Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Perspectives sur la littérature franco-ontarienne

De
471 pages
Paru initialement en 2003, sous le titre «La littérature franco-ontarienne: état des lieux», l’ouvrage a été revu et augmenté. En plus de proposer une vision panoramique de la littérature franco-ontarienne, il comprend des textes qui abordent les différents genres littéraires - dont la poésie, la nouvelle, le roman au féminin, le théâtre -, ainsi que des réflexions sur l’écriture de l’exil, la réception critique et l’institution littéraire.
Les interventions des quatorze chercheurs mettent en relief les aspects saillants de cette littérature. Ainsi, «Perspectives sur la littérature franco-ontarienne» dresse « l'état des lieux » d’une littérature en émergence, examine les contours, les limites et les possibilités de cette « littérature de l’exiguïté » en perpétuel devenir et témoigne de la vigueur et de la richesse du corpus.
Les directeurs de l’étude affirment : «[...] nous sommes persuadés que ces perspectives sur notre littérature au tournant du nouveau millénaire constitueront un jalon historique dans le développement et l’évolution d’une écriture ayant acquis ses lettres de noblesse à travers la province et la nation. Les essais de ce livre montrent sans ambages que la littérature franco-ontarienne est prête à transcender les frontières nationales et internationales pour faire entendre l’originalité et la pertinence de ses voix dans le concert de l’universel sans perdre pour autant son cachet.»
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Perspectives sur la littérature franco-ontarienne
sous la direction de ALIREGUIGUI et HÉDIBOURAOUI
Prise deparole AGORA
Perspectives sur la littératurefranco-ontarienne
Des mêmes auteurs
Hédi Bouraoui PŚ Livr’Errance, Mareuil sur Ourcq, France, Éditions D’Ici et d’Ailleurs, 2005. Struga, suivi de Margelle d’un festival, Montréal, Mémoire d’encrier, coll. Anthologie secrète, 2003. Illuminations autistes, dessins de Micheline Montgomery, Toronto, Éditions du Gref, 2003. Transvivance, vingt dessins de Gérard Sendrey, Rennes, Éditions Hervé Aussant, 1996. Nomadaime, illustr. divers artistes, Toronto, Éditions du Gref, coll. écrits torontois, 1995. Émigressence, Ottawa, Éditions du Vermillon, 1992. RĀŚ Sept portes pour une brûlance, Ottawa, Éditions du Vermillon, 2005. La femme d’entre les lignes, Toronto, Éditions du Gref, 2002. La composée, Ottawa, Éditions l’Interligne, 2001. Ainsi parle la tour CN, Ottawa, Éditions l’Interligne, 1999, et Tunis, Éditions L’Or du temps, 2000. La pharaone, Tunis, Éditions L’Or du temps, 1998. EŚŚĀŚ Transpoétique. Éloge du nomadisme, Montréal, Mémoire d’encrier, 2005. Pierre Léon — Humour et virtuosité, Ottawa, Éditions du Vermillon, 2003. A avec Jacques Flamand,Écriture franco-ontarienne 2003, Ottawa, Éditions du Vermillon, 2003.
Ali Reguigui avec Simon Laflamme,Homogénéité et distinction, Sudbury, Prise de parole, 2003, 256 p. Anatomie des syntagmes terminologiques arabes. Analyse formelle et quantitative, Sudbury, Série monographique en sciences humaines 8 / Human Sciences Monograph Series 8, 2002, 421 p. avec Hédi Bouraoui [éds] :La littérature franco-ontarienne. État des lieux, (sous la direction de Hédi Bouraoui), Série monographique en sciences humaines 7 / Human Sciences Monograph Series 7, Sudbury, Université Laurentienne, 2000, 280 p. avec Simon Laflamme,Deux groupes linguistiques, une communication de masse, Paris / Montréal : L’Harmattan, série Logiques sociales, 1997, 205 p. La créativité lexicale en terminologie arabe, Série monographique en sciences humaines/Human Sciences Monograph Series 2, Sudbury, Université Laurentienne, 1994, xii, 108 p. avec J.-C. Boulanger [dir.]:Table ronde sur l’enseignement de la terminologie à l’université: état de la question, textes colligés par Ali Reguigui, Québec, GIRSTERM, Travaux de terminologie 5, Presses de l’Université Laval, 1987, 171 p.
Perspectives sur la littérature franco-ontarienne Édition revue et augmentée
SÛŚ Ā   A RÛÛ  H BÛĀÛ
C AGORA Prise de parole Sudbury, 2007
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Perspectives sur la littérature franco-ontarienne / sous la e direction de Hédi Bouraoui et Ali Reguigui. — 2 éd., rev. et augm.
