Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Scouts sans frontières

De
209 pages
Penser le scoutisme suppose de dépasser les images parfois véhiculées sur son compte : ce n'est qu'à cette condition qu'il devient possible de découvrir le phénomène dans sa réalité. Ce livre montre, à travers deux approches complémentaires, que la dimension internationale est constitutive du scoutisme. Une approche historique révèle comment une intuition pédagogique de Baden-Powell est devenue un mouvement planétaire. Une seconde approche montre comment ce réseau, d'envergure mondiale, est mobilisé pour remplir son rôle éducatif.
Voir plus Voir moins

SCOUTS SANS FRONTIÈRES
Le scoutisme dans sa dimension internationale

Collection «Jeunesse,

scoutisme, société »

La collection « Jeunesse, scoutisme, société» se propose de contribuer à la recherche sur les mouvements éducatifs de jeunesse qui se développent en Europe et dans le monde depuis le XIXe siècle. A l'image du scoutisme fondé en 1907 par Baden-Powell, les mouvements de jeunesse constituent un lieu largelnent sous-estimé de la formation aux responsabilités de générations de femmes et d'hommes.

L'Association

1907

Créée le 3 mai 2000, l'association 1907 a pour but de constituer un réseau interdisciplinaire de chercheurs s'intéressant au scoutisme comme objet d'étude scientifique et par extension aux mouvements organisés de jeunesse à visées éducatives. Ses objectifs sont d'approfondir la connaissance du scoutisme ou des scoutismes, dans l'ensemble de leurs diInensions et sensibilités dans une perspective internationale, ainsi que d'étudier leurs pratiques et les interactions avec les sociétés dans lesquelles ils évoluent. Pour ce faire, les moyens d'action de l'association 1907 sont la diffusion périodique d'informations sur l'actualité de la recherche scientifique sur le scoutisme et les mouvements de jeunesse par l'intermédiaire de son site Internet et de sa lettre d'information électronique, la publication d'études scientifiques originales et de comptes rendus de recherches, l'organisation de rencontres, de séminaires et de colloques. Association 1907 142, rue de Douai 59450 Sin-Ie-Noble FRANCE
Site Internet: www.histoire-du-scoutisrne.com

cg L'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-7813-5 EAN : 9782747578134

Alain BRÉLIVET

SCOUTS SANS FRONTIÈRES
Le scoutisme dans sa dimension internationale

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L 'Harmattan Hongrie Konyvesbolt
1053 Budapest, Kossuth L. u. 14-16

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti 15 10124 Torino

HONGRIE

ITALlE

Du même auteur:

. Scoutisme en Bretagne, scoutisme breton? (vers 1930vers 1960), Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 1997. (en collaboration, textes réunis par Yvon TRANVOUEZ)
formation chrétienne dans les grands collèges catholiques (Bretagne, 1920-1940), Paris, L'Harmattan, 2001. (Prix Halphen de l'Académie des Sciences Morales et Politiques, 2002)

. La

INTRODUCTION
De l'art de traverser les rues et lesfrontières

" (. ..) il n'est pas de scoutisme sans dimension internationale, qu'on se le dise et qu'on le vive ". Jacques Moreillon, Secrétaire Général de l'Organisation Mondiale du Mouvement Scout (OMMS). Journées nationales des Scouts de France, août 19991.

Le scoutisme «dans sa dimension internationale» ?! Un tel thème prête à sourire si l'on se réfère aux images parfois véhiculées sur le scoutisme dans la société française. Gageure, en effet: comment ces groupes de boy-scouts en culottes courtes, certes habiles dans l'art d'aider les vieilles dames à traverser les rues, pourraientils fournir matière à un ouvrage sur une prétendue

« dimension» - terme qui renvoie, selon la définition du
Larousse, à un « aspect significatif de quelque chose»internationale? Des personnages nés de l'imagination d'auteurs inspirés par le scoutisme ont vu le jour dans la bande dessinée, au cinéma, à la télévision ou encore dans les publicités. Ainsi, en 1971, le public découvre Hamster Jovial, chef scout un peu débile imaginé par le célèbre dessinateur français Gotlib... De même, Léonard le génie, très librement inspiré de Léonard de Vinci, dessiné par Turk et de Groot, et qui invente à peu près tout, finit par mettre au point «un mouvement de jeunesse (...) pour occuper les dimanches des garçons et des filles» : «Le scoutisme, c'est faire traverser la rue à de vieilles dames, même si elles n'en ont pas envie, faire des bonnes actions (BA), chanter "Colchique dans les prés" et être prêt à rendre service à tout le monde et aussi aux autres... Et là je résume! », déclare-t-il à son disciple qui l'assiste patiemment dans son travail (Léonard, tome 28). Au cinéma, Gérard Jugnot réalise, en 1985, son deuxième long métrage, Scout toujours, qui met en scène un groupe scout «assez bordélique », selon ses propres termes2. Dans les années quatre-vingt-dix, à la télévision, Antoine de Caunes interprète, dans l'émission Nulle Part Ailleurs, sur Canal Plus, le personnage du jeune OuinOuin, image fidèle du souffre-douleur, intéressé par les Il

