Petites chroniques de la folie ordinaire

De
Publié par

Un homme athée qui se coupe "accidentellement" le doigt un vendredi saint ; une femme qui fait des chutes répétées dans les escaliers et seulement là ; un couple dans la tourmente de la séparation et de la culpabilité..., et autres histoires vraies relatées sous forme de chroniques. La part de folie qui habite l'homme (ou la femme) ne le conduit pas toujours chez le psychiatre ou le psychanalyste, loin s'en faut. Elle s'exprime plutôt dans des symptômes et s'intégre plus ou moins bien dans les aléas de la vie.
Publié le : vendredi 1 juillet 2011
Lecture(s) : 81
EAN13 : 9782296465701
Nombre de pages : 137
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Petites chroniques de la folie ordinaire
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-55237-1 EAN : 9782296552371
Jean-François Pratt
Petites chroniques de la folie ordinaire
LHarmattan
Ouvrages du même auteur :
-Lexpérience musicale, exploration psychique;  éditions lHarmattan
-Mots pour maux; éditions lHarmattan
Préambule
« Cest fou ! » : le mot est lâché ; ce mot qui nous vient aux lèvres quand on se trouve face à une conduite singulière, à des actes à la fois communs et pourtant empreints détrangeté dans leur répétition ou leur anachronisme. « Cest fou » me suis-je dit souvent quand jétais le témoin privilégié de tel acte, de telle parole lancée dans la plus touchante inconscience de celui ou celle qui en était lauteur.
Les historiettes quon trouvera ici sont le récit, la chronique de faits, qui, pour nêtre pas particulièrement extraordinaires, mont paru dune singularité suffisante à en relater la substance. Nest-ce pas à partir de faits « insignifiants » pour le commun des mortels que Freud nous a légué une de ses uvres majeures et dont le retentissement est encore aujourdhui ce qui, de la psychanalyse, atteint le plus lesprit de nos contemporains1?
Mais ici, dans ces chroniques que jai voulu dire « de la folie ordinaire » point danalyse, ou si peu Simplement des récits, contenant leur part de subjectivité comme tout récit, mais puisés dans la réalité, celle que jai vécue au contact de ces hommes et de ces femmes que le cours de mon existence ma fait rencontrer un jour, parfois il y a très longtemps alors que jétais enfant, plus récemment pour dautres cas. Il nest dailleurs pas impossible que celles de ces histoires parmi les plus anciennes aient été à lorigine de ma vocation danalyste tant je me souviens de mon étonnement et de mes interrogations face à cette réalité qui, alors, minterpelait grandement et que jai plus tard essayé dapprivoiser par le moyen qui me semblait le plus adéquat.
1 petite ; psychopathologie de la vie quotidienne ; S. Freud Cf. bibliothèque Payot.
Je ne cacherai pas lamusement qui, parfois, ma pris à relater certains épisodes de ces chroniques tant il est vrai que lon peut rire de tout, ne serait-ce que pour ne pas avoir à en pleurer!
Moquerie ? Je ne pense pas, mais humour sans doute, cet humour qui permet dadoucir le désarroi que lon peut éprouver devant certains agissements dont on pâtit nécessairement, que lon soit directement concerné ou que quelque autre semblable de notre entourage en soit le destinataire voire la victime. Humour qui nempêche pas lempathie pour celui ou celle, aliéné(e) dans son rapport à lautre, au monde,à son monde; rapport construit péniblement dans et à travers les symptômes qui lui ont permis  tout de même  de vivre dune certaine manière, avec un certain style, plus ou moins créatif. Car sila passion dignorerGori) motive la plupart des conduites(Roland relatées dans ces chroniques, il faut reconnaître que cette passion est bien partagée, lot commun dont on ne se défait jamais complètement. Je dirai donc pour clore ce préambule toute ma reconnaissance à ceux et à celles qui,à leur insu, mont livré ces franges dhistoires singulières montrant la part de folie de nos passions ordinaires.
***
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.