Problèmes économiques : Comprendre l'économie française - Hors-série n°1

De
En dépit de la crise financière mondiale, et de nombreux indicateurs dans "le rouge", l’économie française demeure la cinquième du monde, et, au regard d’autres États de l’Union européenne elle semble avoir un peu mieux résisté au choc de 2008-2009. Mais, que dit l’examen plus détaillé des infrastructures de l’économie française ? Qu’est-ce qui parmi elles, peut contribuer à expliquer une situation dégradée, ou, au contraire donner les clefs d’une sortie de crise réussie ? Ce dossier Hors série de Problèmes économiques en donne une analyse approfondie.
Publié le : jeudi 1 novembre 2012
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 0900020304808
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Direction de l’information légale et administrative 26, rue Desaîx 75015 Parîs
Rédaction Patrîce Merlot (Rédacteur en chef) Markus Gabel (analyste-rédacteur) Stéphanîe Gaudron (analyste-rédacteur) Olîvîa Montel-Dumont (chef de projet édîtorîal, analyste-rédacteur, Hors-sérîe) Édition Julîe Wargon Promotion Isabelle Parveaux Secrétariat Marîe-France Rafianî
29, quaî Voltaîre 75344 Parîs cedex 07 Tél. : 01 40 15 70 00 pe@ladocumentatîonfrancaîse.fr http://www.ladocumentatîonfran-caîse.fr/revues-collectîons/ problemes-economîques/ îndex.shtml Abonnez-vous à la newsletter
Avertissement Les opînîons exprîmées dans les artîcles reproduîts n’engagent que les auteurs
Crédit photo : © Dîrectîon de l’înformatîon légale et admînîstratîve. Parîs, 2010 Conception graphique Célîa Petry Nîcolas Bessemoulîn En vente en kîosque et en lîbraîrîe (Adresses accessîbles en lîgne)
UNE ÉCONOMIE EN DÉCLIN ?
Que ce soit sur le court terme ou sur l’ensemble de la période ouverte depuis les années 1980, les principaux indicateurs économiques de la France semblent se maintenir dans le rouge : le chômage de masse, et plus largement le sous-emploi, persistent depuis la fin des Trente Glorieuses ; la croissance reste tendanciellement faible malgré quelques périodes d’embellie, à la fin des décennies 1980 et 1990 ; la France ne cesse de perdre des parts de marché à l’exportation, avec un commerce international de plus en plus déficitaire. Le constat n’est pas meilleur du côté des finances publiques : le dernier budget en excédent date de 1973 tandis que le ratio d’endettement atteint plus de 80 % du PIB aujourd’hui contre environ 20 % en 1980. Même l’élémentpriori a du positif tableau – les inégalités de revenu n’ont pas significativement augmenté, contrairement à ce qui s’est produit dans les autres pays de l’OCDE – doit être relativisé, dans la mesure où il pourrait s’agir d’un simple retard dans une dynamique commune à toutes les économies avancées. Ce tableau sombre ne doit pas occulter que l’économie française demeure la cinquième e e du monde, classée respectivement aux 25 et 20 rangs en termes de PIB par habitant et d’indice de développement humain (IDH), et qu’elle a plutôt bien résisté au choc de 2008-2009, en comparaison avec d’autres pays avancés. Il interroge néanmoins ses capacités d’adaptation au changement économique issu de la fin des Trente Glorieuses, qui concerne l’ensemble des nations développées et dont les tendances de fond, étroitement imbriquées, sont la mondialisation, la tertiarisation et son pendant négatif, la désindustrialisation. Qu’en est-il si l’on détourne le regard des grands indicateurs pour se concentrer sur l’examen plus détaillé des infrastructures de l’économie française ? Qu’est-ce qui, parmi elles, peut contribuer à expliquer une situation dégradée, ou au contraire donner les clefs d’une sortie de crise réussie ? L’analyse apporte incontestablement des nuances positives au tableau précédent. Ainsi, si le tissu industriel de la France est souvent présenté comme une faiblesse, le déficit de grandes PME innovantes participant à la sous-performance relative à l’exportation, sa population représente un atout, à la fois de par son dynamisme démographique, favorable à l’accroissement du potentiel productif et à la réduction des dépenses sociales, et du fait de son haut niveau de qualification. Du côté de ce que les économistes appellent les « institutions », le choix des 35 heures reste fortement controversé : responsables pour les uns d’une augmentation du coût du travail pesant sur la compétitivité, leur impact s’avérerait limité pour les autres en raison d’une hausse compensatoire de la productivité. Fortement critiqué dans les années 2000, le modèle social français est pour sa part apparu moins défavorable à l’issue de la crise, à cause de son effet d’amortisseur sur les fluctuations conjoncturelles, mais aussi parce que la Grande Récession a mis en lumière les failles du modèle de croissance néolibéral suivi par les pays anglo-saxons. Aussi bien du côté des facteurs de production que des choix institutionnels, les choses ne sont toutefois pas figées, et la capacité de l’économie française à tirer son épingle du jeu dépendra des nombreux chantiers de réforme – la fiscalité, le système financier, le système éducatif, la politique industrielle… – qui s’ouvrent ou se poursuivent dans le monde de l’après-crise. Problèmeséconomiques
COMPRENDRE L'ÉCONOMIE FRANÇAISE Portrait de l’économie française P. 5Les caractéristiques de l’économie française : évolution depuis un demisiècle (Jean-Charles Asselain) P. 16L’économie française à l’heure de la mondialisation et de la crise : atouts et handicaps (Jean-Hervé Lorenzi) P. 24Désindustrialisation et tertiarisation : risques et opportunités (Sarah Guillou) P. 32Les échanges extérieurs français : des excédents aux déficits (Guillaume Gaulier) P. 41Le sousemploi : un mal persistant ? (Christine Erhel) P. 50Les inégalités : quelle dynamique depuis les années 1980 ? (Clément Schaff) P. 57État et finances publiques depuis la fin des années 1970 (Michel Bouvier)
Ressources productives et choix institutionnels P. 67Le tissu productif français : une faiblesse ? (Nathalie Avallone) P. 75La démographie, un atout majeur pour l’économie française (Mathieu Plane) P. 83Les performances économiques du système éducatif français (Jean-Richard Cytermann) P. 91Temps de travail et productivité : une spécificité nationale ?(Jean-Louis Dayan) P. 101Le système financier français dans la globalisation financière (Yves Jégourel) P. 107Le modèle social : richesse ou frein économique ? (Julien Damon) P. 117Le système fiscal estil efficace ? (Jean-Marie Monnier)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.