Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Précarités en famille

De
143 pages
Consacré à l'examen de situations de précarité, maltraitance, pauvreté, vulnérabilité, ce numéro nous interroge sur les dysfonctionnements familiaux et sur les représentations et les pratiques des professionnels de l'intervention socio-éducative auprès des familles concernées.
Voir plus Voir moins

La revue internationale familiale n021, 2007

de l'éducation

Précarités en famille

~ L'Harmattan 2007 5-7 rue de l'École Polytechnique; Paris 5e www.librairieharmattan.com harmattan 1@wanadoo.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-03457-0 EAN : 9782296034570

La revue internationale familiale, n021, 2007

de

l'éducation

Précarités en famille

Sommaire

Avant propos Daniel Gayet... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ...

... ... ... ...

page 7

Editorial Geneviève Bergonnier-Dupuy, Chantal Zaouche-Gaudron

page 9

Traumatisme et maltraitance. Stress post-traumatique chez les enfants et fonctionnement mental de leur mère en contexte de maltraitance Carl Lacharité, Louise S. Éthier page 13 La reconnaissance de la place des parents dans les institutions de protection de l'enfance en France
Catherine Sellenet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 29

Etre mère en situation de précarité économique. Etude exploratoire qualitative Chantal Zaouche-Gaudron, Séverine Euillet. Olivia Troupel-Cremel
Pauline J ayr. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 51

Trajectoires de vie de jeunes pères en contexte de vulnérabilité: le modèle de Belsky (1984) revisité. Annie Devault, Marie-Pierre Mi/cent, Francine Ouellet, Isabelle Laurin, Marika Jauron, Carl Lacharité ..page 71

La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007

5

Varia
Comment l'enfant influence-t-il ses parents et quels sont les liens avec ses difficultés émotionnelles et comportementales? Fabrice Brodard, Michaël Reicherts ...page 101 Les interventions socio-éducatives : comment les définir?
Dominique F ablet. . ........ .... ..................... . . . . . . . ... page 125

Abstracts (résumés en anglais)
Nouvelles
Note aux

.page 139
. . . . ... .page 142
143

internationales.
auteurs.

. . . . . . . . . . .. . . . . . . . .. . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ... . . . . . . ... page

TarifS.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .page

144

6

La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007

Avant-propos

Conformément aux suggestions de notre nouvel éditeur, les numéros proposés par la Revue internationale de l'éducation familiale sont désormais exclusivement thématiques. Le présent numéro porte sur les précarités en famille et a été coordonné par Geneviève Bergonnier et Chantal Zaouche-Gaudron qui se sont chargées de la présentation dans les pages suivantes. Cependant nous tenons à continuer à inclure sous forme de varia un ou deux articles dont nous avons estimé la qualité bien qu'ils n'entrent pas dans la thématique générale. C'est pourquoi, à la suite des quatre articles thématiques sélectionnés, nous proposons une recherche de Fabrice Brodard et Michaël Reicherts portant sur l'influence exercée par l'enfant sur ses parents suivie d'une étude de Dominique Fablet sur les définitions des termes utilisés lors des interventions socio-éducatives. Nous espérons que cette nouvelle formule nous permettra à la fois d'assurer une plus grande cohérence à notre revue tout en continuant à accepter la diffusion de recherches originales dans le champ de la recherche en éducation familiale.

Daniel Gayet

La revue internationale de l'éducation familiale, n02I, 2007

7

Editorial

« Que vaudrait l'acharnement du savoir s'il ne devait assurer que l'acquisition des connaissances, et non pas, d'une certaine façon et autant que faire se peut, l'égarement de celui qui connaît? Il Y a des moments dans la vie où la question de savoir si on peut penser autrement qu'on ne pense et percevoir autrement qu'on ne voit est indispensable pour continuer à regarder ou à réfléchir» (Foucault, 1984, 151). Sur le registre de la famille, terme on ne peut plus polysémique, la littérature scientifique nous a permis d'accroître nos connaissances sur les places, les rôles, les statuts des pères et des mères. Elle nous a permis aussi de mieux préciser des notions aussi complexes que celles de parentalité et de conjugalité et leur influence respective et conjointe sur le développement de l'enfant. Les acquis dans ce domaine, amenés par des disciplines telles que la sociologie, les sciences de l'éducation, la psychologie... pour ne citer que les plus proches des nôtres, sont, en
effet, considérables. famille nucléaire

