//img.uscri.be/pth/c0ec1ae8968d22284dbd234062814458b9593f13
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pour les chrysanthèmes, on verra plus tard...

De
84 pages
Ce livre brosse une désopilante description des petits malheurs et des grands bonheurs que traversent tous les seniors qui n'évoluent pas toujours au même rythme que la vie quotidienne à laquelle ils sont confrontés, sur des routes parfois cahotantes. Mais l'humour s'avère le plus confortable des airbags pour amortir les chocs. Ce n'est pas parce qu'on a les cheveux blancs qu'il faut avoir les idées noires...
Voir plus Voir moins
                                                                                                                                                                                          hr ces lurPorrevlp at sudraanysèmth, esn  oeuà l uasegd seGuide humoristiqOP_TELECC-SEL-RUrsioen sANF__PHC11/6 d   3  501/ANTHHRYS.indEMES
Alain Ancelet
2:61
on verra plus tard…
Pour les chrysanthèmes,
3
 
 
      Pour les chrysanthèmes, on verra plus tard
Guide humoristique à lusage des seniors       
    
Alain Ancelet     Pour les chrysanthèmes, on verra plus tard
Guide humoristique à lusage des seniors
                     
 
 Du même auteur   Nadine ou la promesse du soleil , Editions Debresse, 1994 Fermette à restaurer , Editions Les trois orangers, 2001 Côte dAzur , Editions Déclics, 2004  Prix de lAcadémie Littéraire de Provence 2004 Un amour factice , Editions LHarmattan, 2011                             
© LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@ wanadoo.fr harmattan1@ wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00743-4 EAN : 9978-2-343007434
 
Avant-propos 
 Être vieux, cest un métier qui nous occupe à plein temps, nous, les chevaliers du Troisième Âge. Rassurez-vous, nous avons parcouru un long chemin pour parfaire notre formation : notre vie active y a suffi à peine et nous nous recyclons encore tous les jours, conscients de la nécessité de nous sentir à laise dans notre nouvelle peau.  Le temps est souvent notre meilleur compagnon : il atténue les grandes douleurs, cicatrise les plaies, patine les meubles anciens, bonifie le vin nouveau qui sommeille voluptueusement dans les fûts de chêne, transforme les jeunes pousses en arbres vigoureux, comme un prodigieux sculpteur de linfini. Mais le temps, parfois, se révèle comme notre pire ennemi : il détruit la beauté des corps, fane les fleurs, dépouille les arbres, anéantit les rêves, ronge les falaises, pulvérise fréquemment les empires et transforme en ruines des palais resplendissants construits pour léternité.  La difficulté dans la vieillesse, ce nest pas tant dêtre vieux, cest de se sentir encore jeune alors que le regard de la société nous a déjà assigné notre nouveau rôle, qui pourrait tenir en une demi-ligne : sois vieux et tais-toi . Ce nouveau rôle, nous pourrions lendosser avec résignation, ou bien avec révolte, mais dans lun ou lautre cas, il ne sagirait que dun rôle de composition, un état subi et non choisi.  Alors que : choisir le contenu de notre vieillesse, cest notre luxe ultime. Que voulons-nous en faire ? Consommer dans la sérénité nos derniers élixirs, goûter tous les plaisirs encore à notre portée et pourquoi pas, en inventer dautres.  La vieillesse est un art, quelque part, elle est une nouvelle jeunesse en ce sens quelle nous confère une extrême liberté. Oui, vous pouvez nous envier, nous qui avons déjà franchi