Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Réception

De
276 pages
Ces trois volumes, Le genre à l'oeuvre, explorent les rapports genrés traversant la production, la réception et la médiation artistique d'une oeuvre d'art. Ce premier volume porte sur la question du genre dans les arts d'un point de vue esthétique, sociologique et philosophique, en s'appuyant sur sept cas empruntés aux arts plastiques, à la musique, à la télévision, à la littérature et au cinéma.
Voir plus Voir moins
                                           Le genr ervuloV à euœlrastonti 1meluIler: reutocvud  eafde luel  vis euqolloc ud ehclà e nrgee  L «rap roC eilaodA vru»,e éa rséliNB: 9 872-3-630-uama-Hamzaoui.IS
Le genre à l’œuvre Volume 1
R
éceptions
1 .l
Sous la direction de Mélody Jan-Ré
 2-63201Vo e507,
      
 
R
é
c
e
 
p
t
i
on
s
 
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot  En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques.  Dernières parution s  Bruno LEFEBVRE, Ethnographie des travailleurs en déplacement, Voyages en Europe sociale , 2012. Christophe DARGERE, Lobservation incognito en sociologie. Notions théoriques, démarche réflexive, approche pratique et exemples concrets , 2012. Dominique JACQUES-JOUVENOT, Gilles VIEILLE-MARCHISET (dir.), Socio-anthropologie de la transmission , 2012. Barbara LEBRUN (éd.),  Chanson et performance. Mise en scène du corps dans la chanson française et francophone , 2012.  Monique DOLBEAU, La mémoire de métier. Enquête sur le maréchal-ferrant , 2012. Claude GIRAUD, Que faisons-nous lorsque nous organisons ? , 2012. Christophe PERREY, Un ethnologue chez les chasseurs de virus. Enquête en Guyane française , 2012. Thomas SEGUIN, La politique postmoderne. Généalogie du contemporain , 2012. Emilie HENNEQUIN (dir.), La Recherche à lépreuve des terrains sensibles : approches en Sciences Sociales , 2012. Michel LIU, La dynamique des organisations : lémergence des formes démocratiques , 2012.
 
 
  
 
Sous la direction de Mélody Jan-Ré        Réceptions
Le genre à luvre
 
Volume 1  
  
              
 
                              
 
