//img.uscri.be/pth/0d02a9f039a5d5a4d355fead4634250a3871d1d6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Sartre en Chine (1977-1989)

De
403 pages
Au lendemain de la Révolution culturelle (1966-1976), la Chine reprend sa voie de modernisation dont l'Occident est le modèle. Si le gouvernement chinois ne pense qu'à la modernisation du pays au niveau économique et technique, les intellectuels et les étudiants chinois désirent en plus la modernisation de la culture et de la littérature. Ces derniers ont lu avec beaucoup d'enthousiasme les œuvres philosophiques et littéraires occidentaux condamnées à l'époque Mao. Avec la vogue de Sartre, ce philosophe a profondément influencé les intellectuels chinois de l'époque Nouvelle (1977-1989).
Voir plus Voir moins

2
Sartre en Chine
(1977-1989)

3Chi Zhang
Sartre en Chine
(1977-1989)
Histoire de sa réception et de son
influence
Essai historique
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2009
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-00496-0 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304004960 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-00497-7 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304004977 (livre numérique)

6 8 Sartre en Chine (1977-1989)






À Jean-Marie Ploux

Mes remerciements au
Centre de recherche en
littérature et culture étrangères et à
l’Équipe de développement de recherches en
langue, littérature et culture françaises
de l’université des Études étrangères du
Guangdong, Guangzhou, Chine
9 Avant-propos

AVANT-PROPOS
Ce livre est réalisé à la base d’une partie de
ma thèse intitulée La réception de Sartre en Chine
(1939-1989), soutenue en juillet 2004 à l’UFR de
Littérature générale et comparée de l’université
Paris III – Sorbonne Nouvelle. Depuis ma
rentrée en Chine en fin de cette même année,
j’ai trouvé encore des documents pour que ma
reconstitution de l’histoire de la réception de
Sartre en Chine soit relativement plus complète
et plus correcte.
À part les augmentations, la révision a été
faite à plusieurs reprises. Avec mes propres
expériences, j’ai trouvé que ce proverbe chinois
n’exagère pas : « Il n’est jamais trop de réviser
encore une fois son article. » (« Wenzhang bu yan
qian hui gai. ») J’avais envisagé d’envoyer mon
manuscrit définitif aux éditeurs en mars 2005.
Maintenant nous sommes déjà en août 2007. Le
temps se passe toujours très vite mais notre
fruit de travail présentable est toujours très peu.
Hélas !
11 Sartre en Chine (1977-1989)
En terminant cette révision, je me souviens
de mes années passées en France (1995-2004).
Je garde toujours une sincère reconnaissance de
toux ceux qui m’ont manifesté l’amitié et m’ont
donné les aides généreuses pendant ces années-
là. Je dois exprimer mes remerciements en
particulier à MM. Jean de Miribel, Jean-Marie
Ploux, Alain Dumarski, François Cheng, Jean-
Pierre Morel, Joël Bellassen et Yinde Zhang, et
à Mmes Maguy Dumarski et Muriel Détrie pour
leurs conseils précieux et/ou leurs relectures
soigneuses. Je n’oublie pas les frères et sœurs de
l’Église évangélique des Chinois à Paris (Jidujiao
Bali huaqiao jiaohui), dont les soutiens chaleureux
et fidèles m’ont beaucoup aidé à passer les
moments obscures. Je remercie aussi ma femme
Liping Fang et ma fille Youran Zhang, qui
m’ont rendu assez heureux et courageux
pendant mon séjour en France en tant
qu’ « étranger », administrativement et
psychologiquement.
Et depuis mon intégration dans le corps
enseignant de l’université des Études étrangères
du Guangdong, MM. Zhenhua Xu, Dong Luan
et Lihua Zheng, trois savants francophones,
m’ont créé des conditions favorables pour que
je poursuive mes recherches littéraires. Je leur
exprime ma gratitude en profitant de cette
occasion.
12 Avant-propos
À cause des conflits entre de différents
systèmes d’écriture, j’ai dû supprimer le
glossaire qui permet aux lecteurs de retrouver
les caractères chinois des expressions citées
dans ce livre, qui sont transcrits en pinyin. Pour
la même raison, les caractères chinois dans les
index et dans la bibliographie sont aussi
supprimés. J’espère de les compléter dans la
version prochaine si les supports techniques de
la mise en forme des éditeurs me permettent.

Chi Zhang

à l’université des Études étrangères du
Guangdong, au pied des monts de Nuages
blancs, Guangzhou (Canton), Chine
13
INTRODUCTION
Nous avons expliqué, dans les études sur le
contexte général de la réception de Sartre en
1Chine, comment les changements politiques,
culturels, sociaux et littéraires ont modifié et
remodelé l’horizon d’attente des lecteurs
chinois. Parmi tous les facteurs qui ont
déterminé l’horizon d’attente des Chinois
modernes, la politique occupe la place la plus
importante. On ne s’étonne donc pas que la
réception de Sartre a connu une nouvelle vogue
dans la Chine de la Nouvelle époque (1977-
1989) grâce à la nouvelle politique menée par
Deng Xiaoping (1904-1997) qui a réorienté la
Chine vers une modernisation réaliste et vers
l’ouverture au monde extérieur. Le remodelage
de l’horizon d’attente politique des Chinois a
conduit inévitablement au remodelage de leur

1. Étant la première partie de notre thèse, ces études
ont été indépendamment publiées sous le titre de Chine
et Modernité : chocs, crises et renaissance de la culture chinoise
aux temps modernes chez les éditions You Feng à Paris en
2005.
15 Sartre en Chine (1977-1989)
horizon d’attente culturel et littéraire. Quand le
monopole du marxisme stalinien et de la
littérature réaliste socialiste a été affaibli par le
mouvement de la Libération de la pensée, Sartre
et d’autres écrivains et penseurs étrangers
modernes ont pu sortir de l’oubli et entrer dans
le champ visuel des Chinois.
La réception de Sartre dans des années
21940 étant presque tout oubliée, Sartre et
l’existentialisme ont été redécouverts par
beaucoup de Chinois au début de la Nouvelle
époque, y compris par la majorité des
chercheurs littéraires. Alors que le nom de
Sartre n’est connu que par très peu
d’intellectuels chinois dans les premières années
de cette époque, l’annonce de sa mort dans les
médias chinois le fait connaître par le grand
public. L’attitude positive des autorités
chinoises et les réactions positives des
chercheurs chinois à l’occasion de la mort de
Sartre a favorisé ainsi l’introduction des ses
œuvres et de sa pensée.

2. Voir notre Sartre en Chine (1939-1976) : histoire de sa
réception et de son influence, publiée aussi chez les éditions
Le Manuscrit. La réception de Sartre dans les années
1940 a été entièrement oubliée à l’époque Mao. C’est
seulement à partir des années 1980 que quelques
chercheurs d’histoire de la littérature chinoise moderne
ont commencé à fouiller les documents concernant
cette histoire dans les coins des bibliothèques.
16 Introduction
La réception de Sartre en Chine durant cette
époque pourrait être examinée à trois niveaux :
celui des chercheurs philosophiques, celui des
chercheurs littéraires et celui des jeunes
Chinois.
Au cours de la Nouvelle époque,
l’existentialisme est progressivement devenu
une connaissance commune du milieu littéraire
chinois. Grâce aux séjours dans les
établissements de recherche et d’enseignement
supérieur de l’Occident, et grâce aux voyages
plus ou moins longs dans les pays occidentaux,
des chercheurs et enseignants chinois, pas très
nombreux, ont beaucoup amélioré leurs
connaissances sur la littérature et la philosophie
modernes occidentales.
Attirés plutôt par la pensée sartrienne, les
chercheurs philosophiques ont traduit les
œuvres philosophiques de Sartre comme
L’existentialisme est un humanisme et surtout L’Être
et le Néant. Ils ont traduit aussi les articles et
ouvrages sur l’existentialisme écrits par les
chercheurs étrangers. Par leurs propres articles
et ouvrages, ils ont facilité la compréhension de
la pensée sartrienne. À l’exception de quelques
œuvres rééditées comme La Putain respectueuse et
La Nausée, la plupart des œuvres littéraires de
Sartre ont été publiées à la Nouvelle époque.
Beaucoup d’articles et d’ouvrages sur la
littérature existentialiste, écrits par les
17 Sartre en Chine (1977-1989)
chercheurs littéraires chinois et étrangers, ont
été également publiés. Malgré leurs préjugés
idéologiques, l’attitude des intellectuels chinois
est devenue de plus en plus objective dans la
réception de Sartre. Et grâce aux chercheurs
philosophiques et littéraires, les lecteurs chinois
ont disposé donc des documents essentiels
concernant Sartre.
Au début de la Nouvelle époque, tous les
Chinois, y compris les nouveaux dirigeants du
PCC, ont dû réfléchir à la catastrophe qu’a
constituée la Révolution culturelle. La
désillusion de l’idéal communiste au lendemain
de la Révolution culturelle a eu pour
conséquence la prise du pouvoir par des
communistes pragmatiques, dont Deng
Xiaoping est le leader, et le réveil de la
conscience individuelle chez les Chinois de
toutes les catégories sociales. Partout, du goût
personnel des habits au projet de la vie
personnelle, le « moi » cherche alors à
s’affirmer. Pour une partie des Chinois, l’avenir
est ouvert et c’est eux-mêmes qui en sont les
maîtres. Mais le réveil de la conscience
individuelle a conduit à l’angoisse existentielle
une autre partie des Chinois, surtout les jeunes
intellectuels pour qui le cauchemar de la
Révolution culturelle est difficile à dissiper.
Parallèlement à l’ouverture économique de la
Chine envers l’Occident, stimulée par les
18 Introduction
gouvernements post-mao en vue de raccourcir
la distance qui les sépare au niveau du
développement, le milieu culturel chinois se
montre de nouveau réceptif et enthousiaste
envers la culture occidentale moderne et rêve de
moderniser la culture chinoise sur ce modèle,
en dépit des entraves mises par des autorités
publiques et des intellectuels maoïstes
orthodoxes. Dans ce contexte, les œuvres
occidentales de tous les domaines ont été
massivement traduites et publiées en Chine.
L’existentialisme, à la fois école littéraire et
école philosophique, a attiré beaucoup de
chercheurs littéraires et philosophiques et des
millions de jeunes Chinois. Les uns ont trouvé
chez Sartre la critique et le refus du monde
absurde, illustré par la Révolution culturelle. Les
autres ont trouvé chez Sartre un fort soutien
philosophique pour construire leur avenir ainsi
que l’avenir de tous. Ainsi, à cause de la
eparticularité de l’histoire chinoise du XX siècle,
une seconde fois de vogue de Sartre a apparu
dans la Chine des années 1980.
Sartre a eu aussi de l’influence sur la
littérature chinoise de cette période. Très
remarquable dans la première moitié de la
Nouvelle époque, son influence s’est manifestée
d’une manière implicite dans la deuxième moitié
de cette époque.
19
CHAPITRE I : LES RÉACTIONS EN CHINE À LA
MORT DE SARTRE
Au moment de l’annonce de la mort de
Sartre, les chercheurs chinois sont en train de
débattre sur la nécessité d’introduire la
littérature « moderniste » occidentale. Les échos
que sa mort a suscités dans le monde les ont
très impressionnés et l’attitude assez positive
des autorités chinoises les a beaucoup
encouragés. Bien que les opinions jdanoviennes
aient encore beaucoup de défenseurs en Chine,
les chercheurs les plus audacieux ont pu
exprimer publiquement leur regret et affirmer la
valeur de la pensée et de l’écriture de Sartre.
La reconnaissance de Sartre comme « l’ami
du peuple chinois » par le PCC, grâce à la
politique pragmatique de Deng Xiaoping, est la
condition préalable de sa réception en Chine à
la Nouvelle époque. Sa mort et les échos du
monde entier ont d’autant plus fait regretter aux
chercheurs chinois la méconnaissance de Sartre
en Chine. Mais ce regret est devenu leur force
21 Sartre en Chine (1977-1989)
motrice pour faire connaître cet homme, sa
pensée et son écriture par les Chinois.
L’annonce de la mort de Sartre en Chine
Sartre est décédé le 15 avril 1980. Le
lendemain, la nouvelle est diffusée par les media
de l’Occident. Avec un jour de retard, 1980,
cette nouvelle est annoncée aux Chinois par Le
Quotidien du Peuple (Renmin ribao), l’organe du
comité central du PCC et le journal officiel le
plus diffusé dans la Chine de l’époque.
« Agence Xinhua, Paris, le 16 avril :
Jean-Paul Sartre, le célèbre écrivain français,
s’est en allé de ce monde cette nuit à Paris à
74 ans.
Sartre a été hospitalisé le 24 mars dernier
pour un emphysème pulmonaire.
Sartre est réputé dans les milieux littéraires et
philosophiques français. Il a écrit une
cinquantaine de livres qui couvrent beaucoup
de domaines : la philosophie, la littérature, l’art,
le journalisme, etc.
Il a visité la Chine en tant qu’ami du peuple
3chinois. »

3. Xinhua she (Agence Xinhua), « Faguo zhuming
zuojia Rang-Baoluo Sate shishi » (« Le décès de Jean-
Paul Sartre, l’écrivain français célèbre »), Renmin ribao
(Le Quotidien du Peuple), le 17 avril 1980, p. 6.
22 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
Au début de la Nouvelle époque, les media
sont encore strictement contrôlés par le bureau
de la propagande du PCC. Pour la majorité des
Chinois, les media officiels étaient le seul
moyen de connaître ce qui se passait en Chine
et ailleurs. Comme la politique n’était pas
transparente, on devait aller au-delà des images,
photos, nouvelles et articles officiellement
diffusés pour deviner les informations
politiques codées.
Le Quotidien du Peuple a été le journal chinois
politiquement le plus important et le plus
influent depuis 1949. Son annonce de la mort
de Sartre est sans aucun doute un geste très
significatif pour les intellectuels chinois. On y
voit un changement essentiel de l’attitude des
autorités chinoises vis-à-vis de Sartre.
Dans cette annonce, nous voyons que la
sympathie de Sartre envers la Chine
communiste est reconnue par le PCC. La
renommé de Sartre en effet y est présentée avec
un ton assez positif. Et ses œuvres sont
évoquées dans l’ensemble avec une attitude
assez objective. Le mot même utilisé pour
annoncer sa mort manifeste ce changement.
Nous devons expliquer que le choix fait
parmi de nombreux synonymes de « si »
(« décéder », « mourir », « périr », « décès »,
« mort », etc.) est toujours une chose très
sérieuse et sensible dans la culture chinoise.
23 Sartre en Chine (1977-1989)
Dans la Chine ancienne hiérarchisée et rituelle,
il y avait beaucoup de synonymes du mot « si »
et chaque mot était strictement adapté au
défunt ou à la défunte selon sa position dans la
hiérarchie. Par exemple, le « hong » et le
« jiabeng » n’étaient réservés qu’aux souverains.
La hiérarchie ayant été abolie en Chine à la
fondation de la République en 1912, tous les
citoyens sont désormais théoriquement égaux.
Bien que le « si » soit utilisé pour tous les
défunts dans la langue orale, il en existe encore
plusieurs synonymes. Le choix se rapporte
plutôt au sentiment du locuteur ou de la
locutrice. Le « si » décrit objectivement ou
indifféremment le fait de la mort de n’import
qui. Mais pour les grands hommes politiques,
les grands écrivains, artistes, scientifiques, etc.,
on utilise souvent le « shishi » (« être disparu de
ce monde ») pour exprimer les sentiments de
respect, regret, tristesse, etc. Et on utilise
souvent les « qushi » (« s’en aller de ce monde »)
et « guoshi » (« avoir quitté ce monde ») en
mentionnant la mort d’un parent ou d’une
personne honorable.
Donc, si on utilise le « si » pour désigner la
mort d’une personne célèbre dans les media
chinois, c’est toujours pour montrer
l’humiliation, le mépris, la haine, etc. envers le
défunt ou la défunte. Par exemple, lors de
l’annonce dans la Chine continentale de la
24 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
nouvelle de la mort de Jiang Jieshi (1886-1975),
l’« ennemi du peuple », le mot « si » a été utilisé
pour exprimer la haine envers l’ennemi du PCC
et la joie suscitée par sa mort.
Bien qu’on n’ait pas choisi le mot « shishi »
pour désigner la mort de Sartre, on a
soigneusement employé le mot « qushi » dans
cette annonce officielle. Donc, les lecteurs
sensibles du Quotidien du Peuple pourraient
facilement conclure que l’attitude des autorités
chinoises envers Sartre a été changée.
La mort de Sartre est annoncée aussi dans la
télévision chinoise. Par rapport à la presse
écrite, l’avantage de la télévision dans la
diffusion des idées et des infos est évident. Bien
que le téléviseur ne se trouve pas dans la
plupart des familles chinoises à l’époque, la
télévision se trouve dans beaucoup d’ « unités
de travail » (danwei). Il y a eu donc souvent
quelques dizaines, quelquefois une centaine de
Chinois devant un petit téléviseur noir et blanc.
Dans ce pays très politique, la majorité des
citoyens ont envie de mieux savoir ceux qui se
sont passés en Chine et ailleurs. Le journal
télévisé, diffusé sur l’ensemble du réseau
national (Xinwen lianbo) de 19 h 00 à 19 h 30 par
la CCTV (China Central Television), est encore
le plus suivi d’aujourd’hui.
25 Sartre en Chine (1977-1989)
Le 20 avril 1980, les téléspectateurs chinois
ont regardé les funérailles de Sartre, alors un
inconnu pour beaucoup de monde.
« Quelques dizaines de milliers de parisiens
sont spontanément descendus dans la rue de
Paris pour assister à ses obsèques. La scène est
4si solennelle, et l’atmosphère si triste ! »
Grâce au mouvement de la Libération de la
pensée, les idéologues et propagandistes chinois
sont devenus de moins en moins dogmatiques
et rigides. Bien qu’ils n’aient pas accepté la
pensée de Sartre, ils ne le traitent plus par une
simple condamnation. Ce changement a
favorisé beaucoup l’introduction des œuvres et
de la pensée de Sartre.
Les échos des chercheurs chinois
Encouragés par le mouvement de la
Libération de la pensée et par la reconnaissance
officielle de Sartre en Chine, des intellectuels
chinois ont pu exprimer publiquement leur
respect vis-à-vis de Sartre, sa pensée et ses
œuvres. C’est seulement après la mort de Sartre
que beaucoup de Chinois de la Nouvelle
époque commence à connaître ce penseur et
écrivain français. Les articles des intellectuels

4. Zhang Yinglun, « Sate – jinbu renlei de pengyou »
(« Sartre – l’ami de l’être humain progressiste »), Renmin
ribao (Le Quotidien du Peuple), le 5 mai 1980, p. 7.
26 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
suscités par la mort de Sartre leur ont donné les
premières informations sur sa vie, sa pensée et
ses œuvres.

1) Luo Dagang
En 1980, les moyens pour connaître le
monde extérieur sont encore très limités pour
les Chinois. Pourtant un petit nombre des
intellectuels bénéficient du privilège de pouvoir
lire des journaux et magazines étrangers dont le
gouvernement autorise l’importation. Mais il y
avait souvent un retard pour des raisons de
transport, de douanes et de censure. C’est
seulement le 16 avril 1980 que Luo Dagang
connaît l’hospitalisation de Sartre, annoncée
dans un journal du Monde publié en fin mars
1980, que la bibliothèque de l’IRLE de l’ASSC
vient de recevoir. Il ne sait pas que Sartre est
déjà mort. « J’ai prié dans mon cœur pour qu’il
puisse guérir. » dit-il. Mais le lendemain à midi,
il trouve l’annonce de la mort de Sartre dans Le
Quotidien du Peuple.
« Cette triste nouvelle me semble être aussi
rapide que la foudre qui ne nous laisse pas le
temps de nous boucher les oreilles. Stupéfié, je
5suis tombé dans une profonde tristesse… »

5. Luo Dagang, « Dao Sate » (« En pleurs de Sartre »),
Shijie wenxue (Littératures du monde), 1980, n° 4, pp. 285-
290.
27 Sartre en Chine (1977-1989)
Selon Luo Dagang, la mort de Sartre signifie
la disparition d’un des écrivains les plus
importants et les plus influents de la littérature
occidentale contemporaine, et de la figure
majeure de la littérature existentialiste. Luo
Dagang s’est posé une question : « En France et
en Occident d’aujourd’hui, qui peut être
considéré encore comme un véritable écrivain
existentialiste ? » Il pense que, parmi les
célèbres écrivains, il n’y a que Sartre qui est
resté dans la philosophie existentialiste et qu’il
est le dernier authentique écrivain existentialiste.
Pour lui, après Sartre, les existentialistes
n’existent plus en France. Mais il signale que
l’influence de la littérature existentialiste restait
encore profonde sur la littérature française
contemporaine. En posant une question, il
conclut ainsi :
« Parmi les écoles littéraires postérieures
à l’existentialisme, par exemple, le nouveau
roman, le théâtre de l’absurde, etc., laquelle ne
porte pas la marque de ce premier ? (…) Depuis
les années 1950 jusqu’à nos jours, la littérature
française bourgeoise s’est toujours développée
6dans le sillage de l’existentialisme. »




6. Ibid., p. 286.
28 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
2) Zhang Yinglun
Le 5 mai 1980, dans Le Quotidien du Peuple, est
publié un article intitulé Sartre – l’ami de l’être
humain progressiste (Sate – jinbu renlei de pengyou),
écrit par Zhang Yinglun, un célèbre chercheur
en littérature française.
Il rappelle d’abord l’hommage rendu à Sartre
par les gens de tous niveaux (des chefs d’État
aux gens simples), de tous les coins du monde
(les cinq continents). Il conclut : « Les gens du
monde entier ont exprimé ainsi leur
appréciation de Sartre. » En prenant
l’appellation de Sartre comme « l’ami du peuple
chinois » par les autorités chinoises, Zhang
Yinglun dit de plus : « Sartre est aussi l’ami de
l’être humain progressiste. » Et en profitant de
cette occasion, il fait une brève introduction à la
vie, la pensée et les œuvres littéraires de Sartre.
En ce qui concerne Sartre en tant que
philosophe, Zhang Yinglun essaye de faire une
introduction simple avec une analyse objective :
« En bref, Sartre croit que l’homme n’a pas
une essence spirituelle prédéterminée avant sa
naissance, et que l’homme n’acquiert sa valeur
que par des choix absolument libres. Sartre dit
que, sur beaucoup de questions, il est d’accord
avec le marxisme. Son idée que “l’existence
précède l’essence” contient sans aucun doute
un certain élément du matérialisme. Mais,
évidemment, c’est un idéaliste subjectif puisqu’il
29 Sartre en Chine (1977-1989)
parle de la “liberté absolue” en se détachant de
7la société et de la classe. »
Zhang Yinglun essaie aussi d’expliquer la
raison de la large diffusion de l’existentialisme
dans le monde :
« L’existentialisme s’affirme justement à la
veille de la libération de l’Europe du joug de
l’Allemagne fasciste. S’adaptant au besoin de la
liberté abstraite de beaucoup d’intellectuels
bourgeois, il est devenu très en vogue. Durant
les dix années de l’après-guerre, toute
l’intelligentsia occidentale a subi son
8influence. »
Les contributions littéraires de Sartre sont
aussi remarquables pour Zhang Yinglun. Sartre
est présenté comme « la figure la plus
importante de la littérature existentialiste
française. » Il divise l’écriture littéraire de Sartre
en deux périodes séparées par l’an1945 :
« Dans la première période, son intention
principale est d’illustrer la philosophie
existentialiste. Quant à la deuxième période, il
s’intéresse plutôt à l’expression de ses opinions
9sociales et politiques. »
Zhang Yinglun met l’accent sur les œuvres
théâtrales écrites dans la deuxième période :

7. Zhang Yinglun, op. cit.
8. Ibid.
9. Ibid.
30 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
« À l’exception des Mains sales, qui manifeste
un certain préjugé, l’intention idéologique des
autres pièces est assez positive et acceptable :
Morts sans sépulture dénonce la persécution sans
pitié des combattants de la Résistance pendant
la Seconde Guerre mondiale par le
gouvernement de Vichy ; Les Troyennes
condamne la guerre injuste, surtout la guerre
coloniale ; La Putain respectueuse critique le
racisme qui se donne libre cours dans la société
américaine… Par le film adapté de la dernière
pièce citée en haut, qui est apprécié par
beaucoup de spectateurs chinois, il n’est pas
difficile de voir le fait qu’à quel point son fer de
lance est perspicace, son raisonnement
10convaincant, et son œuvre émouvante. »
Les Chinois ont un sentiment compliqué vis-
à-vis du prix Nobel de littérature. D’une part, ils
pensent que les préjugés politiques et raciaux
déterminent les choix du jury ; d’autre part, ils
admettent que la majorité des lauréats sont les
meilleurs écrivains du monde. L’attribution de
ce prix à Sartre en 1964, malgré son refus, est
utilisée par Zhang Yinglun pour conclure que
« sa contribution littéraire est déjà reconnue par
11le monde entier ».

10. Ibid.
11. Ibid.
31 Sartre en Chine (1977-1989)
Ensuite, Zhang Yinglun fait une introduction
sur les activités sociales de Sartre, qui
« n’appartient pas aux lettrés qui se confinent
dans leur tour d’ivoire. »
« Il garde des contacts étroits avec la vie
sociale et politique. Face aux importants
événements nationaux et internationaux, il
choisit toujours explicitement sa position et
12détermine sa responsabilité. »
Ayant présenté l’engagement de Sartre dans
l’armée française et dans la Résistance, ses
soutiens aux luttes pour la démocratie après la
Seconde Guerre mondiale, ses condamnations
des États-Unis pour la guerre en Corée, de la
France pour la guerre en Algérie et de l’URSS
pour l’invasion de la Tchécoslovaquie, il
conclut :
« L’Histoire a démontré à plusieurs reprises
que Sartre, en tant que combattant, s’est rangé
souvent au côté de la juste cause. Il mérite
13d’être l’ami de l’être humain progressiste. »
Zhang Yinglun parle particulièrement des
« amitiés chaleureuses et sincères que Sartre a
manifestées envers le peuple chinois ». Il
rappelle la visite de Sartre en Chine en 1955 et
les louanges de Sartre sur la Chine « nouvelle ».

12. Ibid.
13. Ibid.
32 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
« Nous sommes très contents de constater
que la sympathie de Sartre envers le peuple
chinois n’a pas changé pendant les vingt années
dernières malgré les vicissitudes de l’existence
14humaine. »
Influencé par l’optimisme communiste,
Zhang Yinglun finit son article par ces
proclamations :
« Aujourd’hui, bien qu’il soit mort, Sartre
doit être bien consolé, parce que le peuple
chinois lutte encore pour construire “un pays
très fort” que Sartre a souhaité, et que les
peuples du monde luttent encore pour
éradiquer le colonialisme, le racisme et
15l’hégémonisme contre lesquels il a lutté. »
Le message transmis par cet article est clair :
Sartre est « politiquement correct », malgré les
« défauts et erreurs » dans sa pensée
philosophique et dans ses œuvres littéraires.
L’acceptation et la publication de cet article par
Le Quotidien du Peuple ont confirmé encore une
fois le changement de l’attitude officielle sur
Sartre.

3) Liu Mingjiu
Un autre article suscité par la mort de Sartre
est celui de Liu Mingjiu, intitulé Qu’une place dans

14. Ibid.
15. Ibid.
33 Sartre en Chine (1977-1989)
l’Histoire soit donnée à Sartre (Gei Sate yi lishi diwei),
écrit le 14 mai 1980 et publié le mois suivant
dans la célèbre mensuel Lire (Dushu) destiné
aux intellectuels.
Profitant de l’occasion pour honorer Sartre,
Liu Mingjiu réaffirme qu’il faut estimer la
littérature occidentale moderne à sa juste valeur.
Il déploie également ses propos sur Sartre qu’il
a présentés deux ans avant lors de la
Conférence nationale de la planification de la
recherche sur la littérature étrangère.
Selon un dicton chinois, on ne pourrait
prononcer un jugement définitif sur quelqu’un
qu’après sa mort (gai guan lun ding). Mais Sartre
est un homme si compliqué que Liu Mingjiu
« est certain que les gens qui ont différents
points de vue porteront sur lui des jugements
très différentes. » Cependant il croit :
« On sera obligé de reconnaître dans un
proche futur que Sartre est quand même un
poteau indicateur remarquable lorsqu’on
regardera en arrière l’évolution de la pensée de
e 16l’être humain au XX siècle. »

16. Liu Mingjiu, « Bian xuan zhe xu » (« Préface du
présentateur des textes réunis »), dans Sate yanjiu (Études
sur Sartre), Beijing, Zhongguo shehui kexue chubanshe
(éditions Les Sciences sociales de Chine), 1981, p. 1. Liu
Mingjiu a entièrement repris son article dans la première
partie de cette préface en gardant le titre original : Que
34 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
Quand il commence à parler de l’écriture de
Sartre après une brève introduction sur sa vie,
Liu Mingjiu est pris par des admirations :
« Pour une personne qui n’a pas une bonne
santé, et qui a perdu un œil à l’âge de trois ans,
ce n’est pas facile d’accomplir des études
approfondies et d’écrire une cinquantaine
17d’ouvrages monumentaux ! »
Les contributions de Sartre, selon Liu
Mingjiu, se manifestent dans quatre domaines :
« En tant que philosophe, il a hérité de
Heidegger, mais par son accomplissement et
son influence qui dépassent de très loin son
précurseur allemand, il est devenu le premier
représentant de la philosophie existentialiste.
Ses œuvres philosophiques principales, comme
l’Imaginaire, L’Être et le Néant, L’existentialisme est
un humanisme, Critique de la raison dialectique,
Questions de méthode, etc. sont devenues des
documents importants dans l’évolution de la
ephilosophie bourgeoise au XX siècle.
En tant qu’écrivain, il a inséré la philosophie
profonde dans le roman et le théâtre. Son
roman La Nausée, son recueil de nouvelles Le
Mur, et la série de romans Les Chemins de la
liberté, sont déjà reconnus comme des chefs
d’œuvre de la littérature française

la place dans l’histoire soit donnée à Sartre (Gei Sate yi lishi
diwei).
17. Ibid., p. 2.
35 Sartre en Chine (1977-1989)
contemporaine. Le genre qu’il maîtrise le plus
habilement est le théâtre. Il est évident que son
accomplissement dans le théâtre est supérieur à
celui dans le roman. Neuf pièces ne sont pas
beaucoup. Mais Les Mouches, Huis clos, etc.
occupent des places très importantes dans le
théâtre français.
En tant que critique, il a publié Qu’est-ce que la
littérature ? et trois études célèbres sur
Baudelaire, Saint Genet et Flaubert.
En tant qu’homme politique, ses
rétrospectives sur les luttes pendant la Seconde
Guerre mondiale, ses attaques contre le
colonialisme, ses appels pour la paix dans le
monde, ses opinions sur la guerre en Algérie, au
Vietnam et sur des événements politiques du
monde, se trouvent dans les dix volumes de
18Situations. »
Par cette présentation, Liu Mingjiu voudrait
conduire ses lecteurs à partager ses idées :
« Sans aucun doute, c’est un géant culturel.
C’est pourquoi l’influence de Sartre s’est
répandue non seulement en France et en
Occident, mais aussi dans quelques régions
19asiatiques et africaines. »
Par rapport à ses grandes contributions
culturelles et à sa grande influence dans le

18. Ibid.
19. Ibid., pp. 2-3.
36 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
monde, il n’est pas normal que Sartre ait été
ignoré par les intellectuels et chercheurs
chinois. C’est pourquoi Liu Mingjiu souligne
ainsi : « Il est difficile d’imaginer une histoire de
la pensée contemporaine sans Sartre et une
histoire de la littérature contemporaine sans
20Sartre. »
Au début de la Nouvelle époque, bien que
Sartre soit politiquement reconnu par les
autorités chinoises, sa pensée est encore loin
d’être positivement estimée. L’influence
profonde de l’ultra-gauchisme reste encore très
forte chez beaucoup d’idéologues et de

20. Ibid., p. 3. En 1999, est publié une nouvelle Histoire
de la littérature étrangère (Waiguo wenxue shi). C’est le fruit
de la collaboration des spécialistes renommés à la
Nouvelle époque, sélectionnés et organisés par le
Ministère de l’Éducation nationale de Chine. Avant la
publication de ce manuel largement débarrassé des
préjugés idéologiques de l’époque Mao, il y a eu deux
manuels de littérature occidentale qui ont été les plus
utilisés par les universités chinoises : Histoire de la
littérature européenne (Ouzhou wenxue shi) , rédigée par Yang
Zhouhan, Zhao Luorui, Wu Dayuan etc., et Histoire de la
littérature étrangère (Waiguo wenxue shi), rédigée par Zhu
Weizhi, Zhao Li, etc. Dans la première édition de ces
deux manuels, la narration de l’histoire de la littérature
occidentale s’arrête en 1917, l’année de la Révolution
bolchevique. Quant à l’histoire de la littérature depuis
1917, on ne trouve que quelques pages sur la littérature
russe socialiste de l’époque stalinienne. La littérature
occidentale moderne a été consciemment ignorée.
37 Sartre en Chine (1977-1989)
chercheurs. Les dogmes marxistes sont utilisés
encore comme normes pour juger toutes les
autres pensées non marxistes. Les chercheurs
chinois en littérature et en philosophie
occidentales modernes, qui voudraient exprimer
des opinions qui ne se conforment pas aux
sentences idéologiques reçues, devraient subir
encore une forte pression psychologique et
politique de la part de leurs collègues
orthodoxes. Ce qui est remarquable dans la
recherche de ces derniers, c’est qu’ils ont
toujours suivi de très près les idéologues
officiels. Donc, à partir du moment où les
idéologues officiels commencent à porter un
regard positif sur Sartre il n’y aurait pas de
difficulté pour les chercheurs orthodoxes à
reconnaître Sartre. Mais avant cette
reconnaissance positive de l’existentialisme
sartrien par les idéologues officiels, les
condamnations sur la pensée de Sartre
devraient être maintenues pour les chercheurs
orthodoxes.
Après le mouvement de la Libération de la
pensée, il n’est plus possible que les chercheurs
en sciences sociales acceptent que leurs travaux
soient toujours guidés par des idéologues déjà
discrédités. Au nom de la Libération de la
pensée, ils attaquent, d’abord prudemment, puis
courageusement, les idées reçues dont on
n’avait pas osé douter auparavant. Depuis 1949,
38 Les réactions en Chine à la mort de Sartre
c’est la première fois que les intellectuels
chinois sont collectivement conscients de leur
responsabilité de recherche : briser
l’enchaînement de l’idéologie ultra-gauche sur la
mentalité des Chinois contemporains, chercher
et montrer la vérité à partir des faits et par des
études relativement objectives, indépendantes et
libres.
Encouragé par ce climat culturel, Liu Mingjiu
est conscient de sa responsabilité : écarter les
jugements idéologiques imposés depuis deux
décennies, présenter Sartre et son
existentialisme de manière réaliste pour que l’on
ait une vraie compréhension de cet homme et
de sa pensée. Comme c’est le début de la
Nouvelle époque, Liu Mingjiu exprime ses
opinions avec beaucoup de prudence.
La pensée de Sartre est synthétisée par Liu
Mingjiu en quelques phrases :
« La vie est absurde ; la réalité est nauséeuse ;
l’existence précède l’essence ; l’homme existe,
fait des choix libres et s’invente pour avoir
enfin son essence ; il jouit d’une liberté absolue
pendant le processus de la création de l’essence,
mais l’obtention et la détermination de l’essence
ne s’accomplissent qu’à la fin du processus ;
21etc. »

21. Ibid.
39 Sartre en Chine (1977-1989)
Il est vrai que l’existentialisme sartrien suscite
facilement l’hostilité des marxistes dogmatiques
et la crainte des autorités chinoises, représentées
par les propagandistes dans le domaine culturel.
Pour les premiers, toutes les pensées non
marxistes sont dangereuses. Par sa préférence
du libre choix de l’individu, l’existentialisme
sartrien est pour eux une sorte d’idéalisme
subjectif et de volontarisme. Quant aux
derniers, ils craignent que l’existentialisme
sartrien, qui met l’accent sur la liberté absolue
de l’individu, devienne le fondement théorique
des « esprits libéraux, décadents et
malhonnêtes ». Durant toute la Nouvelle
époque, le PCC de Deng Xiaoping redoute
l’influence de la pensée occidentale moderniste
sur les intellectuels et les jeunes Chinois. Il sait
bien que la conscience de la valeur de l’individu
ébranlera inévitablement la conviction des
Chinois en collectivisme communiste.
Liu Mingjiu ne s’oppose pas directement à
ces critiques. Il reconnaît qu’on pourrait
émettre davantage de critiques sur la pensée de
Sartre. La question est celle-ci :
« Jusqu’aujourd’hui, à l’exception du
matérialisme dialectique et du matérialisme
historique marxistes, qui ose-t-il dire qu’il y a
22d’autres systèmes philosophiques parfaits ? »

22. Ibid.
40