Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Quatre-vingt-treize

De
321 pages
Quatre-vingt-treize : la Seine Saint-Denis est la figure des transformations révolutionnaires que connaît la France contemporaine. Un département dans lequel l'importance de la présence musulmane s'inscrit au cœur des bouleversements de la démographie et de l'immigration, de la marche forcée de la désindustrialisation à la haute technologie, de la persistance du chômage, d'une intégration sociale difficile à mettre en œuvre – mais aussi de la percée des nouvelles générations dans le champ politique, culturel ou économique. Ces contrastes très accusés sont l'une des caractéristiques les plus saillantes et les moins connues de l'islam de France. C'est cela que nous donne à voir Quatre-vingt-treize, en partageant avec le lecteur l'expérience du terrain au quotidien, depuis les mosquées et les HLM jusqu'aux lambris des palais de la République, et la perspective historique de trois décennies écoulées, à travers l'islam des 'darons', des Frères et des jeunes. Entre la tentation salafiste et la participation aux élections, le halal et l'internet, l'islam de France déploie une multiplicité de facettes qui s'inscrivent dans une citoyenneté encore inaccomplie, comme l'illustrent ces deux extrêmes opposés que sont la composition de l'équipe de France de football et celle de l'Assemblée nationale.
Quatre-vingt-treize apporte des connaissances inédites et de première main au débat de fond qui traverse notre société sur la participation de l'islam à la construction de son identité plurielle dans un univers globalisé.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Aigle

de editions-ex-aequo48283

Persianeries

de editions-zoe

DU MÊME AUTEUR
Aux Éditions Gallimard
JIHAD. EXPANSION ET DÉCLIN DE L'ISLAMISME, 2000. Repris dans
o«Folio Actuel», n 90, nouvelle édition refondue et miseàjour, 2002.
CHRONIQUE D'UNE GUERRE D'ORIENT (automne 2001) suivi de BRÈVE
CHRONIQUE D'ISRAËL ET DE PALESTINE (avril-mai2001),2002.
FITNA. GUERRE AU CŒUR DE L'ISLAM,2004.
BANLIEUE DE LA RÉPUBLIQUE,2012.
LE PROPHÈTE ET PHARAON. LESMOUVEMENTSISLAMISTES
oDANS L'ÉGYPTE CONTEMPORAINE. Repris dans «Folio histoire», n 194,
re2012(1 édition:LaDécouverte,1984).
Aux Éditions du Seuil
LES BANLIEUES DE L'ISLAM. NAISSANCE D'UNE RELIGION EN
FRANCE,1987.Repris dans «Points Seuil»,1991.
INTELLECTUELS ET MILITANTS DE L'ISLAM CONTEMPORAIN,
ouvrage collectif, encollaboration avecYann Richard,1990.
LA REVANCHE DE DIEU: CHRÉTIENS, JUIFS ET MUSULMANS À LA
RECONQUÊTE DU MONDE,1991.Repris dans«Points Seuil»,1992 et2003.
LES POLITIQUES DE DIEU. Ouvrage collectif sous la direction de Gilles Kepel,
1992.
À L'OUEST D'ALLAH,1994. Reprisdans «PointsSeuil», 1995.
Aux Presses de Sciences Po
LES MUSULMANS DANS LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE, ouvrage collectif en
collaboration avecRémy Leveau,1988.
EXILS ET ROYAUMES. Les appartenances au monde musulman. Ouvrage collectif
sous ladirection deGilles Kepel, 1994.
Aux Éditions Flammarion
TERREUR ET MARTYRE. RELEVER LE DÉFI DE CIVILISATION, 2008.
Repris danslacollection «Champs»,2009.
Aux Éditions Bayard
DU JIHAD À LA FITNA,2005.
Aux Presses Universitaires de France
AL-QAIDA DANS LE TEXTE, ouvrage collectif sous la direction de Gilles Kepel,
2005.Repris dans lacollection «Quadrige»,2006.QUATRE-VINGT-TREIZEGILLES KEPEL
Quatre-vingt-treize
essai
GALLIMARD© Éditions Gallimard, 2012.AVERTISSEMENT
Ce livre a été rédigé après l'achèvement de l'enquête menée par
l'auteur dans l'agglomération de Clichy-sous-Bois/Montfermeil, en
SeineSaint-Denis,del'été2010àl'été2011,etdontlerapportfaitl'objetd'une
publicationsimultanéeetséparéesousletitreBanlieuedelaRépublique
(Paris,Gallimard,2012).Cetteenquête,baséesurcententretiensdansun
territoire emblématique des difficultés que rencontrent les habitants
d'unebanlieuepopulaireenclavéedelaFrancecontemporaine —oùla
populationissuedel'immigrationestnombreuse—,exploresixthèmes:
l'habitatetlarénovationurbaine,l'éducation,l'emploietlechômage,la
sécurité, la participation politique, la question religieuse.
Quatre-vingttreizeenatirésoninspirationinitiale,maislamatièreetlaperspectiveen
sontdistinctes—commeunessaidiffèred'unrapport.
Le présent livre achève aussi un cycle de recherches sur la France
etl'islam, commencéavec laparution des Banlieues de l'islam en1987,
et prolongé au travers de chapitres d'autres livres durant le quart de
siècleécoulé,sanstoutefoisquecethèmeaitfaitdepuislorsl'objetd'un
ouvrage qui lui fût entièrement consacré. À partir de la question
islamique, Quatre-vingt-treize voudrait surtout contribuer à une réflexion
d'ensemble sur la France et son devenir — en écrivant en lettres
hugoliennes le numéro d'un département qui figure aujourd'hui la
banlieue.Après tout,c'estàMontfermeilquenotreromanciernational
a situé l'auberge des Thénardier et la modernité des Misérables est
saisissantedanslesconvulsionsdespériphériesurbainespopulairesde
ece début du XXI siècle, quand la tuberculose réapparaît dans une cité
dégradéedeClichy-sous-Bois.10 Avertissement
Aumomentdefaire mesadieuxàlascène del'islamdeFranceetde
passer le témoin à la jeune génération, j'ai à cœur de remercier toutes
cellesettousceuxqui, durant vingt-cinq ans,ontétémes maîtres, mes
pairs et mes élèves, m'ont accompagné, soutenu ou affronté, ainsi que
toutes celles et tous ceux qui, porteurs des multiples sensibilités dans
lesquelles se déploient les cultures musulmanes, m'ont fait partager
analysesetexpériences.Leursnomsrempliraientcevolume,etilneme
resteplusqu'àespérerlesavoirtranscritsdanslesmotsd'undébatquine
faitquerecommencer,aveclespagesquisuivent.À la mémoire de BrunoÉtienne
et de MohammedArkoun«Gavroche regarda, et vit que cela venait
delabanlieue.
Il se dressa tout droit, debout, les cheveux
au vent, les mains sur les hanches, l'œil fixé
sur les gardes nationaux qui tiraient, et il
chanta:
OnestlaidàNanterre,
C'estlafauteàVoltaire,
EtbêteàPalaiseau,
C'estlafauteàRousseau.»
VICTOR HUGO
Les Misérables,V, I,15PROLOGUE24 août 2011
À l'occasion du Ramadan, la mairie de Paris organise,
comme chaque année depuis 2001, une soirée culturelle pour
recréersurlesbordsdelaSeinel'ambiancefestivedesnuitsdu
mois sacré dans les pays musulmans. En ce dixième
anniver-
saire,quiestaussiceluidesattentatsdu11-Septembre,l'événement suscite une furieuse polémique initiée par les sites
identitaires sur l'Internet, rapidement relayée par la presse. Il
estdénoncéparundéputédelaDroitepopulairequiadresseun
courrierauministredel'Intérieurluidemandantde«rétablirla
loi républicaine à l'Hôtel de Ville». Une mise en garde est
envoyée au maire par le préfet: l'organisation de cette soirée
«semble contraire au principe de neutralité des services
publics».Aureprésentantdel'Étatquiconsidèrequ'il«n'existe
