//img.uscri.be/pth/4804ae30eea8510c7b8ae9b1c8004f875e0c542d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Psychosociologie et intervention

164 pages
D'usage fréquent dans le langage courant, le vocable intervention sert à désigner dans une acception plus technique un type d'activités proche mais distinct de la formation, des études ou d'autres formes encore d'expertise. On distingue plusieurs types d'intervention: stratégique institutionnelle, socioanalytique, socio-pédagogique, sociopsychanalytique... Cet ouvrage rassemble cinq textes qui traitent de l'intervention psychosociologique.
Voir plus Voir moins

Psychosociologie

et intervention

http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan @wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr cg L'Harmattan, 2006

ISBN: 2-296-00819-4 EAN : 9782296008199

Jean Dubost

Psychosociologie
Avant-propos

et intervention
Fablet

de Dominique

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Hannattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L u. 14-16 1053 Budapest
Espace Fac..des L'Harmattan Sc. Sociales, BP243, Université Kinshasa Pol. et Adm. ,

L'Harmattan Italia Via DegIi Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

KIN Xl - RDC

de Kinshasa

L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 I282260 Ouagadougou 12

Histoire et mémoire de la formation Collection dirigée par Jacky Beillerot (1939-2004,) Michel Gault, Dominique Fablet, Françoise Laot
L'éducation des adultes, au sens où nous l'entendons aujourd'hui, s'est développée à partir de la Révolution de 1789 avec pour premier objectif de pallier l'absence ou les insuffisances de la formation initiale. Elle a connu d'importants changements avec la fODl1ation professionnelle des adultes, le développement de l'enseignement technique, la montée de l'éducation populaire... jusqu'à devenir véritablement un fait social à partir de la loi fondatrice de 1791 qui en assure le développement. Au sens large du telme, elle est théorisée dès l'Antiquité et apparaît plus actuelle que jamais avec des notions comme celle de l'école de la deuxième chance, de l'éducation pennanente et de la formation tout au long de la vie, ou encore de la formation de soi. La collection Histoire et mémoire de la formation constitue un instrument de référence, d'information et de réflexion, pour les fonnateurs et les chercheurs concernés par ce domaine d'activités et de pratiques.

Déjà paru

Philippe HUGOT, La gratuité de l'enseignement secondaire. L'application des premières mesures démocratiques dans l'enseignement secondaire. 1918-1939,2005. Claude PUJADE-RENAUD, Le corps de l'élève dans la classe, 2005. Claude PUJADE-RENAUD, Le corps de l'enseignant dans la classe, 2005. Florence GTIJST-DESPRAIRIES, L'enfant rêvé, 2005. Jean-Marc HUGUET, La formation d'une élite ouvrière. Industries électrique et gazière (1940-1970), 2005. Jean MAISONNEUVE, Psychosociologie et formation, 30 ans de formation relationnelle en groupe, 2004. Annie TSCHIRHART, Quand l'Etat discipline l'Ecole. Une histoire des formes disciplinaires entre rupture et filiation, 2004. Emmanuel de LESCURE (coordonné par.), La construction du système français de formation professionnelle continue, 2004.

SOMMAIRE
Avant-propos - Dominique Fablet.
Préface

..7
.9

1 - Remarques sur l'origine et l'évolution d'une pratique d'intervention psychosociologique ... ... ... ... ... ... ... .1

2 - À propos d'interventions rural

psychosociologiques

en milieu 37

3 - Théories

explicites et implicites

dans les pratiques
... ... ... ... .., .. ..67

d'intervention psychosociologiques
4 - Sur les sources psychosociologique actuelles

techniques de et quelques

l'intervention questions 89

5 - Psychologie sociale, versus psychosociologie?
remarques pour poser le problème..

Quelques

.. .. .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. .. .129

Publications de Jean Dubost..

.17

Avant-propos
Dominique Fablet
La plupart des livres d'à présent ont l'air d'avoir été faits en un jour avec des livres lus de la veille Chamfort, Maximes et pensées (425).

Avec la publication de cet ouvrage qui rassemble une série d'articles de Jean Dubost, se poursuit le projet partagé avec Jacky BeillerotI de réédition et d'édition de textes fondateurs, à notre sens, pour le champ de la formation d'adultes. Après la réédition en 2004 d'un recueil d'articles de Jean Maisonneuve dans la même collection2, celle-ci va s'enrichir de plusieurs volumes de Guy Palmade et de Jean Dubost. Que, dans cette entreprise, la psychosociologie et les auteurs qui s'en réclament figurent en première place apparaîtra peu étonnant. En effet, pour les formateurs, avant l'institutionnalisation de la Formation Professionnelle Continue à partir du début des années 1970, « Les développements de la psychologie sociale aux USA et le courant psychanalytique ont été les principaux fournisseurs d'approches et de méthodes pour l'action quotidienne», comme le rappelait récemment Abraham Pain3. Dès lors, il importait de rendre disponibles aux lecteurs des textes le plus
1 Jacky Beillerot est décédé Ie 1er septembre 2004. 2 Maisonneuve 1. (2004), Psychosociologie et formation. 30 ans de formation relationnelle en groupe, Paris, l'Hannattan. 3 Pain A. (2003), L'ingénierie de formation, Paris, l'Ha1111attan, p. 17. 7

