Penser métropolitain

De
Quels sont les facteurs qui expliquent la construction des modèles de gestion métropolitaine et quelle est la contribution des acteurs locaux à ce processus ? À partir d’une étude de cas, le modèle de gestion mis en place à Montréal dans le cadre de la réforme Harel, ce livre traite de la dimension politique de la métropolisation.
Publié le : lundi 12 novembre 2012
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782760534940
Nombre de pages : 228
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Mariona Tomàs Préambule de JeanPierre Collin
 Pensermétropolitain? La bataille politique du Grand Montréal
 Penser
Extrait de la publication
Presses de l’Université du Québec
 Pensermétropolitain?
Membre de
Presses de l’Université du Québec Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2 Téléphone : 418 6574399 − Télécopieur : 418 6572096 Courriel : puq@puq.ca − Internet : www.puq.ca
Diffusion / Distribution: Canada: Prologue inc.,1650, boulevard LionelBertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7 Tél. : 450 4340306 / 1 800 3632864 France: Sodis,128, av. du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77403 Lagny, France – Tél. : 01 60 07 82 99 Afrique: Action pédagogique pour l’éducation et la formation,Angle des rues Jilali Taj Eddine et El Ghadfa, Maârif 20100, Casablanca, Maroc – Tél. : 212 (0) 22231222 Belgique: Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél. : 02 7366847 Suisse: Servidis SA, Chemin des Chalets, 1279 ChavannesdeBogis, Suisse – Tél. : 022 960.95.32
LaLoi sur le droit d’auteurinterdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L’objet du logo apparaissant cicontre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».
Extrait de la publication
 Pensermétropolitain? La bataille politique du Grand Montréal
Mariona Tomàs Préambule de JeanPierre Collin
Extrait de la publication
Presses de l’Université du Québec
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Tomàs, Mariona  Penser métropolitain ? : la bataille politique du Grand Montréal  Présenté à l’origine par l’auteur comme thèse (de doctorat – INRSUrbanisation, culture et société  et l’Université du Québec à Montréal), 2007.  Comprend des réf. bibliogr.  ISBN 9782760534926 1. Montréal, Agglomération de (Québec) – Administration. 2. Urbanisme – Québec (Province) – Montréal. 3. Politique urbaine – Québec (Province) – Montréal. 4. Agglomérations urbaines – Administration. I. Titre. JS1761.3.A2T65 2012 320.8’50971428 C20129409073
Les Presses de l’Université du Québec reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada et du Conseil des Arts du Canada pour leurs activités d’édition.
Elles remercient également la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) pour son soutien financier.
Mise en pages :INTERSCRIPT Conception de la couverture :RICHARDHODGSON
20121.1 –Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés © 2012, Presses de l’Université du Québec e Dépôt légal – 3 trimestre 2012 – Bibliothèque et Archives nationales du Québec /Bibliothèque et Archives Canada Imprimé au Canada
Extrait de la publication
Préambule Jean-Pierre Coin Professeur titulaire Centre Urbanisation Culture Société Institut national de la recherche scientifique
APRÈS AVOIR ÉTÉ, EN PRATIQUE, MISE EN VEILLEUSE DANS LA DEUXIÈME moîtîé des années 2000, la questîon métropolîtaîne à Montréal a-t-elle retrouvé une place dans l’actualîté polîtîque locale ? Deu événements de l’année 2011 permettent de le croîre et d’espérer une relance du débat et, surtout, de nouvelles polîtîques publîques à l’enseîgne du « Penser métro-polîtaîn ». Néanmoîns, comme vîent nous le rappeler fort à propos l’ouvrage de Marîona Tomàs, la constructîon polîtîque du Montréal métropolîtaîn est une entreprîse de longue haleîne, elle s’înscrît dans une logîque de contînuîté 1 hîstorîque et est parsemée de nombreu retournements quî font que les pratîques de coopératîon métropolîtaîne sont au premîer chef trîbutaîres de la culture munîcîpale.
