Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pourquoi ? Les Lumières à l'origine de l'Holocauste

De
80 pages
Et si la grande tentation pour les Juifs était d'oublier leur identité ? Et si l'assimilation faisait le lit de l'antisémitisme ? Et si la laïcité exacerbait les antagonismes religieux ? Et si les origines de l'Holocauste étaient à chercher aussi du côté des Lumières ? La réflexion de l'auteur, loin des préjugés bien pensants, est une contribution essentielle dans un contexte de résurgence de l'antisémitisme en Europe et dans le monde.
Voir plus Voir moins
Edouard Valdman
POURQUOI ? Les Lumières à l’origine de l’Holocauste
Essai
23/01/15 15:23:08
POURQUOI ? Les Lumières à l’origine de l’Holocauste
© L’HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04928-1 EAN : 9782343049281
Edouard Valdman POURQUOI ? Les Lumières à l’origine de l’Holocauste Essai
Du même auteur L e R o m a n d e l ’ E c o l e d e N i c eentretiens avec César, Arman, Cane,, essai, Venet, Sosno, La Différence, 1991. Pour une Réforme de la Cour d’Assises, essai, entretiens avec Georges Kiejman, Henri Leclerc, Paul Lombard, L’Harmattan, 1996. L e s J u i f s e t l ’ a rg e n t , p o u r u n e M é t a p h y s i q u e d e l ’ a rg e n t ,essai, Galilée 1994, coll. Jacques Derrida ; nouv. éd. Biblieurope (Vilo), 1999. Le Retour du Saint, essai, Biblieurope (Vilo), 1999. Jews and Money, towards a Metaphysic of money,Schreiber Inc., USA, 2000. La BlessureNM7 Vilo, 2001., récit, D i e u n ’ e s t p a s m o r t : l e m a l e n t e n d u d e s L u m i è r e s, essai, L’Harmattan, 2003. Idéalisme français – Pragmatisme américain, une nécessaire union, essai, L'Harmattan, 2010. Demain, l’Occident !,essai, L’Harmattan, 2013. *** Brisures, poèmes, Pierre Jean Oswald, 1970. Aubeierre Jean Oswald, 1972., poèmes, P Rouge Sang, poèmes, Saint Germain des Prés, 1973. M a i 6 8 ,poèmes, illustration de Jean Hélion, Saint Germain des Prés, 1975. En Soi le Désert, poèmes, Les Lettres Libres, 1980. nouv. éd. At e l i e r D u t r o u , 2000, avec 7 planches originales de Henri Yéru. Les Oiseaux Morts,conte, gravures originales de Ricardo Licata, Fons, 1982. Les Larmes du Temps, poèmes, préface de Jean Mambrino, L’Harmattan, 1997. L'Autre, poèmes, Cahiers Bleus/Zurfluh, 2010.
Introduction
é ouvàn Ècémmén â Néw Yok, é égàdàn un M àès-md à ÈÈvson, jé sus ombÈ à àsàd su uné Èmsson consàcÈé â à Soà. ï s’àgssà d’un àné (un cooqué-dÈbà). À un céàn momén, un dés àc-àns à ononcÈ cé mo : « Pouquo ? ». Céé néogàon m’à àÈ. Non qué jé connussé à Èonsé â céé quéson. Qu ouà Èvoqué dé mànèé àîmàvé é comèé un é Èvènémén qu à ms én càusé à noon mêmé d’umànÈ ? (â cé sujé, on vo qué ’ommé n’és às uné donnÈé, màs uné Èàboàon àuou d’un céàn nombé dé vàéus, é qué sàns céés-c,  n’és às.) Pouàn, j’à éu énvé d’àoé mà Èonsé. Cé né son qué és ÈÈméns d’uné vÈÈ sàns doué us vàsé, qué j’à souàÈ communqué, én àcué àu mondé ju, céu-c àyàn succombÈ â dé nombéux ègés é énàons, don céé dé ’àssmàon. ï àvà oubÈ qu  Èà vàmén, quéé Èà son dénÈ. J’à énsÈ én consÈquéncé qu’ Èà nÈcéssàé ou u dé Ècsé d’àbod céé-c.
C 1h apitre Qu’est-ce que l’Élection ?
é n’és às cé qué ’on consdèé communÈmén, un E ÈÈmén dé suÈoÈ qu énéméà és jus dàns un ogué sàns mésué é és àuoséà â mÈsé és àués. Ràéons-nous ’soé dé Sàü é dé Dàvd. Sàü és o d’ïsàë. ï és ’on du Ségnéu. Cééndàn, édàn oué éàon àux vàéus suéés juvés, à oyàu-È u és éÈé à Déu é c’és Dàvd, éncoé énàn, qué é oèé Sàmué véndà ondé. ïc sé àcé uné dés us béés ààboés dé ’soé juvé. Lé oèé Sàmué, énvoyÈ à Déu sé énd céz é èé dé Dàvd é u énjon dé u Èséné sés Is. Pus àd Dàvd é quésonnéà. « Commén m’às-u cos ? » é Sàmué u Èond : « Cé jou-â é jou dé on oncon j’à su soudàn màgÈ à jéunéssé éséndssàné, qué à duàÈ Èà én o uné màqué dàvànàgé oondé é dououéusé qué céz à u-à dés cÈàués umànés ». « Tés èés Èàén sx ou sé. Qu’moé, cé n’Èàén às éux ».
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin