//img.uscri.be/pth/49db118f5d56e728e5cbdff630c19234f4e8e3b9
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Roms et Tsiganes en Europe méditerranéenne

De
202 pages
Stigmatisées et réprimées comme "nomades" ou comme immigrants et ressortissants de pays tiers, les populations romani connaissent des situations de privation de droits fondamentaux dans l'ensemble des pays européens. Le pourtour méditerranéen est une entrée pertinente d'exploration et d'analyse des problématiques contemporaines soulevées par les situations d'immigration ou d'intégration plus ancienne de ces populations minoritaires.
Voir plus Voir moins

SOMMAIRESOMMAIREIRE
N° 76 - Hiver 2010-2011N° 93 - PRINTEMPS 2015
Stratégies islamistesRoms et Tsiganes Stratégies Stratégies Stratégies Dossier dirigé par Jean-Paul Chagnollaud Stratégies en Europe méditerranéenne Roms et Tsiganes Roms et Tsiganes
Dossier dirigé par Milena DoytchevaDossier islamistesislamistesDossier islamistesislamistesen Europe en Europe Jean-Paul Chagnollaud
IntroductionIntroduction
Milena DoytchevaEntretien avec François BurgatE méditerranéenneE méditerranéenneERoms et Tsiganes en Europe méditerranéenne : l’actualité d’une questionLuz Gomez Garcia Nadège RagaruVers un islamo-nationalismeLes productions internationales et locales des frontières ethnoculturelles : Didier Billion les Roms de Bulgarie saisis par les institutionsLaïcité, islam politique et démocratie conservatrice en Turquie
Céline BergeonRoger heacock RRRLa Méditerranée comme carrefour des mobilités des migrants romsLes relations inter-palestiniennes au temps mort
RTina Magazzini et Stefano Piemonteseaed Eshnaiwer ERaed Eshnaiwer E
23 ans après sa création… où va le HamasModèles de gestion de la diversité en Europe et migrations roms : le cas espagnol ? ? ? ?
v alentina Napolitano vNathalie Manrique v v
La montée en puissance du Hamas depuis la fin des années 1990Les Gitans d’Espagne : une catégorie sui generis ?
Bernard hourcade Christophe ChicletIran - Liban : une relation stratégique ? ?L’état de la question rom en Macédoine ? ?
Aurélie Daher Özge Burcu GünesLe Hezbollah libanais et la résistance islamique au Liban : des stratégies complémentairesA l’épreuve de la gentrification et de la transformation urbaine : Entretien avec Abed Al-h alim FadlallahEhles collectivités Romanlar en TurquieEhEh
Jamal Al Shalabi Alice Sophie Sarcinelli The Muslim Brothers in Jordan: From Alliance to DivergenceLa question rom en Italie, entre logiques sécuritaires et logiques humanitaires Séverine LabatLorenzo AlunniL’islamisme algérien, vingt ans aprèsLa douleur politique. Enjeux du corps malade dans les campi roms de Rome de RomeMichel Masson
Les groupes islamistes se réclamant d’Al-Qaïda au Maghreb et au Nord de l’AfriqueEvangeline Masson Diez
Intervention sociale en bidonvilles : perspectives françaises, visions croisées 93 - PRINTEMPS 201576 - h Iv ER 2010-201176 - h Iv ER 2010-2011Actuel 93 - PRINTEMPS 201576 - h Iv ER 2010-2011 76 - h Iv ER 2010-2011Actuel Mohamed BelqasmiActuel
h ubert Colin de verdière hEntre dissuasion, assistance et activisme : l’accueil ambivalent des migrants verdière hverdière h
A propos du partenariat franco-algérienroms en France
A la mémoire d’André Prenant
v ariationsvCultureRobert BistolfiCulture
Robert Serravalle RDérives identitaires : culture régionale face à l’extrémisme dans le Comté de Nice R R
Retour sur une relation identitaire : l’Italien vu de NiceDomenico Rossetti di v aldalbero, Simon Schunz et Angela LiberatorevRobert Bistolfi RLa recherche : fer-de-lance d’une coopération euro-méditerranéenne renouvelée Langues régionales : il y a deux siècles, une mort programmée…Florence GaubChristophe Chiclet Arab futures: three scenarios for 2025 Les défenseurs des langues régionales
Publié avec le soutien du LabEx TEPSIS-Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
et de la Ville de Paris dans le cadre du programme « Paris 2030 ».