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00132-6 EAN : 9782336001326  
E DITORIAL  
Les 20 et 21 septembre 2011 fut organisé le colloque in-ternational intitulé Le genre à luvre réunissant 54 com-munications orales devant un public de plus de 200 participant-e-s.  Il sagissait de faire se rencontrer trois ré-seaux internationaux de recherche  le GdRI OPuS 2, le Mage (« Marché du travail et genre ») - CNRS et le Comité de Recherche « Sociologie des arts » de lAISLF  réunis pour loccasion autour dun thème commun. Certes, certains chercheurs, et plus précisément chercheures, participaient déjà des trois réseaux, et notamment au sein du comité dorganisation Marie Buscatto, Mary Leontsini et Hyacinthe Ravet. Mais lobjectif était ici des plus original : mobiliser le genre comme catégorie principale danalyse et prendre les arts comme objets.  Un appel à contribution fut ainsi diffusé à linternational par ces trois réseaux de recherche, en partenariat avec le CERLIS (Université Paris Descartes-Université, Sorbonne Nouvelle, CNRS), lObservatoire Musical Français (Universi-Paris Sorbonne), lI.D.H.E. (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne-CNRS), lUniversité dAthènes, les revues Travail, Genre et Sociétés et Sociologie de lart , et le soutien de la Mairie de Paris et du CNRS. Mais quels furent plus précisément les grands question-nements qui ont aussi bien structuré lorganisation de ce colloque que la publication des 36 textes, issus de cet évé-
7
nement, et constituant les trois volumes des actes de ce col-loque ici publiés ? Au cours des quarante dernières années, se sont multi-pliées les recherches portant sur les modes dinscription du genre des artistes dans la production et la réception artis-tiques. De nouveaux outils, théoriques et méthodologiques, ont été conçus afin dexplorer les dimensions sexuées traver-sant les différents mondes de lart  littérature, cinéma, arts plastiques, danse, musique, cirque ou arts numériques. Au-delà de la variété des approches, deux « modèles » dominants organisent la réflexion : la construction sociale des sexes, dune part ; lapproche par la performance, dautre part. Si le premier analyse en finesse les modes de construction et de légitimation des inégalités sexuées, le deuxième porte une attention renouvelée aux formes que peuvent prendre les transgressions des limites de lordre social genré. Le genre est ainsi devenu une catégorie danalyse à part entière, au même titre que lorigine sociale, lâge ou lorigine « ethnique ». Grâce à  ses vertus heuristiques, lanalyse en termes de genre renouvelle les regards portés sur la produc-tion, la réception ou la médiation artistiques. La « variable » genre sest par là même  transformée en objet détude pluri-voque. Sa construction peut potentiellement brouiller les frontières entre fiction et réalité, entre vérité et art, entre production et réception, entre hommes et femmes La production artistique contemporaine élabore des registres genrés qui peuvent tout aussi bien confirmer les différences sexuées que les déstabiliser, voire les subvertir, les nier ou les détourner. Dans quelle mesure peut-on repérer des registres dexpression artistiques perçus, étiquetés ou définis comme « féminins » ou « masculins » dans la production comme dans la réception artistiques ? Selon quels processus et par quels acteurs  public, critiques, artistes ou intermédiaires  ces repérages genrés sont-ils construits, affirmés, niés, re-vendiqués, subvertis ? Comment les acteurs interprètent-ils, négocient-ils, brouillent-ils, voire déconstruisent-ils ces repé-
8
rages sexués ? Comment encore sont-ils appropriés par les femmes, les hommes, les trans, les queers ... ? Quels en sont les effets sociaux : accès à lexpression, orientations expres-sives ou réceptives, reconnaissance par le public ou cons-truction des légitimités... ? Comment ces registres sont-ils transgressés par les hommes, par les femmes, par ceux et celles qui refusent les oppositions binaires intransigeantes liées aux « féminités » ou aux « masculinités » ? Que se passe-t-il alors pour les artistes, pour le public, pour les uvres dart produites ainsi que pour les carrières de ces artistes ? En quoi une analyse en termes genrés recoupe-t-elle une analyse portant sur les orientations sexuelles, les origines « ethniques » ou les appartenances sociales ? Dans quelle mesure certaines formes artistiques contemporaines sont-elles, ou non, imprégnées, de la thématique du genre, soit en se situant par rapport à une cause, soit en mettant en lumière les rapports genrés  en révélant par exemple de petits gestes quotidiens, tels le regard dans la rue, le strip-tease , les usages possibles dobjets différenciés, pour nen mentionner que quelques-uns. Quelle est la place des collectifs dartistes dans la remise en cause des différences sexuées existantes, mais aussi dans la construction aussi bien  de formes subversives que de nouvelles frontières, ou que dautres repères genrés ? Ce colloque a accueilli des chercheur-e-s ayant étudié des phénomènes artistiques spécifiques sous langle de diffé-rentes disciplines (anthropologie, sociologie, histoire, sciences du langage, arts du spectacle, sciences de léducation, science politique, études théâtrales, musicologie, études de genre, esthétique, philosophie, etc.). Il avait pour ambition dinciter ces chercheur-e-s à explorer les rapports genrés traversant la production, la réception et la médiation artistiques dune uvre  un spectacle, un ouvrage, une ins-tallation ou un film par exemple. Les trois volumes des actes de ce colloque se sont ainsi naturellement découpés autour de ces trois principales thématiques : Réceptions, Créations, Représentations.
9