-

Notre champ d'investigation s'est élargi aux familles

premier plurielles

- celui

telles,

de la les

familles monoparentales, en résidence alternée, recomposées, homoparentales qui témoignent de l'évolution socio-historique de la famille dans nos sociétés occidentales. De nombreuses disciplines ont croisé leur point de vue et ont amené des axes réflexifs pour analyser les liens intrafamiliaux, la structure, les fonctions et les dynamiques familiales. Même si le champ de recherche autour de la précarité est plus récent, notamment en France, les écrits et recherches qui s'intéressent aux précarités, aux précaires, au processus de précarisation apportent eux aussi des précisions dans les terminologies employées et des connaissances plus consistantes et moins disparates qu'elles n'étaient auparavant. De nombreuses questions peuvent être posées: les situations précaires entrâment-elles un délitement des liens familiaux, entre conjoints, entre les parents et les enfants? Amènent-elles, au
I Foucault, M. (1984). Histoire de la sexualité II. Paris: Gallimard.

La revue internationale de l'éducation familiale, n02I, 2007

9

plan de la sphère familiale, une déstructuration des fonctions éducatives des mères et des pères? Dit autrement, les difficultés socio-économiques, les situations précaires sociales et psychiques entraînent-t-elles un dysfonctionnement des fonctions parentales, rendant parents et enfants plus vulnérables? Mais aussi, et a contrario, être parents dans des situations de précarité entraîne-t-il des formes de lien et de relation que nous méconnaissons, des investissements différents dans la parentalité ? Quelles sont leurs préoccupations, leurs besoins, les représentations qu'ils ont de leurs rôles? De même, on peut s'interroger sur les représentations et les pratiques des professionnels de l'intervention socio-éducative qui côtoient les familles en situation de précarité. Quelles sont les stratégies qu'ils mettent en œuvre pour travailler avec et à côté de ces familles? Quels sont leurs rapports aux règles, aux valeurs, aux comportements des parents et des enfants qu'ils sont amenés à rencontrer? Ce numéro spécial de La revue internationale de l'éducation familiale intitulé «Précarités en famille» se compose de quatre contributions qui nous proposent chacune à leur manière un éclairage nouveau à propos de l'impact de la précarité sur le fonctionnement familial et sur les représentations et les pratiques des professionnels de l'intervention socio-éducative auprès de ces familles. Les précarités économiques, liées en particulier au marché du travail, qui sévissent maintenant dans les pays occidentaux (et non plus seulement dans le tiers monde), amènent les chercheurs à être de moins en moins silencieux dans le domaine. A partir de ces formes plurielles de précarité socio-économique (RMI, travail féminin à temps partiel, flexibilité de l'emploi.. .) émergent des situations nouvelles. En effet, les multiples fragilisations qui en découlent affectent tous les domaines d'existence. Ces insécurités quotidiennes (emploi, logement, santé, éducation...) frappent les familles et ont des conséquences non négligeables sur la façon dont les parents occupent leur place et assurent leur rôle de père et de mère, sur la manière dont ils assument leur conjugalité et leur parentalité. Le risque d'une désagrégation des liens familiaux est toujours présent et n'est pas sans conséquence sur le développement des enfants et des adolescents, notamment ceux qui vivent dans des familles nombreuses ou dans des familles monoparentales. Carl Lacharité et Louise Ethier examinent tout particulièrement une population de familles signalées pour maltraitance ou négligence (dyades mère-enfant) auprès des services 10
La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007

de protection de l'enfance. Ils montrent l'importance des traumatismes chez l'enfant (développement d'un modèle d'attachement désorganisé, difficultés à faire face aux stresseurs, désordres de régulation émotionnelle et comportementale, dissociation mentale comme mécanisme d'adaptation) et suggèrent qu'une attention particulière soit portée sur les effets traumatiques de telles expériences (chez l'enfant mais aussi chez la mère) afin de mettre en place une prise en charge clinique adéquate. Les situations de précarité affectent également la parentalité. Comment pourrait-il en être autrement quand ces pères et ces mères se doivent de lutter au quotidien pour faire vivre leurs enfants dans des conditions dignes? Comment construire des projets de vie, penser l'avenir des enfants quand chaque jour qui passe demande une énergie considérable pour survivre? Toute situation précaire induit une fragilisation physique, psychique, sociale et l'on parle souvent, dans ce contexte, de fragilisation ou d'altération du lien social; de nombreux écrits en témoignent. Cependant, outre les conséquences sur le développement socio-affectif et cognitif des enfants et des adolescents que nous ne pouvons méconnaître, notre attention devrait se porter aussi sur les moyens et les stratégies mis en place par les familles pour y faire face. Chantal Zaouche-Gaudron et ses collègues rendent compte de la façon dont les mères en situation de précarité exercent et se représentent leur maternité. Elles soulignent la prégnance du modèle traditionnel de la maternité qui différencie ces mères de celles issues d'un milieu moyen et supérieur qui, elles, adhérent davantage à un modèle plus égalitaire de partage des tâches; elles relèvent aussi un investissement fort de l'enfant et une recherche active de soutiens familial et social. Annie Devault et ses collègues recherchent les facteurs pouvant influer sur l'engagement de jeunes pères en contexte de vulnérabilité auprès de leurs enfants. Les auteurs mettent en exergue l'importance de la qualité des relations entretenues avec l'ex -conjointe ainsi que l'expérience du père dans sa famille d'origine. Si, dans un contexte de précarité, les mères et les pères doivent faire face à de nombreuses difficultés, ces travaux de recherche dégagent aussi des informations sur les ressources présentes et les stratégies mises en place pour assurer leur rôle de parents et maintenir le lien avec l'enfant. Quelles sont aussi, dans ces conditions, les représentations et les pratiques des professionnels de l'intervention socio-éducative qui, chaque jour, travaillent avec ces familles? Notre méconnaissance (ou

La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007

Il

notre « mal-connaissance») de la parentalité, en situation de précarité économique, sociale et psychologique, induit le plus souvent une dévalorisation, une stigmatisation des parents et des enfants. Catherine Sellenet présente une recherche portant sur les formes de reconnaissance sociale de la place des parents dans les institutions de protection de l'enfance. Elle rappelle les droits fondamentaux de la personne aidée, dresse une sorte d'éthique de la reconnaissance de la place des parents puis, constate le décalage entre discours officiels et pratiques effectives. Elle souligne la reconnaissance limitée et contrôlée de la place des parents; ce qui entraîne, chez ces derniers, des sentiments de honte, de la souffrance psychique, mais relativement peu de stratégies de résistance à l'institution. Sommes-nous, chercheurs et professionnels, suffisamment attentifs au fait que ces familles mettent en place des attitudes actives et réflexives et que la venue et la présence d'enfants donnent sens aux efforts entrepris par les parents? C'est dans cette perspective qu'un chercheur doit pouvoir aussi «s'égarer» (Foucault, 1984) afm de développer des pistes de réflexion nouvelles et construire des objets de recherche ambitieux parce qu'en phase avec la réalité sociale contemporaine. Nous nous devons de penser et de réfléchir autrement pour nous déprendre de nos façons habituelles de concevoir la parentalité, en particulier dans des contextes qui sont éloignés des modèles dominants et/ou consensuels.

Geneviève Bergonnier-Dupuy, Chantal Zaouche-Gaudron

12

La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007

Traumatisme et maltraitance Stress post-traumatique chez les enfants et fonctionnement mental de leur mère en contexte de maltraitance

Carl Lacharité Université du Québec à Trois-Rivières Louise S. Éthier Université du Québec à Trois-Rivières2

Cette étude se penche sur les liens qui existent entre lefonctionnement mental de la mère en regard des relations d'attachement dans sa propre histoire et les symptômes manifestés par l'enfant dénotant la présence d'un stress post-traumatique dans le contexte de situations de négligences graves et de violence physique. L 'hypothèse principale est que l'incohérence mentale à l'égard des relations d'attachement chez la mère prédit l'intensité des symptômes de stress post2

Carl Lacharité, Département de psychologie, Université du

Québec à Trois-Rivières; Louise S. Éthier, Département de psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières. La rédaction de ce travail a été fmancée par une subvention du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture. Les résultats de cet article ont été présentés dans le cadre du Congrès de l'EUSARF, Nanterre, septembre 2005. La correspondance relative à cet article devrait être adressée à Carl Lacharité, Département de psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières, C.P. 500, Trois-Rivières (QUÉBEC), Canada, G9A 5H7. Téléphone: 819-376-5156. Télécopieur: 819-376-5195. Courriel : Cart Lacharite(œ.uqtr.ca.

La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007

13

traumatique observés chez l'enfant négligé ou abusé. L'autre hypothèse est que la sévérité de la conduite parentale dysfonctionnelle reliée aux mauvais traitements constitue un médiateur du lien entre l'incohérence mentale de la mère et les symptômes de stress posttraumatique de l'enfant. L'échantillon est constitué de 47 dyades mère-enfant recrutées à partir d'agences de protection de l'enfance au Québec (Canada). Les enfants sont âgés de 4 à 10ans. Les instruments de collecte de données sont (dans leur version francophone): Child Behavior Checklist (symptômes de stress posttraumatique chez l'enfant), Child Abuse Potential Inventory (sévérité des conduites parentales maltraitantes) et Échelle de cohérence de la
pensée

-

Adult Attachment

Interview

(fonctionnement

mental de la

mère). Les résultats montrent que les symptômes de stress posttraumatique de l'enfant sont corrélés à l'incohérence de la pensée de la mère. La sévérité des mauvais traitements est un médiateur significatif du lien entre l'incohérence de la pensée à l'égard des relations d'attachement chez la mère et les symptômes de stress posttraumatique chez l'enfant. La discussion explore les retombées pour l'intervention auprès des enfants maltraités et de leur mère. Mots clés: Traumatisme; Maltraitance ; Attachement; Enfant; Mère

La violence et la négligence envers les enfants constituent un problème social majeur dans les pays occidentaux et ce, malgré les mesures de protection sociale que ces sociétés ont mis en place au cours des cinq dernières décennies. Par exemple, au Canada en 1998, selon la première Enquête d'incidence canadienne (EIC-1), environ 22 enfants sur 1000 ont fait l'objet d'un signalement à une agence de protection de l'enfance (Trocmé, MacLaurin et Fallon, 2001). Entre 1998 et 2003, selon la deuxième Enquête d'incidence canadienne (EIC-2), cette proportion a augmenté de 78%, passant d'un taux de 21,5 à 38,3 pour 1000 enfants (Trocmé, Maclaurin, Daciuk et al., 2005). Plus inquiétant encore, le taux de signalements corroborés a doublé durant cette même période (passant de 9,2/1000 à 18,7/1000). Les problématiques identifiées sont, par ordre d'importance, la négligence (34%), l'exposition à la violence conjugale (26%), la violence physique (23%), la violence psychologique (26%) et l'abus sexuel (3%). En France, en 2004, la répartition d'enfants maltraités en fonction des principales formes de maltraitance est la suivante:
14 La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007

violences physiques (32%), violences sexuelles (29%), négligences lourdes (23%) et violences psychologiques (13%) (ODAS, 2005)i. Les deux dernières décennies ont clairement montré l'impact hautement perturbateur des situations de mauvais traitements sur le développement des enfants, mais peu de travaux ont tenté de décrire les processus relationnels qui sous-tendent les effets perturbateurs et qui pourraient constituer la cible d'interventions. Les diverses formes de maltraitance que peuvent subir un enfant représentent un potentiel élevé de traumatisme psychologique pour lui. Bien que la majorité des études portant sur les effets traumatiques de la maltraitance aient été réalisées surtout face à la violence physique et à l'abus sexuel, des recherches démontrent que la négligence grave vécue par l'enfant serait tout aussi traumatique que ces formes plus actives de mauvais traitements (Ogawa, Sroufe, Weinfeld et al., 1997; De Bellis, 2005; Schore, 2001).
Les traumatismes traitements et la transmission intergénérationnelle des mauvais

