Scolariser l'élève handicapé

De
Publié par

La loi du 11 février 2005 ne parle plus d'intégration scolaire mais de scolarisation de l'enfant handicapé, elle fait obligation au service public d'en assurer la formation scolaire. Certes, la scolarisation, et la réponse aux besoins médico-éducatifs, peuvent être organisés le cas échéant en lien avec des services ou établissement adaptés. La notion d'éducation spéciale disparaît cependant au profit de celle d'élève en difficulté pour raison de santé, susceptible d'une pédagogie différenciée : le projet personnalisé de scolarisation constitue de la sorte un élément du plan de compensation. Cet ouvrage part de la loi pour en déduire les conséquences concrètes et pratiques sur le système éducatif, sur la vie des écoles et des établissements et sur les pratiques pédagogique et éducative des équipes enseignantes. Il entend également analyser les conséquences sur la communauté éducative et les relations partenariales qui sont souvent problématiques.

Publié le : lundi 13 novembre 2006
Lecture(s) : 149
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782100524938
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chapitre 2
La précocité intellectuelle : une réalité psycho-intellectuelle
A PRÉCOCITÉintellectuelle souffre sans nul doute en premier lieu L d’une problématique d’identification avec tout ce que cela peut entraîner non seulement de confusions mais également de projections itpas toujours éloignées d’une nature fantasmatique. La conséquence en est souvent un quiproquo avec les familles quand cela ne parasite pas le regard porté sur l’élève intellectuellement précoce lui-même. Le tableau 2.1 ée estmunadréqlue les différences avec des états auxquels la précocité intellectuelle is est trop souvent assimilée. on autorOn saisit dans ces distinctions sommaires que la précocité intellectuelle e n ne relève pas exclusivement de l’intelligence seule. Elle intègre des facteurs certes liés à un fonctionnement intellectuel particulier qui peut hotocopuivrir à des aptitudes « hors normes » qui n’ont cependant peu, voire rien à voir dans leur nature avec celles évoquées plus haut. Mais elle – La p est aussi marquée (surtout, serait-on tenté de dire) par des facteurs ’ordre psychologique et plus particulièrement affectif qui ne sont en rien Dunod es « avantages ». Cet amalgame génère une complexité difficilement
12
Doué
Surdoué
État
Haut potentiel
Génie
Prodige
Précoce
Intellectuellement précoce
SC O L A R I S E R LP R É C O C EI N T E L L E C T U E L L E M E N T É L È V E
Tableau 2.1. Définitions
Caractéristiques
Possède des facilités et des aptitudes particulières et rares dans un domaine précis
Possède des facilités et des aptitudes particulières et rares dans plusieurs domaines
Possède des facilités et des aptitudes particulières qui ne sont mises en œuvre que dans des contextes bien précis
Possède des facilités et des aptitudes exceptionnelles dans un ou plusieurs domaines auxquelles s’ajoute une créativité hors du commun
Fait preuve très jeune d’aptitudes exceptionnelles et de créativité hors du commun dans un ou plusieurs domaines.
Qui a atteint un stade de développement ou possède certaines aptitudes avant l’ensemble de son groupe d’appartenance.
Fait, dans le champ intellectuel, ses acquisitions plus rapidement et différemment que d’autres et a accès à certains types de pensée avant l’âge habituel. Possède un mode de fonctionnement intellectuel et psychique particulier
saisissable par qui n’est pas informé et conduit de ce fait bien souvent à des regards simplistes, voire réducteurs, sur la précocité intellectuelle. Celle-ci, répétons-le, n’est pas un produit de mode. Des travaux scientifiques identifient et cernent ces dernières années ce qui reste une réalité inhérente à la nature humaine et qui se révèle chez certains individus. « Ce concept n’est pas une invention des hommes, dans le sens où il est créé à partir de lois techniques établies : c’est tout simplement 1 une découverte, un fait naturel ». Qu’est ce qui caractériserait la précocité intellectuelle ? C’est avant tout la mesure de l’intelligence qui va définir la précocité et ce par le biais du quotient intellectuel (QI). Il est essentiellement déterminé par le test de Wechsler, référence internationale, qui propose deux outils différents : WPPSI pour les enfants de moins de six ans, WISC pour les autres. Dans ces deux outils, des items standardisés sont établis à partir
1.P. Merchat, P. Chamont,La Précocité intellectuelle et ses contradictions, Lecques, Éditions du Champ Social, 2000, p. 20.
2. LI N T E L L E C T U E L L EA P R É C O C I T É :R É A L I T É U N E P S Y C H O-I N T E L L E C T U E L L E
13
des « réponses » d’enfants d’un âge donné et ce dans deux domaines bien précis qui déterminent l’un le QI verbal (réponses à des questions générales), l’autre le QI performances (réponses à des manipulations de matériels). L’âge mental d’un enfant est obtenu à partir de la comparaison de ses réponses avec les items standardisés.
Une échelle de valeur de réussite permet de chiffrer ces quotients et le QI global censé situer le niveau d’intelligence est obtenu en faisant la moyenne de ces deux données. L’appréciation de ce QI résulte d’une courbe de Gauss obtenue à partir des QI globaux d’un échantillon d’enfants. Ainsi est établie la classification générale présentée dans le tableau 2.2.
QI
130 et plus 120-129 110-119 90-109 80-89 70-79 69 et moins
Tableau 2.2. Classification générale
Population concernée
2,2 % 6,7 % 16,1 % 50 % 16,1 % 6,7 % 2,2 %
Appréciation
Très supérieur Supérieur Normal fort Moyen Normal faible Limite Retard mental
Le seuil de surdouement est situé autour de 125 représentant une avance intellectuelle supérieure de 25 % à la moyenne obtenue par les enfants d’un même âge. C’est ainsi que l’on va dire d’un enfant qu’il est intellectuellement précoce dès lors que son âge mental est en avance sur it son âge réel, avance que l’on situe selon les cas de 2 ans à 7 ans. Sur un plan statistique, on note que 2 % d’une classe d’âge atteignent un QI de 132. Si 0,1 % se situe à 145, un sujet sur mille parvient à 160 et ée est un dél plus. is L’unanimité se fait désormais pour reconnaître que le QI ne peut être à on autor lui seul facteur de décision dans le domaine de l’intelligence en général et e n de la précocité en particulier parce qu’il n’est pas stable, influençable par le contexte éducatif mais surtout parce qu’il ne reflète pas l’ensemble des hotocopi capacités intellectuelles et ne rend pas compte des habiletés spécifiques. – La pC’est ainsi qu’avec un même QI, on peut se trouver face à plusieurs profils d’enfants ayant chacun des compétences dans des domaines différents. Dunod
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.