Publ. antérieurement sous le titre: La littérature franco-ontarienne. Sudbury, Ont. : Laurentian University = Université Laurentienne, 2000. Comprend des réf. bibliogr. ISBN-13: 978-2-89423-195-1
1. Littérature canadienne-française — Ontario — Histoire et critique. 2. Littérature — Auteurs issus des e minorités — Histoire et critique. 3. Littérature canadienne-française — 20 siècle — Histoire et critique. I. Bouraoui, Hédi, 1932- II. Reguigui, Ali
PS8131.O6L58 2006
C840.9’97130904
C2006-901882-0
Distribution au Québec : Diffusion Prologue • 1650, boul. Lionel-Bertrand • Boisbriand (QC) J7H 1N7 • 450-434-0306
Ancrées dans le Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine. La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (Programme d’appui aux langues officielles et Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition) et la Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.
La collection « Agora » publie des études en sciences humaines sur la francophonie, en privilégiant une perspective canadienne.
Conception de la page de couverture: Olivier Lasser
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Imprimé au Canada. Copyright © Ottawa, 2007 Éditions Prise de parole C.P. 550, Sudbury (Ontario) Canada P3E 4R2 http://pdp.recf.ca
ISBN 978-2-89423-195-1 ISBN 978-2-89423-401-3 (Numérique)
INTRODUCTION
lus d’un quart de siècle s’est écoulé depuis la naissance de la P révolution culturelle en Ontario et il fallait évaluer le trajet parcouru en littérature franco-ontarienne. Le corpus, assez conséquent, est en perpétuel devenir et on ne cesse de prendre conscience de ses contours, de ses limites, de son rayonnement, de ce qui fait sa vitalité. Cela suscite des débats dans les cercles les plus divers sans jamais réussir à délimiter une fois pour toutes sa configuration intrinsèque. On revient souvent à l’universalité des thèmes, aux frontières plus ou moins perméables, avec le Québec d’abord, puis avec les autres minorités francophones canadiennes et, enfin, avec la France, mais l’universalité ne requiert-elle pas une assise locale pour atteindre l’idéal abstrait qu’elle met de l’avant pour absoudre « l’exotisme » désuet du régionalisme ? Pendant les 30 dernières années, les auteur-e-s franco-ontarien-ne-s ont produit un corpus littéraire tellement impor-tant qu’il a réussi à se faire prendre en charge par la critique, à s’intégrer dans les collèges et les universités. Les essais critiques dans ce livre témoignent de la vigueur, de la « bonne santé » du corpus ainsi que de la rigueur des réflexions à son sujet. Pour nous, ce livre marque une étape importante dans la voie de la construction, de la reconstruction et de la consolidation de la littérature franco-ontarienne, mais il faut espérer que
6
PE R S P E C T I V E SS U RL A
L I T T É R A T U R EF R A N C O-O N T A R I E N N E
d’autres collègues continuent dans la voie de l’exploration et de l’affirmation du corpus. L’idée de ce livre a germé en 1998 alors que nous discutions de l’état de la littérature franco-ontarienne. Nous avons alors décidé de publier un collectif sur l’état des lieux de la littérature franco-ontarienne au carrefour de deux siècles. Par conséquent, il était nécessaire de couvrir tous les écrits littéraires d’expression française qui se produisaient sur la scène franco-ontarienne. Cela s’était traduit par la publication, en 2003, d’un premier 1 livre . Cet ouvrage, qui connut un franc succès, témoignait de la richesse du corpus littéraire franco-ontarien. Malgré sa publi-cation, nous avions cependant encore du terrain à couvrir. Par exemple, notre livre n’avait pas touché au domaine du théâtre. C’est ainsi que nous avons décidé d’entreprendre une nouvelle publication revue et corrigée du premier livre, en y insérant d’autres essais majeurs. Nous proposons ici 14 textes non seulement sur des thèmes précis, mais aussi sur divers genres (théâtre inclus), sur l’institu-tion littéraire, sur les maisons d’édition. Le résultat est impres-sionnant du fait même que les interventions se recoupent sans se répéter. Toutes apportent un éclairage spécifique et mettent en 2 relief les aspects saillants de la littérature franco-ontarienne .
ÉTATDESLIEUXLITTÉRAIRES: VISIONPANORAMIQUE   Nous plaçons l’essai de Lasserre en tête de ce livre, car il nous fournit une vision panoramique du corpus littéraire franco-ontarien. De ce fait, il présente un tour d’horizon analytique des problématiques posées par la littérature et ses écrivains, toujours à la recherche d’une identification quelconque au lieu
1 : état des lieuxLa littérature franco-ontarienne . Sous la direction de Hédi Bouraoui. Édité par Ali Reguigui et Hédi Bouraoui. Sudbury, Série monographique en sciences humaines 7 et Institut franco-ontarien. 2 Ce jalon édifié ici en l’honneur de la littérature franco-ontarienne, nous le devons à nos collaborateurs et collaboratrices qui ont accepté d’être au rendez-vous. Qu’ils et elles trouvent ici l’expression de notre immense reconnaissance.
IN T R O D U C T I O N
7
de l’émergence de leur création, à la conscience collective et /ou individuelle. Magnifique focalisation de l’image de l’ensemble des discours, aussi bien créateurs que critiques, pour des mises au point si nécessaires dans la confusion des prises de position sur cette littérature doublement minoritaire par rapport à l’anglaise et à la québécoise. Ici, les enjeux sont exposés dans la quadrature du cercle infernal des binarités : rupture et continuité, oralité et écriture..., mais les cartes du jeu sont servies par une documen-tation scientifique et des arguments objectifs.
MIGRANCEETDIFFÉRENCE Essai dense et fulgurant,Une grammaire de la différencede Jacqueline Beaugé-Rosier retrace la mouvance mémorielle de l’écriture de l’exil. D’une lucidité étonnante, elle traite de la « migrance dialogique des transmutations poétiques et leur lieu d’évasion ». D’où une poétique du dépaysement et d’échanges qui se manifestent au fil des traversées linguistiques et des lieux de leur gestation. Son analyse éclaire l’intrusion dans le monde privé de l’autre, ce qui requiert une certaine distanciation du « savoir faire poétique » pour atténuer les heurts et les écarts. Ainsi, l’ima-ginaire accomplit un travail de transposition, de « mutation hors contexte », qui n’est rien d’autre qu’une interrogation menant de soi à l’autre, du mémoriel à l’actuel. Le rêve sur le dissemblable nourrit l’imaginaire, élargit l’horizon de la polyphonie langagière pour devenir le lieu privilégié de « l’insularité dialogique ».
AMBIGUÏTÉDELARÉCEPTIONCRITIQUE Dans le bel article méticuleusement documenté qu’est « L’enfer institutionnel, est-ce les autres ou nous-mêmes ? ou Le goût d’un champ littéraire est-il le dégoût d’un autre champ ? », Robert Yergeau nous éclaire sur l’ambiguïté fondamentale entre l’Ontario francophone et le Québec en ce qui concerne la réceptivité des œuvres d’une littérature dite « petite », « exiguë », « périphérique », « fragile », face au rejet, à l’assimilation ou
8
PE R S P E C T I V E SS U RL AL I T T É R A T U R EF R A N C O-O N T A R I E N N E
même au vampirisme du centre montréalais. Il nous fournit une judicieuse analyse des réflexes critiques de part et d’autre des frontières littéraires, dont le champ ne devrait avoir de barrières que pour la mauvaise littérature. Autrement dit, les critères de réception de l’œuvre littéraire doivent être simplement fonction de sa qualité intrinsèque. Yergeau analyse la réceptivité, au Québec et en Ontario, de deux œuvres marquantes pour lui : la pièce de théâtreFrench Townde Michel Ouellette et le recueil de poésie « pamphlétaire » Les Franco-Ontariens et les cure-dentsde Béatrice Braise. Il met en lumière « l’empêtrement » de la critique dans les « filets » identi-taires et politiques. Il en tire des conclusions étonnantes sur les méprises et les malentendus qui se construisent et se décons-truisent autour du corpus franco-ontarien. S’il existe « un mur herméneutique » érigé par la critique et contre lequel les œuvres de création doivent rebondir de force ou de gré, il n’en reste pas moins que l’auteur de cet article ne ressent nullement le besoin de détruire ce genre d’obstacle. Son analyse du recueil de Béatrice Braise, relevant des position-nements contradictoires autour de cette «chicane familiale», est particulièrement percutante. Robert Yergeau nous livre ici un exem-ple splendide d’une critique poético-pamphlétaire qui a bouleversé la création et les créateurs de l’intérieur comme de l’extérieur de la province. Il conclut que ce genre de débat autour de la réceptivité de toute œuvre fait partie intégrante du paysage littéraire et montre, si besoin est, «la grandeur et la misère de la littérature».
UNIVERSITÉETLITTÉRATURE:   HISTOIREDUNENORMALISATION Superbe article de François Paré, un des premiers professeurs à avoir développé un discours critique universitaire pour donner au corpus littéraire franco-ontarien ses lettres de noblesse. Ici, il fait un tour majestueux des rapports complexes, tendus, mais néanmoins nécessaires, entre la production littéraire dans notre province et ses universités, partant des premiers balbutiements sporadiques de
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin