Quand le monde a basculé - Nouvelle histoire de la révolution française

De
Publié par

La Révolution française est un événement central de l’Histoire, et la décennie 1789-1799 a provoqué un grand basculement mondial. Loin d’en imposer une vision unique, elle ne cesse de susciter une multitude de débats, recherches, travaux savants et controverses passionnées. Comment comprendre, aujourd’hui, cette radicale mutation des fondements de la société et de l’État, cette mise en pratique des idées des Lumières (avec ce qu’elles pouvaient avoir d’utopique), cette apparition d’hommes et de femmes nouveaux, cette réorganisation de fond en comble du quotidien (et même du calendrier), cette transformation profonde du régime de la propriété, ces accès terribles de violence, ces guerres – civile et étrangères – contre une grande partie de l’Europe, cette générosité de la déclaration des droits de l’homme et de l’abolition de l’esclavage ? Conciliant un récit minutieux des événements avec le portrait des protagonistes, se focalisant sur les combats politiques, les phénomènes sociaux et la formation d’une nouvelle caste dirigeante, cette brillante synthèse, concise et parfaitement informée des études les plus récentes, nourrie d’anecdotes significatives, rédigée d’une plume ardente, ouvre des perspectives passionnantes et souvent mal connues du large public.
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
pagetitre

CHAPITRE PREMIER

La naissance d’une conscience révolutionnaire


(mai 1788-juillet 1789)

De la convocation des États généraux par Louis XVI à la reconnaissance par celui-ci de l’Assemblée nationale constituante, quinze mois se sont écoulés au cours desquels la France est entrée en révolution. Celle-ci a donc connu une genèse assez lente et qui dans un premier temps ne concerne que le domaine politique : en juillet 1789, ni l’organisation économique traditionnelle ni même l’ordre social, officiellement au moins, ne sont encore tombés. Au début de cette séquence, la convocation des États généraux émane de la volonté royale : Louis XVI a rappelé à son parlement rétif son autorité le 19 novembre 1787 par la célèbre formule « C’est légal, parce que je le veux », et c’est contre l’avis d’une partie de son entourage qu’il décide de convoquer, dans le courant de 1788, les États généraux. L’absolutisme n’est certes plus celui de Louis XIV, tel qu’il a été vivement critiqué par le duc de Saint-Simon à la fin du règne ou présenté par l’historien Ernest Lavisse au début du XXe siècle ; cependant, il reste le cadre politique qui éclate pendant ces quinze mois. Cet éclatement résulte d’une conjonction de forces multiples et très largement centrifuges – le centre étant, ici, le refus de l’absolutisme plus que de l’autorité royale. Crise économique, tensions sociales, revendications politiques ont combiné leurs effets pour progressivement contraindre le pouvoir monarchique, dans toutes ses instances, à accepter une mutation fondamentale qui fait que le pouvoir, qui émanait de Dieu par le sang royal, émane désormais de la volonté du peuple.

Fernand Braudel a théorisé de façon magistrale les « trois temps de l’histoire » – temps court (celui de l’événement vécu), temps moyen (celui des évolutions sociales), temps long (celui des comportements de civilisation) –, qui permettent de donner à l’évolution historique une compréhension globale. Ernest Labrousse, son compagnon d’armes de la grande Histoire économique et sociale de la France parue dans les années 1970, avait analysé dans ce cadre théorique « Comment naît une révolution ». D’autres optiques ont été depuis développées qui insistent sur les faits d’histoire culturelle, qui mettent en évidence l’importance des comportements sociaux et religieux, qui revalorisent la portée de l’événement dans l’évolution historique. Cependant, le canevas braudélien reste commode pour l’exposé de ces mois de gestation révolutionnaire. Aussi sont exposés dans les pages qui suivent, d’abord cette écume des mutations politiques les plus visibles, puis la houle des tensions sociales, enfin les grands courants de civilisation qui portent la houle et engendrent l’écume.

