//img.uscri.be/pth/e8e5cefb3b2ea199ab6f007e361d9e73e959133b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Points de vue thermodynamiques sur notre quotidien

De
244 pages
La thermodynamique classique traite des échanges d'énergie et des transformations dans toutes sortes de matières, mais elle a montré sa capacité à s'étendre aux domaines complexes comme la biologie, l'économie et la sociologie. En s'inspirant avec prudence, des notions et des modèles de la thermodynamique, l'auteur s'intéresse à divers thèmes de société tels que cohabitation des populations, équilibre et évolutions virtuelles,...La démarche adoptée consiste à établir un tour d'horizon des aspects physiciens du thème abordé, puis à tenter de généraliser les grandeurs au domaine social et à proposer un système explicatif des comportements.
Voir plus Voir moins
VFLHQWL LTXH HQ 5HFKHUFKHV PpWDOOXUJLTXHV DSSOLTXpHV DX &RPPLVVDULDW j O¶pQHUJLH DWRPLTXH GH 6DFOD\ SRXU GHV
3KRWRJUDSKLH GH FRXYHUWXUH  /RQGRQ VWDWLRQ && 3XEOLF 'RPDLQ
,6%1   ½
Gérard ALLAN
Points de vue thermodynamiques sur notre quotidien
& SOCIÉTÉ SCIENCES
Sociétéet thermodynamique
Points de vue thermodynamiques sur notre quotidien
Sciences et Société fondée par Alain Fuchs et Dominique Desjeux et dirigée par Bruno Péquignot Déjà parus Xavier MOREAU,Vieillissement et vulnérabilité, Comment rendre moins difficile le retour de la vulnérabilité, 2016. Jacques JAFFELIN,Où va la civilisation ? Ethique pour un monde humain réconcilié avec ce dont il est issu, 2015. Anne CHATEAU et Odile PIQUEREZ,Le syndrome d’Angelman. Parcours de vie des adultes, 2015. Anne CHATEAU,Le syndrome d’Angelman. Regard sur une maladie neurogénétique rare, 2013. Laurence BRIOIS VILMONT,L’imagerie médicale. La fabrique d’un nouveau malade imaginaire, 2013.Olivier NKULU KABAMBA,L’assistance médicalisée pour mourir. Les soignants face à l’humanisation de la mort, 2013. Jean-Pierre BENEZECH,Une éthique pour le malade. Pour dépasser les concepts d’autonomie et de vulnérabilité, 2013. Suzy COLLIN-ZAHN et Christiane VILAIN,Quelle est notre place dans l’univers ? Dialogues sur la cosmologie moderne, 2012. Blanchard MAKANGA,Nature, technosciences et rationalité. Le triptyque du bon sens, 2012. Béatrice GRANDORDY,Charles Darwin et « l’évolution » dans les arts plastiques de 1859-1914,2012. Ali RECHAM,De la dialyse à la greffe. De l’hybridité immunologique à l’hybridité sociale, 2012. Simon BYL,La médecine à l’époque hellénistique et romaine. Gallien. La survie d’Hippocrate et des autres médecins de l’Antiquité, 2011. Simon BYL,De la médecine magique et religieuse à la médecine rationnelle. Hippocrate, 2011. Raymond MICOULAUT,Le Temps, L’Espace, La Lumière,2011. S. CRAIPEAU, G. DUBEY, P. MUSSO, B. PAULRÉ,La connaissance dans les sociétés techniciennes, 2009. François LAROSE et Alain JAILLET,Le numérique dans l’enseignement et la formation. Analyses, traces et usages, 2009. Martine QUINIO BENAMO,Probabilités et statistique aujourd’hui. Nouvelle édition 2009, 2009. Sezin TOPÇU, Cécile CUNY, Kathia SERRANO-VELARDE (dir),Savoirs en débat. Perspectives franco-allemandes, 2008.
Gérard ALLANPoints de vue thermodynamiques sur notre quotidien
Société et thermodynamique
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09991-0 EAN : 9782343099910
Avant-propos
La séparation, voire l’opposition entre sciences dures et sciences molles est encore bien présente dans les esprits, dans la culture et dans les institutions. L’alliance entre la physique et la sociologie apparaît comme contre-nature. Et pourtant, depuis bien longtemps, les physi-ciens et les sociologues se disent qu’ils ont beaucoup de choses en commun.
Auguste Comte (1798-1857), considéré comme le père de la sociologie, de la nouvelle sociologie, a introduit un état d’esprit et une volonté de rationalisation scientifiques, si bien que le terme « physique sociale » a été employé à l’époque. Depuis 1995 environ, grâce à quelques revues de physique, la bibliographie de la sociologie s’est élargie à de nouveaux domaines comme la socio-physique, la thermo-sociologie, qui annoncent une pluridisciplinarité, une alliance qui était jusque là inexistante.
Il y a deux aspects bien particuliers dans ces disciplines émergentes : d’une part l’état d’esprit scientifique et d’autre part les parallèles avec cette partie de la physique qu’est la thermodynamique. Depuis bien longtemps, les similitudes, les analogies sont dans les esprits de ceux qui connaissent cette branche et qui baignent tout naturellement dans le milieu social. L’existence de termes ou expressions du vocabulaire courant comme contrainte, chaleur humaine, température qui monte… qui ont une signification analogue en thermo et en relations sociales, sont des témoignages inconscients de cette dualité. Mais le cloisonnement culturel a interdit dans le passé d’aller plus loin que ces considérations superficielles.
7
Pourquoi la thermodynamique est-elle une source d’inspirations en sociologie, en économie, dans les sciences du vivant ? C’est à cause de son caractère quasi universel, de sa capacité à prendre en compte de multiples facteurs, de multiples effets. Elle est capable de fournir des modèles explicatifs de toutes sortes de comportements de la matière dans tous ses états, des milieux purs aux mélanges, des milieux continus aux milieux hétérogènes. La cohésion de la matière physique et ses transformations nous amènent à examiner les liaisons entre ses éléments qui sont les molécules ou les atomes, toujours considérés en très grand nombre et jamais individuellement, tout comme Comte considérait que le centre d’intérêt devait être le fonctionnement de la société dans son ensemble et pas l’homme isolé. C’est cette notion d’attachements en physique qui est généralisée dans la théorie des attachements en société.
Les traits communs à la thermodynamique et à la sociologie sont essentiellement le foisonnement des situations, la grande diversité, le grand nombre de configurations entre les éléments. L’ensemble de toutes les configurations possibles fait intervenir toutes les variétés de toutes les caractéristiques des éléments. Dans cet espace des caractéristiques, chaque configuration d’un ensemble se décrit par les positions relatives des éléments. Les variations de positions sont, par généralisation de cette notion, des déformations ou des évolutions, les fluctuations de ces positions sont un indicateur de la température, et leurs limitations d’origine extérieure au milieu sont dues à des pressions ou des contraintes. Toutes les autres grandeurs de la thermodynamique sont repensées et élargies pour s’adapter à d’autres domaines. Il apparaît alors que le premier principe de la thermo-dynamique peut être généralisé et constitue une règle quasi universelle des évolutions. Ce travail est largement exposé dans mon ouvrage « Théorie des attachements. Sociologie et thermodynamique » aux éditions universitaires européennes.
Il ne faut pas attendre de la thermodynamique qu’elle apporte des règles de fonctionnement social par simple transposition aveugle de ses lois. Il faut considérer chaque question sociale en s’inspirant de la thermodynamique. Plus précisément, il faut adopter la démarche suivante : observer minutieusement la matière sociale concernée, sa composition, ses limites, son extérieur, et définir le problème social à étudier. Puis, essayer de discerner dans ce problème une
8
généralisation des grandeurs physiques, en faisant preuve à la fois d’imagination et de rigueur. Ensuite, ce travail suggère des pistes, donne des inspirations pour élaborer un ou plusieurs modèles explicatifs. Enfin, le retour aux observations permet de décider du système explicatif le plus cohérent. Le présent ouvrage est d’inspiration, le mot est important, thermodynamique. Il comporte plusieurs articles indépendants sur l’exercice de la raison vu comme le résultat d’un attachement, sur la règle de l’énergie d’évolution minimale, sur les situations d’équilibre et d’évolutions virtuelles, sur le phénomène de concentration des évolutions irréversibles, sur la cinétique des évolutions diffusives, sur les diagrammes de cohabitations, entre ségrégations et intégrations, etc. Chaque exposé commence par une présentation de l’aspect thermomécanique du domaine physicien qui va servir de germe pour une généralisation. Les connaissances requises sont celles de la thermodynamique classique et de la mécanique des matériaux (élasticité, plasticité) élémentaires, de niveau bac + 3 ou 4. Il est indispensable que le lecteur soit imprégné de la vision généralisée des phénomènes physiques et sociaux. Les inspirations thermodynamiques peuvent être très variées et concerner de multiples cas d’études, chacun peut s’y essayer. Elles n’ont pour but que de suggérer des systèmes explicatifs, elles constituent un exercice où l’imagination et la rigueur doivent aller de pair. L’auteur. Avril 2015.
9