Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

Nicolas Machiavel
Règlement pour une société de plaisir
Traduit par Jean Vincent Périès
La République des Lettres
Avant Propos
On a voulu voir dans leRèglement pour une société de plaisirun petit ouvrage composé dans un accès de gaieté bouffonne. En jugeant ainsi, on s'est, nous le croyons, étrangement trompé. Ce qu'on a pris pour de la bouffonnerie n'est qu'une satire très amère des moeurs et des ridicules de la société italienne du seizième siècle, et, dans cette satire, on trouve bien des traits qui peuvent s'appliquer aux sociétés de tous les âges. L'alliance si fréquente de la galanterie et de la dévotion, l'indiscrétion, la médisance, la fatuité, l'égoïsme, tous les vices de ce qu'on appelle bien souvent à tort la bonne compagnie, y sont vivement fustigées. On y sent à chaque ligne cette verve cynique et railleuse dont Aristophane est dans l'antiquité le plus parfait modèle, cette verve qui se perpétue a travers le moyen âge dans la littérature par Boccace et les trouvères, dans les fêtes de la vie civile les enfants de l'abbé Maugouverne, par les sujets duPrince des Sotset dela Mère sotte, verve douloureuse et poignante dans sa gaieté même, qui inspireraCandideau dix-huitième siècle, après avoir inspiré au seizièmeLa MandragoreetGargantua.
Charles Louandre
Règlement pour une société de plaisir
Une société d'hommes et de dames s'étant réunie en diverses occasions pour se divertir, très souvent on y a fait des choses amusantes, et très souvent des choses désagréables, mais sans pouvoir jusqu'ici trouver le moyen de rendre les premières plus amusantes et les secondes moins désagréables: on a imaginé des plaisanteries, qui n'ont point eu leur effet, par la négligence de celui qui les avait imaginées; en conséquence, quelqu'un qui ne manque pas de cervelle, et qui possède une certaine expérience des hommes et des femmes, a cru convenable d'ordonner, c'est-à-dire de régler cette société de manière que chacun puisse inventer et exécuter ensuite ce qu'il croira pouvoir faire plaisir, soit aux dames, soit aux hommes, soit aux uns et aux autres en général. En conséquence, il est arrêté que ladite compagnie est et demeure soumise aux articles ci-après, délibérés et acceptés d'un commun consentement:
ARTICLE PREMIER Nul homme ne pourra être admis dans ladite société qu'il n'ait trente ans accomplis; les dames y seront reçues a tout âge. ART. II Il sera nommé un chef ou président, soit homme, soit femme, dont les fonctions dureront huit jours. Parmi les hommes, on choisira la première fois pour président celui qui aura le plus grand nez, et parmi les dames, celle qui aura le plus petit pied. ART. III Quiconque, soit homme, soit dame, qui pendant un seul jour ne répéterait pas tout ce qui s'est passé dans...
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin