Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Récits des jours anciens au Bwamu de Bondoukuy

De
246 pages
Cet ouvrage se fonde sur les cahiers rédigés par Yézuma Coulibaly sur son pays du Bwamu de Bondoukuy, compilés à partir des documents originaux par Maxime Patry. On y trouvera une image très locale des réalités africaines et de leurs répercussions sur la vie paysanne : depuis les effets rémanents de la grande révolte bwaba de 1915 jusqu'aux impacts écologiques de la culture du coton et des effets des engrais industriels et à ceux provoqués par les mouvements migratoires.
Voir plus Voir moins
Yézuma COULIBALY & Maxime PAT
RÉCITSDESJOURSANCIENS AUBWAMUDEBONDOUKUY BURKINAFASO
Récits des jours anciens a uB w a m ud eB o n d o u k u yF a s oB u r k i n a
Collection Ressources renouvelables et sociétés en transitionsous la direction de Stéphane Pouffary
La collection a pour ambition de témoigner que la trajectoire de développement de nos sociétés n’est pas une fatalité. Il s’agit aussi de montrer que nos modes de consommation et de production peuvent être résolument différents, au service du plus grand nombre et dans le respect des ressources naturelles. Dans cet esprit, cette collection se veut un trait d’union entre les Savoirs passés, présents et à venir afin de démultiplier les opportunités d’action pour des sociétés en transition, équitables, solidaires et respectueuses des équilibres intra et intergénérationnels. Crédits photographiques : Bernard Lacombe Mise en page : Dapoya, Ouagadougou Y@m+Le logo de la collection a été conçu et dessiné par Xingzhu Jian de l’AssociationENERGIES 2050©AssociationENERGIES 2050
Y é z u m aCO U L I B A L Y& M a x i m ePA T R Y
Récits des jours anciens a uB w a m ud eB o n d o u k u y
B u r k i n a F a s o
E D I T E U R Autre ouvrage de Yézouma Raphaël COULIBALYLes Cahiers Yézouma, Enquêtes sur les chefs d’exploitation, 2000-2001 En collection Internet L’Harmattan, 2012
Avant-propos
Quelle que soit l'époque, quel que soit le groupe social auquel il appartient, l'homme a toujours eu besoin de donner une signification aux phénomènes et aux cycles de la nature qui l'entourait. Déjà, à l'aube de l'humanité, avec les limites de son langage, l'homme n'a eu de cesse de nommer et d'in-terpréter les éléments visibles et invisibles de son environne-ment proche et lointain. La mise en mouvement des mots, véritable appropriation de l'espace, fut le préambule à la construction des mythes et des légendes. Le mythe, histoire racontée du rapport entre l'homme et la naturele vivant et le non-vivant noussuggère une certaine vision du monde primordial, de ce qu'il est devenu et de ce qu'il deviendra. L'homme du XXe siècle a, lui aussi, développé sa propre vision du monde. Comme dans les temps anciens, elle n'est autre que la représentation de sa place dans la nature. Le livredes jours anciens du Bwamu de Récits Bondoukuyà la musicalité racontée de ces participe fragments de notre mémoire collective. Chef de Terre, c’est aussi un peu de cette nature et de cette mémoire africaine qui résonne en chacund’entre nous,même s’il n’a peut-être pas parcouru les villages burkinabés à la recherche de la parole racontée. Pour ce qui me concerne, j’ai toujours pensé que transcrire l’oralité étaitun devoir, un acte de création et que
7
cela revenait à donner naissance une nouvelle fois. Ecrire pour nommer les choses, pour se souvenir de cette filiation à un collectif…Récitsd’un citoyen du monde…Récits pour se rappeler, pour raconter, pour nommer, pour ne pas oublier et pour rendre présent le passé. Une contribution à cette histoire collective qui résonne en nous et qui demanderait juste un peu plus d’attention et d’enviepour se raconter à nouveau autours d’un feu. Les mots sont porteurs d’une musique évo-catrice de cette Afrique que nous aimons tant parce que nous sommes tous un peu Africain. Chef de Terre, c’est la part decette nature supérieure en chacun de nous transformée par le regard que nous portons sur elle. Le livredes jours anciens du Bwamu de Récits Bondoukuypleinement sa place dans la Collection trouve Ressources Renouvelables et Sociétés en Transition. Il nous rappelle que les traditions orales font partie de la construction de nos demains. Il nous rappellequ’elles nous racontent le lien entre l’homme et la nature –vécu et ressenti au pluriel. Qu'il s'agisse de la nature ou des ressources naturelles, l'homme se retrouve au centre de ces concepts au passé, au présent et dans ses devenirs. Stéphane Pouffary Directeur de la collection Ressources Renouvelables & Sociétés en Transition
8
Avertissement
Suivant naturellement le vœu de l’auteur nous écrirons désormais Yézuma Coulibaly, même si le nom complet de l’auteur est officiellementCOULIBALY Raphaël Yézouma (au Burkina le nom de famille est en premier). LesCahiersont été établis par Yézuma Coulibaly à la demande de François Sodter, démographe de l’ORSTOM, Institut de recherche pour le développement ; les informations se sont vite écartées de la demande simple qui lui était adressée en 2000 et il a continué en pleine autonomie sa recherche de terrain. On le voit dans la “dérive” de sesCahiersqui deviennent de plus en plus diserts sur des aspects externes au questionnaire qui lui avait été initialement fourni. Yézuma Coulibaly a donc continué tout seul à remplir ses cahiers, intéressé qu’il était à cette tâche qui lui permettait de parler directement à tous les chefs de famille de Bondoukuy, terre bwamu traditionnelle mais surtout terre d’une forte immigration mossi, venue des hauts plateaux centraux du Burkina. Yézuma avait un peu moins de quarante ans quand il s’est lancé dans cette tâche. Membre de la grande famille Coulibaly qui détient la chefferie
9