//img.uscri.be/pth/f44c25b49244fee291fd60f50701e0493ac9ecb6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Parentalité

De
129 pages
Le concept de parentalité est un terme polysémique qui est passé du langage des spécialistes au domaine public, sans même que les juristes ne l'aient consacré. A quelle fin le concept a-t-il été conçu ? Dans quel contexte s'est-il déployé ? De quoi cette notion est-elle le symptôme ? Ajuridique, le concept est-il apolitique ? Cet ouvrage est réalisé à partir d'une journée d'études et donne la parole à des spécialistes des sciences sociales et à des professionnels dans une volonté de cerner les enjeux du débat.
Voir plus Voir moins

COLLECTION « Les écrits de BUC Ressources » L’Harmattan Coordonnée par Ghislaine Pelletier et Stéphane Rullac

Cette collection propose des réflexions formalisées dans le cadre du travail social. Conformément à l’approche anthropologique de BUC Ressources, qui considère l’être humain dans toutes ses dimensions, ces écrits sont multi référentiels, selon la nature de ce secteur professionnel qui est traversé par des problématiques sociale, économique, politique, éthique, épistémologique et méthodologique. La vocation des questionnements est concrète afin de participer à la professionnalisation des terrains, des étudiants, des formateurs et des chercheurs en travail social. Les Ecrits de BUC Ressources articulent théories et pratiques, en lien étroit avec les besoins et contraintes de l’exercice professionnel. Cette implication dans le réel est une alternative à des publications sur le travail social qui hésitent trop souvent à se mettre au service des pratiques professionnelles et à affronter la complexité de ses réalités. Ce parti pris s’inscrit dans une démarche active de développement du champ professionnel de l’éducation spécialisée, de l’accompagnement social et médico-social, de la formation supérieure en travail social et d’un territoire d’implantation qui est appelé à devenir un pôle d’excellence.

Ouvrage réalisé à partir d’une journée d’étude organisée par BUC Ressources et le Centre National d’Etudes et de Formation de la police nationale

Sommaire

Ouverture conjointe .................................................................9 Introduction partielle .............................................................15 Abécédaire de la parentalité – Dessine-moi un parent …...19 Parentalité : esprit, lettre et dérives Autoportrait On ne peut pas être parents tout seuls 19 37 49

Introduction partielle .............................................................65 Les parents terribles. Papa, maman, le professionnel et moi ! ........................................................ 69 Table ronde : Je suis parent mais je me soigne… Kaléidoscope d’expériences. 69

Parentalité : changement de sexualité, changement de paternité ......................................................105 Conclusion .............................................................................121 Présentation des intervenants..............................................123 Bibliographie.........................................................................125

Ouverture conjointe
Christian BREUIL, directeur général du centre de formation BUC Ressources et Ingrid PEYRATOU, directeur adjoint du CNEF

Ingrid PEYRATOU
Mesdames et messieurs, bonjour et bienvenue au Centre national d'études et de formation de la police nationale à Gif-surYvette. Notre centre de formation dépend de la Direction centrale de la formation de la police nationale. Nous avons une vocation de formation continue de tous les personnels policiers, venant des quatre coins de la France et de toutes les directions de police, traditionnellement sur des thématiques qui sont celles de l'informatique, des techniques d'investigation, du management et de la communication. Au-delà de ces stages de formation continue proposés au public policier, nous avons également coutume d'organiser ce que nous allons vivre aujourd'hui et que nous appelons des journées d'études partenariales. Ces journées d'études abordent des thématiques traitant des grandes questions de la société contemporaine, qui ont en général pour vocation d'être transversales aux questions du domaine de la sécurité, mais également aux problématiques plus larges concernant les partenaires avec lesquels ces journées sont réalisées. Ce sont des journées partenariales, parce qu’en plus des policiers invités à venir y assister, nous convions également tous nos partenaires des autres administrations : Justice, Éducation Nationale, collectivités territoriales et le monde du social, dont vous êtes un bel exemple. Ces journées sont donc l'occasion de partager, de découvrir grâce à nos intervenants, la richesse de leur réflexion sur la thématique et à la faveur de ces échanges et des questions du public, de nourrir nos propres réflexions des

9

questionnements des différents partenaires avec lesquels nous sommes habitués à travailler. Cette journée a la spécificité d'être organisée avec BUC Ressources, parce que depuis octobre 2007, nous menons un partenariat avec ce centre de formation. Une convention a en effet été signée. Cette convention prévoyait qu'une fois par an au moins, nous regroupions les publics policiers, des professionnels de l'éducation et du social afin d'avoir une réflexion commune sur une thématique qui aujourd’hui s’annonce assez large. Comme vous l'avez compris, le public est mixte. Dans cette salle, vous êtes une majorité d'éducateurs spécialisés en formation, beaucoup de professionnels de l'éducation et du social et enfin des policiers sont aujourd’hui présents – la journée est dédiée à l'ensemble de ces trois publics. Au fil de celle-ci, nous allons assister aux interventions de neuf personnes qui sont sociologues, psychologues, anthropologues, éducateurs ou représentants d’instances associatives en charge des questions de parentalité. Je souhaite que ces intervenants nous permettent de nous enrichir de leurs propos et d'avoir la plus large vision possible de la parentalité et de toutes les problématiques qui y sont liées. Je les remercie d'ores et déjà d’avoir accepté d'assister à cette journée. Je remercie également BUC Ressources et tout particulièrement Stéphane RULLAC qui a organisé cet évènement avec Sylvie ROISEUX du CNEF. Ils ont préparé la journée, organisé la venue des intervenants et vont contribuer à son animation. Je les félicite pour tout le travail qu'ils ont mené en amont et qu’ils vont faire vivre aujourd'hui.

