Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Du même publieur

THIERRY DO ESPIRITO PHPARHAOA-NIRQUAEO LaNvie sexIuelleQau temps des pharaons!: -Histoire et révélations
THïERRY DO ESPïRïTO
PHARAO -a vNe seXuIee aQu temUE! ps des paraons : Hstore et révéatons
Édteur : Stépane Cabenat Marketng édtora : Syve Pna Geudn Suv édtora : Cotde Aaguaume Concepton grapque : Emmanuee Noë Concepton couverture : Oo.édtons/Maron Aano
es Édtons de ’Opportun 16 rue Dupett-houars 75003 Pars
www. editionsopportun.com
« Je ’embrasse, ee ouvre ses èvres, je suis ivre sans bière. 1 O, comme e vide s’est combé ! »
« Ma bien-aimée connaît paraitement e ancer du asso Sans venir au dénombrement du troupeau De ses ceveux, ee ance contre moi ses rets De ses yeux, ee me rend capti De sa parure, ee me maîtrise 2 De sa bague, ee me marque au er rouge… »
« Ô Isis, c’est toi a maîtresse de a terre. Tu as rendu e 3 pouvoir des emmes éga à ceui des ommes. »
« Fais un jour eureux, grandement deux ois, pace des onguents et des uies méangées à ton côté, des guirandes de otus et des leurs sur ton sein. Cette dame qui est dans ton 4 cœur est douce et ee est à tes côtés. »
1. « DouX propos », sére de poèmes appartenant à un car-penter, transms à un scrbe de vage, Qenerkepese.Cté dans : Meske (ynn),Vie privée des Égyptiens, Nouve Empre, Autrement. 2. Poème égypten cté dans : Scott (Segred),Les Cants d’amour de ’Égypte ancienne, Masonneuve. 3. Hymne en ’onneur de a déesse ïss. 4. Cant du arpste de a tombe d’ïnerkâou, à Der e-Médne.
3
INTRODUCTION
a porte de a cambre s’ouvre ! De UL ’Égypte, nous connassons surtout es paraons, es momes, es érogypes, es tempes, es pyramdes. Une cvsaton eXtraor-dnare, grandose, mas îgée dans es reques de a mort, dans es tombeauX et monuments en rune céébrant des souverans et des nobes dsparus depus des ménares. a ve prvée – et a ortor a ve ntme – des Égyptens de ’Antquté nous avat écappé. es Grecs nous ont assé des monceauX d’mages et de statues eXatant eur quête du pasr, eur seXuaté débrdée, des aunes auX centaures en passant par es deuX et es smpes mortes. es Égyptens ? ïs nous ont égué une Hstore snguèrement aseXuée. En cause : es
5
Pharao-nique !
ravages du temps et a réserve des Égyptens ancens peu encns à s’eXtérorser sur e sujet. Et auss e purtansme des égyptoogues et des conservateurs de musée. Savez-vous que e seXe proémnent de a statue du deu Amon-Mn, au Brts Museum, a été totaement démonté au e xIx sèce, en pene ère vctorenne, pour évter de coquer e pubc ? Et quand s n’ont pas pu burner e péns en érecton, comme sur un bas-ree qu e représente, s ’ont recouvert avec 1 une étquette ben opportune ! C’est e cas encore aujourd’u : es grai-ts pornograpques découverts à proXmté du tempe d’Hatsepsout, et qu sembent a concer-ner de près, ne sont toujours pas nscrts au pan-nng des vstes des tourstes qu déerent par mers caque année sur e ste (vor pages 81 et suv.). Et ce n’est pas pour deman. Même e pus céèbre des égyptoogues nous a at des cacotteres : Campoon a été ’un des premers à consuter e papyrus pornograpque de Turn, présenté dans ce vre. Horrîé par ce qu’ y a vu, ben éogné de ’mage déasée qu’
1. DocumentareSex in te Ancient Word,Egypt erotca, Stuart Carke/Hstory Canne.
6
Introduction
se asat de ’Égypte,  s’est dépêcé de e remettre sous a pe et s’est ben gardé de nous e tradure. Fort eureusement, depus puseurs années, des vres, des eXpostons, des tèses de recerce donnent à vor une seXuaté et une ve ntme que nous ne connassons pas, ou que nous avons déjà sous e nez sans es vor. Mas qu veut trater de ce sujet se eurte tout de sute à d’énormes dicutés. D’abord, tout cea est s ancen : tros, quatre, cnq, vore cnq me ans, rendez-vous compte ! De nombreuses traces de cette cvsaton sont dices à nterpréter ou ben ont dsparu. Et ce qu nous reste, c’est un puzze dont  nous manquerat a pupart des pèces. C’est ce que constatat Campoon u-même : « J’a vu rouer dans ma man des noms d’années dont ’Hstore avat totaement perdu e souvenr, des noms de deuX qu n’ont pus d’autes depus qunze sèces, et j’a recue, res-prant à pene, cragnant de e rédure en poudre, te pett morceau de papyrus, derner et unque reuge de a mémore d’un ro qu, de son vvant, se trouvat peut-être à ’étrot dans ’mmense 1 paas de Karnak ! »
1. Jean-Franços Campoon,Lettre à son rère du 6 novembre 1824.
7
Pharao-nique !
Et s on dénce des ééments reats à a seXuaté, c ou à,  est rsqué de es re avec nos unettes cuturees, suvant notre vson contem-porane de a seXuaté. Car ce que es ancens Égyptens nous ont assé n’est pas très gamour : deuX îgés, momes grmaçantes, cérémones mortuares, angue ermétque. Dice de are rmer ces mots avec sensuaté, eXctaton, désr, orgasme. Certes, a renassance de ’âme tee que a concevaent es Égyptens, passe par a seXua-té. Mas à des ménares de dstance, tout cea parat ben trop gacé, symboque ou eupé-mque. Quoque… 1 Jouer de a arpe, resprer une Leur de otus , ofrr une grenade, autant de stuatons observées dans es tempes égyptens et assocées à ’acte seXue, n’est-ce pas auss éoquent que d’ofrr une rose pour a Sant-Vaentn ou d’aumer une bouge parumée avant un dner en amoureuX ? S c’est vra, nous avons peut-être à une premère cé pour percer ces mystères. Nous entrons auss dans a spère de ’ntme. Qu peut se vanter
1. a Leur de otus se reerme e sor et réapparat e matn. C’est pour cette rason qu’ee est assocée à a renassance, donc à a seXuaté. Sans parer de ses proprétés narcotques qu peuvent en are une drogue nvoontare de ’amour.
8
Introduction
d’avor vsté suisamment de cambres à coucer pour nous en parer savamment et nous décrre a seXuaté des OccdentauX, des Franças ? Qu sat ce qu se passe dans e secret des acôves quand a porte est reermée ? Qu pourra dre un jour es pusons qu nous motvent, ben dférentes de nos bees justîcatons pondérées, pusons qu entranent des manestatons s étranges de nos passons ntéreures et de nos enves pysques ? Aors vous pensez, comment se vrer à une tee étude sur des gens morts  y a s ongtemps et dont e angage nous est en parte nconnu ! Derner probème, et de tae : ’magere et ’écrture étant e domane réservé des ommes, a seXuaté et e pasr émnns sont occutés. e pont de vue est unquement mascun. a connassance progresse mas e déséqubre est à. On ne sat pas eurs réactons ace à ces scé-mas seXues qu’ees subssaent tous es jours n s ees agssaent pour es combattre, d’une açon ou d’une autre. Et on ne sat pas non pus ques étaent es ensegnements des mères à eurs îes ou des emmes âgées auX pus jeunes. Sommes-nous totaement démuns ? Non ! Pour y vor pus car magré toutes ces dicutés et percevor es comportements seXues, es pé-
9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin