Qu'est-ce que l'autisme ?

De
Publié par

L'autisme est un trouble psychique du développement précoce de l'enfant, qui se manifeste par un repli pathologique sur soi accompagné de la perte de contact avec le monde extérieur. Cette pathologie se caractérise par un désintérêt total à l'égard de l'entourage, le besoin impérieux de se repérer constamment dans l'espace, des gestes stéréotypés et des troubles du langage. Cet ouvrage, au modèle du TOPOS Qu'est ce que la schizophrénie ? rédigé par le même auteur, synthétise les processus de ce handicap et ses mécanismes biologiques et neurologiques.

Publié le : mercredi 15 octobre 2008
Lecture(s) : 94
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782100538751
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
I
.
C 1 hapitre
L: d e K a n n e r a u t i s m e à a u j o u r d  h u i
DÉFINITIONS ACTUELLES ET DONNÉES GÉNÉRALES
Lautisme est présenté aujourdhui dans les principales classi fications internationales, le DSMIV nordaméricain et la CIM10 européenne, comme forme la plus typique et carac téristique dune famille de troubles affectant le développe ment précoce, dénommée depuis 1980 « troubles envahissants du développement » ou TED, traduction de « Pervasive Developmental Disorders ». Se retrouvent dans cette catégorie large et hétérogène lautisme typique, lautisme atypique, dautres syndromes dapparition précoce comme le syndrome de Rett (dorigine génétique connue), une vaste catégorie de troubles hétérogènes dits TED « non spécifiés », enfin le syndrome dAsperger et des formes dapparition plus tardives dans lenfance, mais dévolution proche, dites « troubles désintégratifs ». Un important travail reste à faire, notamment pour affiner la description des TEDNS ou « non spécifiés » qui recouvrent une large partie des pathologies décrites par la pédopsychiatrie française sous le nom de « psychoses infantiles » et de « dysharmonies psy chotiques » (R. Misès), oules Multiplex Developmental Disor ders récemment Cohen. Onproposés par lAméricain D. peut enfin sinterroger sur le destin des différentes formes de psychoses infantiles distinctes de lautisme décrites dans la e première moitié duXXsiècle, comme les psychoses symbio tiques par exemple, probablement situées aujourdhui parmi les « TEDNS ». Seule la classification française des troubles mentaux de lenfant et de ladolescent (CFTMEA) se réfèr e aujourdhui au concept clinique de psychose infantile, y incluant lautisme typique ou atypique, auprès des psychoses © Dunod  La photocopie non autorisée est un délit.
1
2
QUESTCE QUE LAUTISME ?
précoces déficitaires, des dysharmonies psychotiques et de la schizophrénie de lenfant. Par convention, lautisme infantile précoce débute pour toutes ces classifications avant 3 ans. Lautisme touche préférentiellement les garçons, avec unsexratio4 pour de une fille, ce ratio variant, sembletil, selon limplication de facteurs génétiques connus et limpor tance du retard mental. La prévalence de lautisme serait aujourdhui de 1 pour 200, mais à la condition détendre le diagnostic à lensemble du spectre autistique et des TED. Elle est aujourdhui estimée de manière plus probable à environ un cas pour 1 000 en ce qui concerne lautisme proprement dit, dont un quart envi ron de sujets répondant au critère de syndrome dAsperger et 6 pour 1 000 pour les TED (Fombonne). Ces chif fres sont dans tous les cas nettement supérieurs à ceux avancés au cours des dernières décennies (plus proches de 1/2 000). Cette évolution est plus probablement due à une augmenta tion des diagnostics portés quà celle de lincidence de la pathologie ellemême. Lévolution des pratiques diagnos tiques et les efforts faits pour promouvoir le diagnostic pré coce, et aujourdhui le diagnostic chez ladulte, sont responsables à eux seuls dune nette augmentation de la pré valence connue. Lautre facteur est lextension de la catégo rie nosographique dont les limites ont été repoussées, autant vers les sujets dintelligence normale que vers les sujets défi citaires.
II.
LAUTISME AVANT LAUTISME
Avant la « découverte » cestàdire la description de lautisme, les enfants autistes étaient très probablement confondus avec dautres troubles du développement dans le champ de larriération et de lidiotie (qui, rappelonsle, désigne au sens premier du terme le caractère privé, isolé, et non public, de lexpérience ou de laction). Contrair ement à la schizophrénie, identifiée et décrite sous dautres noms  la démence précoce notamment  avant Bleuler, il est diffi cile de trouver trace de lautisme infantile comme tel avant Kanner. Nous renverrons ici notamment à J. Hochmann, qui a fait uvre dhistorien de lautisme (2008). Quelques
LAUTISME : DE KANNER À AUJOURDHUI
cas publiés témoignent de la description dune clinique proche de lautisme, dont les enfants abandonnés dits « sau vages », en particulier le cas de Victor de lAveyron décrit avec précision par le médecin J. Ittard (1801), qui outre la description du cas rend compte de ses tentatives de « traite ment ». Nous verrons quil sagit en fait de cas dus à des carences relationnelles précoces et massives. Cer tains e « idiots savants » décrits auXIXsiècle étaient probablement des autistes doués de ce que lon appelle des « talents para doxaux ». On peut rapprocher de lautisme moderne l« idiot », figure des uvres littéraires de cette même époque, et « lenfant idiot » bien décrit notamment par Édouard Séguin (1846), pionnier de léducation spécialisée. Plus tard, les signes de lautisme sont retrouvés, associés à dautres expressions de pathologies graves du développe ment, dans certaines descriptions de la « schizophrénie infantile », première catégorie nosographique regroupant les futures psychoses de lenfant (L. Bender), succédant à la démence précocissime de Sancte de Sanctis (1906) et au syndrome désintégratif de Heller (1908).
Lautonomisation et le développement de la pédo e psychiatrie au cours duXXsiècle saccompagneront de la diffusion du concept dautisme infantile selon Kanner, prototype des « psychoses infantiles », ellesmêmes large ment popularisées au détriment dune conception de la « schizophrénie infantile » trop directement dérivée de la pathologie de ladulte. Cette dernière catégorie recouvre aujourdhui une réalité clinique rare et très différente de lautisme, restreinte aux authentiques cas de pathologie schizophrénique dapparition très précoce. Quant aux psychoses infantiles, le terme a disparu des classifications internationales (victime avec celui de névrose de leffort de dégagement de la nosographie internationale à légard des systèmes théoriques) au profit de celui de « trouble envahis sant du développement », dont lautisme malgré cette mutation reste la forme exemplaire. Le concept de « psychoses infantiles » sest en ef fet développé sous linfluence du courant psychanalytique qui a joué un rôle majeur dans lédification de la clinique de la jeune pédo e psychiatrie au milieu duXXsiècle. Nous reviendrons plus loin sur la question des rapports entre autisme et psychana lyse et les controverses qui lui sont liées. © Dunod  La photocopie non autorisée est un délit.
1
3
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.