Pourquoi ? Les Lumières à l'origine de l'Holocauste

De
Publié par

Et si la grande tentation pour les Juifs était d'oublier leur identité ? Et si l'assimilation faisait le lit de l'antisémitisme ? Et si la laïcité exacerbait les antagonismes religieux ? Et si les origines de l'Holocauste étaient à chercher aussi du côté des Lumières ? La réflexion de l'auteur, loin des préjugés bien pensants, est une contribution essentielle dans un contexte de résurgence de l'antisémitisme en Europe et dans le monde.
Publié le : dimanche 1 février 2015
Lecture(s) : 11
Tags :
EAN13 : 9782336369426
Nombre de pages : 80
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Edouard Valdman
POURQUOI ? Les Lumières à l’origine de l’Holocauste
Essai
23/01/15 15:23:08
POURQUOI ? Les Lumières à l’origine de l’Holocauste
© L’HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04928-1 EAN : 9782343049281
Edouard Valdman POURQUOI ? Les Lumières à l’origine de l’Holocauste Essai
Du même auteur L e R o m a n d e l ’ E c o l e d e N i c eentretiens avec César, Arman, Cane,, essai, Venet, Sosno, La Différence, 1991. Pour une Réforme de la Cour d’Assises, essai, entretiens avec Georges Kiejman, Henri Leclerc, Paul Lombard, L’Harmattan, 1996. L e s J u i f s e t l ’ a rg e n t , p o u r u n e M é t a p h y s i q u e d e l ’ a rg e n t ,essai, Galilée 1994, coll. Jacques Derrida ; nouv. éd. Biblieurope (Vilo), 1999. Le Retour du Saint, essai, Biblieurope (Vilo), 1999. Jews and Money, towards a Metaphysic of money,Schreiber Inc., USA, 2000. La BlessureNM7 Vilo, 2001., récit, D i e u n ’ e s t p a s m o r t : l e m a l e n t e n d u d e s L u m i è r e s, essai, L’Harmattan, 2003. Idéalisme français – Pragmatisme américain, une nécessaire union, essai, L'Harmattan, 2010. Demain, l’Occident !,essai, L’Harmattan, 2013. *** Brisures, poèmes, Pierre Jean Oswald, 1970. Aubeierre Jean Oswald, 1972., poèmes, P Rouge Sang, poèmes, Saint Germain des Prés, 1973. M a i 6 8 ,poèmes, illustration de Jean Hélion, Saint Germain des Prés, 1975. En Soi le Désert, poèmes, Les Lettres Libres, 1980. nouv. éd. At e l i e r D u t r o u , 2000, avec 7 planches originales de Henri Yéru. Les Oiseaux Morts,conte, gravures originales de Ricardo Licata, Fons, 1982. Les Larmes du Temps, poèmes, préface de Jean Mambrino, L’Harmattan, 1997. L'Autre, poèmes, Cahiers Bleus/Zurfluh, 2010.
Introduction
é ouvàn Ècémmén â Néw Yok, é égàdàn un M àès-md à ÈÈvson, jé sus ombÈ à àsàd su uné Èmsson consàcÈé â à Soà. ï s’àgssà d’un àné (un cooqué-dÈbà). À un céàn momén, un dés àc-àns à ononcÈ cé mo : « Pouquo ? ». Céé néogàon m’à àÈ. Non qué jé connussé à Èonsé â céé quéson. Qu ouà Èvoqué dé mànèé àîmàvé é comèé un é Èvènémén qu à ms én càusé à noon mêmé d’umànÈ ? (â cé sujé, on vo qué ’ommé n’és às uné donnÈé, màs uné Èàboàon àuou d’un céàn nombé dé vàéus, é qué sàns céés-c,  n’és às.) Pouàn, j’à éu énvé d’àoé mà Èonsé. Cé né son qué és ÈÈméns d’uné vÈÈ sàns doué us vàsé, qué j’à souàÈ communqué, én àcué àu mondé ju, céu-c àyàn succombÈ â dé nombéux ègés é énàons, don céé dé ’àssmàon. ï àvà oubÈ qu  Èà vàmén, quéé Èà son dénÈ. J’à énsÈ én consÈquéncé qu’ Èà nÈcéssàé ou u dé Ècsé d’àbod céé-c.
C 1h apitre Qu’est-ce que l’Élection ?
é n’és às cé qué ’on consdèé communÈmén, un E ÈÈmén dé suÈoÈ qu énéméà és jus dàns un ogué sàns mésué é és àuoséà â mÈsé és àués. Ràéons-nous ’soé dé Sàü é dé Dàvd. Sàü és o d’ïsàë. ï és ’on du Ségnéu. Cééndàn, édàn oué éàon àux vàéus suéés juvés, à oyàu-È u és éÈé à Déu é c’és Dàvd, éncoé énàn, qué é oèé Sàmué véndà ondé. ïc sé àcé uné dés us béés ààboés dé ’soé juvé. Lé oèé Sàmué, énvoyÈ à Déu sé énd céz é èé dé Dàvd é u énjon dé u Èséné sés Is. Pus àd Dàvd é quésonnéà. « Commén m’às-u cos ? » é Sàmué u Èond : « Cé jou-â é jou dé on oncon j’à su soudàn màgÈ à jéunéssé éséndssàné, qué à duàÈ Èà én o uné màqué dàvànàgé oondé é dououéusé qué céz à u-à dés cÈàués umànés ». « Tés èés Èàén sx ou sé. Qu’moé, cé n’Èàén às éux ».
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.