Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Sacerdoce politique et stabilité des systèmes : le paradigme Paul Biya

De
318 pages
Cet ouvrage analyse, avec perspicacité, les politiques de gouvernance du Président Biya, l'un des dirigeants africains à avoir réussi à diriger pays dans la stabilité, dans une Afrique en proie aux tourments l'instabilité depuis le vent de changement qui a soufflé dans les années consacrant la vague des indépendances des pays de ce continent. L'auteur s'intéresse aux enseignements que la réussite avérée du Président Biya peut prodiguer à d'autres pays, le cas échéant, afin de les sortir des eaux tumultueuses de l'insécurité et de l'instabilité pour les mener vers les rivages plus calmes de la paix et de la stabilité. Les avis ci-dessous, émis par plusieurs lecteurs de renom, après la lecture du manuscrit, nous édifient sur le caractère utilitaire du présent ouvrage. « Dans un ouvrage bien structuré, le Dr. Nkobena met en exergue les fondements théoriques et moraux qui sous-tendent l'ensemble de l'ouvre politique du Président Paul Biya; fondements qui font du Cameroun un modèle de stabilité durable en Afrique et dans le monde Ce travail constitue, à mon avis, la première tentative d'analyse du genre, et dont la valeur utilitaire incontestable bénéficiera non seulement aux politiciens d'aujourd'hui, mais surtout aux générations future des dirigeants politiques camerounais et africains. Bien que de nombreux exemples de son analyse soient tirés de l'expérience du RDPC (parti du Président Biya), l'ensemble des arguments développés et des conclusions qui en découlent s'appliquent parfaitement aux autres formations politiques du Cameroun et d'Afrique en général. L'auteur a réussi à démontrer, sans ambages, qu'on ne peut réaliser des ouvres politiques planifiées, crédibles et durable sans intégrer des considérations morales et éthiques. Il accorde une attention particulière à la nécessité de maintenir un équilibre entre les forces sociopolitiques contradictoires et la détermination à préserver l'intérêt de la minorité. Tels sont les paramètres qui permettent de mieux comprendre la longue stabilité du système du Président Biya. Cet ouvrage, dont l'analyse est très fouillée, est recommandé à tous ». - Et puis, être ami veut dire qu'il s'approprie même de ce qui ne lui appartient pas.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Un monde unidimensionnel

de presses-de-sciences-po

Extrait
À la lumière du schéma actanciel des pouvoirs du sémioticien Algirdas Julien Greimas, Monsieur Paul Biya apparaît comme un « sujet-héros » en quête d’un « objet-valeur » (stabilité, durabilité, sécurité et progrès de la Nation), Pour ce faire, il doit affronter des « épreuves qualifiantes » qui jonchent son itinéraire et qu’il franchit victorieusement grâce à ses qualités intrinsèques, mais aussi avec le concours des « adjuvants » qui lui permettent de vaincre les « opposants-traîtres » (inertie, laxisme, tribalisme, corruption, prévarication, crise économique, villes mortes, etc.) qui voudraient l’empêcher d’atteindre l'« objet-valeur », pour le mieux-être de son peuple (« Destinataire »).

En effet, si tant est que, comme l’estiment bon nombre d’observateurs avertis, le Cameroun soit non seulement un havre de paix, mais aussi et surtout un modèle de stabilité et de sécurité en Afrique voire dans le monde, force est d’élucider scientifiquement la cause de cette réussite. C’est à cet exercice que se livre avec perspicacité, sagacité et rigueur le Dr Nkobena Boniface Fontem, diplomate, historien et politiste inspiré.

À l’aune d’une grille de lecture fondée sur la démarche scientifique chère à Gaston Bachelard (observation, hypothèse, vérification, loi), l'essayiste talentueux découvre une loi : la durabilité et la stabilité du système politique camerounais procèdent du leadership charismatique de Monsieur Paul Biya, président de la République depuis le 6 novembre 1982. Le Président camerounais est donc un sujet-héros qui a trouvé son objet-valeur. Et il le défend avec une rare pugnacité.

Parti de l’observation des faits (le régime politique camerounais est durablement stable, en dépit des remous éphémères qui, de temps en temps, provoquent le frémissement de ces eaux calmes), Dr Nkobena émet une hypothèse centrale (il existe un lien de causalité entre les qualités de leadership de Monsieur Paul Biya et la stabilité du système); il valide ensuite cette hypothèse centrale (par la confrontation de cette assertion cardinale avec les réalités historiques, politiques, économiques, sociales et culturelles du Cameroun post-colonial). Et, « in fine », il établit une loi : par sa philosophie à la fois idéaliste (héritée de John Locke, Jean-Jacques Rousseau, Jeremy Bentham, Emmanuel Kant, Émile Durkheim, John Stuart Mill) et pragmatique, Monsieur Paul Biya a réussi à générer un leadership charismatique qui a induit la stabilité, la durabilité et l’homéostasie de son régime.

Ayant élaboré (mutatis mutandis) un paramètre de comparabilité entre le président Paul Biya et d’autres leaders emblématiques et idéalistes de l’Histoire (Messieurs Mohandas Karamchand Gandhi, Martin Luther King, John Fitzgerald Kennedy, Charles De Gaulle, Nelson Rolihlahla Mandela, mais aussi Moïse, le roi David, Salomon, Winston Churchill etc.), le Dr Nkobena Boniface Fontem démontre qu’ils avaient tous une conception sacerdotale et éthique de l’assomption de leur mission. Ils ont fait de la morale leur credo opératoire et de l’humanisme le substrat de leur vision du monde. Monsieur Paul Biya affirme, à l’ONU, en septembre 2000, « la nécessité de la centralité de l'Homme dans nos politiques et actions » et souligne, dans Pour le libéralisme communautaire, que « l’homme doit être la finalité du développement ». On croit entendre, en écho, Protagoras : « L’homme est la mesure de toute chose ».


Poussant son analyse aux frontières de la théologie, le Dr Nkobena Boniface Fontem soutient, à la suite de Max Weber, et au regard de l’étymologie du mot grec « charisme » dans son acception signification inhérente au Nouveau Testament, à savoir « le don de la grâce divine », que le pouvoir de Paul Biya est d’essence sacerdotale, spiritualiste voire céleste.

Ainsi, la philosophie politique de Monsieur Paul Biya se situe aux antipodes de toute déviance sociétale (politique, économique, socioculturelle, administrative) et valorise la non- déviance, A contrario, l’idéal-type de Monsieur Paul Biya a pour finalité l’éradication de toutes les déviances comportementales. D’où le diptyque biyaiste « rigueur et moralisation » explicité et absolutisé dès le 6 novembre 1982.

Pour le Dr Nkobena Boniface Fontem, les qualités « idiosyncrasiques » (atouts particuliers d’un dirigeant qui le distinguent des autres par ses choix et son comportement : talent, vision, valeurs, expérience, style politique, tempérament) se résument en dix variables : l’expérience, la patience, la tolérance (esprit de dialogue), la discrétion, l’humanisme, la rigueur, l’esprit libéral, la rectitude morale, le légalisme, la clairvoyance.

Tel est, en substance, le paradigme Biya subsumé dans l’ouvrage de Monsieur le Dr Nkobena Boniface Fontem. Et ce paradigme innerve la vie politique camerounaise depuis 26 ans tout en contribuant à sa stabilité, à sa durabilité et à sa soutenabilité. Le rôle décisif de Madame Chantal Biya dans la matérialisation de ces valeurs est loin d’être négligeable, dans la mesure où ses multiples actions sociales participent de la vision du monde de son illustre époux; humanisme, altruisme, harmonie, équilibre, paix, don de soi.