Sciences sociales et sport n°9

De
Publié par

Le dernier numéro de Sciences sociales et sport marque la fin du mandat du comité de rédaction entré en fonction au 1er janvier 2012. La nouvelle équipe rédactionnelle, dirigée par Gildas Loirand se penche sur l'investissement associatif en milieu populaire (Cyrille Rougier) ou sur le profil sociologique des adjoint-e-s aux sport des villes françaises (Michel Koebel). Des notes de lecture et des résumés complètent cette livraison.
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
EAN13 : 9782140011320
Nombre de pages : 206
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
9
9 ro
S o ci ét é d e S o ci o l o g i e d u S p o r t d e L a n g u e F r a n ç a is e S o ci ét é F r a n ç a is e d ’ H is to i re d u S p o r t
SCIENCES SOCIALES ET SPORT Numéro9 2016
SCIENCES SOCIALES ET SPORT
Revue SCIENCES SOCIALESet SPORTN° 9 – 2016
REVUE SCIENCES SOCIALES et SPORT
Directrice de la publication : Catherine LOUVEAUPrésidente de la 3SLF P.U., université Paris-Sud XI UFR STAPS – Bât. 335 - 91405 ORSAY Cedex
COMITÉ DE RÉDACTION
Rédacteur en chef : Jean-François LOUDCHERMCU-HDR, université de Besançon Rédacteur en chef pour l’histoire : Nicolas BANCEL Rédacteur en chef pour la sociologie : Gildas LOIRAND (jusqu’au 5/06/2015) puis Michel KOEBEL (depuis 6/06/2015)
Équipe des rédacteurs
Sociologie (3SLF):Histoire (SFHS): Jacques DEFRANCE,Daphné BOLZ, PU, université de Paris Ouest Nanterre MCU, université de RouenLa DéfenseSébastien FLEURIEL,Luc ROBÈNE,PU, université Lille 1 PU, université de Bordeaux Manuel SCHOTTÉ,Thierry TERRET,MCU, université de Lille 2 PU, université de Lyon 1 Gestion des commandes: Sébastien FLEURIEL : Institut de sociologie et d’anthropologie, université Lille 1 – 59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex sebastien.fleuriel@univ-lille1.fr Sciences sociales et sportréalisé avec le soutien logistique du Clersé (UMR est CNRS 8019), université Lille 1.
REVUE SCIENCES SOCIALES ET SPORT COMITÉ SCIENTIFIQUE
BEAUD Stéphane.Sociologie. Université de Paris 10BOETSCH Gilles.Anthropologie. CNRS Aix-Marseille IIBROMBERGER Christian.Anthropologie. Université de Provence. IUFCALLEDE Jean-Paul.Sociologie. CNRS BordeauxCLÉMENT Jean-Paul.Sciences sociales-STAPS. Toulouse IIICORBIN Alain.Histoire. Université. Paris I Panthéon-SorbonneDINE Philippe.French Studies. National University of Ireland, Galway (IRL)DURET Pascal.Sciences sociales-STAPS. Université de la RéunionDURING Bertrand.Sciences sociales-STAPS. Université Paris-R. DescartesDURU-BELLAT Marie.Sociologie. IEP de Paris, OSC et IREDU GUTTMANN Allen.English & American Studies. Amherst College MA (USA)HARVEY Jean.Sciences sociales-Kinésiologie. Université d’Ottawa (CA)LABERGE Suzanne.Sciences sociales. Université de Montréal (CA) LAHIRE Bernard.Sociologie. ENS, LyonOHL FabienSciences sociales-Sciences du Sport. Université de Lausanne (CH)ORY Pascal.Histoire contemporaine. Paris I Panthéon-Sorbonne et EHESS. POCIELLO Christian.Sciences sociales-STAPS. Université Paris-Sud Orsay RASPAUD Michel.Sciences sociales-STAPS. Université Joseph-Fourier, Grenoble RAUCH André.Sciences sociales-STAPS. Université de StrasbourgSOHN Anne-Marie.Histoire contemporaine. Université de Rouen SUAUD Charles.Sciences sociales-STAPS. Université de Nantes VIGARELLO Georges.Histoire. EHESS et université Paris-R. DescartesWAHL Alfred.Histoire. Université de Metz
© L’HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09362-8 EAN : 9782343093628
SOMMAIRE
Gildas LOIRAND, Éditorial ……………………………………………
CyrilleROUGIER, Le sport à côté. Les logiques sociales de la permanence d’un investissement associatif en milieu populaire …………
AlainMUELLER, Construire lestreetworkout, faire le genre :snapshotsethnographiques sur le bricolage identitaire engagé par les pratiquant-e-s de « fitness des rues » …………………………………………………
Carine ÉRARD, Catherine LOUVEAU, Entre transgression et reproduction des normes de genre. Les effets paradoxaux du goût du sport sur l’orientation scolaire et professionnelle des normaliennes en sciences du sport et éducation physique ……………………………
MarinaHONTA,SamuelJULHE, Quand le mandat s’étiole. Des cadres du ministère chargé des Sports saisis par l’affaiblissement et la mise en concurrence de leur activité professionnelle ……………………………
MichelKOEBEL, Le profil social et politique des adjoint-e-s aux sports des villes françaises ……………………………………………………..
Notes de lecture : GeorgesMAGNANE, 2015, « La plume et le sport », by Thomas Bauer (dir.), Reims, EPURE,par Sébastien LAFFAGE-COSNIER………………… KarenDAVID,RichardE. WASHINGTON, 2015,Sociological Perspectives on Sport: The games outside the game, New York, Routledge,par Camille ESLAN
Résumés: français-anglais………………………………………….
Recommandationsauxauteurs………………………………………
Liste des lecteurs-experts……………………………………………..
9 17 47
83
115
153 185 189
195 201 203
Éditorial
GildasLOIRAND,directeur de la publication
Cette dernière livraison deSciences sociales et sportmarque la fin du man-er dat du comité de rédaction entré en fonction au 1 janvier 2012 (voir sa composition p. 4). En tant que nouveau directeur de la publication suc-cédant à Catherine Louveau, il m’a semblé important, pour inaugurer l’entrée en fonction des nouveaux rédacteurs, de fournir à notre lectorat quelques éléments relatifs aux origines deSciences sociales et sportet de té-moigner de l’étendue du travail de conviction réalisé ces quatre dernières années par les membres de l’équipe sortante. Ceux-ci ont notamment permis à la revue de se voir désormais durablement installée comme une revue connue et reconnue en tant que publication francophone d’histoire et de sociologie spécialisée sur le thème du sport, de ses agents, de ses pratiques et de ses institutions. Avec un tout premier numéro paru en 2008,Sciences sociales et sportest l’aboutissement d’un projet formulé au début des années 2000 par de jeunes sociologues et historiens soucieux d’inscrire dans le paysage des revues de sciences sociales paraissant en France une publication de qua-lité capable de rendre compte de la vitalité des recherches de plus en plus nombreuses prenant le sport pour objet empirique. Ce projet a notam-ment été motivé par l’absence à cette date de toute revue francophone de sciences sociales thématisée sur l’objet « sport » – contrairement à ce qui s’observait dans l’aire linguistique anglo-saxonne – et par le constat d’une parution nécessairement très discontinue d’articles sur ce même objet dans les grandes revues françaises généralistes de sociologie et d’histoire contemporaine.La première étape fondatrice de ce projet a consisté à créer ou à relan-cer des sociétés savantes en histoire du sport (Société française d’histoire du sport (SFHS)) et en sociologie du sport (Société de sociologie du sport de langue française (3SLF)), groupements qui avaient existé un temps jusqu’au milieu des années 1980 mais s’étaient progressivement éteints. Comme l’a bien décrit Jean-Paul Callède, en France, c’est surtout à compter des années 1990 que l’on voit « une jeune génération
Sciences sociales et sport, n° 9, 2016, p. 9-15
d’enseignants-chercheurs se faire une spécialité professionnelle dans la 1 sociologie du sport » . Il en est allé de même pour l’histoire au même 2 moment . Et cette « jeune génération » s’est notamment attachée, à sa mesure, à construire le sport comme un objet de recherche légitime dans un pays où longtemps, à la différence de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et des États-Unis, les sciences sociales l’avaient largement tenu à distance de leurs perspectives. À cette fin, les deux sociétés savantes constituées ont commencé par organiser régulièrement des congrès et des journées d’études, repenser les activités et pratiques 3 antérieures , se doter de bulletins de liaison, éditer des actes de colloques et formuler des encouragements à publier auprès de leurs membres. La production scientifique croissante qui a découlé de ces diverses initiatives a alors rendu possible, à la fin de 2006, la création collectivement souhaitée et attendue d’une revue d’histoire et de sociologie spécialisée sur le thème du sport. Ainsi, initiée conjointement par la SFHS et la 3SLF, la revueSciences sociales et sports’est donné dès le départ pour objectif d’accueillir des tra-vaux novateurs et originaux dans le respect des usages propres à toute revue scientifique classique, avec une forte exigence de qualité, un comité de rédaction actif et réactif, un système de double expertise anonyme, une transparence absolue dans les échanges avec les auteurs, etc. Par la création deSciences sociales et sport, il s’est explicitement agi d’offrir en langue française une revue du type de celles qui existaient déjà en langue anglaise (notammentInternational Review for the Sociology of SportetThe International Journal of the History of Sportpour les plus cotées d’entre elles). Comme en témoigne son titre même, la ligne éditoriale choisie pour Sciences sociales et sports’inscrit tout d’abord dans une logique de spéciali-sation par l’objet telle qu’elle s’exprime parfois en France dans des revues commeSociologie du travail ouSciences sociales et santé et plus nettement
1  CALLÈDE2010. « La sociologie française et le sport », Jean-Paul. Revue pour l’histoire du CNRS, n° 26, p. 16. 2  Voir : VIVIER Christian ; LOUDCHER Jean-François ; VIEILLE-MARCHISET2015. Gilles. « Histoire de l’histoire du sport et de l’éducation physique en France, dix ans après »Sport History Review,Volume 46, Issue 1, May, p. 18-423 On songe notamment à l’unification réalisée en 2014 entre les Carrefours d’histoire du sport et les congrès de la SFHS.
10
Éditorial
encore dans l’aire anglo-saxonne où rares sont les domaines de l’activité sociale qui ne disposent pas d’une ou plusieurs revues spécialisées. Con-jointement à cette spécialisation assumée,Sciences sociales et sportse pro-pose toutefois, pour ne pas dire avant tout, de poursuivre des ambitions généralistes en valorisant des travaux qui, à partir de terrains empiriques circonscrits au fait sportif, s’attachent à alimenter des problématiques et des questions ouvertes et traitées à propos d’autres objets d’histoire et de sociologie. PourSciences sociales et sport, un article d’histoire sur le sport dans l’URSS des années 1930 prend ainsi tout son sens dès lors qu’il contribue singulièrement à l’histoire de la politique et de la diplomatie soviétique à cette période. Il en va de même pour tel article de sociologie portant sur la construction d’un grand stade dans une grosse agglomé-ration urbaine, et dont l’intérêt scientifique se situe tout autant dans la singularité de son objet que dans sa participation originale à l’élaboration de connaissances nouvelles sur les politiques intercommunales et sur les manières de faire des élus qui les conduisent. Positionnée de la sorte dans l’univers des sciences sociales, la revue Sciences sociales et sportne s’interdit pas d’étendre éventuellement son spec-tre disciplinaire majeur, fait d’histoire et de sociologie, à d’autres spé-cialités telles que l’ethnologie, l’anthropologie, la géographie sociale ou encore l’économie. Elle entend surtout donner un débouché à des tra-vaux originaux de sciences sociales en laissant à leurs auteurs tout l’es-pace nécessaire pour qu’ils puissent articuler au mieux construction des questions de recherche, justification des grilles théoriques utilisées, pré-sentation des méthodes, comptes rendus des résultats empiriques et discussion de la « littérature ». Au-delà de ces principes de fonctionne-ment et au regard du travail réalisé par le comité de rédaction sortant, la ligne éditoriale de la revue qu’il importe désormais de maintenir s’est aussi construite et stabilisée sous la forme d’une communication scienti-fique discrète avec les auteurs, avec la communauté des experts sollicités pour évaluer les articles proposés, avec les remarques des membres du comité scientifique et surtout avec les lecteurs. C’est en effet par leurs lectures et par leurs citations des textes parus dansSciences sociales et sport que l’activité des auteurs, des experts et de la rédaction s’est progressi-vement trouvée légitimée, validée et par là encouragée à être poursuivie.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.