverte) des côtes thoraciques avec un délabrement de la plaie
en regard} – (verdict 3 – aucune glose)
[XV-9 – XV-19] Observation 45 – Instructions pour des tumeurs sphériques au niveau de la poitrine – (verdict 2 modifié – 1 glose)
[XV-20 – XVI-16] Observation 46 – Instructions pour une tumeur (développée) sur une atteinte (traumatique) du thorax – (verdict
1 avec traitement – 3 gloses)
[XVI-9 – XVII-15] Observation 47 – Instructions (pour) une lésion traumatique constituée d’une plaie béante de la région
scapulaire – (description de deux formes cliniques, l’une conduisant au verdict 1, la seconde au verdict 2 – aucune glose)
[XVII-15 – XVII-19] Observation 48 – Instructions pour une entorse d’une vertèbre dorsale – (verdict 1 – observation inachevée)

Au total, vingt-neuf des quarante-huit observations présentent une ou plusieurs gloses (jusqu’à dix pour la
septième observation) avec un total de soixante-dix gloses.
Ces gloses apparaissent dans quelques cas comme un témoignage supplémentaire de la volonté de l’auteur
primitif de se faire parfaitement comprendre de ses élèves.
Dans les autres cas, les gloses relèvent d’interventions ultérieures d’autres maîtres-médecins qui ont
souhaité, sans intervenir sur le texte initial, adapter les observations aux évolutions, notamment linguistiques,
de leur époque.

Face postérieure (verso) du papyrus

Par son caractère disparate, le verso du papyrus correspond sans nul doute au résultat d’un exercice
d’apprentissage et d’entraînement pour scribes en formation. Le texte ne relève d’aucune thématique précise
comparable à celle qui est présente au recto où sont exposés des cas de pathologie externe, d’origine
traumatique pour le plus grand nombre.
Deux (apprentis) scribes y ont travaillé successivement.
On trouve d’abord l’écriture du scribe qui a rédigé les quarante-huit observations médicales du recto et a
interrompu inopinément sa copie au milieu d’une observation. Au verso, il a copié huit incantations à visée
apotropaïque, une prescription médicale pour aménorrhée douloureuse, et deux recettes à visée cosmétique
similaires à deux recettes présentes à la fois dans le papyrus Ebers et dans le papyrus Hearst.
Un autre scribe est intervenu à sa suite pour rédiger une troisième recette à visée cosmétique, puis une
prescription pour des douleurs anales, cette dernière mettant un terme au texte du verso, alors qu’il restait de
l’espace disponible sur le support.
La recette à visée cosmétique est celle déjà évoquée ‘‘pour transformer un vieillard en jeune homme’’, qui fut
révélée précocement dès 1925, cinq ans avant la parution du travail de Breasted (cf. supra). On verra
qu’audelà de son aspect spectaculaire apte à aiguiser la curiosité des journalistes et échauffer l’imagination du grand
public, cette recette est intéressante par son caractère très structuré et la complexité de sa confection.
Les cas médicaux du verso se démarquent quant à eux des observations du recto : il s’agit dans les deux
cas de simples prescriptions, présentées de manière similaire à la majorité des prescriptions figurant dans les
autres textes médicaux de l’ancienne Égypte.

La liste ci-dessous présente les intitulés des huit incantations magiques à visée apotropaïque et des trois
recettes de nature cosmétique du verso, qui en possèdent toutes un.
En revanche, contrairement aux observations du recto, les deux prescriptions médicales n’en possèdent
pas ; l’intitulé indiqué est un ajout personnel qui découle du contenu de la prescription.



27 PAPYRUS EDWIN SMITH : PRÉSENTATION LIMINAIRE
Incantations magiques à visée apotropaïque
[XVIII-1 – XVIII-11]Incantation 1 – Formule pour repousser le souffle de la rosée mortifère de l’année
[XVIII-11 – XVIII-16]Incantation 2 – Une autre (formule) pour repousser le souffle de la maladie, les démons de la maladie, et les
esprits du mal messagers de Sekhmet.
[XVIII-17 – XVIII-19]Incantation 3 – Une autre protection contre la rosée mortifère de l’année.
[XVIII-19 – XIX-2]Incantation 4 – Une autre.
[XIX-2 – XIX-14]Incantation 5 – Copie d’une autre.
[XIX-14 – XIX-18]Incantation 6 – Formule pour éliminer une mouche (de) la bouche de l’homme qui est sous mes doigts.
[XIX-18 – XX-8]Incantation 7 – Formule pour nettoyer toutes choses provenant de la rosée mortifère.
[XX-8 – XX-12]Incantation 8 – Une autre.
Prescriptions médicales et recettes à visée cosmétique
[XX-13 – XXI-3]Prescription pour des troubles menstruels (aménorrhée douloureuse) – (pas d’intitulé sur le modèle des observations du
recto – pas de glose)
[XXI-3 – XXI-6]Première recette à visée cosmétique – Médication (pour) restaurer la peau.
[XXI-6 – XXI-8]Deuxième recette à visée cosmétique – Une autre (médication pour) embellir le visage.
[XXI-9 – XXII-10]Troisième recette à visée cosmétique – Début du texte (donnant la recette) pour transformer un vieillard en
jeune homme.
[XXII-11 – XXII-14]Prescription pour des douleurs de la région anale – (pas d’intitulé sur le modèle des observations du recto – pas de glose)
____________________
28 MÉTHODOLOGIE



Méthodologie


L’objet de ce chapitre est de décrire la méthodologie appliquée pour passer des reproductions
photographiques du texte hiératique du papyrus Smith à la traduction française.
Plusieurs opérations successives sont nécessaires : la transcription du texte hiératique en caractères
hiéroglyphiques, strictement conforme à la présentation du document primaire, en lignes orientées de droite à
gauche ; puis la transcription hiéroglyphique de gauche à droite, sens typographique adopté dans les ouvrages
contemporains, permettant l’étape suivante de translittération hiéroglyphique, indispensable avant la traduction.

Rappels

Le papyrus Edwin Smith, dont on a précisé antérieurement les dimensions, est rédigé dans son intégralité
en écriture hiératique, forme cursive de l’écriture hiéroglyphique avec des lignes écrites de droite à gauche, se
succédant de haut en bas, pour former des colonnes disposées elles-mêmes de droite à gauche. Il comprend
un total de vingt-deux colonnes d’écriture, dix-sept rédigées à la face antérieure du papyrus (recto) et cinq à sa
face postérieure (verso). Il est écrit comme il était d’usage, en deux couleurs, noire et rouge. Il ne comporte
aucune illustration.
Deux scribes sont intervenus dans sa rédaction, dans des proportions très inégales : un premier scribe a
rédigé les dix-sept colonnes du recto ; ayant interrompu son travail de manière inopinée près de la fin de la
dixseptième colonne, il a repris le même support, après un délai indéterminé, pour copier au verso trois colonnes
et les huit premières lignes d’une quatrième, d’un texte sans lien avec le texte principal occupant le recto. Un
second scribe est intervenu à sa suite pour copier treize lignes supplémentaires sur cette même colonne, puis
quatorze lignes formant au verso une cinquième et dernière colonne de quatorze lignes, n’occupant que la
moitié de la hauteur du feuillet-support.
Le rouleau de papyrus ayant été découpé par Edwin Smith lui-même pour faciliter son transport à plat au
fond d’une malle lorsqu’il quitta Louqsor en 1876 pour rentrer aux États-Unis, le document d’origine ne peut
1plus être déroulé comme d’autres papyrus mieux préservés pour en permettre une vue d’ensemble .
Les fac-similés dont on dispose sont des photographies des différents fragments du papyrus dans son état
actuel, correspondant à ce découpage initial.
Les premières photographies connues figurent dans le second volume de la publication de James Henry
[13b, pl.I-XXII]Breasted : il s’agit de clichés de teinte bistre où la différenciation des couleurs de caractère est parfois
malaisée. Le volume 2 de Breasted offre en revanche l’avantage de présenter les colonnes à l’échelle 1/1. De
plus, il s’agit de la reproduction de photographies prises dans le laboratoire de l’Oriental Institute de Chicago,
sans doute très peu de temps après son dépôt, et avant le début des travaux de restauration et des tentatives
de décollement des cartonnages mis en place à titre de support plus de quatre décennies auparavant par
Smith : ces travaux allaient provoquer sur le papyrus quelques dommages supplémentaires irréversibles,
[13b, p.IX-XII]mentionnés par Breasted, intéressant notamment la colonne II .
L'examen comparatif de ces premiers clichés et des dernières reproductions en couleur du papyrus
effectuées à la Bibliothèque de la New York Academy of Medicine où il est conservé depuis décembre 1948
montre parfaitement les différences liées à ces interventions hasardeuses.

Des clichés numérisés aux fac-similés

Les clichés numérisés du papyrus dont nous avons pu disposer pour ce travail sont ceux réalisés le 15
novembre 2004 en vue de l’exposition du papyrus, l’année suivante, au Metropolitan Museum of Art à New
2York .
3 À partir des clichés numérisés au format .jpg transmis par la New York Academy of Medicine Library , nous
4avons réalisé un travail de séparation-reconstruction numérique à l’aide du logiciel éditeur d’images GIMP 2
afin de présenter séparément chaque colonne à échelle réduite pour pouvoir figurer sur un format A4 portrait :
échelle voisine de 0,5 pour les quatre colonnes les plus larges (colonnes II à V) et échelle proche de 0,7 pour
toutes les autres colonnes du recto et les cinq colonnes du verso. Ces échelles seront précisées sous chacun
des vingt-quatre fac-similés présentés dans le chapitre suivant sur les pages paires.

1 Hormis après reconstruction numérique.
2 Du 13 septembre 2005 au 15 janvier 2006.
3 Clichés soumis à copyright.
4 GIMP 2 - 2.8.4 copyright © 1995-2013 Spencer Kinball, Peter Mattis & al.

29 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES

e Les clichés qui nous ont été fournis par la NYAML sont présentés ci-dessous, mis à l’échelle 1/10 permettant
de rendre aisément compréhensibles sur une vue d’ensemble l’état actuel du papyrus, les différences de largeur
des colonnes, et la disposition des colonnes du verso au dos des colonnes de la face antérieure.