ReconnaîtRe les spécificités de la Région métRopolitaine Après cînq années de gestatîon, îl y a eu d’abord la publîcatîon, en novembre, de laStratégie pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires 2011 2016, où le gouvernement du Québec s’engage à reconnaïtre les défîs propres
 1. J.-P. CoLLin Et l. bhERER (2012). « unE îLE, dEs viLLEs : montRÉàL Et sà pRochE BànLiEUE », dàns D. FoUgèREs Et N. PERRon (diR.), HistoiRE dE Là RÉgion dE montRÉàL, QUÉBEc, lEs PREssEs dE L’univERsitÉ làvàL/IQrC, coLL. « HistoiREs RÉgionàLEs ».
Extrait de la publication
 VIII
Penser métropolitain ?
à la régîon métropolîtaîne de Montréal et propose un programme d’actîon 2 conséquent . Stratégîe dont on retrouve les prîncîpau éléments dans le 3 Projet de loî 34 « pour assurer l’occupatîon et la vîtalîté des terrîtoîres » – déposé le même jour à l’Assemblée natîonale. Maîs, les recettes mîses de l’avant dans cette loî-cadre ne sont pas tant des înnovatîons, que des redîtes de solutîons quî ont été epérîmentées au cours du dernîer quart de sîècle, avec des résultats sînon nuls du moîns très faîbles. Aînsî, îl est proposé de reprendre en quelque sorte l’epérîence du Comîté mînîstérîel permanent du Grand Montréal des années 1988-1994 – dont pourtant personne à ce jour n’a tenté de faîre le bîlan et d’en tîrer les leçons.
La loî-cadre – tout comme la stratégîe gouvernementale – repose sur le choî de ne pas s’engager sur la voîe des changements de structures, maîs plutôt de mîser sur la concertatîon, la coopératîon à dîfférentes échelles (gouvernementale, régîonale et supramunîcîpale) et entre les palîers, voîre avec d’autres acteurs, par le bîaîs de mesures de suîvî et de reddîtîon de comptes. Peut-être, en effet, comme l’îllustre abondamment l’ouvrage de Marîona Tomàs, l’epérîence de la dernîère décennîe vîent-elle conforter ce choî et încîter à la prudence quant au attentes que l’on peut placer dans les réformes înstîtutîonnelles ! Maîs, îl faut aussî prendre acte du faît que le parî de la concertatîon consensuelle n’a pas donné de résultats probants, 4 notamment en ce quî regarde la régîon métropolîtaîne de Montréal . D’au-tant que la réforme n’a pas non plus eu les effets escomptés sur la dynamî-5 satîon de la démocratîe et les électîons munîcîpales dans les grandes vîlles .
aménageR la Région métRopolitaine La mîse en place de cette nouvelle înstance de coordînatîon – la Table Québec-Montréal métropolîtaîn pour l’aménagement et le développement du terrîtoîre (ayant le mandat de « favorîser la concertatîon pour assurer l’effîcîence de l’actîon publîque en vue du développement durable de la régîon métropolîtaîne de Montréal ») – a été înscrîte au Plan métropolîtaîn d’aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métro-6 polîtaîne de Montréal (CMM), adopté le 8 décembre 2011 .
 2. ministèRE dEs affàiREs MUnicipàLEs, dEs rÉgions Et dE L’OccUpàtion dU tERRitoiRE (2011).: y hàBitER Et EnNos tERRitoiREs vivRE ! StRàtÉgiE poUR àssURER L’occUpàtion Et Là vitàLitÉ dEs tERRitoiREs 2011-2016, QUÉBEc, GoUvERnEMEnt dU QUÉBEc.  3. SànctionnÉ LE 3 Mài 2012 coMME LE chàpitRE 5 dEs Lois dE 2012 (DEUxièME sEssion, TREntE-nEUvièME LÉgisLàtURE).  4. J.-a. boUdREàU Et J.-P. CoLLin (2009). « épiLogUE. l’EspàcE MÉtRopoLitàin coMME EspàcE dÉLiBÉRàtif ? », dàns G. SÉnÉcàL Et l. bhERER (diR.),là MÉtRopoLisàtion Et sEs tERRitoiREs, QUÉBEc, PREssEs dE L’univERsitÉ dU QUÉBEc, p. 278-287.  5. lÀ-dEssUs, voiR S. bREUx Et l. bhERER (diR.) (2011).lEs ÉLEctions MUnicipàLEs àU QUÉBEc : EnjEUx Et pERspEctivEs. QUÉBEc, lEs PREssEs dE L’univERsitÉ làvàL, coLL. « étUdEs URBàinEs ».  6. CoMMUnàUtÉ MÉtRopoLitàinE dE montRÉàL – Cmm (2011).un GRànd montRÉàL àttRàctif, coMpÉtitif Et dURàBLE. PLàn MÉtRopoLitàin d’àMÉnàgEMEnt Et dE dÉvELoppEMEnt, montRÉàL, Cmm.