souvent dispersés dans plusieurs revues et/ou ouvrages collectifs et dont la plupart est devenue aujourd'hui peu accessible. L'intervention psychosociologique constitue sans aucun doute le domaine d'activités de prédilection de Jean Dubost, mais outre le seul ouvrage qu'il ait publié sous cet intitulé4, ses articles et contributions sont si nombreux que trois volumes ont été projetés. Alors que dans le premier, Psychosociologie et intervention, il s'agit de dégager les principales caractéristiques des activités d'intervention, ce sont différentes approches et références théoriques de ce type d'activités qui sont discutées dans le second, Socio-analyse et sociologies d'intervention. Dans le troisième ouvrage, Le métier de consultant, c'est le passage d'activités d'études à celles d'intervention qui fournira le fil directeur, alors que deux autres volumes à venir se centreront ensuite sur la recherche-action. On espère que ce projet de publications5 permettra aux professionnels de la formation des adultes et étudiants désireux de devenir formateurs de disposer de textes éclairants quant aux apports de la psychosociologie aux pratiques de consultation et d'intervention.

4 Dubost 1. (1987), L'intervention psychosociologique, Paris, PUF. 5 Tous nos remerciements à Patricia et Matthieu Cessens pour les opérations de «traitement des textes». Par ailleurs, nous avons bien entendu sollicité directions de revues et éditeurs pour obtenir l'autorisation de leur réédition. 8

Préface
Des «remarques sur l'origine et l'évolution d'une pratique d'intervention psychosociologique» ouvrent ce volume. Elles témoignent de la façon dont un praticien français de la première génération percevait, 35 ans après sa naissance dans le milieu des organisations industrielles, l'émergence d'un nouveau métier d'intervenant. Les remarques évoquent aussi rapidement le contexte socialhistorique et les influences intellectuelles et politiques s'exerçant sur les agents d'une discipline qu'ils nomment psychosociologie. Le mot «discipline» peut renvoyer d'ailleurs ici à deux choses: d'un côté la branche scientifique choisie comme système de référence et comme cadre de connaissance que l'on espère contribuer à développer, d'un autre côté, les principes et les règles que se fixe l'intervenant pour structurer ses pratiques. En même temps, cette façon d'introduire le volume est pour moi l'occasion de rendre hommage à la mémoire de Jacky Beillerot, cofondateur de cette collection; c'est lui en effet qui avait demandé le texte dont les remarques sont extraites pour l'ouvrage collectif' qu'il avait préparé avec Gérard Mendel et qui souhaitait la présence de la psychosociologie dans la collection « Histoire et mémoire de la formation». L'intervention institutionnelle, comme son nom l'indique, traitait seulement d'interventions intraArdoino, L'intervention 6 Dubost/lévy, institutionnelle, Guattari, Lapassade, Lourau, Mendel, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1980. 9

organisationnelles. Au contraire, le second texte (1972) présenté ici est consacré à des interventions en milieu ouvert au niveau local (années 1950), régional et national (années 1960) et à leur comparaison avec celles conduites au sein d'entreprises industrielles réalisées ou inspirées par Elliott Jaques et Ie Tavistock Institute of Human Relations. En les prenant comme termes de comparaison parce qu'elles m'étaient apparues exemplaires d'une orientation intégrant à une approche psychosociologique des apports freudien et kleinien, les différences entre les deux catégories de pratiques étaient sans doute accusées. Le mode de structuration du champ de l'intervention apparaissait en tout cas un paramètre important du processus et de ses fonctions sociales. D'un point de vue personnel et le texte n'en fait pas état, c'est l'expérience vécue pendant deux ans dans le village exproprié, et l'apport, à la même époque, des groupes d'évolution, qui a commencé à me faire comprendre les conditions, les exigences et les difficultés d'un travail d'orientation clinique dans le champ social. Je reviendrai bien entendu sur cette question dans les volumes suivants mais le troisième texte (1980) du présent recueil présente déjà un essai de clarification théorique des pratiques qui a été nourri d'abord par le travail en milieu ouvert avant de l'être par le retour à des activités de formation et d'intervention dans les organisations. Le quatrième texte (1987) complète le précédent en réfléchissant aux sources techniques où puisent intervenants et formateurs et aux relations qu'ils entretiennent avec les notions de méthode, de technique, de technologie ou d'ingénierie. Le début évoque aussi l'évolution du contexte économique, politique, idéologique et ses répercussions sur 10

