//img.uscri.be/pth/f763a5c465028e8aef4d642c2e140964c592ef1b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Présence française dans le monde

De
136 pages
Avec plus de 400 lycées français à l'étranger, plus de 1 000 alliances françaises réparties dans le monde et un vaste réseau culturel et scientifique, la France joue un rôle important dans le domaine de la diplomatie d'influence.

Quel est son champ d'action ? Quelles en sont les priorités actuelles ?

Quels en sont les moyens et les modalités de fonctionnement ? Les réformes récentes vont-elles modifier fondamentalement la donne en la matière ? Sur tous ces sujets, l’auteur répond et fait un état des lieux de l'action culturelle extérieure de la France, de ses instruments et de son évolution toute récente.
Voir plus Voir moins
S o m m a i r e
PRÉFACE Bruno Foucher . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
I NTRODUCTION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 L’action culturelle et scientifique, un outil important de la politique extérieure de la France . . . . . 9 Un concept global, la diplomatie d’influence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 De nouveaux établissements publics contribuant à l’action extérieure de la France. . . . . . . . . . . 11 L’action culturelle et scientifique extérieure, un débat qui a rebondi récemment . . . . . . . . . . . . . 13
Chapitre 1
L’action culturelle extérieure de la France : une longue tradition historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 Arts, lettres et diplomatie sous l’Ancien Régime . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 1789-1870 : la Nation et l’action culturelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 1870-1914 : les concurrences et rivalités culturelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 1914-1920 : la Première Guerre mondiale et ses conséquences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 1920-1939 : une action culturelle extérieure très dynamique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 1939-1945 : la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 1945-fin des années 2000 : l’essor de la diplomatie culturelle et la création de la Direction générale de la mondialisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Chapitre 2
L’action culturelle et scientifique depuis le début des années 2010 : soft power or hard power?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Un nouveau paradigme ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 Les trois nouvelles entités créées en 2010 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Une réforme importante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Le réseau culturel français : un objet de débat national. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 La diplomatie culturelle et scientifique : un enjeu international. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Chapitre 3
Les protagonistes de la diplomatie culturelle et scientifique. . . . . . . . . . . . . . . 39 L’implication du ministère de la Culture et de la Communication. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Le rôle essentiel du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche . . . . . . . . . . . . . . 42 L’action déterminante des collectivités territoriales et de l’aide au développement . . . . . . . . . . . 44
Le cadre multilatéral : l’action de l’Union européenne et celle de l’Unesco . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 Les priorités de la diplomatie culturelle et scientifique : le pilotage du ministère des Affaires étrangères et du Développement international. . . . . . . . . . 51
Chapitre 4
La diplomatie culturelle et artistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Le spectacle vivant, les arts visuels et l’architecture, secteurs clés de la diplomatie culturelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 La politique du livre, les débats d’idées, les sciences et les savoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 L’action audiovisuelle extérieure. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Le patrimoine mondial et l’archéologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Chapitre 5
La diplomatie scientifique et universitaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Recherche et innovation, une priorité nationale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 L’expertise française à l’international . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 La coopération scientifique, un atout essentiel de la recherche et du partenariat. . . . . . . . . . . . . 85 La coopération universitaire, aux frontières de l’enseignement supérieur, de l’éducation et de la culture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
Chapitre 6
La coopération linguistique et éducative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 La coopération linguistique, instrument transversal de l’influence française . . . . . . . . . . . . . . . . 93 La coopération éducative, instrument de coopération durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
Chapitre 7
Les moyens de l’action culturelle et scientifique extérieure de la France. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Des moyens financiers au service d’une « diplomatie globale » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109 Approche de l’efficience de la politique française en matière de diplomatie culturelle et d’influence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 La gestion des ressources humaines. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
CONCLUSION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
1. Liste des principaux sigles et abréviations utilisés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121 2. Bibliographie sommaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123 3. Sélection de sites Internet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 4. Liste des tableaux et encadrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128
P r é f a c e
7
a France a une dpomate d’nLuence qu se notamment à a promoton de son mage et donc à a déense de ses ntérêts, qu’s soent économques, ngustques ou cutures. Pour ce are, ee s’appue sur es serces cen-trauX du MAEDï (mnstère des Afares étrangères et du Déeoppement nternatona), du mnstère de a Cuture et de a Communcaton, des opérateurs cutures et scentîques, ans que de son réseau dpomatque. ’ourage de Phppe ane eXpore es prncpauX ééments de cette acton d’nLuence. Cette dpomate scentîque et cuturee s’nscrt dans e cadre pus goba d’une compétton nternatonae pour e déeoppement de ’attractté de chaque pays, notamment aec ’ade des noueauX médas de communcaton. a dpomate numérque ournt en efet aujourd’hu de pus en pus de ressources à notre acton d’nLuence. Dans e cadre de cette compétton nternatonae, a France peut are aor de nombreuX atouts : sa pace dans a coopératon scentîque et uners-tare, grâce auX partenarats des unerstés, grandes écoes et aboratores de recherche ; son dynamsme cuture et artstque, dans des domanes eXtrêmement dersîés ; sa coopératon ngustque et éducate, grâce à son réseau scoare nternatona et ses coopératons pour e déeoppe-ment de a angue rançase dans e monde. Cette présence sur ’ensembe des contnents est égaement soutenue par une dpomate économque attente à ’efort des entreprses rançases en aeur de ’aIrmaton de ’HeXagone, aec e concours act des coecttés terrtoraes. Une tee acton se onde prncpaement sur es projets de partenarat dée-oppés par nos serces de coopératon et d’acton cuturee, nos serces pour a scence et a technooge, e réseau des nsttuts ranças et aances rançases, ou encore nos nsttuts de recherche en scences humanes et socaes. Nos étabssements scoares et unerstares jouent égaement, à ’étranger, un rôe consdérabe en a matère. es domanes d’nterenton se sont étendus, ces dernères années, auX enjeuX gobauX essentes : cmat, acton humantare, drots de ’Homme, enronnement et déeoppement durabe, gouernance, toursme et socété ce, coopératon jurdque et judcare, ou encore sport. C’est dre que notre dpomate cuturee et scentîque s’est ouerte auX grandes thématques nternatonaes et a su nouer des partenarats acts aec es nsttutons nternatonaes concernées. C’est tout ’objet du programme e « MAEDï 21 » qu promeut une dpomate gobae au xxi sèce.
8PRÉSENCE FRANCAISE DANS LE MONDE
Dans ce conteXte généra, ’ïnsttut ranças, opérateur dédé du mnstère des Afares étrangères et correspondant d’un aste réseau composé de 160 serces de coopératon et d’acton cuturee, de 97 nsttuts ranças et de 813 aances rançases étabs sur es cnq contnents, joue un rôe essente de dfuson et de promoton des échanges artstques, de dfuson du re et de souten auX médathèques, de support de a pensée rançase et des saors scentîques, d’ade à ’ensegnement du ranças, ou encore de ormaton des agents du réseau.
’ïnsttut ranças apporte e souten de ’acton cuturee auX stratéges dpomatques de a France seon es aXes suants : promouor es échanges artstques nternatonauX, partager a créaton nteectuee rançase, dfuser e patrmone cnématographque et audosue ranças, ader au déeoppement cuture des pays du Sud, encourager a dfuson et ’apprentssage de a angue rançase, déeopper e daogue des cutures vîaou « « années », sasons », ’organsaton de « en France et àestas » ’étranger, aorser a mobté nternatonae des créateurs, aec des pro-grammes de résdences, coordonner et promouor es actons aec es coecttés terrtoraes rançases à ’nternatona, agr pour a dersté cuturee à ’échee européennevîades partenarats européens et mut-atérauX et assurer a ormaton et e su de carrère des agents du réseau cuture dans e monde.
En tant qu’ancen attaché de coopératon unerstare à ondres et pro-esseur nté au Département de ranças de ’unersté de Cambrdge, déégué généra de ’Aance rançase en Austrae, ou encore conseer de coopératon et d’acton cuturee et drecteur de ’ïnsttut ranças en Jordane, Phppe ane a une parate connassance et une réee pratque de cette dpomate d’nLuence. ï nous re, dans cette deuXème édton, une son actuasée des grands enjeuX nternatonauX de notre acton cuturee et scentîque.
Bruno Foucher Présdent de ’ïnsttut ranças
I n t r o d u c t i o n
9
« Un phosophe dot are tros oyages : e premer est e oyage ency-copédque, e second est monda (un phosophe qu n’aurat pas u es océans, es pôes et ’équateur gnorerat e monde !). e trosème oyage est ceu parm es hommes… Ce trosème oyage est doube :  aut aor des ams partout, daoguer aec tous, et  aut oyager à ’ntéreur er des derses casses socaes. » (Mche Serres,Revue Projet,2003).1 jun
L’action culturelle et scientifique, un outil important de la politique extérieure de la France
’acton cuturee et scentîque eXtéreure de a France, dmenson essen-tee de son nLuence à ’échee mondae, se décne en autant d’nstru-ments que sont a dfuson de ’apprentssage du et en ranças, a promo-ton de ses artstes (du spectace ant, des arts sues, de a musque…), a potque du re, ’acton audosuee eXtéreure, ’archéooge, a coopératon scentîque et unerstare, etc. Ee consttue à ce ttre, aec ’acton dpomatque et es opératons mtares, un des prncpauX oets de sa potque étrangère.
e ïnscrte dans une ongue tradton qu remonte au xvi sèce, cette po-tque est essenteement mse en œure par e mnstère chargé des afares étrangères dans e cadre du programme 185 (« Dpomate cuturee et d’nLuence ») du budget de ’État, mas y contrbuent égaement d’autres mnstères te ceu chargé de a cuture. Ee mobse un mportant réseau 1 – « e pus étendu au monde » – de serces de coopératon et d’acton cuturee, d’nsttuts cutures, d’aances rançases… qu aorsent entre autres a coopératon ngustque, nstrument transersa de ’nLuence rançase.
Pourtant, e recu des moyens înancers et humans afectés à cette potque, mas auss ’émergence d’enjeuX gobauX de a coopératon nternatonae comme a santé, e changement cmatque, es mgratons, etc., ont amené
1 . Cour des comptes,Le réseau cuture de a France à ’étranger,communcaton au présdent de ’As-sembée natonae pour e comté d’éauaton et de contrôe des potques pubques, septembre 2013, p. 21.
10PRÉSENCE FRANCAISE DANS LE MONDE
es pouors pubcs ranças, depus puseurs décennes, à une remse en cause de a doctrne et des moyens d’acton en gueur par ’adopton de ce que ’on appee communément a « dpomate d’nLuence ».
Un concept global, la diplomatie d’influence
Ee se dstngue d’une potque de rayonnement cuture en ce qu’ee concerne un champ d’acton pus arge dans es nouees ogques de a mondasaton en ncuant égaement des domanes tes que es techno-oges de ’normaton et de a communcaton, qu renorcent ’nLuence des États sur a scène nternatonae. Par cette approche renoueée, « nous tenons à es cés d’une dpomate d’nLuence pus eIcace aant nos moyens tradtonnes, qu ont at eurs preues, à une approche pragma-tque tenant compte des réatés nternatonaes et de a nécessté de ren-2 orcer e en entre e secteur économque et ’admnstraton » .
De at, a coopératon cuturee et scentîque est ortement ée auX enjeuX gobauX du monde d’aujourd’hu. En 2011, a présdence rançase du G20 et du G8 a traté du système înancer monda, après es crses ées à a chute de a banque ehman Brothers en 2008. De même, entre e e 30 noembre et e 11 décembre 2015, a France a accue a 21 coné-rence des Natons unes sur e changement cmatque (COP 21), qu s’est concue e 12 par ’adopton, par es 195 natons représentées et ’Unon européenne, d’un protocoe addtonne à a conenton-cadre des Natons 3 unes sur es changements cmatques . Ces questons ne sont pas cou-pées des actons cuturees et scentîques, en ce sens qu’ees ont ’objet de débats d’dées dans es pays concernés pus partcuèrement par tee ou tee probématque.
C’est dre ’mbrcaton orte entre es questons cuturees et scent-îques, d’une part, et es grands enjeuX mondauX, d’autre part. En ce sens, ’acton cuturee et scentîque eXtéreure de a France dot sans aucun doute (daantage) ntégrer ces noueauX déîs, qu dépassent e seu cadre ngustque et artstque.
’un des pendants de cette nouee concepton de ’acton eXtéreure résde dans e noueau soule mpusé à a dpomate économque de a France, qu s’est matérasé par a créaton d’une Drecton des entreprses, de ’économe nternatonae et de a promoton du toursme au sen du
2 . Henr Denaud, ancen ambassadeur, drecteur des acttés nternatonaes à ’ïnsttut des hautes études de déense natonae (ïHEDN), « es noueauX outs de notre dpomate d’nLuence »,LeMonde.r,10 mars 2011 (http://www.emonde.r/dees/artce/2011/03/10/es-noueauX-outs-de-notre-dpomate-d-nLuence_1490731_3232.htm). o 3 . Cet accord a été ratîé, en France, par a o n 2016-786 du 15 jun 2016.
11 INTRODUCTION
mnstère des Afares étrangères et duDéveoppement înternatîona,par ’arrêté du 22 décembre 2015. Mas a prncpae réorme de ’appare dpomatque ranças de ces der-o nères années découe de a o n 2010-873 du 27 juet 2010 reate à ’acton eXtéreure de ’État, qu nstaure tros nouees agences.
De nouveaux établissements publics contribuant à l’action extérieure de la France
Cette o a nstauré de noueauX outs pour rénoer a dpomate d’n-Luence de a France ; au premer pan îgure ’ïnsttut ranças, qu a oca-ton à ormer aec e réseau des centres et nsttuts cutures à ’étranger un dspost ntégré. e décret portant créaton de cet organsme est paru e 30 décembre 2010, permettant à a nouee agence de se substtuer er dès e 1 janer 2011 à ’assocaton CuturesFrance. En outre, a o du 27 juet 2010 a préu une eXpérmentaton, durant tros ans, du transert du réseau de coopératon et d’acton cuturee du mnstère chargé des afares étrangères à ’ïnsttut ranças. Cette eXpérmentaton, menée dans douze pays (Cambodge, Ch, Danemark, Émrats arabes uns, Géorge, Ghana, ïnde, Kowet, Royaume-Un, Sénéga, Serbe et Sngapour) du er 1 janer 2012 à a în 2013, a amené à a concuson qu’ee n’aat « pas 4 généré de gans sgnîcats en termes de coût et d’eIcacté » ; a souton du transert n’a donc pas été retenue par e gouernement.
ï s’agt de proessonnaser e réseau cuture en améorant a ormaton, en aorsant e daogue et ’normaton, en déeoppant es bonnes pra-tques de contrôe de geston et d’éauaton des actons de coopératon, en construsant des projets embématques communs (dans e domane du îm ou des bbothèques numérques, par eXempe) et en se rapprochant des coecttés terrtoraes ou encore de ’Unon européenne.
Outre ’ïnsttut ranças, a o du 27 juet 2010 préot égaement a créaton d’un étabssement pubc à caractère ndustre et commerca (Epc), « CampusFrance », pacé sous a doube tutee du mnstère chargé de ’ensegnement supéreur et de a recherche et de ceu chargé des afares étrangères. ï a en charge a aorsaton et a promoton à ’étranger du système d’ensegnement supéreur, de recherche et de ormaton proes-sonnee ranças, ’accue des étudants et chercheurs étrangers, a geston des bourses, stages et autres programmes de mobté nternatonae, ans
4 .Avîs présenté au nom de a Commîssîon des afaîres étrangères sur e projet de oî de inances pour 2014 o (n 1395). Tome II : Actîon extérîeure de ’État. Dîpomatîe cuturee et d’înluence, par M. Françoîs o Lonce, Député,n 1431, Assembée natonae, 10 octobre 2013, p. 28.
12PRÉSENCE FRANCAISE DANS LE MONDE
5 . 6 . 7 . 8 . 9 .
que a promoton et e déeoppement nternatona de ’ensegnement supéreur et de a recherche. Enîn, a o crée un noue étabssement pubc à caractère ndustre et com-merca, dénommé «France EXpertse nternatonae», pacé sous a tutee du mnstère chargé des afares étrangères et nest de a promoton de ’asss-tance technque et de ’eXpertse nternatonaes rançases à ’étranger. ï a été er o rempacé e 1 janer 2015, en ertu de a o n 2014-773 du 7 juet 2014 d’orentaton et de programmaton reate à a potque de déeoppement et de sodarté nternatonae, par EXpertse France, qu répond à ’object de smpîcaton et de ratonasaton du dspost ranças de coopératon technque nternatonae pour en accrotre es perormances. 5 er Par aeurs, ’opérateur Busness France , né de a uson, au 1 janer 2015, de ’Agence rançase pour es nestssements nternatonauX (Aî) et d’Ubrance, partcpe au renorcement de ’économe rançase, au moyen de ’nternatonasaton de ses entreprses. Outre sa oncton d’appu au 6 déeoppement des eXportatons des PME et ETï de crossance, cette agence a pour msson de contrbuer au renorcement de ’attractté du terrtore natona pour es nestsseurs nternatonauX. Ee dot auss pro-poser et mettre en œure une stratége de communcaton et d’nLuence pour déeopper ’mage de a France à ’nternatona. S es crédts consacrés au programme 185 (« Dpomate cuturee et d’nLuence ») de a msson « Acton eXtéreure de ’État », qu s’étabssent 7 à 721,4 mons d’euros au ttre de 2016, ont chuté ces dernères années ,  deent encore pus mportant d’assurer une bonne coaboraton entre es dférents mnstères concernés, d’une part, et aec es postes cutures et scentîques, d’autre part. Ces questons de tutee ne sont pas sans mportance, car ees ont une nLuence dans e domane cuture et scen-tîque, en ce qu concerne es înancements et modes de coopératon aec es grandes nsttutons rançases et étrangères. Pour reprendre ’eXpres-8 son de Jua Krstea-JoyauX (déjà utsée par Franços Roche et Bernard 9 Pgnau en 1995 ),  s’agt de sortr de ce « me-eue » bureaucratque dans eque es nsttutons et organsmes cutures et scentîques éouent
Étabssement pubc ndustre et commerca pacé sous a tutee des mnstres chargés de ’éco-nome, des afares étrangères et de ’aménagement du terrtore, qu a pour msson d’accompa-gner es entreprses rançases dans eur démarche à ’eXportaton et à ’mpantaton sur es mar-chés étrangersvîases 85 bureauX présents dans soXante-dX pays. PME : pettes et moyennes entreprses (mons de 250 saarés) ; ETï : entreprses de tae nter-médare (entre 250 et 4 999 saarés). Vor à a secton « Des moyens înancers au serce d’une " dpomate gobae " » du chaptre 7. Jua Krstea-JoyauX,Le message cuture de a France et a vocatîon întercuturee de a rancophonîe. me Avîs présenté par M Juîa Krîsteva-Joyaux,co. « As et rapports du Conse économque, soca et enronnementa », juet 2009. Franços Roche et Bernard Pgnau,Hîstoîres de dîpomatîe cuturee des orîgînes à1995,mnstère des Afares étrangères-Assocaton pour a dfuson de a pensée rançase (ADPF), a Documentaton rançase, Pars, 1995.
13 INTRODUCTION
sans cohérence d’ensembe. Ces nouees agences doent donc nouer de noueauX partenarats, aîn de contrbuer à redéînr un potage po-tque d’ensembe ; de at, s a recommandaton du Sénat (commsson des afares cuturees) de créer un secrétarat d’État à ’acton cuturee eXtéreure (engobant a rancophone et ’audosue eXtéreur) en 2010 n’a pas about,  n’en reste pas mons qu’un noueau pas a été ranch aec a créaton et a mse en pace de ces agences, qu ont pu orenter et mettre en œure une potque cuturee et scentîque ambteuse.
L’action culturelle et scientifique extérieure, un débat qui a rebondi récemment
À ’automne 2015, ’Assembée des Franças de ’étranger reançat en queque sorte e débat sur e décn de a angue et de a cuture ran-10 çases dans e monde en s’émouant des mportantes réductons préues dans a dotaton budgétare pour ’Agence pour ’ensegnement ranças à ’étranger (AEFE) dans e projet de o de înances pour 2016. De même, pus récemment, en ma 2016, deuX ancens drgeants d’un nsttut ran-ças à ’étranger déporaent a ermeture efecte ou programmée de 11 puseurs d’entre euX . Au-deà de a queston des arbtrages înancers, nétabes en cette conjoncture budgétare dIce,  s’agt de dynamser 12 et de renoueer nos partenarats cutures et scentîques . Comment ? Sans doute en s’ourant à de noueauX espaces de dfuson et de coopé-raton, en s’adaptant auX attentes très derses de pubcs hétérogènes, et surtout en ntégrant ’ntercuturaté et une orme de reatsme qu prenne értabement a mesure des besons et des désrs des pubcs concernés. * * * a modeste ambton de cet ourage est de présenter es grandes probéma-tques, nsttutons et stratéges de ’acton cuturee et scentîque, tout en sougnant ’mportance snguère de cette oonté potque rançase qu, en des temps de rgueur budgétare, dot promouor toujours daantage des partenarats nnoants dans eurs objects et contenus, ans que dans eurs modes de înancement. Cette deuXème édton est ’occason de pro-poser un premer ban et d’esqusser une mse en perspecte du dspost ranças de dpomate cuturee depus e début de a décenne 2010.
10 . http ://www.rancas-du-monde.org/2015/11/12/ensegnement-rancas-a-etranger-2/ 11 . « Fermeture des ïnsttuts ranças : une aternate est possbe », trbune de Benot GoIn, ancen drecteur adjont de ’ïnsttut ranças de Gronngue (Pays-Bas) et de Céne ’Hosts, ancenne drectrce adjonte de ’ïnsttut ranças de Gronngue (Pays-Bas), beraton.r, 31 ma 2016. 12 . Phppe ane,French Scîentîic and Cutura Dîpomacy,erpoo Unersty Press, erpoo, 2013 (préace de aurent Fabus).