Extrait de la publication
Préambule
IX
L’élaboratîon, la dîscussîon publîque et l’adoptîon de ce PMAD représente le second événement marquant de l’année 2011. L’analyse de cet împortant épîsode dans la gouverne métropolîtaîne montréalaîse, quî s’est conclu par la mîse en œuvre du plan en avrîl 2012, reste à faîre. Néanmoîns, deu éléments mérîtent déjà notre attentîon. En premîer lîeu, le PMAD aura réussî à întroduîre troîs nouveautés en matîère de planîfîcatîon : 1) la déclaratîon d’un pérîmètre d’urbanîsatîon ; 2) la volonté d’întégratîon de troîs champs de polîtîque publîque métropolîtaîne jusque-là traîtés en sîlo (des mîlîeu de vîe durable, des réseau de transport performants et struc-turants et des envîronnements naturels protégés et mîs en valeur) ; 3) l’ouver-ture sur la socîété cîvîle pour débattre des enjeu et des grandes orîentatîons de la planîfîcatîon métropolîtaîne.
En second lîeu, cette ouverture pourraît-elle augurer d’une trans-formatîon durable de l’approche à la gouvernance métropolîtaîne en régîon montréalaîse – une approche, aînsî que le démontre Marîona Tomàs, domî-née par les dîvergences et les întérêts localîstes des acteurs munîcîpau au détrîment de la recherche de consensus et de l’élaboratîon de pratîques de coopératîon ? D’abord, la dîscussîon sur le plan d’aménagement et de déve-loppement a donné lîeu à une rare mobîlîsatîon des acteurs et une réponse enthousîaste du mîlîeu. Aînsî, du 28 septembre au 21 octobre 2011, la Com-mîssîon de l’aménagement de la CMM a tenu 17 séances de consultatîon répartîes sur 11 journées d’audîence, reçu 344 mémoîres (dont 225 ont faît l’objet d’une présentatîon orale), accueîllî plus de 1400 personnes quî ont assîsté au audîences publîques. Cela semble avoîr donné le goût de la consultatîon à la Communauté métropolîtaîne, car elle s’est îmmédîatement engagée dans une autre opératîon de consultatîon sur le fînancement du transport en commun. Fînalement, outre les amendements au aspects plus technîques, la versîon fînale du PMAD s’est ouverte sur une proposîtîon structurante pour l’avenîr : la tenue au deu ans, à compter de l’hîver 2013, d’une Agora métropolîtaîne élus/cîtoyens au fîns d’échanger et de débattre de la mîse en œuvre du plan.
Peut-on, pour autant, avancer l’hypothèse d’un retour des notîons de gouvernance et de vîlle-régîon, quî avaîent domîné le débat et les premîères tentatîves de mîse en place d’un nouveau cadre métropolîtaîn dans les années 1990 – notamment au moment de la créatîon de la Commîssîon de dévelop-pement de la métropole, en 1996 ? Sî le passé (récent) est garant de l’avenîr, ces ouvertures feront long feu et, comme le démontre Marîona Tomàs en faîsant appel à une versîon orîgînale de l’approche néo-înstîtutîonnelle, les « dépendances au sentîer » quî ont eu raîson des aspects les plus novateurs de la réforme du début des années 2000 domîneront encore, et la gouvernance 7 métropolîtaîne demeurera en panne pour l’essentîel.
 7. J.-P. CoLLin Et l. bhERER,op. cit., p. 301-314.
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le commerce international, 4e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Hydraulique et hydrologie, 2e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Conception de bases de données avec UML

de presses-de-l-universite-du-quebec

suivant