aucun intérêt public local à l'organiser, celle-ci pouvant être
organisée dans le cadre des mosquées», le maire rétorque que
«ce moment de rassemblement s'inscrit dans une logique
convivialeetculturelle,et
n'astrictementaucuncaractèrereligieux,àl'instard'autresmanifestationsquelaVilleaccueilleou
organise,commeHanoukka,Vesak,laSaint-Maroun,leNouvel
1Anchinois,leNouvelAnberbèreoul'ArbredeNoël ,sansavoir
jamaissuscitélamoindreréaction.Danscecascommepourles
autres,leprincipedelaïcitén'estenrienméconnu».18 Prologue
Ce n'est pas le spectacle lui-même qui se voit ainsi mis en
cause, mais la mention sur le carton d'invitation qu'un «iftar
2léger sera proposé sur place », laissant accroire que l'argent
descontribuablesparisiensfinanceraitunepratiquereligieuse
spécifique — le repas de rupture du jeûne diurne musulman,
qui coûte près du tiers des 100000 euros budgétés. L'éditorial
deRipostelaïque,l'undessitesidentitairesanti-islamiquesles
plusactifs,animéparuneéquipevenuedel'extrêmegaucheet
de la gauche alors que la plupart des membres de cette
mouvance sont issues de l'extrême droite, dénonce l'«hypocrisie»
de Bertrand Delanoë, représenté dans une caricature en
Pinocchioaffubléd'unnezallongéquidéclare:«LeRamadan,
c'estpasreligieux!»L'administrateurdusite,ouvrier duLivre
retraité et ancien trotskiste, fustige «le visage monstrueux du
socialisme halal du maire de Paris, prêt à sacrifier les valeurs
émancipatrices de notre pays par clientélisme misérable
[…] trahissant sans vergogne la France laïque pour l'islam et
3son ramadan moyen âgeux [sic] ». À l'autre extrémité du
spectrepolémique,surleprincipalportailmusulman,oumma.
com, un internaute dénonce la récupération folklorique du
Ramadan, «vidé de son contenu spirituel pour en faire une
fiesta nocturne», par le maire, né et élevé en Tunisie où il
retourne fréquemment, ici vilipendé comme «ex-membre du
4fan-club du dictateur Ben Ali ». La «soirée Ramadan jazz,
funk, groove» — alliance de mots blasphématoire pour les
dévots—metàl'honneurdeschanteursreprésentantlaTunisie
nouvelle de la révolution du Jasmin qui a chassé Ben Ali du
pouvoirle14janvier,àl'heureoùlesquelque600000Tunisiens
de France (dont 40% de Parisiens) se préparent à voter pour
les premières élections libres en octobre en Tunisie — ainsi
qu'enFranceauprintemps2012,pourlesdeuxtiersd'entreeux
quidétiennentladoublenationalité.
La soirée a lieu dans la salle des Fêtes, réplique de la galerie
des Glaces du château de Versailles qu'édifia, dans ce premier
e e«Palais républicain» du XIX siècle, la jeune III République à
grand renfort d'art pompier, après l'incendie de l'ancien Hôtel
deVilledéclenchéparlescommunardsle24mai1871durantlaPrologue 19
Semainesanglante.Sousleplafondsurchargédedorures,dont
la grande fresque représente Paris conviant le monde entier à
ses fêtes, le chanteur du groupe Djerba, le visage émergeant
d'une avalanche de dreadlocks, chemise afro, électrise
des
jeunesfemmesmaghrébines.Lacaniculedecettefind'aoûtles
adévêtuesbienau-delàdeslimitesimposéesàlapudeurmusulmaneparlesassociationsislamiquesquibataillent,aunomde
la démocratie et du Coran, pour porter le hijab à l'école et le
voile facial dans la rue. Les bas-reliefs, au motif de célébrer
la
danseetlamusiquequ'appréciaitlabourgeoisiedel'âgeindustrielenfracetcolcassé,sontunedébauchedefessesetdeseins
marmoréens;c'estsouslesauspicesdecescaryatidesnuesqu'a
été rompu le jeûne du 24 août 2011 par cet «iftar léger». Dans
la lumière stroboscopique, les déhanchements désordonnés
semblentmêlerdansedu ventreet rock androll —tradition et
modernité.
