Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Réincarnation

De
118 pages
Comme petit enfant dans les bras de sa grand-mère, l’auteure Marilou Trask-Curtin a vécu la fantastique expérience de se souvenir d’avoir habité dans d’autres corps, à d’autres époques et dans d’autres lieux. Dans ce livre fascinant, elle raconte les histoires d’apprentissage de l’âme et de relations de vies antérieures trop puissantes pour être ignorées. Au sein d’une communauté solidaire de chercheurs spirituels, Marilou accomplit une remarquable transformation, et elle peut maintenant affirmer ce fait important: la réincarnation existe.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Copyright © 2014 Marilou Trask-Curtin Titre original anglais : Reincarnation Copyright © 2015 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec Llewellyn Publications, Woodbury, MN, www.llewellyn.com Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Renée Thivierge Révision linguistique : Maryse Faucher Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Audrey Faulkner Conception de la couverture : Matthieu Fortin Photo de la couverture : © Thinkstock Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89752-434-0 ISBN PDF numérique 978-2-89752-435-7 ISBN ePub 978-2-89752-436-4 Première impression : 2015 Dépôt légal : 2015 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Trask-Curtin, Marilou, 1951-
[Reincarnation. Français] Réincarnation : une femme explore ses vies passées Traduction de : Reincarnation. ISBN 978-2-89752-434-0 1. Trask-Curtin, Marilou, 1951- . 2. Réincarnation - Biographies. I. Titre. II. Titre : Reincarnation. Français. BL520.T72A3 2015 133.901’35 C2014-942673-9
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
DÉDICACE ET REMERCIEMENTS
À mes grands-parents bien-aimés, Edward et Myrtle McNally, qui ont cru en moi et en mes rêves et qui ne m’ont jamais découragée de discuter de sujets impopulaires comme les fantômes. Leur foi en moi perdure au-delà de l’éternité, et je leur suis très reconnaissante d’avoir été leur fille de cœur. À mon mari Dan, qui écoute patiemment sans douter. À Butch : mon ange céleste, mon guide, toujours présent en esprit avec ses encouragements, ses conseils et ses bonnes idées. De l’Atlantide à l’éternité, ton amour me soutient toujours. Je t’aime pour toujours, bébé. À notre gentille chatte Pretty, qui a passé beaucoup de temps à ronronner pour moi pendant que j’écrivais ce livre. Aussi à notre « chat de garage » chéri, Gentleman TJ Gold, pour être apparu dans nos vies. Nous vous aimons tellement, tous les deux ! À Amy Glaser et tout le personnel de Llewellyn Worldwide : merci pour tout ce que vous faites. J’offre ma profonde gratitude à ceux qui m’ont guidée dans cette vie et qui m’ont orientée vers la voie que je devais suivre. Aux âmes que j’ai rencontrées et retrouvées sur mon chemin de vie actuel, et qui ont partagé avec moi de l’amour et de l’amitié à d’autres époques et en d’autres lieux, je vous remercie de m’accompagner. À ceux qui étaient mes ennemis et adversaires à une autre époque et dans un autre lieu, et qui sont apparus dans mon présent, je vous remercie également. Vous m’avez donné de précieuses leçons de pardon, d’acceptation et de lâcher-prise, et je ne les oublierai jamais. Allez en paix, et puissent les leçons que nous avons apprises effacer la dette karmique qui nous liait auparavant. À tous ceux qui se posent des questions sur l’étrangeté de la vie — les rencontres apparemment « fortuites » et les « hasards », à la fois bons et pas si bons de la vie —, puisse ce livre être un phare qui dissipe les ténèbres et permet à une nouvelle façon de penser et de croire d’entrer dans vos cœurs et vos esprits.
