Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Qui est "Je" ?. Sociologie clinique du sujet

De
228 pages

Les sociétés hypermodernes exacerbent la nécessité de s'affirmer comme individu autonome pour se conformer à l'idéologie de la réalisation de soi-même. Beau paradoxe puisque chacun doit cultiver son identité personnelle en se conformant à l'injonction d'être un sujet responsable de lui-même, de ses actes, de ses désirs, de son existence sociale. Mais que signifie vouloir être soi-même?


Cet ouvrage explore les conditions sociales et psychiques du processus de subjectivation par lequel un individu cherche à advenir comme sujet. Entre sociologie et psychanalyse, l'exploration porte sur les notions d'individu, d'identité, de sujet, adossée à des vignettes cliniques à partir de récits de vie. Il prolonge les réflexions de l'auteur sur une sociologie clinique attachée à comprendre, au plus près du vécu, comment se tissent les relations intimes entre l'être de l'homme et l'être de la société.


D'autres livres ont abordé la question. Celui-ci a le mérite d'offrir, avec clarté, un parcours passionnant à travers les diverses approches du sujet (philosophiques, psychologiques et sociologiques). Il dessine les contours d'un être humain unifié, où psychique et social interagissent au lieu de s'opposer, où les déterminismes sociaux sont aussi les ingrédients de l'autonomie.



Vincent de Gaulejac


Directeur du Laboratoire de changement social, professeur de sociologie à l'université Paris VII-Denis Diderot, membre fondateur de l'Institut international de sociologie clinique, auteur d'une quinzaine d'ouvrages dont La Névrose de classe, La Lutte des places, Les Sources de la honte, L'Histoire en héritage, La Société malade de la gestion.


Voir plus Voir moins
QUI EST « JE » ?
V I N C E N T D E G AU L E JAC
QUI EST « JE » ?
Sociologie clinique du sujet
É D I T I O N S D U S E U I L e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
ouvrage publié sous la direction éditoriale de jacques généreux
isbn 9782021218923
© éditions du seuil, mars 2009
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
À Mia et Billie
« Deviens qui tu es ! Fais ce que toi seul peux faire » FriedrichNietzsche Ainsi parlait Zarathoustra(1885)
averti s s ement au lecteur
Dans la bibliographie, les ouvrages d’un même auteur sont classés chronologiquement, selon la date de la première édition. Lorsque je donne les références d’une édition plus récente, la date de la première édition est encadrée de crochets. Dans le texte, les références sont composées d’un nom d’auteur et d’une date, qui permettent de retrouver dans la bibliographie le titre de l’ouvrage concerné. Lorsqu’une indication de pagination succède à une date entre cro chets, cela signifie qu’elle se rapporte à une édition récente. Par exemple, la citation référencée « Durkheim, [1895], p. 103 » se trouve à la page 103 desRègles de la méthode sociologiqueparues aux PUF dans la collection « Quadrige » en 1981.
Introduction
« La subjectivité, c’est alors uniquement l’insatisfaction. Mais c’est peutêtre là, la vie même. » GeorgesCanguilhem(1983)
Q ui est « je » ? De quoi parleton lorsqu’on évoque la figure du sujet, d’abord dans le registre grammatical, comme sujet du verbe, et plus largement dans le registre existentiel, comme élément vital qui pousse chaque individu à affirmer une singularité, une exis tence propre, une volonté d’être reconnu comme un être respon sable de ses choix et de ses actes. Lise a quarante ans. Elle participe à un groupe d’implication  1 et de recherche sur le thème « Roman familial et trajectoire sociale ». Elle se présente au groupe en ces termes :me« Je sentais très différente de mes frères et sœurs. Je suis la petite pauvre de la famille. Mon frère et ma sœur ont un standing plus élevé. Quand j’en prends conscience, ça me fait mal. Comme si on n’est pas quelqu’un si on n’a pas une maison, une auto, comme si je n’étais rien. On faisait tout pour moi jusqu’à ce que je disjoncte ; et, à partir de là, j’ai décidé d’être.»Comme si « je n’étais rien ». Le « je » désigne ici une personne, Lise, qui prend conscience de son état et décide, parce qu’elle le vit dans l’insa tisfaction, d’en changer : « J’ai décidé d’être. » La sœur de Lise est médecin, mariée à un avocat d’affaires qui considère que les gens ne valent que par ce qu’ils gagnent.
1. Voir l’annexe 2, p. 205.
9
q u i e s t « j e » ?
Son frère est dans l’immobilier. L’un et l’autre sont propriétaires de belles maisons, en ville et à la campagne. Lise est éducatrice et célibataire, locataire d’un petit appartement. Elle vit dans la honte de ses origines sociales, de ses parents, simples ouvriers. Elle déteste le « standing » de sa sœur et de son frère, qui sont l’un et l’autre pleins de sollicitude et de générosité à son égard. D’autant qu’elle a vécu une dépression majeure entraînant une hospitalisation. C’est dans ce contexte qu’elle « décide d’être ». Elle entreprend un travail approfondi sur ellemême, d’abord en thérapie, puis dans les groupes d’implication et de recherche de l’Institut international de sociologie clinique. Sa présentation est illustrative d’un double mouvement qui conduit l’individu à se définir d’un côté à partir de la façon dont il est désigné par autrui, des comparaisons et des normes qui défi nissent l’existence sociale et, de l’autre, à partir d’une volontépersonnelle, d’un choix, d’une affirmation de son être propre. Le sujet advient entre deux pôles irréductibles. Le premier renvoie au processus de fabrication sociale des individus, le second à son développement psychique. Ces deux pôles sont plus ou moins, selon les circonstances et les moments, en tension ou en synergie, en opposition ou en concordance, en conflit ou en harmonie. Le processus de subjectivation, par lequel un individu prend conscience de luimême et tente de se construire comme un être singulier capable de penser, de désirer, de s’affirmer, s’inscrit entre ces deux registres, du côté de la psyché et du côté de la société. Il y a là deux référents incontournables, comme deux champs magnétiques, deux déterminants dont on doit postuler l’existence pour comprendre par quels processus un individu est à la fois l’incarnation de « sa » société et un être totalement singulier, à nul autre pareil, à la fois semblable à tous ceux qui partagent sa condition et différent de tous les autres, à la fois pur produit du contexte sociohistorique dans lequel il émerge et un être à part dont l’existence est incomparable, en création permanente. Il convient donc d’analyser les relations entre « l’être de
1 0
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin