//img.uscri.be/pth/991aba036e33ce38542dd0368f78d84925365bea
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Santé : que faire pour sauver notre système ?

De
204 pages
Pour renoncer au financement à crédit de notre système de santé, il faut à la fois réguler les dépenses de santé en adaptant le système productif de soins aux nouvelles maladies comme aux nouvelles techniques médicales, et financer les dépenses en faisant appel aux différents types de ressources affectées à la santé (financement solidaire de l'assurance maladie obligatoire, financement mutualisé des complémentaires et paiement direct par les ménages dans le respect de la justice et de la solidarité).
Voir plus Voir moins
SANTÉQue faire pour sauver notre système ?
Christian Prieur SANTÉ
Que faire pour sauver notre système ?
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-99088-3 EAN : 9782296990883
A mon épouse Christine, qui a accepté pendant si longtemps d’entendre parler « du trou de la sécu » A mes petits-fils, Antoine et Gabriel, qui se demandent ce que peut bien faire Bon Papa auprès de ce « trou » La seule querelle qui vaille est celle de l’homme : c’est l’homme qu’il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer. Charles de Gaulle
Pour une bonne compréhension des sigles et acronymes utilisés dans cet ou-vrage, le lecteur en trouvera la définition dans un glossaire page 245 et sui-vantes, et ne doit pas hésiter à s’y référer chaque fois qu’il rencontre un sigle nouveau dont la signification lui échappe.
Sommaire Avant-propos :Pourquoi ce livre ? ............................................................. p.9Chapitre 1 :p. 1De quoi s’agit-il ?.................................................................... 3Chapitre 2 :.............. p. 25Dépenses de santé : une consommation particulière Chapitre 3 :Dépenses de santé : la valeur d’une production ...................... p. 37Chapitre 4 :p. 4Dépenses de santé : quelle régulation ?................................... 7Chapitre 5: Dépenses de santé : quel montant ? Qui finance ? .................. p.59Chapitre 6 :p.L’assurance maladie obligatoire, principal financeur ............. 73 Chapitre 7 :Equilibrer l’assurance maladie : quelle action sur la dépense ? ...................................................................... p.89Chapitre 8: Le financement solidaire : quelle marge de manœuvre ? ........ p.103Chapitre 9 :Le financement mutualisé : quelle place pour financer les dépenses de santé ? ....................................... p.117Chapitre 10p.1: Le financement direct par les ménages ................................. 29Chapitre 11:Conclusion : que faire en 2012 ?........................................... p.147Glossaire ......................................................................................................p.163Bibliographie ...............................................................................................p.199
7
Avant-propos Pourquoi ce livre ? -Parce que je suis tombé par hasard, au milieu des années soixante, dans le « trou » de la Sécurité Sociale, au début de ma carrière professionnelle de fonctionnaire au Ministère des Finances, en étant chargé de la confection du premier document macro économique sur les finances sociales, baptisé « Bud-get Social de la Nation ». -Parce que j’ai participé à la conception de la réforme de 1967, dite ré-forme Jeanneney, qui avait pour objet majeur de faire apparaître que le « trou » de la Sécurité Sociale était celui de l’assurance maladie et que le problème de la maîtrise des dépenses de santé ne pouvait être éludé ni mélangé avec ceux de la retraite et de la famille. -Parce que, pendant douze ans, de 1967 à 1979, j’ai créé la Caisse Natio-nale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS), tête de ré-seau de 126 caisses primaires, et que j’ai essayé de lui donner une âme, d’organiser son contrôle médical, de jeter les bases de son informatique et d’en faire un interlocuteur respecté et respectable des professions de santé. -Parce que j’ai été rapidement conscient de ce que la gestion de l’assurance maladie passait par la connaissance précise des dépenses de santé et que j’ai poussé, en le soutenant financièrement, au démarrage de la division d’économie médicale du Centre de recherche et de documentation sur la con-sommation (CREDOC), devenu l’Institut de Recherche de documentation en économie de la santé (IRDES) (que j’ai présidé dans les années 90), premiers maillons de ce qui est maintenant une importante discipline universitaire. -Parce que, comme chef d’une grande entreprise, j’ai pu mesurer le poids des charges sociales et que j’ai réfléchi au problème des dépenses de santé et de leur financement, comme président de la Commission Protection Sociale d’une organisation patronale chrétienne (1985-1991). -Parce que revenu dans l’administration, j’ai été un acteur du système de santé : à ce titre, j’ai « acclimaté » l’évaluation médicale comme président de l’Agence Nationale pour le Développement de l’Evaluation Médicale (AN-DEM), et poursuivi dans cette voie comme conseiller du directeur de l’Agence Nationale pour l’Evaluation en Santé (ANAES), succédant à l’ANDEM pour développer l’accréditation des établissements hospitaliers.
9
-Parce que j'ai également présidé pendant douze ans le Laboratoire du Fractionnement et des Biotechnologies (LFB), laboratoire pharmaceutique d’Etat, créé sous forme d’un Groupement d’Intérêt Public avec certaines asso-ciations de donneurs de sang, en vue de repartir du bon pied après le drame du sang contaminé. -Parce que j’ai réfléchi à la maîtrise des dépenses de santé comme co-auteur avec Raymond SOUBIE et le professeur PORTOS, du Livre Blanc sur la santé et l’assurance maladie de 1994. -Parce que, comme consultant, j’ai expertisé les systèmes de santé de pays étrangers. -Parce qu’au bout de 40 ans de vie professionnelle consacrée à la santé et à son financement, vus sous des angles divers, je me suis forgé quelques convic-tions que je voudrais faire partager à mes lecteurs. -Parce que je suis désolé de voir comment les médias traitent de ce pro-blème à la fois complexe et permanent, dont ils pensent qu’il pourrait être réglé définitivement par une réforme structurelle qu’aucun pays développé n’a dé-couverte. -Parce que la santé est un univers à part car, dès que l’on parle de santé, de maladie, des soins, il s’avère impossible de formuler un discours rationnel et cohérent tant il nous renvoie directement à nos propres réalités – celles de la maladie de nos parents, de nos enfants, de nous-mêmes – et que j’ai essayé de dépasser cet aspect émotionnel : en matière de santé comme en économie, un cas particulier est rarement significatif d’une règle générale, ce qui ne veut pas dire qu’il ne le soit pas. -Parce qu’il faut que les Français comprennent les données d’un pro-blème extrêmement compliqué, à la fois politique, éthique, économique, social (solidarité), technique (progrès médical et informatique). -Parce qu’il faut le leur expliquer calmement, dans un langage aussi clair que possible, pour qu’ils puissent apprécier les choix que font leurs gouvernants et les valeurs qu’ils défendent à travers ces choix. Tel est le but de cet ouvrage. Ce livre a une visée pédagogique : il ne propose pas une réforme révolution-naire mais part de la réalité française en suivant un fil conducteur simple : il n’y a pas de dépenses de santé sans financement. Certes, cette problématique privi-
10