Christian BREUIL
BUC Ressources est un établissement qui forme à la fois des éducateurs spécialisés, mais aussi à la chaîne des métiers des plus bas aux plus hauts niveaux, en ce qui concerne l'éducation spécialisée et l'accompagnement social et médico-social. Notre association CNEF/BUC Ressources s'est effectivement matérialisée par une convention il y a deux ans. Elle préexistait déjà depuis seize ans, puisqu'en 1992 nous avions organisé 10 Ouverture conjointe

ensemble un colloque intitulé : « Synergie dans la ville : policiers et travailleurs sociaux dans les quartiers ». Depuis cette époque, un fil rouge a été gardé puisque nous organisons chaque année une session sur les politiques de la ville à laquelle participe le CNEF. Pour la deuxième fois, nous organisons dans le cadre de notre convention cette manifestation qui s'inscrit aussi sur un territoire singulier. Il s’agit de l'Opération d'Intérêt National décrétée sur cette zone emblématique du plateau de Saclay et de Saint-Quentinen-Yvelines. Cette zone qui se veut « d'excellence » se réfère le plus souvent aux sciences dures et aux recherches fondamentales et laisse un peu de côté les rationalités qui sont les nôtres et qui participent malgré tout, d'une manière ou d'une autre, au développement de ce territoire. C'est aussi dans cette position que nous abordons la question qui nous est amenée. Le choix de la parentalité comme objet de cette journée vient d'échanges sur le terrain avec des professionnels, en particulier avec le directeur de la Maison des parents de Trappes. De là est née l'idée de travailler sur ce concept. La dimension de parentalité a pour particularité d'être un concept très peu défini, laissant place à toutes les extrapolations. Ce concept n'est pas bordé. Les définitions sont extrêmement vastes et la question est de savoir en quoi nous allons pouvoir participer à son éclairage dans les différentes dimensions. Ce concept est traversé par plusieurs approches. Il renvoie aux représentations de la famille sous ses différentes formes : familles recomposées, familles monoparentales, familles homoparentales, procréation assistée, adoption, etc. En ce sens, la thématique constitue un objet complexe, qui trouve naturellement les conditions d'une approche anthropologique que nous privilégions à BUC Ressources. En particulier, la diversité des entrées proposées, interdit toute définition qui se voudrait exhaustive, péremptoire ou radicale. En réalité, les parents au sens large sont spontanément impliqués dans le débat, mais aussi les professionnels de l'enfance. Les champs interrogés sont aussi extrêmement divers : la psychanalyse – Serge LEBOVICI a beaucoup fait état de ce concept – la psychologie, la psychiatrie, la sociologie, l'éducatif et le législatif. Ce qui nous intéresse également est de situer le débat Ouverture conjointe 11

au niveau d'un territoire et d'une approche collective de la parentalité à travers certaines représentations. Dans certaines cités, il y a un effet parental qui peut être perceptible quand le collectif des parents est représenté en tant que tel. L'importance d'une représentation collective, homogène et cohérente des adultes vis-à-vis des enfants ou des adolescents, est un élément extrêmement important et structurant dans la vie d'une cité. Il est assez banal de le dire, mais l'on peut penser que les évolutions sociétales ont peu à peu délité ce type de rapport. De plus, l'individualisation des pratiques et des représentations a également diminué l'impact d'une représentation collective de la fonction parentale, qui s'associait à une contenance et en même temps à l'éducation de l'ensemble des enfants et adolescents d'une cité ou d'une communauté particulière. C'est un élément qui nous paraît préhensible d'un point de vue collectif, lorsque l'on réfléchit en termes de développement économique et social local – je parle toujours de cette zone qui a des vocations très ambitieuses en termes de construction d'habitats et d'équipements dans les prochaines années. La question est de savoir comment prendre en compte la dimension de l'humain en amont du développement, et non pas a posteriori, de façon résiduelle. Dans ce contexte-là, la notion de parentalité est une entrée intéressante, parce qu'elle conduit à se poser la question du collectif et de la manière dont le citoyen peut s'impliquer dans ce portage du sens et dans l'accompagnement des jeunes en général. La notion de faire-parentalité est associée à une notion de fairesociété, qui doit rassembler et permettre de restructurer le tissu social, ou de le structurer en amont du développement, de manière à éviter les écueils que l'on a pu rencontrer dans le délitement de cette représentation collective de la fonction parentale. Il me semble intéressant, au-delà de l'approche strictement individuelle en termes de responsabilité des parents, d'envisager cette question de responsabilité et son portage par l'ensemble des acteurs concernés par cette dimension. C’est ainsi que la parentalité, que je qualifierais de positive, doit reprendre sa dimension collective et prendre en compte l'ensemble des acteurs participant à la prise en charge de l'éducation d'une façon large. C'est en ce sens, que de ma 12 Ouverture conjointe