Petites Histoires N°1

De
Publié par

Ces petites histoires, légères et passionnantes, abordent le thème de l'imaginaire par le biais d’histoires extraordinaires, mais elles abordent également différents thèmes de la société actuelle, tels que le rapport que nous entretenons avec notre corps, avec la mort, ou encore la consommation... Ces histoires, à la fois distrayantes et qui poussent à s’interroger, vous feront passer un moment agréable grâce à leur poésie et simplicité.


Publié le : mardi 13 mai 2014
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332726605
Nombre de pages : 50
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-72658-2

 

© Edilivre, 2014

1
Le cri du corps !

Je suis un corps humain. Un corps comme les autres.

Je suis de sexe féminin, et j’habite en ville. Vous dire que ma vie n’est pas facile !

Le monde en ville ne me fait pas de cadeau.

Ma propriétaire, grande citadine, se définit de façon plus matérielle que spirituelle (elle ne s’intéresse qu’à mon apparence extérieure) : j’en fais les frais !

Par exemple, la mode. Le pire, je crois, ce sont les chaussures. Toute la journée perché sur de hauts talons, ma colonne se déforme et mes pieds souffrent le martyr. Je dis « pieds » pour simplifier ! Car entre ma voûte plantaire, mes orteils, mes tarses et métatarses, rien n’est épargné ! Ah le bonheur quand elle m’enlève ces instruments de torture !

Mais les mauvais traitements ne s’arrêtent pas là… L’été, elle me fait suffoquer et brûle ma peau en plein soleil (ou pire ! dans des boites à UV cancérigènes !). Et l’hiver j’ai toujours froid, étant habillé de pulls acryliques trop courts agrémentés de blouson synthétique trop serré (pour séduire le mâle !).

Pour m’éviter au maximum ce genre de souffrance, je bloque ma production d’hormones, afin que son appétit sexuel diminue, et ainsi la hauteur de ses talons.

Et c’est pas fini : je dois sans cesse lutter contre le froid, produire des anticorps et des globules blancs, tout ça m’épuise… Et on m’empêche de dormir et de recharger les batteries ! Hé oui ! On me couche passé minuit pour me lever à 7 heures ! Et dès que le réveil sonne, attention ! J’en prends plein le corps ! Sans répit jusqu’au soir ! Même pas le temps de s’étirer et de s’échauffer que hop ! Debout ! Café trop noir qui me triture l’estomac, biscottes chimiques difficiles à digérer, on me jette sous une douche froide, on me badigeonne de produits chimiques décapants agressifs, on m’applique des dérivés de pétrole sur les yeux et sur la bouche, de l’alcool pur à même la peau, de l’aluminium toxique sous les bras, puis des vêtements qui ne sont ni chauds ni confortables, et des chaussures… dont je vous ai déjà parlé.

Et toute la journée on me bombarde sans cesse d’ondes électromagnétiques de tous genres. Je dois aussi subir le stress, l’oppression, les émotions refoulées, les angoisses inconscientes, les nourritures aux pesticides et insecticides, d’étranges tubes en papier qui brûle mes poumons et mes bronches tout en fatiguant mon cœur, et le soir, parfois, des doses massives d’alcool ou autres substances neurotoxiques graves ! Bref, on me presse, on me compresse, on me serre, on me stress, on m’oppresse, on m’écrase, me triture, m’arrache les poils, me décolore, me défrise, me frise,…on me malmène.

Je n’en peux plus. Toujours me battre et combattre. On me bichonne mais on m’empoisonne. On se sert de moi mais on m’abandonne. Et avec tout ça, jamais d’exercice physique à l’air pur ! Jamais de calme ! Toujours de l’air saturé de dioxyde de carbone, de particules fines, de pollutions aériennes diverses et variées. Toujours le bruit à supporter…

C’est que les stress perturbe mes systèmes ! Le sympathique, l’endocrinien, l’humoral,… A cause du stress, je sécrète de l’adrénaline, de la noradrénaline, ce qui affaiblit mes défenses immunitaires, augmente ma pression artérielle, accélère mon rythme cardiaque,…

Je ne sais pas combien de temps je vais encore pouvoir tenir… Je dois sans cesse lutter pour me reconstruire.

Car je contiens et dois entretenir 60.000 milliards de cellules, 100.000 km de vaisseaux sanguins, 2 mètres carrés de peau… Je dois renouveler mes cellules les plus jeunes au rythme moyen de 20 millions par seconde (tous les 3 jours pour les intestins, tous les 5 jours pour la peau, tous les 100 jours pour les globules rouges, tous les 10 ans pour les os,…). Mon squelette se reconstruit lui-même en 3 mois, mon sang se renouvelle en 4 mois, mon cerveau se reconstruit en 1 an,… Je suis un gigantesque réseau de coopération totale et permanente.

Tous les jours, je fabrique 0,10 millimètres d’ongles, 2 cm de mes 150.000 cheveux. J’entretiens 5 millions de poils. Mes globules rouges sont refais à neuf tous les 120 jours. Bref, je me renouvelle totalement tous les 15 ans. Je me recréé à chaque souffle.

Je suis parfait, impeccable. Je suis un enfant de l’univers. Je contiens 26 éléments chimiques sur les 92 identifiés de la croute...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.