les risques d' instrumentali sation des activités psychosociologiques. Il présente à la fin un exemple d'évolution des stratégies et des pratiques d'intervention en faveur de la prévention des accidents du travail sur un site industriel de grande taille (EDF-GDF) au cours des quatre décennies précédentes. De façon rapide, l'article poursuit donc l'observation de l'évolution des pratiques présentées dans le premier texte. Enfin celui qui clôt ce premier recueil et qui date de 1983 réfléchit aux rapports et disjonctions entre la sphère universitaire (recherche et enseignement) et la sphère professionnelle (études, formation, consultation, intervention), sur leurs apports respectifs à la discipline en tant que science sociale spécifique et sur la nécessité pour le praticien de maintenir explicitement une visée de recherche. Son travail ne consiste pas en effet à «appliquer» les résultats de la recherche dite fondamentale mais à inventer en collaboration avec ses partenaires la démarche la plus pertinente pour progresser dans chaque cas. L'intervention est en elle-même un processus d'investigation potentiellement capable de produire des connaissances inaccessibles autrement. Mais le travail théorique est aussi nécessaire au praticien pour les mettre au jour, les conceptualiser, les critiquer, que pour produire celles qui sont indispensables aux progrès de son métier. Si la lecture suit l'ordre des textes, le trajet proposé par ce volume (et je dois remercier ici Dominique Fablet pour la pertinence de son travail d'éditeur) va donc des conditions qui ont permis de créer ces activités de terrain aux problèmes de construction de la discipline en passant par la théorisation d'une pratique. Peut-être peut-on aussi trouver dans ces pages Il

des traces d'un effort d'élaboration intellectuelle, professionnelle et sociale.

d'une

identité

Janvier 2006

12

1
Remarques sur l'origine et l'évolution d'une pratique d'intervention psychosociologique
Les agents sociaux appelés à mettre en œuvre des pratiques nouvelles d'investigation et d'action peuvent avoir le sentiment de choisir et d'inventer plus ou moins librement les principes et les modalités de leur intervention. Il me paraît vrai que leur activité comporte une dimension créative, implique des options et des efforts d'imagination, que des individus ou des équipes différentes ne se comportent pas identiquement dans une situation donnée. Mais je crois surtout que les traits qui caractérisent une pratique concrète d'intervention résultent d'abord de variables telles que: a) les conditions générales qui engendrent dans une société donnée à un certain moment de son histoire les difficultés ressenties par un acteur social, b) les conditions particulières à cet acteur qui lui font espérer un résultat positif de l'aide d'un tiers, c) la formation, le type de savoir-faire, le statut et la position sociale, et les désirs des tiers auxquels demandes et
7

in Coll., L'intervention institutionnelle, Paris, Payot, 50-89. Cette partie

a été rédigée par 1. Dubost. [Dans cet ouvrage collectif initié par G. Mendel et 1. Beillerot, la contribution signée par 1. Dubost et A. Lévy sous l'intitulé «L'analyse sociale)} comprend un avant-propos d'une page; ensuite la première partie est de 1. Dubost, puis la seconde ayant pour titre « L'intervention comme processus)} est signée par A.Lévy].

13

commandes sont adressées - et de l'interaction entre ces variables. Aussi banales qu'elles soient, ces hypothèses peuvent guider une réflexion rétrospective sur l'évolution de notre pratique et de nos idées. Nous nous limiterons cependant ici à quelques aperçus. 1945-1950 En réfléchissant aux premières actions d'intervention auxquelles nous avons été associés au lendemain de la Libération, nous sommes plusieurs membres fondateurs de l'AR.I.P. ayant actuellement la cinquantaine à avoir connu le même milieu: celui de grandes et moyennes entreprises industrielles ou commerciales par l'intermédiaire du même type d'organisme: des cabinets privés d'ingénieurs conseils en organisation établis dans la capitale, souvent sur la structure juridique des associations 1901. Plusieurs d'entre nous ont même travaillé à des périodes différentes dans l'un de ces organismes8 entre 1945 et 1959. La période de l'immédiat après-guerre était dominée évidemment par le problème de la reconstruction, du relèvement économique du pays, par des espoirs de restructuration politique, économique et sociale; ces espoirs avaient été tissés pendant les années de l'occupation allemande par ceux qui avaient appartenu à la Résistance; cette période était également dominée par les conflits
La C.E.G.O.S. Celle-ci était animée par Jean Milhaud et Noël Pouderoux; elle avait alors des relations étroites avec l'I.F.O.P., présidé par Jean Stoetzel, et de façon beaucoup plus lâche, avec des universitaires comme Georges Friedmann. 14 8