Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sans perdre de vue...

De
123 pages
La récente crise des valeurs de la post-modernité tend à la confusion de tout. L'Afrique de l'insignifiance conservera-t-elle un vestige dans le vertige du vaste mouvement interplanétaire ? Historiens, archéologues, anthropologues, linguistes et autres soulignent ce jour, la source originelle des cultures africaines dans l'Egypte ancienne pharaonique. L'Afrique vise l'objectif, la reconstruction d'une nouvelle unité, celle de ses différentes régions. L'impératif immédiat ne consiste-t-il pas dans une dynamique de l'intégration régionale ?
Voir plus Voir moins

Robert NDEBI RIY A

SANS PERDRE

DE VUE

...

Culture et Techno-science-Intégration africainePhilosophie égyptienne africaine (Colloques et Universiades)

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polyteclmique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16 HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

@ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-7783-X E~:9782747577830

Au Pape Jean Paul n
Divine intelligence en action Pèlerin infatigable pour la mondialisation de la paix-vérité.

A la mère TERESA, la bienheureuse Pour la leçon inaugurale du cœur converti de notre temps. Pendant sa vie sur cette terre

NOTE DE PRÉSENTATION
Qu'entend-on par Sans perdre de vue?

La récente crise de valeurs de la post-modernité tend à la confusion de tout. Sans perdre de vue la différence plus ou moins différenciée des époques antérieures, nous ne sommes pas encore totalement convertis à l'esprit du temps, au nivellement des écarts, par conséquent à la négation de la culture opposée à la nature. La techno-science a vu son pouvoir accroître exponentiellement lorsque l'espace a été conquis par l'Union Soviétique et les Etats-Unis d'Amérique. Ces deux puissances ont été érigées en modèle absolu du triomphe de la raison dans les pays industrialisés. Pourtant, du côté de l'Ouest, le Yankee baya dû abdiquer hier devant l'irrésistible avorton Vietcong; agressé et piqué aujourd'hui dans sa fierté par l'insaisissable Ossama Ben Laden, volatilisé dans ou hors de la nature, l'oncle Tom, étourdi se trompe de l'identité de son ennemi. La conquête scandaleusement non motivée et condamnée de l'Irak, au mépris non moins éhonté de l'éthique humaine et internationale, a éperdument embourbé le fleuron de la raison techno-scientifique du monde. Les atrocités et les exactions contre les Droits de l'Homme perpétrées dans ce pays, ventilées par les autoroutes de l'information, rivalisent en grandeur infrabestialité avec celles enregistrées au Vietnam, dans les pays colonisés d'Afrique et dans des pays de l'Est, notamment en Tchetchenie. Comment depuis vingt-cinq siècles, Aristote restet-il incompris? L'homme, surtout de notre temps, est un animal raisonnable. Tout autre Zoov n'explore l'univers infra-bestial pour confondre le corps de son semblable avec son lieu de toilette. A l'Est, la machine écrasante mais rustique de la révolution de 1917 a été améliorée au fil des ans, jusqu'à la sophistication ultime, au point de susciter la guerre froide entre les deux géants du monde. En effet, le destin ne concernait plus les pays de l'empire d'Orient qui tous avaient été mis au pas,

jusqu'à la marche sur Prague. Depuis Lénine, ensuite Staline jusqu'à Gorbatchev, en passant par Khrouchtchev et BrejnevKossyguine, la grande machine avait été manœuvrée avec une dextérité experte. Mais l'imprévu qui à la fois limite et promeut la techno-science a provoqué la catastrophe inévitable. Les wagons de la locomotive se sont détachés, l'empire a volé en éclats sous les secousses de la grande implosion, qui ont également pulvérisé le grand Mur de Berlin. L'ancienne et puissante locomotive russe toujours réajustée à la pointe des réalisations techno-scientifiques, désormais délestée et en plein régime, n'arrive pas à bout d'une miette de l'empire en déflagration, la Tchétchenie, qui rappelle et sanctionne sa durée de garantie et sa date de péremption. La boîte noire révèle la cause de la catastrophe. Le pape Jean Paul II est pointé du doigt, le grand thaumaturge opère à mains nues, sinon comme un berger avec son bâton-crucifix. Où sont passés le capitalisme et le matérialisme dialectique vivifiés par l'âme immortelle de la techno-science? La guerre froide les a-t-elle définitivement atrophiés à l'extrême comme des vaccins devenus inoffensifs? La fin de l'absolutisme de la techno-science a-t-elle sonné? D'ores et déjà elle doit composer et se réconcilier d'une part avec les règles de l'art, de la religion et de la philosophie (I), et d'autre part avec les contenus du développement, de la culture, de la gouvernance et de l'éthique (II). C'est l'horizon et la grammaire d'une mondialisation humaniste et humanisante, sinon une toute autre ne serait que le rétrécissement et l'effacement de I'histoire, avec en perspective, l'écroulement de la tour de Babel, une apocalypse aux antipodes du grand Soir et du Dernier Homme. L'Afrique de l'insignifiance mise en orbite, conserverat-elle un vestige dans le vertige du vaste mouvement interplanétaire où les rapprochements et les constitutions d'immenses blocs se font, se défont et se refont? Le vieux continent se soucie-t-il de son unité héritée de la providence créatrice, mais longtemps hypothéquée par l'étranger, l'animal raisonnable? Historiens, archéologues, anthropologues, linguistes et autres soulignent ce jour, à grand renfort la source 8

originelle des cultures africaines dans l'Egypte ancienne pharaonique. Mais ne s'agit-il pas de l'ontologie africaine à la redécouverte de son identité pharao-égyptienne (IV). Loin de s'enfermer dans la revendication stérile d'une noblesse certes significative, l'Afrique vise l'objectif, la reconstruction d'une nouvelle unité, celle de ses différentes régions. L'impératif immédiat ne consiste-t-il pas dans une dynamique de l'intégration régionale? (III) Celle-ci mobilise toutes les forces de la société, à l'exclusion d'aucune, et surtout pas de l'élite et de la religion, considérées ailleurs respectivement comme bourgeoisie et opium, antidote contre la révolution, illuministe pour nous, de la classe non moins nébuleuse des spoliés et exploités. L'Afrique escompte, par des actions courageuses et concertées, sur la libération intégrale et omnidimensionnelle non d'une classe, mais de tout son peuple convoqué à cette unité, après la méditation méditative et critique de son histoire occultée. R.N.B.

9

A V ANT-PROPOS

Professeur de rang magistral depuis 1998, nous avons été plusieurs fois sollicité à produire un texte dans les colloques internationaux organisés au Cameroun. Nous rassemblons dans cet ouvrage les communications qui toutes ont été publiées par les organisateurs, à l'exception de la dernière parce que toute récente. Il s'agit de De l'ontologie africaine à la découverte de son identité pharao-égyptienne, inspirée par le thème du colloque international de philosophie convoqué en décembre 2003 à Yaoundé, par l'Université Catholique d'Afrique Centrale. En dépit des thèmes variés, proposés par les colloques, ils constituent tous néanmoins les défis majeurs que l'Afrique doit relever à l'ère de la post-modemité et de la mondialisation.