Raymond Aron, la philosophie de l’histoire et les sciences sociales

De
Publié par

À la mort de Raymond Aron, Georges Poitou et Marcel
Roncayolo, alors directeur et directeur adjoint de l'École
normale supérieure, avaient souhaité que celle-ci rendît
hommage à sa mémoire et m'avaient chargé d'accomplir
ce devoir. J'avais accepté avec plaisir étant donné
l'ancienneté des liens qui m'unissaient à Raymond Aron :
étudiant en sociologie, j'avais été son élève à la Sorbonne
de 1959 à 1961 et il m'avait accueilli, chercheur débutant
et assistant à la faculté des lettres et sciences humaines
de Lille, au Centre de sociologie européenne à partir
de 1964.


Il m'a paru qu'un colloque où des chercheurs de
quatre générations différentes s'interrogeraient sur
l'originalité du projet philosophique et sociologique de
Raymond Aron serait une bonne manière de faire apparaître
la vitalité et la postérité de sa pensée. J'ai donc
demandé à Georges Canguilhem, François Furet, Alain
Boyer et Jean Gatty de s'y essayer chacun avec son point
de vue et pour son compte. Ce colloque s'est tenu en 1988
à l'École normale supérieure.


Ce sont ces textes transcrits par mes soins et réécrits
par leurs auteurs qu'on trouvera ici, avec un compte
rendu des discussions qui ont suivi. J'y ai ajouté des
extraits d'un entretien inédit de 1982 avec Raymond Aron
qui portait sur les débuts de sa vie intellectuelle et universitaire.
Je les ai complétés À la mort de Raymond Aron, Georges Poitou et Marcel
Roncayolo, alors directeur et directeur adjoint de l'École
normale supérieure, avaient souhaité que celle-ci rendît
hommage à sa mémoire et m'avaient chargé d'accomplir
ce devoir. J'avais accepté avec plaisir étant donné
l?ancienneté des liens qui m'unissaient à Raymond Aron :
étudiant en sociologie, j'avais été son élève à la Sorbonne
de 1959 à 1961 et il m'avait accueilli, chercheur débutant
et assistant à la faculté des lettres et sciences humaines
de Lille, au Centre de sociologie européenne à partir
de 1964.


Publié le : samedi 1 janvier 2005
Lecture(s) : 20
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728838707
Nombre de pages : 100
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le désir de réalité Remarques sur la pensée aronienne de lhistoire
1 Alain BOYER
Si la philosophie se caractérise par le désir de détruire les illusions et par la recherche de la vérité, Raymond Aron est bien, au sens plein du terme, un philosophe. En quête de sagesse, il a su très tôt quil lui fallait descendre dans la caverne pour mieux débusquer les fauxsemblants et les mythes du temps.
La passion de Raymond Aron est bien connue : cest lhistoire, aux deux sens du terme, objectif  lhistoire réelle  et subjectif  la narration et lexplication de la 2 première ; Périclès et Thucydide. Acteur, historien , 3 méthodologue , philosophe, Aron est toujours à laffût de lhistorique dans lhomme. Si lon peut se permettre quelque paradoxe, je dirais de lui quil est un philosophe
1. Élève à lÉcole normale supérieure entre 1974 et 1978, professeur de philosophie à luniversité de ParisIV, Alain Boyer a publié notam mentLExplication en histoire (Presses de luniversité de Lille, 1992),Introduction à la lecture de K. Popper (Presses de lENS, 1994) etHors du temps. Un essai sur Kant(Paris, Vrin, 2001). 2. Cf. en particulier,République impériale. Les ÉtatsUnis dans le monde19451972Récit, analyse,; et le commentaire « interprétation, explication », inIntroduction à la philosophie de lhistoire(1938), rééd. 1981, p. 545 sq. Dans lesMémoires (1983), rééd. 1990, I, p. 170, Aron rejette « une phrase [de sa thèse] qui semble condamner lhistoire du présent », et qui amènerait à ne pas considérer Thucydide comme un historien. 3. Cf. en particulier, lAppendice à lIntroduction(citée cidessus), p. 441 à 586, qui contient une méthodologie du travail historique qui na rien à envier aux travaux des AngloSaxons (Colling wood, Hempel, Dray, Donagan, etc.) discutés par Aron ; le texte sur Paul Veyne est particulièrement riche.
49
Le désir de réalité
de lhistoire sans philosophie de lhistoire. Je tiens en e effet Raymond Aron pour lun de ceux qui, auXXsiècle, ont mis fin aux « philosophies de lhistoire », autrement dit 1 ce quil a luimême baptisé du nom de « sociodicées », entreprises qui cherchent à donner un sens philosophique à l« histoire », conçue comme le lieu de l« avènement 2 dune vérité philosophique ». Le philosophe ne saurait se laisser aller à rêver lhistoire, il lui faut la comprendre. Lintelligence de Raymond Aron, qualité que personne naurait la sottise de lui dénier, cest dabord lintelli gence des situations.Cette intelligence est une condition nécessaire de laction, cestàdire de linsertion dune liberté dans le réseau des déterminations objectives. Mais, pour que laction soit possible et pourvue de sens, il faut que lhistoire ne soit ni un processus fatal déjà joué avant même que lacteur en prenne connaissance, ni un chaos irrationnel défiant toute analyse. Lhistorien repère des séries, des ordres, des continuités et des ruptures, des entrecroisements par lesquels émergent complexité et nouveauté. Sur des séries « lourdes » (le processus révo lutionnaire) viennent se greffer des singularités (Bona parte) quil est naïf de vouloir réduire aux premières ; et quil serait tout aussi naïf de chercher à analyser sans comprendre dabord ce qui dans la situation en a rendu lirruption seulement possible. Mais aucune philosophie ne sauraita prioridécider de la part de logique et de la part daccidents qui constituent dans la durée une situation complexe (doù la vanité des prophéties).
Cette pensée de lhistoire a pourtant suscité des malen tendus, et ce dès lorigine, cestàdire dès la fameuse soutenance de thèse du 26 mars 1938, quelque treize jours après lAnschluss.Ce jourlà, comme le rappelle Aron au début du chapitre cinq desMémoires,Paul Fauconnet, durkheimien convaincu, « jeta à la figure » de limpétrant
1. Cf.De la condition historique du sociologue(1971).Aron aurait pu rédiger un opuscule « sur linsuccès de tous les essais philo sophiques de sociodicée ». 2.Les Étapes de la pensée sociologique(1967),rééd. 1991, p. 171 et 173.
50
Le désir de réalité
les mots « désespéré ou satanique » Ces termes sont pour nous étranges car, cinquante ans plus tard, ils ne nous vien draient certainement pas à lesprit pour définir la pensée de Raymond Aron. Leurs connotations romantiques ne cadrent guère avec limage superficielle que lon retient volontiers de Raymond Aron, celle dun homme pondéré, prudent et, pour tout dire, raisonnable, trop raisonnable. Dans la rela tion très affective quil entretint toute sa vie avec JeanPaul Sartre, Aron sest très tôt révélé comme linstance du réel, ce qui résiste au principe de plaisir. Et lon pourrait dire quil na jamais cessé de tenter de réveiller son « petit cama rade » de son « sommeil dogmatique » (sommeil de la raison dont Goya disait quil engendre des monstres). En vain dailleurs, car lauteur deLÂge de raisonpréféra fuir et, refusant la confrontation avec la réalité, se réfugier dans ce quAron ne pouvait sempêcher de ne voir que comme un beau délire. À telle enseigne que lorsque, au soir de sa vie, Sartre, sollicité par Benny Lévy, sattachera à devenir (plus) « raisonnable », Aron nhésitera pas àrécuser en bloc ce « dernier Sartre », au motif que ce ne pourrait être là « du Sartre », puisquaussi bien « [il] pourrait être daccord avec ce qui est dit dans ces entretiens ».
Dès lors, sil y a romantisme, sagiraitil précisément dun romantisme « allemand », noir et pessimiste, aimant la mort et le doute ? Il ne semble pas non plus, à preuve les critiques quAron adresse sur ce point à Max Weber luimême, soupçonné de pessimisme « historiciste » (au 1 sens de Popper) .
1. Cet usage du terme nest pas adopté volontiers par Aron : cf. Mémoi res,rééd. cit., I, p. 153. Nonobstant les différences évidentes quant aux champs dactivité intellectuelle, les similitudes entre les positions dAron et celles de son contemporain viennois  Popper est né en 1902, trois ans avant Aron  sont innombrables. On me permettra de ne pas les recenser. Une différence de sensi bilité toutefois est à noter : Popper se proclame « optimiste » alors quAron ne déteste pas se situer parmi « les observateurs pessimistes » (Dixhuit leçons sur la société industrielle[1962], p. 116) ; doù le fait que le premier paraît souvent « naïf » alors que lautre peut sembler quelque peu désabusé, quoique toujours intelligent. Aron confiait en privé son admiration pour Sir Karl,
51
Le désir de réalité
Ce pessimisme est peutêtre plus élégant, et plus convenable au vu de la dureté des temps, mais il est (pres 1 que) aussi naïf que loptimisme , et il incline tout autant à la passivité : « À quoi bon ? » Naïveté veut dire ici insen sibilité à la texture subtile du réel, projection irréfléchie de ses passions, esprit non dialectique. La lucidité aronienne conduit à toujours peser savamment le pour et le contre, à parfois donner limpression quon ne prend pas position, si tant est que la vérité quon cherche se trouve bien souvent chez ladversaire. Doù leffort pour comprendre lautre (Marx, Sartre), sans toutefois que cet effort conduise néces sairement au compromis ou à de trop faciles « dépasse ments » synthétiques : la prise en compte du pour et du contre rend plus délicate mais pas impossible la décision, la prise de parti. « Comprendre » le pétainisme des Fran çais ou les réactions des piedsnoirs nempêche nullement de prendre des décisions, de choisir son camp, au risque de paraître tiède, alors quon nest que clairvoyant.
Raymond Aron nest donc pas fondamentalement pessi miste, ni désespéré, mais réaliste. Il y a chez lui comme un goût pour la réalité, une passion pour les faits, un amour du vrai et, corrélativement, une allergie presque irritante au 2 rêve, au désir de limpossible, à la crânerie juvénile . Mais quoi, Aron seraitil donc un positiviste plat, un disciple
tout en exprimant quelques doutes ironiques sur la possibilité du « piecemeal engineering » prôné par lauteur deLa Société ouverte: onne trouvera guère chez Aron doutilsthéoriques propres à venir à lappui dune attitude activement réformiste face aux problèmes sociaux, même sil saccorde avec les réfor mistes pour juger hasardeuses les remises en cause tapageuses de lintervention de lÉtat. 1. Cf.LHomme contre les tyranslerreur(1946), p. 256, sur « commune » au pessimisme et à loptimisme historiques. 2. Cf. en particulier,La Révolution introuvable(1968) à propos de mai 68etLe Spectateur engagé(1981), p. 250sq.: « Ce carna val, àla longue, ménervait un peu. » Aron reconnaît que « Sartre avait raison de [lui] reprocher davoir trop peur de déconner”. Même dans les sciences dites exactes, la recherche ne va pas sans erreur et lerreur sans profit. » (Mémoires,rééd. cit., p. 1021)Atil eu trop peur derrer ? Estcelorigine du manque daudace et doriginalité théorique qui lui est parfois reproché ?
52
Le désir de réalité
attardé de Ranke, et participeraitil de cette illusion réaliste qui fait croire quil existe une réalité historique donnée, complète, univoque ? Nullement. Tout au contraire, on le sait, la philosophie aronienne de lhistoire met en avant la pluralité des interprétations, la relativité des points de vue et la nécessaire prise en compte de la subjectivité, ou plutôt de la particularité irrémédiable de la perspective de lhistorien. Ce dernier nest jamais luimême en posi tion dextériorité totale par rapport au monde quil satta che à analyser. Doù le malentendu de 1938 : Aron est interprété comme un irrationaliste, un « existentialiste » avant la lettre, un adversaire de la science. On connaît la formule coupable : « Une idée fondamentale se dégage, nous sembletil, des analyses précédentes : la dissolution de lobjet. Il nexiste pas uneréalité historiquetoute faite, quil conviendrait simplement de reproduire avec fidélité. La réalité historique, parce quelle est humaine, estéqui 1 voqueetinépuisable. » Sévère avec luimême, Raymond 2 Aron a qualifié plus tard lexpression « dissolution de lobjet » de « gratuitement paradoxale ». Ny auraitil aucune objectivité, aucune résistance de la réalité, aucun fait et seulement des interprétations ? Une telle image, nietzschéenne, de la pensée aronienne est tout aussi infi dèle à loriginale que limage précédente (Aron positi viste). En fait, ce qui est visé dans cette thèse, cest une nouvelle fois non le réalisme, mais la naïveté, ou encore le réalisme naïf. Ce quAron met en cause, cest lillusion scientiste, non la science et la rationalité. Si la réalité est 3 complexe et ambiguë, le réalisme se doit dêtre critique .
1.Introduction,rééd. cit., p. 147, et la note de Sylvie Mesure, p. 482 de cette belle réédition de louvrage. 2.Mémoires,rééd. cit., 1, chap. V, p. 167. 3. Cf.Introduction, rééd. cit., p. 280, à propos du « réalisme » de Simiand, lun des auteurs les plus cités dans la thèse. Le réalisme de Simiand est trop positiviste et empiriste (sur le rôle de la théo rie), celui de Durkheim trop métaphysique (ibid., p. 252)  il cherche une cause unique à un processus global. « Réalisme » sentend en dautres sens (celui de Cournot en est un exemple). Le réalisme nimplique ni le positivisme ni le déterminisme.
53
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.