Face antérieure du papyrus (Recto)

Fragments 4 3 2 1


Colonne V Colonne IV Colonne III Colonne II Colonne I
(Breasted -1930)
Fragments 7 6 5


Col. XI Col. X Col. IX Col. VIII Col. VII Col. VI

Fragments 9 8


Col. XVII Col. XVI Col. XV Col. XIV Col. XIII Col. XII

Face postérieure du papyrus (verso)

Fragments 8 9


Col. XXII Col. XXI Col. XX Col. XIX Col. XVIII

5Figure 1 : État actuel du papyrus Edwin Smith
Fac-similé (échelle 0,1)
Avec la permission de : The New York Academy of Medicine Library ©

Transcription hiéroglyphique de droite à gauche

Dans un premier temps, le texte hiératique a été transcrit conformément au texte hiératique en écriture
hiéroglyphique, orientée de droite à gauche, conformément au sens de l’écriture hiératique.
L’épigraphiste et paléographe allemand Georg Möller (1876-1921) a rassemblé dans quatre volumes
correspondant à autant de grandes périodes de l’histoire de l’Égypte antique, les caractères hiératiques

5 La colonneXVIII est au dos de la colonne XVII, la colonne XIX au dos de la colonne XVI, la colonne XX au dos de la colonne XV et de la partie la plus à
gauche de la colonne XIV, la colonne XXI au dos du reste de la colonne XIV, la colonne XXII au dos de la colonne XIII.

30 MÉTHODOLOGIE

e erecensés dans la littérature égyptienne disponible à la fin du XIX et au début du XX siècle. Le volume où figure
[99] la quasi-totalité des caractères présents dans le papyrus Smith est le volume I paru en 1909 ; quelques très
[100]rares caractères, absents du volume I, sont référencés dans le volume 2 .
Lors de la préparation de son travail fondamental qui, à ce jour, n’a pas été égalé, Möller ne pouvait pas
connaître le papyrus rapporté d’Égypte par Edwin Smith, entreposé dans les cartons de son acquéreur jusqu’en
1906 puis conservé jusqu’en 1920 par la New York Historical Society, et publié seulement en 1930. Par contre,
il avait à sa disposition d’autres documents, de datation voisine, notamment le papyrus Westcar et le papyrus
Ebers. La forme des caractères hiératiques présents sur ce dernier est le plus souvent très proche de celle des
caractères homologues du papyrus Smith.

Pour réaliser le présent travail nous avons, à partir des fac-similés des vingt-deux colonnes d’écriture
(dixsept colonnes au recto et cinq au verso), effectué la transcription hiéroglyphique numérisée, ligne à ligne, au
6moyen du logiciel InScribe 2004 , au plus près de l’écriture d’origine et respectant naturellement la bichromie
d’écriture noire et rouge du document primaire :
- la transcription a été effectuée avec la police de caractères hiéroglyphiques Inscribe de taille 11 pour
les colonnes I à V ;
- à partir de la colonne VI du recto, la réduction de largeur des colonnes a permis une transcription avec
la police de caractères hiéroglyphiques Inscribe de taille 14 (colonnes VI à XVII) ;
- la transcription hiéroglyphique des colonnes du verso (colonnes XVIII à XXII) a été intégralement
effectuée avec la même police de caractères Inscribe 14.

Ex. : Papyrus Smith : Colonne II - ligne 6



* transcription hiéroglyphique en écriture de droite à gauche conforme à l’original (InScribe 11)
                                                                  6

Transcription hiéroglyphique de gauche à droite

Le texte hiératique ayant été transcrit en totalité en écriture hiéroglyphique en lignes horizontales orientées
de droite à gauche, on a effectué ensuite, dernière étape avant la translittération, la transcription hiéroglyphique
de gauche à droite.
Plutôt qu’une présentation artificielle de l’écriture hiéroglyphique de gauche à droite en cadrats (option
[13a]retenue par Breasted ), nous avons conservé, en inversant seulement l’orientation des lignes et des
caractères, la disposition respective de ces derniers dans le texte hiératique.

Ex. : Papyrus Smith : Colonne II - ligne 6

* transcription hiéroglyphique en écriture de gauche à droite (InScribe 11)
                                            II-6                     

Translittération

Dans notre présentation ligne à ligne, la transcription hiéroglyphique de gauche à droite est immédiatement
suivie de la translittération.
Avant traduction, les textes hiéroglyphiques font l’objet d’une translittération, opération qui a pour finalité de
transformer un texte hiéroglyphique en un texte littéral, ‘‘alphabétique’’.
La translittération consiste à individualiser et à transcrire en écriture de gauche à droite les mots égyptiens
d’un texte écrit (ou transcrit) en hiéroglyphes orientés pour une lecture de gauche à droite, au moyen de lettres
minuscules correspondant, par convention, aux sonorités supposées (consonantiques et de vocalisation) du
moyen égyptien.
Dans la mesure où il s’agit d’une convention, les règles de translittération ne sont pas adoptées de manière
7univoque par tous les égyptologues et philologues s’intéressant à l’Égypte ancienne .


6 InScribe 2004 copyright © 1993-2004 Saqqara Technology Ltd - 81 Sandfield Road Headington, Oxford, Oxfordshire, OX3 7RW United Kingdom –
Le logiciel dispose de la fonte de caractères hiéroglyphiques du Griffith Institute d’Oxford, utilisée dans les différentes éditions de l’Egyptian Grammar, dont la
[48] dernière en date avec, dans la dernière version du logiciel, quelques caractères supplémentaires absents de la liste de Gardiner. Il permet de présenter les
hiéroglyphes dans les deux couleurs (noire et rouge) utilisées par les scribes, de moduler les tailles de caractères imprimés de 8 à 144, d’écrire dans les deux
sens de l’écriture égyptienne en ligne (de droite à gauche et de gauche à droite), de créer des cartouches, de marquer des caractères endommagés et des
lacunes du texte, etc. Les séquences créées sont ensuite directement transférables dans les traitements de texte d’usage courant, d’où elles peuvent être
récupérées pour une éventuelle révision.
Le logiciel Inscribe est doté également d’une fonte littérale pour la translittération (Inscribe Phonetic).
7 Certains modes récents de translittération présentent une complexification non seulement rébarbative, mais surtout inutile et au total sans doute,
contreproductive.

31 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES

Le mode de translittération adopté dans cet ouvrage est fondé sur celui du Griffith Institute d’Oxford, avec
quelques adaptations a minima.
Les 25 caractères utilisés pour effectuer la translittération, typographiés en italique (ou soulignés dans une
écriture manuscrite) pour être distingués du reste du texte (traduction et commentaires), sont listés ci-dessous
dans l’ordre conventionnel retenu dans les dictionnaires et lexiques égyptiens.
Ces caractères correspondent aux caractères hiéroglyphiques (et hiératiques) définis par Champollion
comme phonogrammes unilitères :
8A – j – y – a – w – b – p – f – m – n – r – h – H – x – X – z – s – S – q – k – g – t – T – d – D
Sur ces 25 caractères
- 16 proviennent ainsi directement et sans modification de l’alphabet occidental d’origine latine : j, y, w,
b, p, f, m, n, r, h, z, s, k, g, t et d ;
- l’ajout de signes diacritiques, un signe diacritique suscrit (caron au-dessus de la lettre s ), et trois signes
souscrits (ligne au-dessous des lettres t et d, point au-dessous de la lettre k, point, brève ou ligne au-dessous
de la lettre h ) a permis la création de 7 caractères supplémentaires : H, x, X, S, q, T, et D ;
- enfin les 2 caractères A et a ont été ajoutés pour la transcription de sonorités présumées d’origine
9sémitique .
À ces vingt-cinq caractères viennent s’ajouter les deux lettres i et u d’usage restreint à la translittération du
10dernier caractère des verbes dits faibles .
La langue égyptienne ne connaît pas la notion de ponctuation. Les mots constitutifs de phrases, et les
phrases elles-mêmes se suivent sans séparation. Il n’y a pas de paragraphe pour marquer les diverses parties
du discours.
Dans la translittération, qui précède toujours la traduction de l’égyptien en langue vernaculaire
contemporaine, il est indispensable de séparer les mots par un espace, mais aussi d’avoir recours à un certain
nombre de caractères typographiques (ou manuscrits) de ponctuation pour repérer divers éléments
fondamentaux de la grammaire égyptienne :
11 - le point, qui est placé devant les pronoms suffixes (ex. : .f ), les particules suffixales de la flexion
12 13suffixale indirecte (ex. : Dd.jn ), et les désinences pronominales du pseudoparticipe (ex. : dmj.w ) ;
- le trait d’union, marquant notamment les compléments de noms composés au moyen d’un génitif direct
14(ex. : wabw-sxmt ) ;
- les parenthèses, entre lesquelles sont indiquées les caractères manquant dans la graphie et
correspondant, soit à des variantes graphiques elliptiques portant surtout (mais pas uniquement) sur les
semiconsonnes j, y et w, ellipses indiquées (j), (y) et (w), très fréquentes dans certaines formes grammaticales
15 16 17(nisbés , participes , complément verbal négatif ), soit à des variantes grammaticales telles l’usage facultatif
du génitif indirect (ex. : Szaw (n(yw)) wbnw) ;
- le tilde, placé devant la désinence du participe actif au prospectif (ex. : ~sy).

Préalable indispensable à la traduction, la translittération ne doit jamais être omise : elle permet de saisir la
18valeur phonétique d'un mot et par conséquent, le sens même de ce mot (hormis les cas d’homophonie ).



