Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Quand le capitalisme cynégétique envahit la réserve du Dja

De
238 pages
Sur la base d'une enquête sociologique menée de 2002 à 2012, cette étude fondamentale révèle que l'intensification actuelle de la chasse déviante au nord du Dja est le fait des rapports de production capitalistes, auxquels sont soumis les nouveaux chasseurs utilitaristes et arrivistes Baka et Badjoué depuis l'époque coloniale allemande. Vu que le marché des produits de chasse déviante est régulé par la loi de l'offre et de la demande, la vraie lutte anti-braconnage doit donc prioritairement se diriger contre les braconniers-capitalistes vivant en ville, qui tirent le plus grand profit des actes individuels de chasse aberrante et non-conformiste des chasseurs locaux, et pas essentiellement contre les braconniers-ouvriers des villages, qui sont instrumentalisés et intensément exploités par les braconniers-capitalistes depuis 1903.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Extrait
Selon le blog « letraficillégalentrepays.blogspot.com », l'exportation illégale des produits de chasse occupe le 3è rang mondial après celles de la drogue et des armes à feu. Ce palmarès regrettable est la preuve incontestable de l'ampleur des pratiques de braconnage et de commerce illégal des produits de chasse. Pratiques de chasse, qui sont préjudiciables à la sécurité alimentaire des riverains et au maintien de l'équilibre écologique, et qui sont condamnées par les normes sur la chasse, et que la sociologie appelle la chasse déviante. Entendue ici comme toute pratique de chasse qui ne respecte pas les normes établies dans un milieu social donné. C'est donc ce thème de prédilection que nous avons choisi pour poursuivre la réflexion entamée dans nos travaux de recherche doctorale (thèses de D. E. A et de PhD) sur l'essor du marché noir des produits de chasse.
Ce faisant, le site d'Ekom-Somalomo-Njibot, qui constitue la zone tampon nord (carte 1)1 de la réserve de faune du Dja (RFD)2, c'est-à-dire la boucle et la périphérie nord du Dja, a été choisi pour les trois raisons fondamentales suivantes. De prime abord, c'est le site pilote, où le gouvernement camerounais et ses partenaires testent depuis 1992 plusieurs initiatives de vulgarisation des normes de la chasse. Si les populations riveraines baka et badjoué y chassent depuis 1749 qu'elles y habitent (I. Dugast, 1949), près de 2 000 bêtes sont tuées chaque mois dans la réserve du Dja depuis les années 1980, selon les estimations d'Etienne H. Nlegue (ex-conservateur du Dja), citées par Le Courrier ACP-UE (2002 : 67). Il faut ajouter à ces deux justifications-là une troisième, notamment la familiarité de l'auteur avec le milieu étudié depuis juin 1998. Familiarité qui lui a permis de « gagner la confiance » des chasseurs déviants abordés.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin