Sciences et pseudo-sciences : Regards des sciences humaines

De
Dire ce que sont les sciences semble aller de soi pour nombre d’entre nous : on détermine assez spontanément ce qui en est proche et ce qui en est éloigné, ce qui est potentiellement redevable d’une approche scientifique ou ce qui ne peut prétendre s’apparenter à une telle approche. Pourtant, des problèmes et des questions surgissent?dès lors qu’il s’agit de formaliser définitions et démarcations entre sciences et pseudo-sciences : qui a le pouvoir de reconnaître, désigner, définir et légitimer un propos ou une pratique comme faisant partie de l’espace légitime des sciences et, par conséquent, d’inclure ou d’exclure les impétrants (tels que les mythes, religions, parasciences, pseudo-sciences, etc.) ? Certes, si les critères de démarcation sont discutables, la nécessité de séparer le bon grain de l’ivraie demeure intangible. L’analyse empirique des vaticinations et arguties des irrationalistes permet de raffiner sans cesse ces critères. Ce livre en donne maints exemples.


Les sciences humaines sont souvent l’objet d’intrusions spiritualistes, l’instrument d’une « ?déraison savante? », le cheval de Troie des théories les plus insensées qu’une pléthore de mouvements et courants irrationalistes engendre à flots continus, en voulant faire main basse sur le « ?phénomène humain? ». Elles doivent donc affirmer la prévalence de leurs méthodes tout aussi scientifiques que celles des sciences de la nature et leur indéfectible rationalité, afin de se défendre contre ce qui émane de ces cloaques de la pensée. Telle est l’ambition des neuf auteurs de diverses disciplines (anthropologie, épistémologie, mathématiques, philosophie, psychologie, sociologie) qui donnent ici une éclairante variété d’analyses et de points de vue.


Dans un monde où les obscurantismes jouent avec l’idée même de pensée rationnelle, la bafouant ou la retournant comme un gant, un tel livre se veut un humble jalon sur ce chemin rempli de leurres et de nasses…

Publié le : mercredi 1 octobre 2014
Lecture(s) : 9
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782919694716
Nombre de pages : 178
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
[Table des matières]
IntroductIon(page 1) Valéry RASPLUS our la méthode. P Esquisse d’une approche rationaliste de la connaissance Chapitre 1 (page 7) Valéry RASPLUS e que la science veut dire, C ce que la pseudo-science veut faire 1] Vous avez dit « science » ? 1.1] Conceptions du monde 1.2] Science ou sciences ? 1.3] La fabrication de la science 2] La science est une méthode 2.1] Raisonnement inductif et raisonnement déductif 2.2] La méthode hypothético-déductive 2.3] Réfutabilité 3] Parascience(s) et pseudo-science(s) 4] Conclusion
Chapitre 2 (page 29) Pascal ENGEL ausses sciences, F esprit faux 1] L’éthique de la croyance 2] Qu’est-ce qu’un esprit faux ? 3] Pseudo-scientiïques et esprits faux 4] Puritanisme épistémologique contre pragmatisme
Chapitre 3 (page 55) Gérald BRONNER cience, pseudo-sciences S et démagogisme cognitif 1] Ce qu’est le démagogisme cognitif 2] La rationalité limitée par le désir
176
Valéry Rasplus (dir.)
Sciences et pseudosciences. Regards des sciences humaines
3] La rationalité limitée dimensionnellement 4] Les limites culturelles de la rationalité 5] Les limites cognitives de la rationalité 6] La science est un processus historique et collectif qui aboutit à exïltrer la rationalité de ses contraintes 7] Comment le démagogisme cognitif prétend faire l’administration de la preuve 8] Conclusion
Chapitre 4 (page 81) RomySAUVAYRE omment la science alimente les croyances. C La surprenante dialectique entre convocation et disqualiIcation du discours scientiIque
Chapitre 5 (page 93) Alexandre MOATTI alterscience : analyse de ses invariants L’ et mise en relation épistémologique 1] La science première 2] Une boîte à outils épistémologiques 2.1] Le chaudron freudien 2.2] Vive Darwin, à bas les darwiniens ! 2.3] … et vive Popper ! 2.4] Épistémologie créationniste 3] Relire Bachelard 4] La résurgence des thèmes 4.1] L’apparence de vieillesse 4.2] Avatars d’une science allemande 4.3] Futilité de la science 5] Altersciencevs.pseudo-sciences
Chapitre 6 (page 107) RégisMEYRAN ethnologie est-elle une pseudo-science ? L’ Rationalisme contre ésotérisme, une ligne de front dans l’ethnologie française 1] La voie rationaliste : Durkheim, Mauss, Lévi-Strauss 2] La voie antirationaliste : ésotérisme et sciences sociales 3] Correspondances magiques chez les Dogons de Griaule
[Introduction]
Pour la méthode. Esquisse d’une approche rationaliste de la connaissance
ValéryRASPLUS
n 2010, je rendais compte, avec une certaine position critique, du E 1 dernier livre de Raymond Boudon,La Sociologie comme science. Dans ce court essai, le sociologue expliquait avoir rencontré au cours de son expérience professionnelle, dans divers travaux et lectures, une sociologie à caractère scientiïque. Ainsi, la science serait tout à fait à sa place en sociologie. À la suite de mon article, dont j’eus la surprise et le plaisir de recevoir en retour un gentil mot de la 2 part de Raymond Boudon , j’entrepris de publier le mois suivant un échange portant sur son long et riche travail de sociologue. Il m’était, à cette occasion, impossible de faire l’impasse sur cette question des relations entre la science et la sociologie. À mon interrogation sur ce point sa réponse fut sans détour : « J’ai toujours cru que la socio-logie avait vocation à être une discipline scientiïque obéissant aux mêmes principes que les autres : vouée à décrire les faits sociaux en éliminant autant que possible la subjectivité de l’observateur, et à expliquer des phénomènes dont les causes ne sont pas immé-diatement accessibles. Je n’ai jamais admis qu’on puisse réduire le comportement humain à être l’effet d’habitus agissant dans le dos de l’acteur social. Ni l’idée que celui-ci soit un simple jouet des “struc-tures”. Ni l’idée qu’il soit aveugle sur lui-même et sur le monde. Ni
[1] Valéry Rasplus, « L’autoréférence sociologique de Raymond Boudon »,BibliObs, 5 décembre 2010. [2] « Votre article me semble excellent et je vous suis très reconnaissant de votre lecture atten tive », Raymond Boudon à Valéry Rasplus, correspondance personnelle, 5 décembre 2010.
2
Valéry Rasplus (dir.)
Sciences et pseudosciences. Regards des sciences humaines
3 l’idée que la sociologie ait surtout vocation à lui ouvrir les yeux. » Quand, quelque temps plus tard, je lui proposais de me rejoindre comme contributeur à un projet de livre collectif que j’allais diri-ger, sur le thème « Sciences et pseudo-sciences : regard de sciences humaines et sociales », c’est sans aucune hésitation qu’il me répon-dit positivement en m’offrant un texte original, en anglais, intitulé « Sociology as science » dont le contenu questionnait justement le statut scientiïque d’une science humaine qu’il avait tant fréquenté et pratiqué, la sociologie. Malheureusement, sa curiosité et son inté-rêt pour le résultat ïnal de cette entreprise savante furent stoppés 4 par son décès brutal intervenu le 10 avril 2013, à l’âge de 79 ans . Le présent ouvrage l’aurait sûrement satisfait. Puisse-t-il être un modeste hommage à ce grand sociologue qui a laissé sa marque bien 5 au-delà de sa discipline et de son entourage naturel . Selon Émile Durkheim, « la première démarche du sociologue doit donc être de déïnir les choses dont il traite, aïn que l’on sache et qu’il sache bien de quoi il est question. C’est la première et la plus indispensable condition de toute preuve et de toute vériïcation ; une théorie, en effet, ne peut être contrôlée que si l’on sait reconnaître les faits dont elle doit rendre compte. De plus, puisque c’est par cette déï-nition initiale qu’est constitué l’objet même de la science, celui-ci sera 6 une chose ou non, suivant la manière dont cette déïnition sera faite ». Ainsi ma première démarche, dans « Ce que la science veut dire, ce 7 que la pseudo-science veut faire », a-t-elle été de bien déïnir les objets de notre analyse, à savoir la science et la pseudo-science/parascience, puis de montrer en quoi ces objets pouvaient être différents, à la fois du fait des diverses conceptions du monde qui animent les protagonistes
[3] Valéry Rasplus, « 10 questions à Raymond Boudon »,BibliObs, 16 janvier 2011. [4]Note des Éditions Matériologiques: c’est pour cette triste raison que le texte de Raymond Boudon demeure malheureusement en anglais, une traduction non révisée par lui nous ayant semblé indue. [5]Raymond Boudon(19342013) était sociologue, membre de l’Institut de France (Académie des sciences morales et politiques). Dernier ouvrage paru :Le Rouet de Montaigne : une théorie du croire, Hermann, 2013. [6] Émile Durkheim,Les Règles de la méthode sociologique[1895], Flammarion, 1988, p. 127128. [7]Valéry Rasplusest sociologue, épistémologue. Dernier ouvrage paru (avec Régis Meyran) :Les Pièges de l’identité culturelle, Berg international, 2014.
Valéry Rasplus
Introduction
en leur servant de support compréhensif et explicatif, des différents types de raisonnements utilisés, des variétés de méthodes pratiquées, mais aussi des multiples modes d’organisation et de diffusion. Nous montrerons que ces différents champs de savoirs sont peu, voire pas du tout, compatibles entre eux et qu’entre le domaine des sciences et celui multiforme des pseudo-sciences/parasciences la question de la distinction franche n’est pas insurmontable. Les pseudo-sciences ne posent pas seulement des questions liées aux croyances, au capital divers et varié de connaissances, aux bonnes pratiques ou aux visions du monde du praticien. Elles questionnent également des problèmes liés aux normes, aux règles, aux valeurs scientiïques, à la raison critique mais aussi, chose moins courante, à l’éthique de la croyance. 8 Pour Pascal Engel , dans son chapitre « Qu’est-ce qu’un esprit faux ? », aucun esprit scientiïque, aussi grand soit-il, n’est à l’abri d’être aussi un esprit faux. Désirer faire pleinement science impose alors de respecter un certain nombre de contraintes et non de les mépriser ou de les refuser sous peine de s’exposer à une sorte de simulation scientiïque. Dans cette démarche d’adhésion positive aux contraintes scientiïques, vouloir dire rationnellement ou faire méthodiquement science exige au préalable un effort intellectuel qui peut bousculer le sens commun, celui qui semble si bien aller de soi, au point que la science peut s’avérer contre-intuitive. En considérant que l’esprit rationaliste est universel, qu’il se retrouve en tout temps et en tout lieu, la science cherche à mettre au jour nombre d’invariants, ce que de leurs côtés les relativistes ou les constructivistes contestent. C’est ainsi que surfant sur cette vague dite anarchiste de la connaissance, 9 où tout se vaut, selon l’idée de Paul Feyerabend , les pseudo-sciences tendent à jouer sur les limites cognitives de la rationalité pour donner à leur proposition le goût et la couleur de la scientiïcité. 10 Ces pseudo-sciences usent, selon la formule de Gérald Bronner , dans « Science, pseudo-sciences et démagogisme cognitif », d’un déma-
[8]Pascal Engelest philosophe, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (CRAL, CNRS, EHESS). Dernier ouvrage paru :Épistémologie pour une marquise, Les Éditions d’Ithaque, 2011. [9] Paul Feyerabend,Contre la méthode, Esquisse d’une théorie anarchiste de la connaissance, Seuil, 1979. [10]Gérald Bronnerest sociologue, professeur à l’université ParisDiderot. Dernier ouvrage paru :La Planète des hommes. Réenchanter le risque, PUF, 2014.
3
4
Valéry Rasplus (dir.)
Sciences et pseudosciences. Regards des sciences humaines
gogisme cognitif qui n’hésite pas à se revendiquer de l’esprit rationa-liste. Car il ne sufït pas d’avancer des arguments ou des positions estampillées « scientiïques » pour que le commun des mortels – scien-tiïque compris – évacue toutes croyances invraisemblables teintées d’irrationalité et de superstition. Il faut se rendre à une évidence empi-rique, les sciences ne sont pas immunisées contre les faux savoirs et les idées fausses. Ce qui est présenté comme de la science est capable de produire de la fausse science et donc des croyances. Dans une étude mêlant théories et expériences empiriques – « Comment les sciences et pseudo-sciences alimentent-elles les 11 croyances invraisemblables » –, Romy Sauvayreexamine le cas de ces relations tendues et souvent fusionnelles entre des propositions objectivement vraies (connaissances scientiïques) et des propositions subjectivement vraies (croyances religieuses, idéologiques) telles qu’on peut les rencontrer par exemple dans la doctrine et le mouvementNew Age. La science peut se voir instrumentalisée à des ïns idéologiques ou religieuses par divers courants d’idées portés par des scientiïques de métier ou de formation. Ainsi sont nées un certain nombre de théories alternatives qui visent à s’opposer d’une manière radicale aux sciences « normales » par 12 ce qu’Alexandre Moattinomme l’« alterscience », dans son chapitre « L’alterscience : analyse de ses invariants et mise en relation épisté-mologique ». La physique (relativité, physique quantique), la biologie (théorie néodarwinienne, paléontologie) et biens d’autres disciplines sont prises pour cible par ces « autres sciences », ceci en dehors de toute volonté réelle d’esprit et de méthode scientiïque. S’il arrive fréquem-ment que le bons sens soit préféré à l’esprit abstrait, ces idéologies négatives disparates peuvent aussi mobiliser une variété de théories du complot comme élément argumentatif militant de secours. Faut-il pour autant s’alarmer ? Loin de se cantonner à quelques microstruc-tures isolées, ces fausses sciences ouvertes, mais vraies idéologies fer-mées, tendent à se diffuser et à imprégner de larges pans de la société
[11]Romy Sauvayreest maître de conférences en sociologie à l’université Blaise Pascal/ Clermont Université (Lapsco, UMR 6024 CNRS). Dernier ouvrage paru : Les Méthodes de l’entretien en sciences sociales, Dunod, 2013. [12]Alexandre Moattiest ingénieur en chef des mines, chercheur associé à l’université ParisDiderot (Sphere, UMR 7219). Dernier ouvrage paru :Le Mystère Coriolis, CNRS Éditions, 2014.
Valéry Rasplus
Introduction
mais aussi des disciplines scientiïquesa prioriprotégées. L’ethnologie par exemple a souvent pris comme objet d’étude les croyances, les religions et autres pensées magiques. 13 Régis Meyran décortique dans « L’ethnologie est-elle une pseudos-cience ? Rationalisme contre ésotérisme, une ligne de front dans l’eth-nologie française » cet affrontement, au sein de l’ethnologie française, entre d’un côté une tradition rationaliste, positive, scientiïque, propo-sant d’expliquer les faits sociaux par d’autres faits sociaux, comme les sciences de la nature expliquent le réel par le réel, représentée par les ïgures d’Émile Durkheim, de Marcel Mauss et Claude Lévi-Strauss, et de l’autre par une tradition que l’on pourrait qualiïer d’antiratio-naliste, spiritualiste, métaphysique, représentée par Louis Dumont, Marcel Griaule, André Varagnac. Son hypothèse, que certains pour-raient qualiïer de subversive, est que cette pensée antirationaliste, imprégnée d’ésotérisme et d’occultisme, survit encore dans les sciences ethnologiques contemporaines. Si les sciences sociales sont touchées, les sciences dites dures n’y échappent pas non plus. Aïn d’appuyer leur discours, les parasciences et les pseudo-sciences n’hésitent pas à faire appel aux mathématiques. L’aura dont cette discipline béné-ïcie dans le grand public lui confère une forte réputation de rigueur et d’exactitude. L’appel à l’argument d’autorité des mathématiques fait ainsi œuvre de sérieux incontestable. Pourtant, par manque de savoir, de compréhension, de prudence, mais aussi par abus délibéré, les mathématiques se retrouvent souvent embrigadées bien malgré elles dans une utilisation partisane à la fois des données, du raison-nement et des conclusions, négligeant les fautes, les erreurs, les biais, les contradictions, etc., mais validant, ïnalement, ce qui n’est en rien démontré. Partant d’exemples tirés de l’ufologie, de la parapsychologie, de la psychanalyse, mais aussi de la psychologie expérimentale et des 14 probabilités, Nicolas Gauvrit , dans « L’intimidation mathématique », décrit, à la suite des travaux d’Erin Maloney et de Sian Beilock, le pro-cessus d’intimidation mathématique qui, chez certains individus, favo-
[13]Régis Meyranest docteur de l’EHESS en anthropologie sociale et ethnologie, HDR, chercheur associé au Lirces (université de NiceSophia Antipolis). Dernier ouvrage paru (avec Valéry Rasplus) :Les Pièges de l’identité culturelle, Berg international, 2014. [14]Nicolas Gauvritest mathématicien, maître de conférences à l’université d’Artois et psy chologue du développement. Dernier ouvrage paru :Les Surdoués ordinaires, PUF, 2014.
5
6
Valéry Rasplus (dir.)
Sciences et pseudosciences. Regards des sciences humaines
rise l’inïltration de fausses ou mauvaises mathématiques sous couvert de compétences savantes pour le moins discutables. Le dualisme entre science et pseudo-science, entre lumière et obscurantisme, ne semble pas expliquer le fait que d’une part des scientiïques apportent leur soutien à des démarches pseudo-scientiïques et que d’autre part des adeptes des pseudo-sciences se présentent comme scientiïques. Dans un texte qui bouscule quelque peu l’orientation générale de 15 cet ouvrage – « Pourquoi les pseudo-sciences ? » –, Dominique Lecourtpense qu’un élément de réponse pourrait se trouver dans la condition même de l’Homme, être à la fois rationnel et passionnel, qui recherche sans ïn à donner une explication mais aussi un sens à cette nature qui se développe autour et en lui en dehors de toute tentation scientiste. Cette vision du monde posséderait une part de vérité qui, même si elle se situe dans un autre domaine que celui des sciences, n’en serait pas moins respectable, car profondément humaine. C’est sur cet état limite de tension, fragile, que s’inïltrent le plus aisément les pseudo-sciences et les parasciences. Je terminerai cette brève introduction comme je l’ai commencé, 16 avec Raymond Boudon. Dans une préface datée du 31 janvier 2013 , il expliquait que « toute sociologie, toute science sociale, toute science de la nature met inévitablement en jeu des principes ». Mais un principe ne peut « par nature être démontré, il faut se contenter de le tester. Or cette opération peut prendre du temps. Un temps pendant lequel d’autres principes et parfois des principes stériles ont tout loisir de s’installer. D’où l’idée que la vie scientiïque, dans tous les domaines, est vouée à produire du vrai et du faux. Un faux beaucoup moins aisément identiïable que celui que produisent les fausses sciences marginales, comme l’astrologie, car le faux normalement produit par toute science bénéïcie pendant un temps de l’autorité de la science ». Puisse cet ouvrage contribuer à mieux comprendre la production du vrai et du faux et leur distinction.
[15]Dominique Lecourtest philosophe, professeur à l’université ParisDiderot. Dernier ouvrage paru :Diderot. Passions, sexe, raison, PUF, 2013. [16] Raymond Boudon,: une théorie du croireLe Rouet de Montaigne , Hermann, 2013.
[Chapitre 1]
Ce que la science veut dire, ce que la pseudo-science veut faire
Valéry RASPLUS
Dans une atmosphère rendue confuse par l’irrationalisme, les multiples visages de la connaissance ont quelque peine à se faire reconnaître. Ainsi est souvent tenue pour science toute forme de connaissance du réel, quels qu’en soient la méthode et le but. Or la démarche scientiIque possède une spéciIcité dont la reconnaissance est nécessaire à toute réLexion sur les rapports entre la science et les autres formes de connaissance touchant 1 à l’histoire, à la politique, ou encore à l’art ou à la philosophie .