L'enfant maltraité a tendance à être exposé, au cours de son développement, à une «chaîne de traumatismes» qui perdurent dans le temps. (Streeck-Fisher et van der Kolk, 2000; Terr, 1991). De récents travaux ont été réalisés avec des familles où l'on retrouve des négligences graves dont une proportion substantielle est également accompagnée d'une problématique de violence physique envers l'enfant (Éthier, Lemelin et Lacharité, 2004; Ethier, Bourassa et Klapper, 2006). Ces travaux indiquent que les familles qui sont toujours en contact avec les services de protection de l'enfance pour l'un ou l'autre de leur enfant, après 13 années de suivi, se distinguent surtout, des autres familles ayant eu un parcours plus positif, par les antécédents et les caractéristiques personnelles des parents (en particulier, des mères) plutôt que par leur situation sociale et économique. Ces chercheurs montrent que les facteurs de risque identifiés comme étant les plus importants pour expliquer la chronicité des perturbations qui compromettent significativement le développement ou la sécurité des enfants dans leur famille sont les problèmes de santé mentale et les traumatismes non résolus de la mère. Leurs travaux suggèrent aussi que les traumatismes vécus par la mère sont significativement associés aux symptômes de traumatismes psychologiques manifestés par l'enfant.

La revue internationale de l'éducation familiale, n02I, 2007

15

En fait, il semble y avoir un cycle intergénérationnel de la négligence et de l'abus à l'intérieur duquel les traumatismes de la mère se transmettraient à l'enfant par le biais de conduites incohérentes, impulsives, dissociées et «effrayantes» du point de vue de l'enfant (Main et Hesse, 1990; Lyon-Ruth et Jacovitz, 1999). Ces conduites maternelles, se manifestant à l'intérieur de la relation d'attachement entre l'enfant et la mère, auraient un impact majeur sur le développement émotionnel de l'enfant et, en particulier, sur sa capacité à organiser ses expériences subjectives et à intégrer celles-ci en un tout cohérent.
Objectif de recherche et hypothèses

Cette brève mise en contexte montre que la présence de symptômes de stress post-traumatique chez les enfants maltraités, audelà de la présence de problèmes émotionnels ou comportementaux plus communs (agressivité, retrait social, dépression, anxiété), pourrait être considérée comme une complication qui évoque un dysfonctionnement relationnel majeur avec la principale figure parentale (la mère). Certains travaux ont montré que ces symptômes chez l'enfant maltraité sont associés à des perturbations dans l'organisation mentale à l'égard des relations d'attachement chez la figure maternelle. Cette étude vise à examiner les liens qui existent entre le fonctionnement mental de la mère en regard des relations d'attachement dans sa propre histoire et les symptômes manifestés par l'enfant dénotant la présence d'un stress post-traumatique dans le contexte de situations de mauvais traitements impliquant principalement des négligences graves et de la violence physique envers l'enfant. L'hypothèse principale est que l'incohérence mentale à l'égard des relations d'attachement chez la mère prédit l'intensité des symptômes de stress post-traumatique observés chez l'enfant négligé ou abusé. L'autre hypothèse est que la sévérité de la conduite parentale dysfonctionnelle reliée aux mauvais traitements constitue un médiateur du lien entre l'incohérence mentale de la mère et les symptômes de stress post-traumatique de l'enfant. Ainsi, la sévérité des mauvais traitements agirait comme un mécanisme de transmission entre l'état d'esprit de la mère et les difficultés d'intégration psychologique de l'enfant.

16

La revue internationale de l'éducation familiale, n021, 2007