Sur les voussures, des figures allégoriques d'autres jeunes
femmes — qui sont les plus habillées de cette soirée —
évoquent les provinces de France après 1871, incarnant
l'identité nationale soudée au lendemain de la défaite de Sedan: si
l'Alsace est absente, tout juste conquise par la Prusse, en
revanche, au-dessus de la scène d'où monte le son d'une world
music qui mélange darboukas et guitares électriques, trône
l'Algérie. Le peintre académique Ferdinand Humbert a
représenté cette province française annexée depuis 1848 avec les
clichés de l'orientalisme en vogue à l'époque, gargoulette et
palme à la main. Avec ses traits masqués d'un voile blanc, elle
contreviendrait à la loi du 11 octobre 2010 interdisant la
dissimulation du visagedansl'espacepublic, dite «loi anti-burqa».
C'est dans cette Algérie à l'effigie voilée que furent exilés bien
des communards — et peut-être ceux qui avaient incendié
l'HôteldeVille—oùilsfinirentcolons,faisantsuerleburnous.
Sur une autre voussure, sous le pinceau du peintre cocardier
alsacien François-Émile Ehrmann, l'allégorie de la Lorraine,
dont la partie mosellane a été annexée par la Prusse, brandit
un glaive pour défendre ce qui reste français d'elle contre20 Prologue
l'envahisseur «chleuh». Non loin, je retrouve le secrétaire
général de l'Union des associations musulmanes du 93 (UAM
93), immigré venu d'Algérie au début des années 1990: il
m'explique sa stratégie pour conquérir le Conseil régional du
cultemusulmandelacapitaleetdelaPetiteCouronne(CRCM
Île-de-France Centre) lors des élections prévues la semaine
suivante.
Pour le portail identitaire islamique «Forsane Alizza — Les
Cavaliers de la Fierté», le maire et ses adjoints «préfèrent
nous voir jubiler devant le déhanchement de ces danseuses
pathétiques plutôt que de nous voir pleurer sur nos péchés au
sein de nos mosquées, le front à terre, implorant le pardon
d'Allah,et espérantsarécompenseéternelle[…].Est-cequece
mêmemaireestalléàLourdespourdemanderauxpèlerinsde
se joindre à une gay-pride (oui, c'est plutôt son créneau…)et
finir la nuit à danser la tecktonik en boîte? A-t‑il appelé les
juifs un jour de Yom Kippour à venir se dandiner sur de la
polka auprès de femmes dénudées? […]Cepiègetendupar
shaytane [le diable] n'est qu'une double fourberie, il trompe
les musulmans qui répondent à cet appel, perdent des
moments précieux et se noient dans le péché, et donne aussi
aux fachos de quoi “manger”, persuadés, ignorants et stupides
qu'ils sont, que ce genre de folklore fait partie intégrante de
5l'islam …».
Lesjeunesfillesquidansentdansleurindifférentebeautésur
leparquetcirésontlarésultantedetoutescesforcescontraires
de l'histoire de la France contemporaine, qui bataillent depuis
les voussures et les bas-reliefs de la salle des Fêtes jusqu'aux
sites en ligne des islamistes et des identitaires, depuis
l'Algérie
françaised'hierjusqu'àlaTunisielibéréedeBenAlietàla
Seine-Saint-Denis.Pourl'heure,c'estdanslaconfusiondessentiments et le brouillage des arguments et du vocabulaire que
notre Kulturkampf postmoderne s'est égaré en cette nuit de
Ramadandanslegrandbazardel'HôteldeVille.Prologue 21
24 août 2011,
e24 jour de Ramadan, an 1432 de l'Hégire
Le Tout-Paris islamique se bat pour assister à l'iftar de
l'ambassadeur des États-Unis, le must des festivités du
RamadandanslaVilleLumière,oùilfautêtrevuetinvitépourtenir
son rang social, religieux, voire politique. L'Amérique n'a que
faire des pudeurs laïques de la France, moquées comme une
coutume surannée et particulariste à l'heure du
multiculturalismeuniversel.Lecartond'invitationassumeexplicitementla
célébration du mois sacré du jeûne musulman par le
gouvernement des États-Unis à l'occasion d'un iftar, et comporte
la
datedujourdanslecalendrierhégirienàcôtédeladategrégorienne. L'ambassadeur Rivkin, fringant quadragénaire qui fit
fortune à la tête d'un studio de production californien et leva
des fonds considérables pour Barack Obama, a invité deux
sénatrices et une haute personnalité d'origine musulmane, les
dirigeants du Conseil français du culte musulman (CFCM) et
de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), les
responsables de la Grande Mosquée de Paris, des imams
réputés, quelques experts et fonctionnaires qui suivent ces
questions, mais surtout une majorité de jeunes. Si un certain
nombre de ceux-ci sont pratiquants, d'autres n'ont de
musulman que le patronyme; beaucoup ont été repérés comme
personnalités d'avenir et envoyés visiter les États-Unis pour s'y
convaincre que les «minorités» y étaient d'autant mieux
traitéesoutre-Atlantiquequececonceptn'estguèreplusacclimaté
dans le vocabulaire politique français que celui de
«communauté».
Lediscoursdebienvenuerappelleque«depuisdixans,l'iftar
est devenu une tradition annuelle de la Maison-Blanche, et de
nos missions à l'étranger. Nos vœux et prières vont vers tous
les musulmans de France qui s'apprêtent à rompre le jeûne au
terme d'une nouvelle journée. […]2011marqueledixième
anniversaire du 11-Septembre, une des plus grandes tragédies22 Prologue
qu'aient connues les États-Unis». L'appel qu'il lance pour
«poursuivre ensemble la lutte contre l'extrémisme violent» se
traduitdansla condamnationde«latragédiedu 22juillet
dernier en Norvège», où l'internaute identitaire anti-islamique
Anders Breivik fit exploser une bombe et massacra au fusil de
chasse des jeunes sociaux-démocrates, accusant ces
«marxistes culturels» d'avoir ouvert les portes de l'Europe à
l'invasion musulmane. Non seulement tous les terroristes ne sont
pas des musulmans, nous signifie le discours, mais le
soulèvementdelajeunessedeTunisieetd'Égypteen2011amontréla
voie de la démocratie et rencontre des valeurs qui sont celles
del'Amérique.
«L'Ambassadeur des banlieues» — comme on surnomme
parfois ce patricien de Californie, dont le père avait déjà été
ambassadeur — soigne particulièrement la jeunesse
musulmane de son pays de résidence: fort de son entregent dans
le
show-businessoùilabâtisafortune,ilaamenéenjuinparticieper à un débat dans le quartier populaire du XX
arrondissement de Paris Will.i.am, chanteur star du groupe Black Eyed
Peas, après trois concerts donnés devant plus de 200000
spectateursauStadedeFranceàSaint-Denis,eten2010lesacteurs
hollywoodiens Samuel L. Jackson à Bondy, Silvester Stallone
à Rosny-sous-Bois, sans oublier ses rencontres avec les jeunes
à La Courneuve. Le site de l'Union des associations
musulmanesdu93afficheainsi,sousletitre:«LaSeine-Saint-Denis,
e51
Étataméricain?»unpostquidénoncelefaitque«l'ambassadeur des États-Unis s'installe, comme chez lui, en
SeineSaint-Denis», s'inquiète que la politique étrangère
américaine
aprèsle11-Septembreaitprivilégié«d'identifierlesfutursleaders français, ceux qui pourront émerger, ceux qui seront
amenés à prendre des responsabilités». L'article se conclut en
une question rhétorique teintée d'ironie: «Quels cris
pousseraient nos médias si, d'aventure, l'ambassadeur d'Iran en
personne prospectait le 93 pour y détecter, parmi la population
musulmane, “de futurs talents” susceptibles, après un stage à
l'université de Qom, de devenir chez nous des mollahs
talen6tueuxoudecélèbresimans ?»Composition IGS-CP
Achevé d'imprimer
sur Roto-Page
par l'Imprimerie Floch
à Mayenne, le 19 janvier 2012.
Dépôt légal: janvier 2012.
Numéro d'imprimeur:???.
ISBN978-2-07-013432-8 /Imprimé enFrance.
184187


Quatre-vingt-treize
Gilles Kepel











Cette édition électronique du livre
Quatre-vingt-treize de Gilles Kepel
a été réalisée le 21 novembre 2012
par les Éditions Gallimard.
Elle repose sur l’édition papier du même ouvrage
(ISBN : 9782070134328 - Numéro d’édition : 184187).
Code Sodis : N49500 - ISBN : 9782072446146
Numéro d’édition : 232647.