1] Vous avez dit « science » ? L’esprit critique s’acquiert, petit à petit, par l’expérience, l’habitude de faire appel tranver-2 salement aux savoirs et de les questionner. Parler de science ou l’évoquer semble aller de soi pour un grand nombre d’entre nous. De même, et d’une façon peut-être spontanée, on imagine sans peine ce qui en est proche et ce qui en est éloigné. Si la science est à la fois un savoir et une pratique qui se distingue des autres systèmes sociaux de savoirs et connaissances comme des diverses activités humaines, elle doit donc être sufïsamment déli-3 mitée sauf à ce qu’elle ne soit plus reconnaissable . Pourtant, si l’on entreprend de creuser un peu plus le sujet, tout un ensemble de pro-blèmes et de questions commence à surgir : quels individus et types de structure ont le pouvoir de reconnaître, désigner, déïnir et légitimer
[1] Pierre Jaeglé & Pierre Roubaud,La Notion de réalité, Messidor, 1990, p. 9. [2] Odile Chevenez, « Esprit critique, estu là ? »,Cahiers pédagogiques, 386, sep tembre 2000, p. 1262. [3] La science n’est pas affaire d’opinion, elle demande un effort de dépassement du sens commun, contre et avec la pensée spontanée. La science, c’est ce que font les scienti fiques. Pour notre part, nous ne faisons pas œuvre de « scientisme » en ce sens que nous pensons qu’il existe d’autres moyens de connaissance en dehors de la science.
8
Valéry Rasplus (dir.)
Sciences et pseudosciences. Regards des sciences humaines
une chose (un discours, une pratique) comme faisant partie de l’espace scientiïque et par là même d’inclure ou d’exclure les prétendants ? Soit, qu’est-ce donc qui est inclus dans l’ensemble « science » et qu’est-ce qui en est exclu ? La science possède-t-elle ou non une spéciïcité propre dans l’espace étendu des savoirs et des connaissances par rap-port à d’autres discours et pratiques ? La science est-elle un savoir à ce point différent de celui des mythes, des religions, des contes de fées, des parasciences et des pseudo-sciences par exemple, ou est-elle du 4 même niveau, de la même qualité, etc. ? Est-elle équivalente à ceux-ci ? Sinon, quels seraient les critères de démarcation et de frontière ? Quel serait son périmètre d’action ? Possède-t-elle quelque chose qui pourrait s’apparenter à une méthode d’investigation propre ? Est-elle objective ou subjective ? Etc. Tout ceci questionne des problèmes d’identité, de délimitation, de ïltre et de reconnaissance, du droit d’appartenir à cet ensemble nommé « science », d’en être un étranger ou au mieux à la marge, de rentrer dans la norme instituée ou de se situer dans une zone de déviance alternative. Cette problématique fait appel à des domaines aussi variés que l’histoire des sciences, la sociologie des sciences, l’épis-témologie, la philosophie des sciences ou lesScience Studies. Cette culture portant sur la science est supportée par un certain nombre de conceptions du monde dont nous allons passer en revue quelques exemples.
1.1] Conceptions du monde Aucune sociologie cohérente ne s’aviserait de présenter nos connaissances actuelles comme une fantaisie décon-5 nectée de notre expérience et du monde qui nous entoure. Selon nos expériences et nos réexions personnelles, le monde sera perçu, compris et expliqué de différentes manières. Pour ce faire, nous faisons appel à certaines facultés intimes qui peuvent relever du sensible, de l’intuition, de l’affectivité, du discursif, du rationnel, de l’expérimental, etc., mais aussi en utilisant des niveaux variés de pensée et de discours : commun, théologique, philosophique, scienti-ïque, etc.
[4] On qualifie d’ordinarisme la position qui consiste à faire de la science un espace aussi ordinaire que ceux évoqués dans cette liste. [5] David Bloor,Knowledge and Social Imagery, University of Chicago Press, 1991.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le génie du sarkozysme

de editions-materiologiques

La morale humaine et les sciences

de editions-materiologiques

La religion contre l'humanité

de editions-materiologiques

suivant