Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Regards croisés sur le placement familial

154 pages
Les évolutions importantes dans le champ du placement familial renforcent l'intérêt de ce dossier consacré aux recherches récentes sur cette question. Ce dossier propose des articles présentant des recherches françaises, allemandes et néerlandaises. Si celles-ci mettent à jour l'importance de préoccupations nouvelles dans les situations de placement elles s'intéressent aussi à l'accès à l'indépendance à l'entrée dans la vie adulte et aux durées d'accompagnement des jeunes après leur sortie.
Voir plus Voir moins

Regards croisés sur le placement familial

© LHarmattan, 2010 5-7, rue de lEcole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-11313-8 EAN : 9782296113138

La revue internationale de léducation familiale n°26, 2009

Regards croisés sur le placement familial
Coordonné par Hélène Join-Lambert Milova et Annick-Camille Dumaret

La revue internationale de léducation familiale
n°26, 2009

Regards croisés sur le placement familial
Sommaire
Éditorial Véronique Francis...page 7 Présentation du dossier Hélène Join-Lambert Milova et Annick-Camille Dumaret ......page 11 Sortie dun placement à long terme et modes daccès à lindépendance Monique Crost, Pascale Donati et Annick Camille Dumaret ......page 15 La participation des conjoints dassistantes familiales au suivi institutionnel des jeunes accueillis Emmanuelle Martins .......page 35 Laccueil familial en Allemagne : organisation et orientations des recherches Daniela Reimer....page 55 Validation dune échelle dévaluation des mères daccueil aux Pays-Bas Johan Strijker........page 75

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

5

Varia
Approche critique de la notion de « compétences parentales » Catherine Sellenet........page 97 Le surinvestissement des mères coréennes pour la réussite scolaire des enfants Min-Kyung Lee et Nicole Mosconipage 117

Abstracts (résumés en anglais).......page 137 Notes de lecture.......page 141 Actualités des revues...page 149 Actualités des congrès et colloques....page 150 Note aux auteurs.........page 151 Tarifs..page 152

6

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

Éditorial

Après avoir répondu, en juin 2008, à linvitation de Monique Robin qui sollicitait des renforts pour consolider son travail de rédactrice et développer le rayonnement de la revue et suite à laccueil favorable des membres du comité éditorial à Toulouse en avril 2009 de voir se constituer une équipe de rédaction, la tâche me revient aujourdhui de présenter ce numéro 26 dont jai assuré le suivi. Le renforcement de léquipe de rédaction se poursuit puisque nous accueillons dans nos rangs Anne-Marie Doucet Dahlgren qui renoue avec une activité qui lui a été familière du fait de sa participation à la conception du premier numéro alors que Paul Durning, avec lAIFREF, se lançait dans la stimulante aventure dune publication semestrielle. Cette fin de décennie est loccasion de rappeler le chemin parcouru depuis la création de la Revue Internationale de lEducation Familiale. Douze années se sont succédées et, avec la parution de ce 26ème numéro, plus de cent quarante articles ont été publiés, tout dabord sous la responsabilité éditoriale de Paul Durning, de 1997 à 2002, puis de Daniel Gayet entre 2002 et 2007, avant que Monique Robin assure le relais. Rappelons lengagement considérable des responsables éditoriaux, des rédacteurs en chef ainsi que la participation constante des membres du comité éditorial. En impulsant une dynamique bienvenue dans la communauté scientifique francophone, puis en soutenant son essor, leur travail a contribué à cerner lÉducation Familiale comme pratique sociale mise en uvre par les adultes, comme champ dintervention sociale et éducative mais a, aussi et surtout, incontestablement permis dassurer le développement de ce champ comme objet de recherche. Situé à la croisée de questions individuelles, institutionnelles et sociales fortes et traversé par des problématiques particulièrement sensibles, chacun mesure combien lexistence dun éclairage constant et vivifiant de la recherche scientifique est primordiale. La lecture de ce numéro 26 permettra dailleurs de lappréhender. À lépoque où était proposé le thème du placement familial pour le dossier de ce numéro, était diffusé auprès des organisations intergouvernementales et des ONG européennes uvrant en faveur de lenfance et de la jeunesse, un appel pour relayer le souhait conjoint du

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

7

Conseil de lEurope et de SOS Villages denfants International de constituer un groupe de travail composé de jeunes placés hors de leur foyer parental. En 2008, dix-huit jeunes ayant vécu lexpérience du placement étaient réunis à Strasbourg. Leur participation était sollicitée afin douvrir la réflexion sur les droits des enfants et des jeunes placés hors du foyer parental. Après avoir travaillé sur deux textes princeps : - le texte des normes « Quality4children » pour le placement des enfants hors du foyer familial en Europe, élaborées par lInternational Foster Care Organisation (IFCO), SOS Villages dEnfants et la Fédération internationale des communautés éducatives (FICE), - la recommandation Rec(2005)5 du Conseil de lEurope relative aux enfants vivant en institution, ces jeunes ont proposé un ensemble de recommandations. Celles-ci ont été soumises à la Cour européenne des droits de lhomme et à des membres du Conseil de lEurope travaillant sur les droits de lenfant1. Cet événement témoigne des évolutions importantes dans le champ du placement familial, en particulier les préoccupations sociétales relayées par les engagements des institutions. Lintérêt dun dossier consacré aux recherches récentes sur le placement familial est confirmé par les choix dHélène Join-Lambert Milova et Annick-Camille Dumaret qui en ont assuré la coordination et ont fait le choix dopter pour une diversité de regards. Quatre textes sont proposés, dont deux textes traduits en langue française, le premier réalisé par un auteur allemand et le second par un auteur néerlandais. Notons à cette occasion combien le travail de traduction dun article scientifique conduit à examiner avec autant dattention les questions linguistiques que les transpositions culturelles quil suppose. À lissue dun attentif parcours de révision, le travail se poursuit puisque chacun des lecteurs appréhendera ces textes selon ses propres cadres culturels et fera le lien avec les caractéristiques des politiques sociales et familiales à luvre dans les contextes quil connaît le mieux. À la suite de ce dossier, deux articles sont proposés en varia. Un premier article de Catherine Sellenet nous propose dinterroger les définitions du terme « compétence » qui a émergé dans le champ de la famille en même temps que se développait lusage de modalités
1

Les droits des enfants et des jeunes placés hors du foyer parental. http://www.coe.int/t/dg3/familypolicy/Source/Droits_des_enfants_places_hors_d u_foyer_parental_Rapport.pdf. Consulté le 12 septembre 2009.

8

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

dévaluation des compétences parentales. Catherine Sellenet met en relief les glissements qui se sont opérés entre la référence à la notion dincompétence et lapparition des débats sur la notion de compétence. Cette réflexion savère dautant plus importante que la question de la mesure de la parentalité apparaît régulièrement dans les textes de lois relatifs à la famille et saccompagne de lidée de mesure et de diagnostic. Que lon considère ou non quune évolution des regards posés sur les parents sopère, chercheurs et professionnels doivent mesurer les apports du concept de compétence sans en négliger les impasses voire, les dérives possibles. Larticle suivant proposé par Min-Kyung Lee et Nicole Mosconi invite à prolonger une réflexion que plusieurs publications dans les précédents numéros de la RIEF ont abordée et qui concerne linvestissement des parents dans les parcours scolaires des enfants. Lapproche apporte un éclairage inhabituel puisque les auteures ont eu pour objectif dappréhender le surinvestissement des mères coréennes dans léducation dans un contexte culturel où lengagement maternel pour la réussite des enfants est volontiers considéré par les sociologues comme démesuré et « frénétique ». Létude se propose de cerner le sens que donnent les mères coréennes de classe moyenne à léducation des enfants, à partir dentretiens approfondis. Après avoir souligné les différences qui caractérisent mères au foyer et mères actives, les auteures pointent lambivalence de la société coréenne qui, tout en sacralisant le rôle des mères et en exigeant delles quelles placent leur vie personnelle en suspens dans cette quête dun meilleur avenir pour leurs enfants, mythifie le rôle maternel et en dénonce les excès. Enfin, pour terminer, signalons trois notes de lecture proposées par Anne-Marie Doucet Dahlgren, Dominique Fablet et Monique Robin qui nous permettent de prendre connaissance de six parutions récentes.

Véronique Francis

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

9

Communiqué À propos de lévaluation des revues scientifiques Les responsables de la revue internationale de léducation familiale maintiennent leur implication dans les actions menées collectivement par les responsables de revues scientifiques de langue française en sciences humaines et sociales dans le but de clarifier les principes et modalités de reconnaissance des revues par les instances dévaluation de la recherche et des chercheurs. Les lecteurs intéressés par ces questions trouveront sur le site de ladministration de la RIEF (voir page 153) les courriers envoyés par les revues signataires aux responsables de lAERES et de plusieurs instances impliquées dans les processus dévaluation. En complément de ces démarches, une journée détudes portant sur les questions de publication et dévaluation se tiendra à Paris le 22 janvier 2010 (voir les détails sur notre site).

10

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

Présentation du dossier Regards croisés sur le placement familial
Hélène Join-Lambert Milova1 Annick-Camille Dumaret2

Depuis plus dune décennie, des préoccupations dépassant les frontières, autour de la notion denfants en danger en lien avec différentes formes de maltraitance, ont conduit à développer les réflexions déjà amorcées sur la nécessité daméliorer la prévention des risques, de clarifier les démarches des professionnels et leurs responsabilités. Par ailleurs, les évolutions sociétales ont entraîné nombre de transformations dans les interventions, quil sagisse des accompagnements proposés aux familles ou de laccueil des jeunes : citons par exemple la diminution des placements résidentiels en Allemagne et aux Pays-Bas. Les profils des enfants nécessitant un accueil hors du domicile parental se sont modifiés ; les problématiques de certains dentre eux étant plus lourdes ou mieux repérées, se justifie la nécessité daméliorer la formation des accueillants tout en soutenant les familles. On a assisté à lessor et à la diversification des services daide psycho-socio-éducatives et à une professionnalisation plus grande des assistants familiaux. Dans cette mouvance, les « démarches qualité » se sont développées, plus particulièrement dans les pays anglo-saxons, et la France tente peu à peu de rattraper son retard dans le domaine de lévaluation : évaluation de la situation des enfants au moment de leur prise en charge, pendant leur accueil ou à la sortie, mais aussi évaluation de la qualité des pratiques socio-éducatives. En renforçant lexigence de ces évaluations ainsi que la place des usagers dans les processus de décision, et léquilibre entre les droits des enfants et ceux des parents, les récentes lois françaises de 2002 et de 20073 sinscrivent dans une dynamique européenne. Timidement mais sûrement, la parole des usagers, quils soient enfants, jeunes adultes ou parents, est de plus en

Centre de Recherches Education et Formation, EA 1589 INSERM-U.750, CERMES. 3 Loi n°2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale ; Loi du 5 mars 2007 réformant la protection de lenfance.
2

1

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

11

plus prise en compte lors des interventions socio-éducatives et dans les recherches sur les placements. La loi de 20051 sur les assistants familiaux semble en revanche devancer les évolutions législatives des pays voisins, en reconnaissant un statut à ces intervenants en passe dêtre considérés comme des professionnels. Ce dossier se compose de quatre contributions proposant à leur manière un éclairage nouveau sur des thématiques et des réflexions qui ont vu le jour de manière conjointe ou décalée selon les pays : nouvelles évaluations des effets du placement familial, représentations pour les usagers de leur identité et de leur place, devenir des populations. On découvrira ainsi à travers les contributions venues de plusieurs pays, une variété dapproches scientifiques de lobjet « placement familial ». Ainsi, les quatre articles se distinguent aussi bien dans les questions posées, que dans les objets observés et analysés, dans les critères retenus pour appréhender le bon déroulement dun placement et dans les choix méthodologiques. Les différentes questions autour desquelles les auteurs développent leur analyse du placement familial, paraissent pertinentes indépendamment du contexte national. En effet, les articles écrits par des auteurs français sintéressent pour lun, à laccès à lindépendance matérielle chez les jeunes sortis dun placement (M. Crost, P. Donati et A.C. Dumaret) et, pour lautre, à la place du conjoint de lassistante familiale dans le placement (E. Martins). Lauteur néerlandais (J. Strijker) sinterroge sur le lien entre les motivations de la famille daccueil et la réussite du placement, alors que, dans sa recherche, lauteur allemand (D. Reimer) cherche à comprendre limpact des interrelations entre enfants placés et famille daccueil, sur le développement général des enfants. Ces différentes questions se traduisent par des choix concernant les éléments à observer et à analyser. Ainsi, les facteurs principaux retenus dans la présentation de M. Crost, P. Donati et A.C. Dumaret portent sur la durée du placement et les soins psycho-socio-éducatifs offerts pendant laccueil ainsi que sur létayage apporté quand le jeune quitte le dispositif. E. Martins a pris
1

Loi n°2005-706 du 27 juin 2005 relative aux assistants maternels et aux assistants familiaux.

12

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

pour objet dans larticle présenté ici le statut des conjoints et leur participation au travail institutionnel organisé autour du placement. J. Strijker de son côté, considère la réussite dun placement familial en fonction de lévaluation que la famille daccueil en fait, mais aussi de sa non-interruption et de la diminution des troubles présentés par lenfant. Enfin D. Reimer est à laffût, dans son analyse, non seulement des éléments faisant obstacle au bon développement de lenfant, mais aussi des éléments servant de ressources sur lesquelles il peut sappuyer. Sans surprise, ces différentes manières dappréhender le placement familial se reflètent dans les approches méthodologiques. Ainsi, deux recherches sappuient sur linterrogation danciens enfants placés en famille daccueil, (celle de D. Reimer dune part, celle de M. Crost, P. Donati et A.C. Dumaret dautre part), et les deux autres sur des enquêtes auprès de parents daccueil (J. Strijker, E. Martins). Par ailleurs, deux des articles privilégient une approche quantitative (M. Crost, P. Donati et A.C. Dumaret, J. Strijker) alors que les deux autres sappuient sur des échantillons plus restreints pour réaliser des analyses de type compréhensif, en suivant lapproche biographique notamment (D. Reimer, E. Martins). Malgré des contextes législatifs, historiques et culturels différents, ces approches, par les problématiques quelles abordent et les constats quelles apportent, se rejoignent sur quelques aspects. Elles rejoignent également dautres recherches, ce qui permet denvisager des dimensions qui seraient transversales aux différents pays, dans le placement familial. Du point de vue de lenfant placé, D. Reimer souligne le défi que représente limmersion dans une nouvelle culture, ladaptation à un nouvel environnement familial très différent du précédent. On ne peut manquer de rappeler que ces descriptions, notamment la découverte de nouvelles relations socio-affectives pour lenfant et le soutien de lensemble de la famille accueillante, renvoient au travail pionnier de M. David paru il y a vingt ans1. En famille daccueil, bien que la majorité des recherches sintéressent principalement à la personne formellement chargée de laccueil (le plus souvent la mère de famille), le travail dE. Martins nous invite à tenir compte également des autres membres de la famille. En effet, laccueil de lenfant dépend largement de tout le groupe familial

1

David M. (1989) Le placement familial : de la pratique à la théorie, ESF.

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

13

dans lequel il a lieu : cet aspect est également souligné par D. Reimer qui constate que la taille du groupe familial semble avoir un impact sur la manière dont lenfant accueilli va sintégrer. Enfin, dernier exemple, la question des troubles du comportement chez les enfants accueillis constitue un élément central dans le placement et ses effets. Ainsi J. Strijker choisit lévolution de ces troubles comme critère dévaluation de leffet du placement, et M. Crost, P. Donati et A.C. Dumaret montrent que la présence et lintensité de troubles chez les jeunes sont un des facteurs importants dont le placement doit tenir compte étant donné limpact sur leur évolution ultérieure. Ces quelques exemples illustrent lintérêt de croiser les regards sur le placement familial, alors même que les cadres dans lesquels il a lieu, ne sont pas comparables. En effet au-delà de la question de lorganisation et de la réglementation, laccueil dun enfant placé par les autorités publiques, dans la sphère privée dune famille daccueil, soulève des questions universelles et incontournables. Les recherches présentées ici apportent quelques réponses susceptibles de faire avancer la réflexion, mais aussi la pratique autour de ce type de prise en charge.

14

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

Sortie dun placement à long terme et modes daccès à lindépendance

Monique Crost, Pascale Donati et Annick-Camille Dumaret1 ___________________________________________________________ Cet article explore les principales étapes conduisant à lindépendance de 123 jeunes placés avec leur fratrie en villages denfants et sortis entre 1972-2001. Les jeunes générations d« anciens placés » ont bénéficié de plus daides institutionnelles mais ont été confrontées à une entrée plus difficile sur le marché du travail. Au total, ce placement stable (moy = 9 ans) a permis à 60% des jeunes dobtenir un diplôme et à 65% dacquérir leur indépendance financière et résidentielle à lâge de 24-25 ans sans difficultés majeures. La solidarité fraternelle et le support des mères SOS ont facilité cette période de transition. Laccès à cette indépendance est très lié à lobtention de diplômes quel quen soit le niveau et à labsence de graves problèmes psychiques ou comportementaux à la sortie du placement. Pour ces jeunes, comme pour tous ceux de la Protection de lenfance, la prolongation des accompagnements plusieurs années après leur sortie savère non seulement indispensable mais doit être développée pour favoriser au mieux lentrée dans la vie adulte.

Mots-clés : protection de lenfance, sortie de placement, villages denfants, accès à lindépendance.

1 CERMES Centre de recherche médecine, sciences, santé et société - INSERM U750, Université Paris Sud Paris XI EHESS, 7 rue Guy Môquet, 94801 Villejuif cedex, France. contact : dumaret@vjf.cnrs.fr

La revue internationale de léducation familiale, n°26, 2009

15