Racines

De
Publié par

De l’éden de la petite enfance à Rome jusqu’à l’exil en Tunisie, Racines retrace l’itinéraire de Claudia Giami. Après des années heureuses, la montée du fascime et le durcissement des lois raciales viennent bouleverser son quotidien. Mais c’est surtout l’émigration qui fait naître le besoin d’écrire. L’acceptation de sa nouvelle vie et d’une autre culture ne pourront se faire qu’avec l’aide de sa famille. De fil en aiguille, ce cahier de souvenirs, qui mêle l’expérience intime et l’histoire, est devenu le témoignage d’une jeunesse des années trente et quarante. Claudia Giami, « Juive et Romaine » est née en 1927. Après avoir enseigné les Lettres, elle a décidé d’écrire ses mémoires pour témoigner de cette période marquante de l’histoire.
Publié le : samedi 7 mars 2009
Lecture(s) : 118
EAN13 : 9782304028447
Nombre de pages : 337
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Racines
Claudia Giami
Racines
Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02844-7 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304028447 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02845-4 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304028454 (livre numérique)
L’entête
Pour mes fils Alain et Robert GIAMIEt pour Marianne Hugo et Lara
9
L’entête
Le pavé branlant - Marcel Proust (Le temps retrouvé) 1. « Quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sur leur gouttelette presque impalpable, l ‘édifice immense du souvenir. » A la recherche du temps perdu, Tome 1 p 46. 2. « C’est une pensée d’une effroyable tristesse que le peu de traces que laissent après eux les hommes, même ceux qui semblent jouer un rôle principal. Et quand on pense que des millions et des millions d’êtres sont nés et sont morts de la sorte, sans qu’il en reste de souvenir, on éprouve le même effroi qu’en présence du néant et de l’infini. »  Ernest Renan 3. « Après la mort de ma mère, j’ai réalisé que ce que je savais d’elle et de ma grand-mère venait de ce qu’elle m’en avait raconté :
11
Racines
souvenirs de son enfance et de sa jeunesse dits pêle-mêle selon les circonstances et les occasions de notre vie. Sans cela, malgré leurs visages toujours présents dans ma mémoire, je ne saurais presque rien d’elles aujourd’hui. A mon tour, l’âge venant, pour mon plaisir personnel et pour la curiosité affectueuse de ceux qui ont envie de savoir, de raconter cette partie de mon passé, l’enfance heureuse dans le nid familial et bouleversée par les événements historiques qui nous ont entraînés dans un autre pays, dans une autre vie. » 4. Témoignage de la souffrance des Juifs.
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.