8 Dans la majorité des ouvrages et des dictionnaires sont confondus dans la translittération le z et le s sous la forme unique s ; cette simplification n’apporte
aucune valeur ajoutée et nous différencierons donc les deux caractères de translittération en fonction des caractères hiéroglyphiques d’origine.
9
cf. Suppl.1 : Système d’écriture des Égyptiens de l’Antiquité –Tableau IV).
10 Ce terme et les divers termes grammaticaux qui sont mentionnés ci-après et présents dans de nombreuses notes de bas de page sont explicités et
développés dans un second supplément en fin de volume intitulé ‘‘Abrégé de grammaire de l’égyptien classique’’. Pour la notion de verbe faible : cf. Suppl.2 :
Abrégé de grammaire, chap.8.
11 Le pronom suffixe est l’une des trois variétés de pronoms personnels de l’égyptien classique, les deux autres étant le pronom dépendant et le pronom
indépendant. Le pronom suffixe a plusieurs usages dont celui de déterminant possessif (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire, chap.5) et dans l’énoncé d’action ou
phrase à prédicat verbal (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire, chap.9) il peut être sujet, complément d’objet indirect ou complément circonstanciel du verbe.
12 Le verbe à la voix active comprend un certain nombre de formes définies à partir d’un paradigme où le verbe sDm « entendre », « écouter » a pour sujet le
epronom suffixe de la 3 personne du masculin singulier .f :ont été ainsi identifiées par les grammairiens diverses formes de flexion suffixale, directe sDm.f où
le pronom suffixe suit directement le verbe, indirecte où le pronom suffixe sujet ne suit le verbe qu’indirectement étant séparé de lui par une particule ‘‘suffixale’’
(il en existe quatre : .n, .jn, .xr, .kA ), et enfin la flexion auxiliée, où le verbe est précédé d’un ‘‘auxiliaire’’ (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire chap.11).
13 Le pseudoparticipe est une forme verbale ancienne appelée ‘pseudopartizip’ par le grammairien allemand Adolf Erman (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire,
chap.18).
14 Le complément de nom peut s’exprimer en égyptien suivant deux modes, le génitif direct où les deux substantifs (le substantif régissant et le substantif régi)
sont directement au contact l’un de l’autre, et le génitif indirect où une copule adjectivale s’interpose entre le substantif régissant et le substantif régie (on parle
de copule adjectivale, car cet élément s’accorde à la manière d’un adjectif en genre et en nombre avec le substantif régissant) : cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire,
chap.3).
15 Nisbé : nom donné à des adjectifs de relation forgés à partir de substantifs d’une part (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire, chap.2), de prépositions d’autre part (cf.
Suppl.2 : Abrégé de grammaire, chap.10).
16 Le participe égyptien comporte six formes (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire chap.17).
17 Le complément verbal négatif est la désinence d’un verbe nié par la présence devant lui d’un verbe de négation (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire chap.24).
18 La langue égyptienne a su gérer le problème de l’homographie avec homophonie par l’usage des ‘‘déterminatifs sémantiques’’, caractères qui se lisent, mais
ne s’expriment pas : l’utilisation en fin de mot de déterminatifs spécifiques derrière une séquence de phonogrammes permet de distinguer deux termes
homographes et homophones, de signification différente (cf. Suppl.1 : Système d’écriture des Égyptiens de l’Antiquité §5B3d).

32 MÉTHODOLOGIE

Ex. : Papyrus Smith : Colonne II - ligne 6                                                               II-6   
[m] msdty.fy m anxwy.fy mn.f Tzw m nHbt.f mr aHA.j Hna(.f) jr Dr gmm.k z pf pSn(w) Dnnt.f jm(j).k wt(w)

Les très larges lacunes de la colonne I qui ont nécessité une reconstitution, d’une part, et les nombreuses
erreurs de scribe, d’autre part, ont conduit à introduire de plus l’usage :
19 - de crochets pour marquer des lacunes définitives du texte ;
- d’accolades pour indiquer dans la translittération les erreurs de scribe, erreurs par excès et dans ce cas
les caractères et mots surnuméraires mis entre accolades sont biffés à l’aide d’un double trait - ex. : {jwty}-,
mais aussi erreurs par défaut avec restauration des mots ou caractères manquants - ex. : {wa (n(y))}.

Ainsi, la translittération de la ligne 1 de la colonne I après reconstitution des parties perdues se présente
comme suit :
                                                                       I-1
[SzAw (n(yw)) wbnw m tp.f jr xAi.k z n(y)] w[bnw m tp.f Dar.xr.k wbnw m] tp.f [jst] nj {wnt} spty (n(y)ty) wbnw[.f]

Le papyrus Smith présente la particularité de comporter de nombreuses césures de fin de ligne, coupant un
mot, probablement simplement retranscrites par le scribe qui ne faisait que se conformer au modèle de la copie
précédente à partir de laquelle il effectua sa propre copie.
Ces césures sont placées de manière variable et aléatoire au sein du mot : entre deux caractères constitutifs
de la racine du mot elle-même (entre deux phonogrammes, ou entre un phonogramme bi- ou trilitère et un
20complément graphique ), ou entre les phonogrammes et le(s) déterminatif(s). Elle peut aussi séparer un
substantif et son déterminant possessif, la racine d’un verbe et la particule suffixale de la flexion suffixale
indirecte ou encore la racine d’un verbe et la désinence pronominale du pseudoparticipe, etc.
Les césures de fin de ligne interrompant un mot entre deux phonogrammes sont indiquées dans la
translittération par le caractère = (en fin de ligne au niveau de la césure et au début de la ligne suivante) ; lorsque la césure
précède le(s) déterminatifs du mot, elle est indiquée par un astérisque * ; les césures et leur type sont précisés
en note de bas de page.

Traduction

La traduction de l’égyptien ancien en français a, comme toute traduction, l’ambition d’assurer la meilleure
restitution possible des concepts de l’auteur de l’Antiquité.
Dans le domaine médical, objet principal du papyrus Smith, il convient également dans la traduction de
rester au plus près du savoir des praticiens de l’époque et de ce que l’on en connaît, tel qu’on peut l’apprécier
en fonction des différentes sources disponibles, et ce en évitant deux écueils.
Le premier consisterait à mésestimer ce savoir, en se fondant sur la pertinence faible (ou qui, plus
exactement, peut nous paraître telle) au vu des connaissances actuelles, des solutions thérapeutiques
proposées il y a plus de 3 500 ans. Ces traitements étaient le fruit d’une longue expérience collective acquise
au fil des siècles et des millénaires précédents, depuis le moment où, au sein des petites communautés
humaines préhistoriques, certains hommes se virent investis de la fonction redoutable de soulager leurs
semblables et d’essayer de différer l’échéance inéluctable, la mort. Leurs connaissances, fruits de l’expérience,
furent transmises par voie orale dans une longue chaîne humaine, de génération en génération, jusqu’au
moment où l’écriture permit de les fixer à l’usage de quelques initiés. Il s’agissait donc de traitements
21empiriques, au sens premier et noble du terme . On sait par ailleurs, grâce aux sources écrites de témoins de
l’Antiquité, que la médecine égyptienne avait acquis très tôt un développement et des potentialités
remarquables à tel point que des médecins égyptiens étaient appelés à exercer hors de leur pays ; le corps
médical était structuré et les médecins directement responsables de leurs actes, la faute médicale inexcusable
[Diod I 82-3, p.154-5]pouvant être punie de mort comme le précise Diodore de Sicile , ce qui n’est pas sans rappeler les
pratiques babyloniennes inscrites dans le Code d’Hammurabi.
Inversement, il ne faut pas surinterpréter les textes, et faire dire à l’auteur de l’Antiquité, dans une forme
d’enthousiasme hors de propos, ce qui ne lui était pas et ne pouvait pas lui être accessible.
Dans la traduction nous avons été conduits à introduire quelques termes médicaux lorsqu’ils apportent des
précisions que ne rend pas, ou insuffisamment, le langage commun.


19 La translittération des parties manquantes restaurées est effectuée avec la police InScribe Phonetic 9.
20 Les compléments phonétiques sont des caractères présents dans la graphie, en lien avec un phonogramme bilitère ou trilitère, dont ils précisent la lecture,
mais dans la majorité des cas dans un but esthétique (cf. Suppl.1 : Système d’écriture des Égyptiens de l’Antiquité §5B5).
Le logiciel dispose également d’une fonte littérale pour la translittération (Inscribe Phonetic).
21 Dans la terminologie grecque coexistent « ™p…st»mh » [épistémê], ou « science pure » (d’où le terme « épistémologie », ou « discours sur la science »), et
« ™mpeir…a » [empeiria], « expérience » (d’où les termes « empirisme » et « empirique » qui correspondent aux acquis de l’expérience et ne présentent donc, dans
leur signification originelle, aucune connotation péjorative).

33 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES

Sur le plan de la forme, la traduction française nécessite le recours aux signes habituels de ponctuation, la
séparation des mots, des phrases, des paragraphes, étant inexistante en égyptien où les caractères, qu’il
s’agisse du hiératique ou de l’écriture hiéroglyphique, sont disposés sans aucune démarcation.
La traduction a été typographiée en caractères droits Times New Roman 9, hormis la traduction des parties de
texte qui font l’objet d’une reconstitution, écrite en caractères italiques [Times New Roman 7], entre crochets.
Le reste du texte (présentation, commentaires) est rédigé en caractères droits Arial 10.
Les nombreuses notes de bas de page qu’il nous a semblé nécessaire d’inclure comportent cinq types de
caractères : police InScribe 8 (dans tous les cas, caractères de couleur noire en écriture de gauche à droite)
pour les hiéroglyphes, police Inscribe Phonetic 8 en caractères italiques pour la translittération, police Times New Roman 7
pour les termes traduits ; police Arial 7 pour les commentaires ; police Arial Narrow 9 en exposant entre crochets droits
[Arial Narrow 9] 22 pour les renvois vers d’autres parties du papyrus et les références bibliographiques .

La traduction a eu pour objectif d’allier au mieux précision et clarté du propos et fluidité de langage tout en
restant au plus près de la formulation égyptienne.
Certains usages linguistiques égyptiens, transcrits mot à mot, conduisent à une traduction ‘‘lourde’’, de
lecture rébarbative.
On peut ainsi signaler le recours très fréquent et souvent sémantiquement redondant du pronom suffixe
déterminant possessif dans les observations médicales au recto du papyrus. Dans la plupart des cas, une
traduction française littérale utilisant l’adjectif possessif n’apporte aucune précision complémentaire, et alourdit
inutilement la formulation. On a donc privilégié, chaque fois qu’il était possible de le faire sans affaiblir le sens
de la phrase, la traduction du déterminant par un article défini dont il faut savoir qu’il n’existait pas en égyptien
classique et qu’il n’apparût qu’au Nouvel Empire par évolution des démonstratifs ‘‘récents‘’ en A (cf. Suppl.2 :
Abrégé de grammaire chap.4).

