Psychopathia sexualis de Krafft-Ebing (1886-1924)

De
Publié par

Psychopathia sexualis, représente la quintessence de la psychiatrie occidentale sur le sujet des perversions sexuelles. Krafft-Ebing rassemble une masse critique de 447 observations cliniques, une sorte de catalogue des comportements sexuels hors la norme (c'est-à-dire une sexualité orientée vers la seule procréation). Il se dégage de cet ensemble hétéroclite un art de la clinique singulier, aux confins de la médecine, de la morale, de la justice et de la littérature.
Publié le : jeudi 1 septembre 2011
Lecture(s) : 81
EAN13 : 9782296469990
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
PSYCHOPATHIA SEXUALISDE KRAFFT-EBING 1886-1924 Une œuvre majeure dans l’histoire de la sexualité
Médecine à travers les siècles Collection dirigée par le Docteur Xavier Riaud L’objectif de cette collection est de constituer « une histoire grand public » de la médecine ainsi que de ses acteurs plus ou moins connus, de l’Antiquité à nos jours. Si elle se veut un hommage à ceux qui ont contribué au progrès de l’humanité, elle ne néglige pas pour autant les zones d’ombre ou les dérives de la science médicale. C’est en ce sens que – conformément à ce que devrait être l’enseignement de l’histoire –, elle ambitionne une « vision globale » et non partielle ou partiale comme cela est trop souvent le cas. Déjà parus André FABRE,Haschisch, chanvre et cannabis : l’éternel retour, 2011. Xavier RIAUD,Dentistes héroïques de la Seconde Guerre mondiale, 2011. Marie FRANCHISET,Le chirurgien-dentiste dans le cinéma et e la littérature du XX siècle, 2011. André FABRE,De grands médecins méconnus…, 2010. Xavier RIAUD,Odontologie médico-légale : entre histoire et archéologie, 2010. Dominique LE NEN,Léonard de Vinci, un anatomiste visionnaire, 2010. Xavier RIAUD,Histoires de la médecine dentaire, 2010. Xavier RIAUD,Pionniers de la chirurgie maxillo-faciale (1914-1918), 2010. ème ème Clément DAVID,au XIXHygiène bucco-dentaire du XVII siècle en France, 2010. Henri LAMENDIN,Investigations et expérimentations en odontologie : 40 années de recherches, 2009. Rozenn HENAFF-MADEC,Enquête médico-légale sur le naufrage du H.L. Hunley (1864),2009. e Henri MORGENSTERN,Les dentistes français auXIX siècle, 2009.
Patrick Pognant
PSYCHOPATHIA SEXUALISDE KRAFFT-EBING 1886-1924 Une œuvre majeure dans l’histoire de la sexualité
Du même auteur La répression sexuelle par les psychiatres. 1850-1930. Corps coupables, L’Harmattan, coll. « Médecine à travers les siècles », 2011 Procès de Philippe Naigeon – La paranoïa menottée, L’Harmattan, 2002 © L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55506-8 EAN : 9782296555068
À la mémoire de Jean-Claude Beaurepaire qui m’avait offert l’ouvrage de Krafft-Ebing à l’époque de l’H.P. de Quatre-Mares où je travaillais, et où Antonin Artaud… mais c’est une autre histoire.
Avant-propos [...] La littérature scientifique ne décrit pas le réel, elle découvre seulement ce qui est éclairé par nos préoccupations et nos capacités techniques actuelles. Boris Cyrulnik,Sous le signe du lien, Hachette Littératures, coll. « Pluriel », 1989, p. 288Le texte proposé ici est consacré à l’étude dePsychopa-thia sexualis, la somme célébrissime de Richard von Krafft-Ebing que Gilles Deleuze présente comme « le grand recueil des cas de perversion les plus abominables » ; il ajoute que « les attentats et crimes, les bestialités, les éventrements, les nécro-philies y sont relatés, mais toujours avec le sang-froid néces-1 saire, sans aucune passion ni jugement de valeur », ce que nous contesterons sur ce dernier point car si la « passion » n’apparaît pas, il y a bien « jugement de valeur ». L’œuvre du psychiatre allemand, à laquelle il faut associer son disciple Albert Moll, nous verrons pourquoi, est un condensé de certaines croyances pseudo-médicales, fallacieuses et scandaleuses, concernant les pratiques sexuelles, et qui ont couru jusqu’aux environs de 1930 (certaines courent encore de nos jours…), date au moment où a commencé la très lente démédicalisation de certaines « psycho-pathies sexuelles », ainsi que les ont nommées les psychiatres. Le succès international de l’ouvrage ne s’est jamais démenti. Il continue d’ailleurs de susciter l’intérêt, à en juger par la paru-
1 Gilles DELEUZE,Présentation de Sacher-MasochLe froid et le cruel, Les éditions de Minuit, 1967, rééd. 2007, p. 29.
tion en 2010 chez l’éditeur historique de l’édition française de Krafft-Ebing (Payot, 1932) d’un ouvrage présenté de la sorte : 2 « Richard von Krafft-Ebing,Les Formes de masochismeil» ; ne s’agit pas d’un ouvrage spécifique de Krafft-Ebing comme le titre pourrait le faire accroire, mais d’une sélection de textes portant sur le masochisme tirés de deux éditions différentes de Psychopathia sexualis(l’une ayant été écrite par le seul Krafft-Ebing, l’autre par Krafft-Ebing et Moll)…  Outre l’intérêt intrinsèque de l’ouvrage,Psychopathia sexualisnous intéresse par le fait que la somme de Krafft-Ebing rassemble une masse critique d’observations cliniques (au nombre de 447), laquelle autorise de tenter une approche philo-logique de cette littérature psychiatrique, si particulière et si littéraire. Cette analyse littéraire inédite d’un corpus inscrit dans la littérature scientifique devrait permettre de mieux appréhen-der le processus de pathologisation des perversions sexuelles (on pourrait écrire le « processus d’invention »), au premier rang desquelles la masturbation et l’homosexualité (auxquelles nous consacrerons à chacune un chapitre), par les derniers e grands aliénistes de la fin du XIX siècle et du début du siècle suivant. Nous démontrerons que la part de l’art littéraire est plus importante que celle de l’art médical, ce qui, d’un point de vue épistémologique, pose question. On pourra également se de-mander si l’ouvrage de Krafft-Ebing, une pièce maîtresse du dispositif psychiatrique de l’époque concernant les comporte-ments sexuels, n’a pas, au final, plus servi à réprimer qu’à gué-rir, même si l’intention des auteurs s’inscrivait plus dans une tendance à l’exonération des coupables (bénéficiant de non-lieux car diagnostiqués irresponsables) que dans une tendance à leur condamnation. Les corps étaient ou coupables, ou malades, voire coupables et malades,jamaisinnocents… * * * 2 Richard von KRAFFT-EBING,Les formes du masochisme, préface et notes d’André BÉJIN, éd. Payot et Rivages, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2010, 224 p.10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.