Avant-propos
Vous êtes-vous déjà trouvé dans un lieu pour la première fois tout en ayant l’impression de l’avoir précédemment visité ? Ou peut-être vous êtes-vous senti attiré ou repoussé par une période donnée ou même par une personne en particulier. Et vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tant d’enfants semblent posséder des talents extraordinaires, comme d’être capables de jouer d’un instrument de musique sans jamais avoir pris de leçons ? Si vous avez répondu oui à n’importe laquelle de ces questions, alors vous êtes peut-être aux prises avec une vie passée dans un autre temps et un autre lieu. Et cet enfant doté d’une aptitude si remarquable possède tout simplement un don hérité d’une autre vie. Pour certains d’entre nous, les détails de vies passées entrent petit à petit dans nos rêves lorsque nous sommes profondément endormis. D’autres utilisent une technique ou une thérapie, comme la régression dans les vies antérieures. Et certains d’entre nous semblons tout simplementsavoirque nous avons déjà vécu une autre vie, et cette connaissance nous arrive à un très jeune âge. Il existe des livres et des sites Web complets consacrés aux enfants qui se souviennent de leurs vies antérieures. Souvent, dès qu’ils sont capables de parler et qu’ils sont encore aux couches, des enfants mentionneront leurs « autres parents » ou leurs « autres maisons ». Quelques-uns sont en mesure de se souvenir de leurs noms et de ceux des membres de leur famille dans ces autres vies. Beaucoup se souviennent exactement des circonstances de leur décès, que ce soit à une époque récente ou éloignée. Ces enfants se rappellent souvent leurs vies antérieures avec tant de maturité affective et de précision qu’ils prouvent aux chercheurs du monde entier qu’il vaut la peine d’explorer ce phénomène. Pas encore conditionnés sur le plan social, ces jeunes enfants parleront souvent de leurs vies passées sur un ton factuel. Ils commenceront souvent le récit de ces souvenirs en disant : « Je me souviens quand je suis mort », « Quand je vivais avant… » ou « La dernière fois que j’étais un adulte et que j’avais des enfants, ils se nommaient… » Fréquemment, l’information qu’ils transmettent est prouvée par des professionnels reconnus. Lorsque nous acceptons ce que nous racontent ces enfants exceptionnels, nous ne pouvons plus jamais les voir du même œil. Nous ne pouvons plus les considérer comme inférieurs à nous simplement parce qu’ils sont jeunes. Ce ne sont plus des êtres biologiques de petite taille formés par l’hérédité et l’environnement. Ce sont des âmes enfermées dans des corps physiques, qui ont vécu et aimé, qui ont connu des joies et des épreuves, qui ont élevé leurs propres enfants, et qui sont décédées ; ces âmes reviennent ensuite à la vie dans de nouveaux corps. Elles nous apportent la sagesse recueillie dans ces autres vies, et elles ont tellement de choses à nous enseigner si nous voulons bien les écouter. Partout dans le monde, plus de soixante pour cent des gens croient en une certaine forme de réincarnation. On pourrait naturellement avancer l’hypothèse que cette croyance n’est partagée que par les bouddhistes et les hindous, mais seriez-vous surpris d’apprendre qu’un Américain sur quatre croit que les âmes reviennent encore et encore dans des corps différents ? La réincarnation propose un système de justice et d’équilibre dans un monde qui autrement pourrait parfois sembler incohérent, cruel ou injuste. Elle suggère une façon d’expliquer pourquoi un enfant naîtra dans une maison saine et heureuse avec des parents aimants, tandis qu’un autre enfant d’un pays du tiers-monde sera orphelin, négligé et devra lutter pour sa vie. r L’œuvre de vie de feu D Ian Stevenson est l’une des collections de données scientifiques les plus connues et les plus respectées du monde, et elle fournit une preuve indéniable de la réalité r de la réincarnation. Pendant plus de quarante ans, D Stevenson a recueilli, documenté et publié
des milliers de cas d’enfants, âgés surtout de deux à cinq ans, qui se souvenaient r spontanément d’une vie antérieure. D Stevenson identifiait et vérifiait les données sur une personne décédée qu’un enfant se souvenait d’avoir été. Il confirmait alors tous les faits de la vie de cette personne. Il faisait également correspondre les taches de naissance et les malformations congénitales des enfants à des blessures qui avaient provoqué leur mort dans une vie antérieure. Ces éléments étaient bien entendu attestés par des dossiers médicaux réels. La thérapie de régression dans les vies antérieures se fonde sur la prémisse que nous sommes des êtres éternels et que nous reportons nos expériences d’une vie à une autre. Nous choisissons chacune de nos vies selon l’évolution de notre âme. Nous choisissons nos familles, nos amis et même nos animaux de compagnie. Nous choisissons des défis et souvent de difficiles leçons pour nous aider à atteindre un lieu où règnent l’équilibre, l’amour inconditionnel et l’unité. Comme thérapeute spécialisée dans la régression dans les vies antérieures, j’ai travaillé avec de nombreux adultes qui se sont rappelé avec précision leurs vies passées. Une grande partie de leurs craintes et de leurs défis dans cette vie actuelle peut s’expliquer par une expérience dans une autre vie. Une intense crainte de l’eau peut résulter d’une noyade dans une vie précédente. On pourra relier une peur écrasante des hauteurs à une chute mortelle. Une dépendance à la nourriture peut être associée au fait d’être mort de faim dans une autre vie. Une aversion envers un membre de la famille ou un collègue se rattachera peut-être à quelque chose que la personne vous a fait dans un autre temps ou un autre lieu. Sur le plan positif, l’incroyable sensation de tomber amoureux à première vue est souvent une indication d’une union profonde et éternelle qui a réuni votre âme et celle de votre bien-aimé, afin d’obtenir une autre chance de grandir et d’apprendre. La joie de jouer d’un instrument de musique particulier est également transposée depuis une vie passée, tout comme le sont l’intérêt et le talent pour la danse, le chant, la cuisine, l’écriture, l’enseignement, la guérison et tellement d’autres passions et d’autres dons. Dans son enfance, mon amie Marilou Trask-Curtin faisait partie de ces remarquables enfants qui se souviennent clairement de leurs vies passées. Dans ce livre saisissant, elle décrit magnifiquement son voyage vers le souvenir de qui elle était, de qui elle est, et des raisons pour lesquelles son âme est revenue à la vie terrestre. Cette histoire, racontée avec une telle perspicacité, nous offre à tous un moyen de nous souvenir. Je crois vraiment que le livre de Marilou révèlera de nouvelles portes dans nos esprits et dans nos âmes, et que ceux qui ont l’esprit ouvert ne verront plus jamais leur vie de la même manière. Je rends hommage à Marilou et je la félicite pour son courage et pour le talent artistique démontré dans l’écriture de ce livre. Par ailleurs, je vous souligne, cher lecteur, qu’il ne faut pas vous méprendre — vous étiez destiné à lire cet ouvrage. Ouvrez votre cœur et votre esprit, et permettez au récit véridique et émouvant de Marilou d’enrichir et de transformer votre vie. Diana M. Kenyon Thérapeute en régression dans les vies antérieures Binghamton, New York www.my-pastlife.com (en anglais seulement) Voici ce que je sais être vrai : On nous a tous, généralement, faussement enseigné. Nous ne sommes pas des corps avec des âmes, Mais nous sommes des âmes avec des corps dont nous nous servons Pour acquérir de l’expérience sur la Terre.
Lorsque nous nous réincarnons, On nous attribue un nouveau corps Où notre âme peut demeurer pendant que nous continuons D’apprendre et de grandir une vie après l’autre.
— Marilou Trask-Curtin
Introduction
Naître une fois est déjà un miracle en soi. Pour moi, vivre, mourir et renaître encore et encore dans de nouvelles vies terrestres, c’est le miracle qui se perpétue. Je ne comprenais pas cette notion quand j’étais jeune enfant, mais je le sentais dans mon âme à un niveau très profond. Puisque le motréincarnationne faisait pas partie de mon vocabulaire lorsque j’étais bébé, ou même comme jeune femme au début de la trentaine, j’en étais venue à parler desavoir pour qualifier ce phénomène de pensée et de sentiment qui me disait que j’avais déjà été sur Terre sous forme de personnes différentes qui avaient vécu en des temps et des lieux différents. Aussi remarquable que cela puisse paraître, cette connaissance m’est venue quand j’étais bébé et elle s’est manifestée de manière assez intéressante et inattendue alors que j’avais pleinement conscience que mon âge terrestre était d’à peine trois mois. Je me souviens parfaitement et très clairement d’une journée de fin d’été où je me suis réveillée dans mon lit après ma sieste de l’après-midi. J’étais allongée sur le dos. J’ai tourné la tête vers la droite et j’ai aperçu les motifs tachetés de la lumière du soleil qui se déplaçaient sur les stores fermés dans la chambre que je partageais avec mes grands-parents. Ils avaient tous les deux pris pour moi le rôle de parents depuis que j’étais nouveau-née. Je n’entendais aucune voix dans la maison, et vraiment, tout semblait enveloppé d’une profonde sérénité. J’ai décidé d’essayer à nouveau une sorte d’exercice que je tentais de maîtriser le mieux possible depuis plusieurs jours. J’ai levé ma main gauche et j’ai essayé d’y concentrer mon regard tout en stabilisant ma main. Dès que je l’ai levée, ma main a semblé devenir tout à fait autonome et elle s’est déplacée de façon saccadée, d’abord loin de moi, puis vers moi. Comme j’étais incapable de rassembler la coordination nécessaire pour stabiliser ma main, je me suis mise en colère, et à mesure que mon émotion grandissait, ma main a semblé se diriger rapidement vers l’avant et elle m’a frappée sur le front. Ne voulant pas abandonner la partie, j’ai essayé encore et encore, mais j’ai obtenu les mêmes résultats. J’étais donc très frustrée et très découragée de ne pas pouvoir maîtriser cet appendice, une maîtrise — je m’en rendais soudainement compte et je lesavaisque j’avais déjà exercée dans un autre temps et un autre lieu. Très en colère contre moi-même, j’ai laissé ma main descendre et j’ai poussé un lent gémissement qui a dégénéré en pleurs plaintifs. Bientôt, j’ai été récompensée par le bruit de la porte de la chambre qui grinçait et s’ouvrait alors que ma chère grand-mère entrait ; elle a relevé le store et est venue me prendre pour me bercer dans ses bras avant de me déposer sur son lit pour me changer. Puis, nous nous sommes dirigées vers la cuisine où une bouteille de lait chaud m’attendait. Pendant que j’étais blottie dans les bras de ma grand-mère sur la chaise berçante derrière le gros poêle à bois noir de la cuisine, je jouais avec la goupille de sécurité qu’elle employait toujours pour maintenir la serviette sur la bouteille de verre — la serviette qui m’empêchait de me « brûler », comme elle disait. Alors que je me sentais heureuse d’être aimée et nourrie, mes pensées tourbillonnaient en un mélange frénétique de notions logiques et inconstantes — comme si quelque chose dans mon cerveau essayait désespérément de fusionner à un rythme très accéléré. J’ai levé les yeux vers le doux visage de ma grand-mère qui me regardait, et j’ai baigné dans