Des États généraux à l’Assemblée nationale constituante

Au printemps 1788, le pouvoir royal est incarné par Louis XVI. Époux d’une princesse impériale, père de deux garçons et d’une fille (une deuxième fille était morte en juin 1787 à moins d’un an), il a assuré la continuité dynastique. Héritier direct de Louis XIV, il a continué la mise en scène du pouvoir royal en poursuivant par exemple le développement du chantier de Versailles. La reine Marie-Antoinette s’est prise de passion pour son « hameau » de Trianon en même temps que le Grand Trianon devient une sorte de reflet du majestueux palais. La cour respecte encore une étiquette rigoureuse même si elle a été quelque peu assouplie. Elle représente plusieurs milliers de personnes, des grands princes aux serviteurs les plus obscurs, des militaires les plus chevronnés aux abbés les plus éclairés ; la ville de Versailles est née de la nécessité d’héberger cette foule à proximité d’un palais lui-même bondé dès sa création et très souvent fort inconfortable.

Autour du roi gravitent des ministres que le roi choisit parmi les conseillers qui sont en constant conflit pour emporter la faveur royale, comme c’est le cas depuis que la monarchie existe : certains d’entre eux sont conseillers par le sang – ce sont entre autres les deux frères du roi, Louis de Provence et Charles d’Artois, ou encore (du moins revendique-t-il souvent ce rôle de conseiller) son cousin Philippe d’Orléans. D’autres conseillers doivent leur faveur à leurs compétences, comme Calonne, d’Éprémesnil ou Malesherbes. Le Conseil royal regroupe plusieurs conseils (d’en haut, des finances, des parties, de conscience). Ces conseils formulent la volonté du roi – il les convoque et les préside souvent – en matière de gouvernement. À côté existent également des conseillers officieux, à commencer par la reine et son entourage auxquels on peut ajouter tous ces « talents » qu’apprécie Louis XVI, incontestable homme des Lumières (Lavoisier, par exemple, ou Condorcet). Les parlements et au premier chef le parlement de Paris représentent la justice royale et enregistrent les décisions du roi, c’est-à-dire qu’ils les rendent applicables (un peu comme aujourd’hui le fait la publication au Journal officiel des décrets d’application des lois). Ces parlements peuvent contester un édit qui leur paraît contraire aux « lois fondamentales » du royaume (c’est le « droit de remontrance »). Sous Louis XVI, ils le font très souvent, ce qui a forcé le roi, en novembre 1787, à venir en personne devant le parlement pour tenir un « lit de justice » et forcer les parlementaires à l’enregistrement. Les choix du gouvernement sont également orientés par les rapports des officiers et commissaires qui représentent le roi dans les différentes provinces et colonies du royaume.

En ce printemps 1788, ces rapports sont fort inquiétants, comme le sont depuis le début de la décennie les bilans qui en sont tirés. L’inquiétude est d’abord financière. Necker avait, en 1781, publié un Compte rendu au roi justifiant le recours aux impôts et la réduction des dépenses de la cour pour financer la guerre aux Amériques – ce qui avait entraîné son renvoi ; les chiffres qu’il présentait étaient d’ailleurs faux. Ses successeurs ont, eux, dû constater l’aggravation régulière du déficit. Calonne identifie en 1781 un déficit de 46 millions de livres tournois, dont 7 sont liés aux remboursements d’intérêts de l’emprunt de 1777 pour financer la guerre d’Indépendance des États-Unis. Le bilan de Calonne est de plus largement sous-estimé puisqu’il ne mentionne pas les dépenses extraordinaires liées à la guerre. En 1788, le déficit a triplé et le service de la dette représente presque un tiers des dépenses. L’État, le 16 août 1788, annonce sa banqueroute.

Ce déficit est d’autant plus grave que l’opinion publique s’en empare et s’en émeut. Les travaux, en particulier les études de cas de Robert Darnton, ont mis en évidence une véritable popularisation de ces questions, par l’intermédiaire de pamphlets préparés par des officines proches des milieux bancaires, qui spéculent à la baisse sur la valeur de la livre et ont donc tout intérêt à discréditer la monarchie. Les plus virulents ont sans doute été suscités par l’affaire du Collier de la reine en 1785 : pourtant innocente de l’escroquerie qui fait perdre à la couronne plusieurs millions, Marie-Antoinette fait l’objet de nombreuses accusations. Les libelles analysés par Annie Duprat se déchaînent contre cette reine scandaleuse qui, par sa lubricité supposée, accélère la ruine du royaume. La diffusion de ces textes dans les populations du royaume a été importante : ils sont lus, montrés (ils sont souvent illustrés de gravures pornographiques), criés, répétés dans les cabarets, sur les places publiques, dans les rues et même dans les villages. Les dépenses de la cour, aussi spectaculaires soient-elles, ne sont bien sûr pas la cause mathématique de ce déficit – mais pour nombre de sujets du roi, elles en sont la cause la plus manifeste.

Face à ce déficit, le pouvoir royal montre son incapacité à agir. La valse des ministres chargés du budget royal le montre assez clairement entre 1781 et 1789 : Necker démissionne le 19 mai 1781, Joly de Fleury le 30 mars 1783, Lefevre d’Ormesson le 10 novembre 1783, Calonne est renvoyé le 8 avril 1787, Bouvard de Fourqueux est remplacé dès le 1er mai par Loménie de Brienne, renvoyé le 24 août 1788. Necker lui succède le 26, avant d’être renvoyé le 11 juillet 1789 – à cette date, la monarchie absolue a déjà vécu. On est donc bien loin des ministres qui, de Colbert à Orry, restaient en place durant des décennies. Cette valse traduit l’hésitation du roi et de ses conseils entre deux hypothèses principales : soit le maintien du système et le recours à une fiscalité « extraordinaire » qui ne toucherait pas aux privilèges coutumiers, soit l’appel à une réforme profonde du système économique monarchique et la remise en cause des privilèges des deux premiers ordres. Le recours aux États généraux, inédit depuis 1614, est la conséquence d’une double incapacité royale : choisir une option économique claire et résoudre le déficit financier.

Louis XVI, en effet, semble n’avoir jamais su tenir fermement un cap économique. Autour de lui, des clans, des partis, des coteries s’agitent. Certains sont réputés « libéraux », revendiquant l’influence de Montesquieu, Voltaire, Turgot et des physiocrates. Ils participent à des sociétés très progressistes, comme la Société des amis des Noirs, créée en 1788, où l’on retrouve, par exemple, La Fayette, le « héros des deux mondes », et Mirabeau. Ces libéraux, sur le plan politique, souhaitent que la monarchie évolue vers un système anglais où le pouvoir royal doit composer avec un parlement représentatif des élites. Ils souhaitent aussi une réforme économique profonde, avec une égalité devant l’impôt et la mise en place d’un système économique libéral. Ils ont marqué des points, malgré le renvoi de Turgot en 1776 : la France a ainsi signé avec l’Angleterre un traité de libre-échange en 1786. D’autres coteries, au contraire, sont décidées à défendre le système traditionnel où le mercantilisme hérité de Colbert garantit à la fois des revenus aux compagnies à monopoles, une clientèle aux manufactures royales et une sécurité aux ouvriers des corporations, jurandes et métiers dans les villes. Nombre de nobles ont, dans tout le pays, profité de cela pour réévaluer la fiscalité féodale coutumière qui, établie souvent depuis le Moyen Âge, ne leur rapportait plus que des sommes symboliques. Le roi lui-même favorise la fiscalité indirecte la plus haïe de ses sujets en protégeant les « fermiers généraux », ces banquiers qui lui prêtent par avance les sommes correspondant au revenu de l’impôt et qui, bien sûr, prélèvent plus qu’ils n’ont prêté. Le plus célèbre d’entre eux est le chimiste Lavoisier, par ailleurs ouvert aux théories physiocratiques et ami de nombreux libéraux comme Condorcet : entre les deux options économiques principales existent des nuances nombreuses.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.