Puissances émergentes et multilatéralisme

De
Publié par

La recherche accomplie par l'auteur a l'intelligence de l'intuition et de la lucidité. Par la première, elle nous livre une analyse brillante des raisons qui ont conduit Pretoria vers le multilatéralisme, de son repositionnement africain à sa stratégie régionale et sa conviction que l'ONU lui apportera une surpuissance. Grâce à la seconde, elle nous apprend la prudence : en se rapprochant ainsi des Grands, l'Afrique du Sud s'éloigne des faibles, jusqu'à susciter leur méfiance et perdre ainsi sa représentativité.
Publié le : mardi 1 juin 2010
Lecture(s) : 215
EAN13 : 9782296257481
Nombre de pages : 177
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

REMERCIEMENTS
« Il n’y a guère au monde un plus bel excès que celui de la Reconnaissance » Jean de la Bruyère Les Caractères, 1688}

Mes premiers remerciements vont vers le Professeur Bertrand Badie, qui a supervisé ce travail de recherche, et auprès de qui j’ai pu bénéficier des orientations méthodologiques et conseils avisés tout au long de l’année universitaire. Son exigence, sa disponibilité et son écoute m’ont permis de progresser tout au long de cette année. Ma reconnaissance, (permanente), va ensuite à l’égard de mes parents, frères, sœur, et proches sur qui j’ai toujours pu compter et dont je bénéficie du soutien inconditionnel. Que soient également remerciés l’ensemble des acteurs, chercheurs, et doctorants qui ont accepté de nous recevoir et de répondre à nos requêtes malgré des emplois du temps très chargés. Enfin, je tiens enfin à remercier l’ensemble du corps professoral dont les enseignements ont nourri ce travail de recherche, et l’équipe du Master 2 Recherche Science Politique des Relations Internationales pour son attention et sa disponibilité.

SOMMAIRE
Liste des Acronymes Préface Introduction 11 15 17

Première Partie La priorité africaine dans la politique étrangère de l’Afrique du Sud (1999-2002) : l’usage du multilatéralisme institutionnalisé 39 comme outil pour un meilleur ancrage africain Chapitre 1 - Renaissance « africaine » ou « sud-africaine » ? 43 1.1 – Les visées de leadership politique et économique sud-africain 44 1.2 – Le multilatéralisme comme vecteur de diffusion de la doctrine de la Renaissance africaine 51 Chapitre 2 - Les initiatives catalysées du NEPAD et la restructuration 55 de l’OUA en UA 2.1- Le NEPAD comme expression institutionnelle du discours de la 55 Renaissance africaine 2.2- Le renforcement de l’OUA en UA comme outil de sa politique 61 multilatérale Deuxième Partie L’instrumentalisation du multilatéralisme au profit de la puissance moyenne (2003-2008) : un facteur multiplicateur de 67 puissance à l’échelle multilatérale globale Chapitre 3 – Le « Grand Frère » sud-africain au sein de la SADC : 73 l’intégration régionale au profit de la puissance régionale 74 3.1 – La recherche d’un équilibre entre partenaire et hégémon 3.2 – L’usage du multilatéralisme comme façade prudente d’une 79 prédation déguisée ? Chapitre 4 – Une stratégie de puissance moyenne facilitatrice à 85 l’OMC 4.1 –Formation et activisme dans les coalitions économiques comme 86 instrument d’affichage politique 93 4.2 – Une diplomatie de navette entre le Sud et le Nord

9

Chapitre 5 – Un agenda réformiste aux Nations Unies : à la poursuite 101 de droits et statut supplémentaires 5.1 – La campagne de promotion de l’agenda du Sud 102 5.2 – La force de la diplomatie de revendication : un rôle de « manager » reconnu dans les opérations de maintien de la paix 108 Troisième Partie Un retour sur investissement limité: l’action multilatérale comme 115 facteur préjudiciable au niveau régional africain Chapitre 6 – Le dilemme de la puissance moyenne du Sud : des 119 orientations multilatérales contradictoires 120 6.1 - Unilatéralisme ou Multilatéralisme ? 6.2 - Une diplomatie des Droits de l’Homme ambivalente : un risque 126 de perte de puissance ? Chapitre 7 – Une puissance non fongible au niveau régional africain 135 136 7.1- Une influence politique limitée 7.2- La problématique du leadership africain : singulier, pluriel ou 140 impossible ? Conclusion Bibliographie Annexes 147 153 167

10

LISTE DES ACRONYMES
ACP AMIB ANC APRM ASEAN BEE BRIC CAIRNS CDM CEDEAO CNUCED COSATU DFA DTI ECOMOG ECOSOC EO FMI FTA G20 G20+ G7 G77 G8 G8+5 G90 GATT GEAR IBSA Afrique Caraïbes Pacifique AU Mission in Burundi African National Congress African Peer Review Mechanism Association of Southeast Asian Nations Black Economic Empowerment Brésil Russie Inde Chine Groupe de CAIRNS (OMC) Corridor de Développement de Maputo Coopération Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement South African Trade Unions Department of Foreign Affairs Department of Trade and Industry Economic Community of West Cease-Fire States African Monitoring Group Economic and Social Council Executive Outcomes Fonds Monétaire International Free Trade Area Groupe des 20 Groupe des 20 (OMC) Groupe des 7 Groupe des 77 Groupe des 8 Groupe des 8 + 5 Emergents Groupe des 90 General Agreement on Tariffs and Trade Growth Employment and Redistribution India-Brazil South-Africa

11

MAP MDC MDM MERCOSUR MERG MNA MONUC MoU MPLS NAFTA NEPAD OCDE OMC OMD ONG ONU OUA PED PMA PNUD PSC RDC RDF SACP SADC SADCC SANDF SAPSD

Millenium Partnership for African Recovery Movement for Democratic Change Mass Democratic Movement Marché Commun du Sud Macro Economic Research Group Mouvement des Non-Alignés Mission de l’Organisation des Nations Unies en RD Congo Memorandum of Understanding Mouvement Populaire de Libération du Soudan Northern American Free Trade Area New Partnership for Africa’s Development Organisation de Coopération et de Développement Economique du Mondiale Organisation Commerce Objectifs du Millénaire pour le Développement Organisation Non-Gouvernementale Organisation des Nations Unies Organisation de l’Unité Africaine Pays en voie de Développement Pays les moins avancés Programme des Nations Unies pour le Développement Peace and Security Council République Démocratique du Congo Rwandan Defense Forces South African Communist Party Southern Africa Development Community Southern African Co-ordination Conference South African National Defence Force South African Protection Support Detachment

12

TDCA UA UE UNESCO

Trade and Development Cooperation Agreement Union Africaine Union européenne United Nations Educational Scientific and Cultural Organization

13

PREFACE
J’ai accepté avec plaisir de préfacer cet ouvrage que Folashadé A. Soulé-Kohndou a extrait d’un très beau mémoire préparé dans le cadre du master de recherche en relations internationales de Sciences-Po Paris. L’auteur avait choisi un thème de recherches puissamment inscrit dans l’avenir de notre discipline. La rencontre entre les puissances émergentes et le multilatéralisme constitue l’une des perspectives les plus riches de notre système post-bipolaire. D’abord, parce qu’elle permet de bâtir de façon crédible la diplomatie d’inclusion dont un système international mondialisé a le plus grand besoin. Ensuite, parce que les nouvelles puissances moyennes constituent la base idéale d’une telle construction : trop petites pour agir seules, trop grandes pour s’effacer, trop récentes pour être compromises dans les échecs passés du système onusien, déjà trop enracinées dans l’histoire pour être contournées, elles cèdent mécaniquement au tropisme onusien et cherchent à en être le chevalier servant. La recherche accomplie par Folashadé A. Soulé-Kohndou a l’intelligence de l’intuition et de la lucidité. Par la première, elle nous livre une analyse brillante des raisons qui ont conduit Pretoria vers le multilatéralisme, de son repositionnement africain à sa stratégie régionale et sa conviction que l’ONU lui apportera une sur - puissance. Grâce à la seconde, elle nous apprend la prudence : en se rapprochant ainsi des Grands, l’Afrique du Sud s’éloigne des faibles, jusqu’à susciter leur méfiance et perdre ainsi sa représentativité. Ce dilemme entre les attraits de la cogestion qui conduit à la diplomatie de club, et les sirènes du tribun qui mènent à se complaire dans une diplomatie contestataire, fait le tourment de l’Inde, du Brésil et peut-être même de la Chine. Mais il est plus violent encore sur le Continent africain. Le charisme de Nelson Mandela pouvait le réduire : Qu’en sera-t-il au-delà ?

15

Mais, plus encore, ce livre nous invite à réfléchir sur les soutiens hasardeux du multilatéralisme d’aujourd’hui. Rongé par la puissance des Grands de 1945, paralysé par une peur croissante d’aborder de front les grands enjeux sociaux mondiaux dont le Continent noir est le premier otage, incapable de se réformer et de s’adapter au monde post-colonial, le multilatéralisme onusien est pourtant la seule institution imaginable de la mondialisation. Mais au prix de déceptions et de trahisons oligarchiques que l’auteur nous expose avec talent. Plus l’inclusion est nécessaire et plus elle paraît difficile et piégée !

Bertrand Badie Professeur des Universités à Sciences-Po Paris

16

INTRODUCTION

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.