À paraître (n° 94) : À
© L’Harmattan, 2010 - ISSN 1148-2664 Crises sans frontières ISBN 978-2-296-54239-6© L’Harmattan, 2013 - ISSN : 1148-2664 21 e21 eISBN : 978-2-343-06764-3
18,50 e18,50 e
Stratégies islamistes N° 76 - h Iv ER 2010-2011
Stratégies islamistes
Méditerranée Roms et Tsiganes en Europe méditerranéenne N° 76 - N° 93 - PRINTEMPS 2015h Iv ER 2010-2011
Méditerranée
Stratégies islamistes N° 76 - h Iv ER 2010-2011
Stratégies islamistes N° 76 - h Iv ER 2010-2011
Méditerranée Roms et Tsiganes en Europe méditerranéenne N° 93 - PRINTEMPS 2015
Méditerranée
www.confluences-mediterranee.com
www.confluences-mediterranee.com
Méditerranée
Méditerranée
www.confluences-mediterranee.com
www.confluences-mediterranee.com
Méditerranée
MéditerranéeREVUE TRIMESTRIELLE
93
Printemps
2015
EDITIONS L’HARMATTAN est une revue trimestrielle dont l’ambition est d’aborder
les grandes questions politiques et culturelles qui concernent les peuples et les sociétés du bassin
méditerranéen. Sans aucun parti pris idéologique, elle privilégie avant tout le débat entre les acteurs,
les témoins et les décideurs, aussi différents soient-ils.
Les membres du comité de rédaction ont choisi cette orientation parce qu’ils sont convaincus que le
dialogue est une philosophie de l’action politique. Ni l’ampleur des divergences, ni la gravité des
oppositions ne doivent empêcher que soient patiemment recherchées les possibilités de confluences.
Cet attachement au dialogue et à la confrontation des idées vient de la conviction que seul le dialogue
peut permettre de construire durablement de nouvelles formes de configurations politiques, à la fois
équilibrées et fécondes.
La création de cette revue à vocation internationale apparaît comme une contribution à l’ouverture d’un
indispensable espace de confrontations des analyses et des opinions sur les problèmes qui façonneront
l’avenir de cette région.
www.confluences-mediterranee.com
Dans ce site, consultez tous les numéros de la revue depuis sa création en 1991.
Normes pour les envois de manuscrits
Les textes soumis à la rédaction doivent lui être adressés par mail à l’adresse suivante
contact@confluencesmediterranee.com. Ils doivent comporter un titre, un chapeau de présentation de l’article et des sous-titres. Les
notes doivent figurer en fin d’article et doivent suivre une numérotation continue pour la totalité de l’article.
Les références bibliographiques doivent respecter les conventions de la norme ISO 690-2 (février 1998).
Les articles ne doivent pas dépasser 25 000 signes et ils doivent être fournis avec un résumé en français de
10 lignes maximum, ainsi que 4-5 mots clés.
Nous demandons que les nom et prénom des auteurs des articles proposés soient accompagnés de leur titre,
de leur adresse institutionnelle et de leurs coordonnées (destinées à la seule rédaction).
Les articles et toute correspondance éditoriale sont à adresser à la rédaction de la revue.
Confluences Méditerranée – 50, rue Descartes – 75005 Paris50 rue Descartes – 75005 Paris
Site internet : www.confluences-mediterranee.com
Fondateur
Hamadi Essid (1939-1991)
Directeur de la revue
Jean-Paul Chagnollaud
Rédacteur en chef
Pierre Blanc
Comité de rédaction
Sébastien Abis • Paul Balta • Robert Bistolfi
Christophe Chiclet • Jean-François Coustillière
Salam Kawakibi • Agnès Levallois • Ivan Martin
Barah Mikail • Bernard Ravenel • Haoues Séniguer
Sylviane de Wangen
Webmaster : Patrick Habis
Comité scientifique
Lahouari Addi • Karine Bennafla • Sarah Ben Nefissa
Pierre Blanc • Jean-Paul Chagnollaud
Monique Chemillier-Gendreau • Burhan Ghalioune
Nilufer Göle • Alain Gresh • Théo Klein • Bassma Kodmani
Elisabeth Longuenesse • Farouk Mardam-Bey • Gilbert Meynier
Correspondants étrangers
Ghassan El Ezzi (Beyrouth, université Libanaise)
Jamal Al Shalabi (Amman, université Zarqa)
Jamila Houfaidi Settar (Casablanca, université Mohammedia)
Roger Heacock (Ramallah, Université Birzeit)
Rabeh Sebaa (Professeur de littérature, université d’Oran)
© L’Harmattan
ISSN : 1148-2664 / ISBN : 978-2-343-06764-393 Roms et Tsiganes en Europe
méditerranéennePrintemps
2015
Sommaire
Dossier
p. 9Milena Doytcheva
Roms et Tsiganes en Europe méditerranéenne :
l’actualité d’une question
p. 27Nadège Ragaru
Les productions internationales et locales
des frontières ethnoculturelles :
les Roms de Bulgarie saisis par les institutions
p. 39Céline Bergeon
La Méditerranée comme carrefour
des mobilités des migrants roms
p. 51Tina Magazzini et Stefano Piemontese
Modèles de gestion de la diversité en Europe
et migrations roms : le cas espagnol
p. 63Nathalie Manrique
Les Gitans d’Espagne : une catégorie sui generis ?
p. 73Christophe Chiclet
L’état de la question rom en Macédoine
p. 81Özge Burcu Günes
A l’épreuve de la gentrification
et de la transformation urbaine :
les collectivités Romanlar en Turquie
p. 91Alice Sophie Sarcinelli
La question rom en Italie, entre logiques
sécuritaires et logiques humanitaires Dossier dirigé par
Milena Doytcheva
p. 103Lorenzo Alunni
La douleur politique. Enjeux du corps malade
dans les campi roms de Rome
p. 115Evangeline Masson Diez
Intervention sociale en bidonvilles :
perspectives françaises, visions croisées
p. 127Mohamed Belqasmi
Entre dissuasion, assistance et activisme :
l’accueil ambivalent des migrants roms en France
Variations
p. 145Robert Bistolfi
Dérives identitaires : culture régionale face
à l’extrémisme dans le Comté de Nice
Domenico Rossetti di Valdalbero,
p. 155Simon Schunz et Angela Liberatore
La recherche : fer-de-lance d’une coopération
euro-méditerranéenne renouvelée
p. 169Florence Gaub
Arab futures: three scenarios for 2025
p. 182Notes de lecture
En couverture :
Jean-Philippe Ksiazek/AFPDossier
Roms et Tsiganes
en Europe
méditerranéenneDossier dirigé
par Milena Doytcheva
Publié avec le soutien du LabEx TEPSIS-Ecole des Hautes
Etudes en Sciences Sociales et de la Ville de Paris
dans le cadre du programme « Paris 2030 ».
Pour un complément du dossier : www. confluences-mediterranee.com Dossier Variations
Milena Doytcheva
Sociologue, Université de Lille 3, Gracc-CeRIES.
Roms et Tsiganes en Europe
méditerranéenne : l’actualité
d’une question
Les populations romani sont celles identifiées aussi, selon
leurs origines et pays d’implantation, comme Gitans,
Manouches, Sinti, Roms. En 1971, le premier « Congrès
mondial » réuni à Londres érige l’appellation « Rom » en
identification commune et en théorie générique pour
l’ensemble de ces collectivités. Après avoir été longtemps
perçu comme péjoratif, l’ethnonyme Tsigane connaît
également une renaissance à partir des années 1960.
Malgré ces processus récents de redéfinition, orientés vers
l’idée d’une identité commune, les situations locales sont
celles d’une grande diversité. Comment les dynamiques
migratoires enclenchées depuis l’Europe de l’Est ont-elles
pu ou non servir de catalyseur dans la période récente à
ces logiques de remaniement identitaire ? – donnant
lieu de manière différentielle dans l’espace et dans le
temps à des processus de contrôle et de coercition, de
mise à l’écart, de racialisation, ou encore d’inclusion
revendiquée.
tigmatisées et réprimées comme « nomades » ou comme
immigrants et ressortissants de pays tiers, les populations Sromani TXH ?RQ LGHQWL?H DXVVL HORQ OHXUV OLHX[ ?LPSODQWDWLRQ
et de résidence historiques comme Roms, Tsiganes, Gitans, Sintis,
Manouches…, connaissent des situations de privation de droits
fonda1PHQWDX[ GDQV ?HQVHPEOH GHV \V SD XURSpHQV . Elles sont cataloguées
9
Numéro 93 Printemps 2015
VOGzOHRoms et Tsiganes en Europe méditerranéenne
comme a priori dangereuses, voire comme collectivement
délin TXDQWHV &HWWH VLWXDWLRQ ? FOXVLRQ G?H[ LQWpULHXUH ? TXL VW QH HV OXV
anciennes sur le continent, mais aussi des plus violentes et insidieuses
avec son cortège de préjugés, de dénonciations, de discriminations
QH HPEOH SDV DXMRXUG?KXL IRQGDPHQWDOHPHQW HPLVH HQ DXVH OR
les citoyens de l’Union, la construction européenne n’a pas
fondaPHQWDOHPHQW PRGL?p FH V\VWqPH GH HUVpFXWLRQ RLUH HORQ FHU WD LQHV
SRWKqVHV OXL DXUDLW MRXWp GH DX[ &H QRXY pOpPHQWV RQW FHV HQMHX[
et leur confrontation à partir de différentes échelles d’intervention et
j
HUV WUD O?pWXGH HV RQ?JXUDWLRQV LVWRULTXHV G?LQWpJ UDWLRQ QVL TXH
GHV PRELOLWpV OXV UpFHPPHQW KpHV QFOHQF HV SRSXODWLRQV GLWHV roms
2et tsiganes , migrantes en particulier.
Le pourtour méditerranéen est en ce sens une entrée pertinente
G?H[SORUDWLRQ HW ?DQDO\VH WHU ULWRLUH WUDGLWLRQQHO GH pSODFH PHQW
que ce soit sous la forme de la circularité ou de migrations plus
FODVVLTXHV TXH FHV SRSXODWLRQV RQW OHLQHPHQW H[SpULPHQWpHV O HVW
aussi un creuset historique pour elles. Des Gitans et Kalès dans la
SpQLQVXOH LEpULTXH DX[ LJ DQHV HW \DJ XUV IUDQoDLV OHV V HW
6LQWLV HQ WDOLH FHX[ GX VXG H OD pQLQVXOH EDONDQLTXH OHV
HQ TXLH? XU Q RIIUHQW GHV HPSOHV H[ (Q DU WDQW H FHV RQWH[WH V
HQQHV
UpFHQWHV HW O?pPHUJ QFH HQ DU WLFXOLHU G?XQH SUREOpPDWLTXH PLQR
WUDQVQDWLRQDOH RQW X HUFHU H[ QH Q?XHQFH VXU HV DoRQV ?rWU H HW OHV
?LGHQW GH YLGXV LQGL HW URXSHV FHV TX?RQW HV ROOHFWL PDQLqUHV GH HW L?HU
HOOH RX ? DX[ QL ? WURLV SHUVSHFWL FHWWH 'DQV p?QLU VH
retiennent plus particulièrement notre attention, étant entendu qu’une
GHV VSpFL?FLWpV HV REMHWV TXL QRXV LQWpUHVVHQW VW H VH RQVW LWXHU
QWUH
GLIIpUHQWHV UqQHV SROLWLTXHV HW FqQHV ?LQWHU QWLRQ HXURSp HQQH HW
supranationale, nationales, locales.
Avènement de la figure collective des « Roms »
'qV OHV DQQpHV HOOH PHUJ H G?DERUG G?XQ SRLQW H YXH
chronologique à l’Est, dans les pays d’Europe centrale et orientale qui,
au sortir de plusieurs décennies de gouvernement communiste, ont dû
UHFRQVLGpUHU OD RH[LVWHQFH GpPRFUDWLTXH H YLWpV FROOHFWL LVWR ULTXHV
10
Numéro 93 Printemps 2015
LHHXURSpTXHVWLRQDXOHG\QDPLTXHVHIRQQH[LRQVOHV?H[SORUHUGpTXRL$HQKDJRLUYFDFHFTXHVVYJHVjFHURQVKJVKRQWUDLUHHUFHVKHFGQRXVGRVVLHUVHORFDX[SURSRVRQVFDUqQHVG\SSHQRPEUHGG7HSTXHU5SSXGSYpFURFHH,RXULWDLUHFPROYFHRSpUpHV5KHDRYpVFGKY9GDQVVGG?DQDO\VHQRXVVSROLWLTXHV7VLDSKYGPLSDUGUDQGHQFRPSWHQWGQHSRSXODWLRQVGOGzHSFFVLGDGDQVGXOGHV
RPDQODU
UV Dossier Variations
Roms et Tsiganes en Europe méditerranéenne
particulières (sous l’angle de la pauvreté et des inégalités, des droits
\HQQHWp FLWR D GH HW QRQGLVFULPLQDWLRQ D GH IRQGDPHQWDX[

de la Bulgarie et de la Roumanie en 2007, pays qui comptent une
roms, a de
FqQH OD H QW GHY H VXU HU QLqUHV FHV URSXOVp GpFLVL IDoRQ SROLWLTXH
?XQH GpMRXpV HQW VRXY SURQRVWLFV GHV HW UDLQWHV HV DXWRXU
importante, déjà entamée. Dans les pays d’Europe occidentale, leur
?JXUH FROOHFWL XW ODFpH HQ IIHW DX FHQWUH GHV TXHVWLRQV XOHYpHV
SDU GH OOHV QRXY IRU HV H PRELOLWpV FDUDFWpULVpHV DU D FLUF XODULWp
GHV FRQGLWLRQV DWpULHOOHV HW GHV PRGHV G?H[LVWHQFH G?XQH SUpFD ULWp
LPSRU WDQWH ORUV TXH FHV PLJ UDQWV VRQW HPHQW HODWL SHX QRPEUH
(environ 20 000 en France, plus de 50 000 en Espagne, autour de 30 000
SU HF V?U ELHQ RQVLGpUHU HVWLPDWLRQV GHV VHORQ WDOLH HQ LOV GHQFH
VRQW H[SRVpV VXU DQV O?HVSDFH SXEOLF HW OH pEDW SROLWLTXH FR QVWU XLWV
RPPH ? PHQDFH ? D GH HW RXLOOXUH OD H ?JXUHV OHV VRXV FDV H GDQV
de la « séquence rom » à l’été 2010 en France, ou encore de la déclaration
italienne d’une Emergenza nomadi HQ QRPDGHV ? ?XUJ HQFH SODQ
'H FH SRLQW H YXH LO QH HPEOH SDV TXH D ? UpXQL?FDWLRQ ? GX
continent récemment intervenue dont le projet se poursuit aujourd’hui
er 3avec la suppression du « régime transitoire » au 1 , ait
FO H[ G?? HW SHUVpFXWLRQ H V\VWqPHV OHV RGL?p IRQGDPHQWDOHPHQW
LQWpULHXUH ? RQW FHV URXSHV HW SRSXODWLRQV RQW D FLEOH GH PDQLqUH
G?LQWHU URJ $?Q U WHPSV H GDQV HW ?HVSDFH GDQV GLIIpUHQFLpH DQW OXV
les tensions entre reproduction et renouvellement de dynamiques
FOXVLRQ G?H[ H VWLJPDWLVDWLRQ HW GH GLVFULPLQDWLRQ DLV DXVVL G
QGLFDWLRQ UHY HW G?DI?U PDWLRQ LGHQWLWDLUH O?XVDJ HV HWKQRQ\P HV
et des processus de catégorisation offre une première opportunité
heuristique. Comme le rappelle Denys Cuche, la catégorisation sociale,
GRQW D GLVWLQFWLRQ HQWUH ? HX[ ? HW ? QRXV ? HVW O?XQH GHV SUH PLqUHV
IRU HV HVW LQGLVSHQVDEOH ?H[LVWHQFH GH RXW RXSH RFLDO . Mais
catégoriser HVW SDV DQRGLQ p pUL GH kategorein OH RW LJQL?H D IRLV
« SDUOHU FRQWU FFXVHU kPHU W ? pQRQFHU LJQL?HU I?U PH ». L’acte de
FDWpJ RULVDWLRQ HVW DLQVL XQ FWH LU GH SRXY les catégories «ethniques» ou
«régionales», comme les catégories de parenté, instituent une réalité en usant du
5pouvoir de révélation et de construction exercé par l’objectivation dans le discours » .
&HV FDWpJ RULHV QH H?qWHQW SDV XQH réalité objective mais forment une
représentation du monde social, historiquement située dans les sociétés
6qui les utilisent et les rendent légitimes . En tant que mise en forme du
social et reconnaissance des groupes pouvant légitimement participer
11
Numéro 93 Printemps 2015
GYDFTXLHESFHjGGGHPKIOOOVJVGHHWDQFHGDP6ORDYLHUjDQHMHHOOOOV/DGRPPH?SRSXODWLRQVGWLRQULHOUFO7GH?RVPVS?GGDjYOO?GHXPWYVJUDDGVFGOSjDQY?R,z?YLGHQWL?pHVGHLPSRUGSURSRUUHQY+RQJ$ODPYOODSqTXHGFP5pSXEOLTXHPOHO?8QLRQV?DGKpVLRQHO
U
XVLRQ
X[
UDWLRQ LJRoms et Tsiganes en Europe méditerranéenne
à la vie démocratique et éventuellement revendiquer des droits, la
catégorisation constitue donc un enjeu de pouvoir stratégique dans les
7sociétés post-migratoires .
HQW VRXY SUpVHQWpHV SRXU QRXV LQWpUHVVHU HQVXLWH DX[ XVDJ V GD QWDJ H
institutionnels et politiques faits de ces catégories cognitives et d’action.
Qui sont les Roms ?
FDW D TXH G?DERUG VRXOLJQHU H LHQW FRQ LO YXH H SRLQW FH 'H pJ RULH
Rom (Rrom dans certaines versions du romani et écoles comme
ORUVG?XQ?3UHPLHUFRQJ UqVPRQGLDO HVH ?TXLGpERXFSWDQVSOX VWDUG
sur la création de l’Union Romani Internationale, les délégués issus de
V SOXVLHXUV GpFLGqUHQW H RI?FLHOO VH HFRQQDvWUH X[PrPHV HPHQW
LGHQWL?F XQH WKpRULH Q XH HQ HY XQH FRPP DSSHOODWLRQ FHWWH VRXV
JpQpULTXH \pH PSOR SDU OHV PHPEUHV GH FHV YLWpV ROOHFWL PDLV XVVL
SDU GHV DFWHXUV XEOLFV HW LQVWLWXWLRQQHOV $SUqV RLU pWp ORQ JWHPSV
SHUoX FRPPH pMRUDWLI O?HWKQRQ\PH VLJ QH X RQQ pJ DOHPHQW XQ H
renaissance à partir des années 1960, où associations et organisations
se sont créées sous cette appellation. Cependant, malgré ces processus
UpFHQWV H UHGp?QLWLRQ TXL RQW pWp RULHQWpV QW RXY HUV O?LGp H G?XQH
identité commune, les situations locales demeurent celles d’une grande
diversité.
LGHQWL?pVVXUOHFRQWLQHQWHXURS DX[DFDG pHQWDQWGDQVOHVWUD pPLTXHV
que la littérature grise produite par des acteurs institutionnels et
SOXV SDU LFXOLqUHPHQW XURSpHQV OHV PV OHV 6LQWpV DSSHOpV XVVL
HVHWOHV. 0DQRXF OpVRX*LWDQV .
– La population des Roms proprement dite réside essentiellement
RQVW OOH RULHQWDOH HW FHQWUDOH XURSH HQ HW DONDQV HV GDQV LWXH
DXMRXUG?KXL SOXV GH GHV HIIHFWLIV OREDX[ HFHQVpV OOH H
YLVH VXEGL RQ WRXU Q GH QRPEUHX[ RXSHV HW YLWpV FROOHFWL
parlent des variantes du romani ;
– OD KH UDQF HV 6LQWLV RX 6LQWpV VW TXDQW OOH HVVHQWLHOO
SUpVHQWH GDQV HV pJLRQV HU PDQRSKRQHV $OOHPDJQH XLVVH
eKH