Ainsi le début de la ligne 2 de la colonne III                                                 
conduit à la translittération : SzAw (n(y)w) wbnw n(y) kft m tp.f ar n qs thm tpAw n(y)w Dnnt.f
À partir de cette translittération, la traduction littérale est :
Instructions (de) lésion traumatique de plaie (béante) dans sa tête, pénétrant jusqu’à l’os perforant les tepaou de son crâne
et la traduction retenue, qui ne modifie nullement le sens, est :
Instructions pour une lésion traumatique constituée d’une plaie béante à la tête, pénétrant jusqu’à l’os et perforant les tepaou
du crâne.

La langue égyptienne comporte une forme particulière du nombre, le duel, qui concerne les paires courantes,
qu’il s’agisse de parties du corps ou de divinités (cf. Suppl.2 : Abrégé de grammaire, chap.1 §3B). On trouve ainsi dans
le papyrus Smith le duel employé de manière systématique pour les parties paires du corps humain, et de
manière très fréquente dans le mot pHwy litt. ‘les deux extrémités’ (considérant qu’une chose, un objet, possède
un début et une fin, un côté haut et un côté bas, une partie supérieure et une partie inférieure …).
Une traduction littérale correspondant en permanence à ce duel serait rapidement fastidieuse ‘les deux narines’,
‘les deux joues’, ‘les deux extrémités’, etc. Pour ne pas alourdir le texte, on se contentera donc, là encore, chaque fois
que cela sera possible sans nuire à la précision, de traduire par un pluriel « ses narines », « ses joues », « les
extrémités », ce qui correspond non seulement à l’usage du français, le caractère pair étant connu de tous et
sous-entendu, mais également à l’essence même du duel égyptien qui est la forme de pluriel réservée aux
organes pairs, chez lesquels la forme graphique caractéristique du pluriel est inexistante. Quelquefois la
traduction par un singulier « l’ex tré m ité », sera possible et utilisée.

Concernant la question controversée de l’orthographe, nous avons délibérément conservé l’orthographe
classique, considérant que la soi-disant « nouvelle orthographe du français », introduite en 1990 – dont l’usage
avait été à l’époque seulement recommandé par l’Académie française, mais nullement imposé (et il semble
d’ailleurs que les académiciens actuels y soient devenus hostiles dans leur majorité) – n’a pas, en un quart de
siècle, fait la preuve de son intérêt, ni même donné lieu, pendant cette période pourtant déjà longue, à une
quelconque explication claire et argumentée des motivations, s’il y en eut, qui furent à son origine, et au-delà
de leur cohérence.
23 Quand on examine de plus près les recommandations de cette ‘‘nouvelle orthographe’’ , on ne peut que
constater la coexistence contradictoire et consternante d’une démarche simplificatrice abusive (qui fait fi
notamment de l’étymologie et donc de l’histoire même de l’origine des mots) et de complexifications absurdes
et sans objet, marquées à la fois par un détournement de l’usage de certains signes de ponctuation (trémas),
et par l’abandon de principes logiques portant sur des accords grammaticaux (tel le pluriel de certains noms
composés), conduisant in fine à des non-sens. Si le français comme toute langue vivante doit, par essence, ne
pas rester figée et être capable en permanence d’enrichir son corpus lexical en créant de nouveaux mots et en
faisant quelques emprunts à d’autres langues dès lors qu’un terme français équivalent ne peut être forgé, le
bouleversement artificiel et imposé de règles d’orthographe bien établies, a priori censé faciliter l’apprentissage

22 Il en est de même pour les renvois bibliographiques introduits dans le corps du texte.
23 Ces modifications sont consultables sur le site : http://francite.net/education/cyberprof/page522.html

34 MÉTHODOLOGIE

de la langue par les enfants et apprenants de français langue étrangère, vient bien au contraire le compliquer
inutilement, de manière irresponsable.
Nous avons donc pris le parti de continuer à écrire sans vergogne, entre autres, « voûte » et non « voute »,
« crâne » et non « crane », « ambiguïté » et non « ambigüité » ( !), etc., demeurant en accord, ce faisant, avec des
pratiques anciennes éprouvées, ayant pour la plupart un fondement étymologique et coutumier solide, suivies
par la majorité des auteurs et traducteurs, et que l’on trouve toujours dans la plupart des ouvrages imprimés
actuels, encyclopédies et dictionnaires inclus.

Concernant enfin l’orthographe de certains termes grammaticaux spécifiques à l’étude de l’égyptien, nous
sommes restés fidèles à l’origine de ces mots : c’est ainsi que l’on écrit « pseudoparticipe », le mot ayant été
forgé comme on le verra plus loin par le grammairien allemand Adolf Erman (‘‘pseudopartizip’’), mais que l’on
conservera le trait d’union dans des formulations telles que « prédicat pseudo-verbal », « phrase ou construction
pseudo-verbale ».








____________________




35 FAC-SIMILÉ ET TRANSCRIPTION HIÉROGLYPHIQUE


















Fac-similé du papyrus Edwin Smith
&
Transcription hiéroglyphique du texte hiératique
(écriture lue de droite à gauche)







Les fac-similés des vingt-deux colonnes du papyrus Smith sont présentés sur les pages paires ; sur les
pages impaires en regard, figure la transcription hiéroglyphique ligne à ligne du hiératique, orientée de droite à
gauche, respectant au mieux l’ordonnancement et la disposition des caractères hiératiques d’origine.




37 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES
Figure 2 : Reliquats de la Colonne I
Fac-similé (échelle 0,74)
Avec la permission de : The New York Academy of Medicine Library ©
26 lignes
38 FAC-SIMILÉ ET TRANSCRIPTION HIÉROGLYPHIQUE





                         I-1  

                                              I-2 
                                               I-3 
                                           I-4 
                                          I-5   
                                                    I-6 
                                                          I-7
                                             I-8
                                              I-9  
                                               I-10

                                               I-11 
                                       I-12
                                I-13

                         I-14
                 I-15 
                     I-16
                      I-17
                 I-18  
                          I-19
                             I-20 

                                I-21
                                  I-22
                               I-23
                                     I-24
                          I-25
                                I-26


Colonne I
Transcription hiéroglyphique des fragments exploitables


39 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES





Figure 3 : Colonne II
Fac-similé (échelle 0,57)
Avec la permission de : The New York Academy of Medicine Library ©
25 lignes



40 FAC-SIMILÉ ET TRANSCRIPTION HIÉROGLYPHIQUE




                                                                 II-1
                                                                               II-2
                                                                       II-3
                                                                     II-4
                                                              II-5 
                                                                 II-6
                                                                           II-7
                                                                    II-8
                                                          II-9
                                                                    II-10   
                                                               II-11
                                                              II-12
                                                                II-13
                                                           II-14
                                                                II-15 

                                                                     II-16
                                                                  II-17
                                                         II-18
                                                         II-19
                                                            II-20
                                                       II-21
                                                                  II-22
                                                                  II-23
                                                  II-24
                                                                   II-25


Colonne II
Transcription hiéroglyphique



41 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES





Figure 4 : Colonne III
Fac-similé (échelle 0,52)
Avec la permission de : The New York Academy of Medicine Library ©
21 lignes



42 FAC-SIMILÉ ET TRANSCRIPTION HIÉROGLYPHIQUE




                                                       III-1
                                                                 III-2
                                                          III-3
                                                      III-4
                                                               III-5  
                                                                     III-6
                                                             III-7
                                                             III-8
                                                                III-9
                                                     III-10
                                                    III-11
                                                                III-12
                                                                  III-13
                                                           III-14
                                                          III-15   
                                                                      III-16
                                                                    III-17
                                                              III-18
                                                             III-19
                                                                    III-20
                                                            III-21


Colonne III
Transcription hiéroglyphique



43 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES





Figure 5 : Colonne IV
Fac-similé (échelle )
Avec la permission de : The New York Academy of Medicine Library ©
21 lignes



44 FAC-SIMILÉ ET TRANSCRIPTION HIÉROGLYPHIQUE



                                                              IV-1
                                                      IV-2
                                                                      IV-3  
                                                                IV-4
                                                                     IV-5
                                                                       IV-6
                                                               IV-7
                                                                    IV-8

                                                               IV-9
                                                               IV-10
                                                                    IV-11
                                                                     IV-12
                                                                          IV-13
                                                                  IV-14

                                                                        IV-15
                                                                      IV-16
                                                              IV-17
                                                                   IV-18
                                                                            IV-19
                                                                  IV-20
                                                                 IV-21 


Colonne IV
Transcription hiéroglyphique



45 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES





Figure 6 : Colonne V
Fac-similé (échelle 0,54)
Avec la permission de : The New York Academy of Medicine Library ©
22 lignes



46 FAC-SIMILÉ ET TRANSCRIPTION HIÉROGLYPHIQUE





 
                                                          V-1 
                                                               V-2
                                                      V-3   

                                                         V-4
                                                                        V-5
                                                                       V-6
                                                                   V-7
                                                                  V-8

                                                                      V-9
                                                                             V-10
                                                          V-11
                                                              V-12
                                                            V-13   
                                                                                 V-14
                                                                V-15
                                                              V-16
                                                                 V-17
                                                       V-18 
                                                         V-19
                                                                        V-20
                                                                V-21
                                                                          V-22


Colonne V
Transcription hiéroglyphique



47 PAPYRUS EDWIN SMITH : TRANSCRIPTION – TRANSLITTÉRATION – TRADUCTION – COMMENTAIRES





Figure 7 : Colonne VI
Fac-similé (échelle 0,70)
Avec la permission de : The New York Academy of Medicine Library ©
21 lignes

48