filles de son âge... Dans Vis ma vie, sur TF 1, dont le principe est de plonger un invité pendant quelques jours dans un univers différent du sien, Stéphane, 30 ans, participe à un camp scout près de Lourdes. Il qualifie le scoutisme de « ringard », « militaire» et considère que les jeunes n'y trouvent « pas de liberté »3. La publicité n'est pas en reste, comme en témoigne la campagne de la société Scoot (groupe Vivendi) en 2001, qui lance un annuaire professionnel électronique en s'appuyant sur des clichés associés à la tenue des scouts, à leur devise (<< Toujours prêt! »), etc. L'association des Scouts de France mène alors un important travail de communication: elle dénonce immédiatement «une nouvelle récupération du scoutisme» dans un communiqué de presse du 20 mars 2001 et obtient gain de cause lors d'une audience en référé au tribunal de grande instance de Paris: un accord prévoit que Scoot supprime certains volets de la campagne puis cesse d'utiliser l'image du scoutisme dans sa communication à partir du 31 décembre. Dans un tout autre registre, l'opinion publique française se montre sensible à un événement survenu au cours de l'été 1998: le 22 juillet, au large de PerrosGuirec, quatre jeunes de l'association Marine Éducation Jeunesse, affiliée à l'Association Française des Scouts et Guides Catholiques (AFSGC), ainsi qu'un plaisancier venu porter secours à l'équipage qui effectue un raid nautique supervisé par l'abbé Jean-Yves Cottard, trouvent la mort. Les médias s'emparent alors de ce qui devient l' « Affaire Cottard ». Malaise du côté de la Fédération du Scoutisme français4 - reconnue, contrairement à l' AFSGC, par l'Organisation Mondiale du Scoutisme (OMMS) et par son équivalent féminin, l'Association Mondiale des 12

Guides et Éclaireuses (AMGE) - qui craint les amalgames
et donc qu'un tel événement ne lui porte préjudice. L'abbé Jean- Yves Cottard, quant à lui, invoque la fatalité pour expliquer le drame et trois des quatre familles des jeunes disparus, estimant que sa conduite ne relève pas de la justice des hommes, ne se constituent pas partie civile. L'image du scoutisme est ternie. En politique, enfin, les représentants du peuple français utilisent à l'occasion le scoutisme comme élément de comparaison pratique. Ainsi, le 12 décembre 2002, dans le cadre du débat parlementaire sur la protection des mineurs contre la violence et la pornographie, Jérôme Rivière, député de l'UMP, déclare: «Alors, je mets en garde mes collègues tentés par une approche plus sévère et animés de motivations estimables et sincères - le souci de protéger les mineurs: n'agissez pas comme le boy-scout, qui, pour faire sa bonne action quotidienne, force un aveugle à traverser la route. Une BA, c'est bien, encore faut-il atteindre l'objectif recherché. Un durcissement des règles ne nous y aiderait pas. Il n'est pas possible, après un débat court, de décider une mesure liberticide. Nous n'honorerions pas notre assemblée ». On peut par ailleurs rappeler que le Canard enchaîné, dans ses caricatures, représentait le Premier ministre Michel Rocard en uniforme scout, en rappelant parfois SOIl « totem» (surnom scout) « Hamster érudit ». Pourtant, penser le scoutisme suppose de dépasser les a priori. Ce n'est qu'à cette condition qu'il devient possible de découvrir le phénomène dans sa réalité, bien plus sérieuse et complexe que ce que laissent paraître de telles visions. Ces groupes de boy-scouts (ils sont, en fait, masculins, féminins ou mixtes et représentent approximativement près de 28 millions de membres pour 13

l'OMMS et de 10 millions pour l' AMGE) en culottes courtes (les modes vestimentaires scoutes ont en réalité connu quelques changements au cours du XXe siècle), certes habiles (et encore faudrait-il mener une enquête de terrain...) dans l'art d'aider les vieilles dames à traverser les rues (mais aussi dans l'art d'utiliser internet pour préparer une rencontre internationale, par exemple), regardent au-delà des frontières parce qu'ils évoluent dans un réseau mondialement organisé et qui a intégré, en profondeur, la dimension internationale dans ses pratiques pédagogiques. * * * Mener et présenter une recherche - depuis les motivations personnelles, les intuitions et la commande institutionnelle éventuelle qui président à sa naissance, jusqu'à son aboutissement, sous forme de mémoire, de thèse ou d'ouvrage publié -, c'est choisir. Comment ce constat général s'applique-t-il à la présente étude? Trois éléments de réponse peuvent être donnés. Tout d'abord, compte tenu de l'ampleur du sujet, mais aussi de l'existence de sources particulièrement importantes (documents internes aux associations scoutes, à destination des jeunes ou des responsables; témoignages; rapports rédigés par les Administrations; articles de presse; etc.), il ne saurait bien évidemment être question, dans le cadre de ce livre, version remaniée d'un mémoire de troisième cycleS, de prétendre à une quelconque exhaustivité. Il s'agit en revanche d'apporter une modeste contribution à une meilleure connaissance de la dimension internationale du scoutisme, en posant un certain nombre de repères et en esquissant quelques analyses sur le thème.

14

Les choix sont également liés à l'itinéraire personnel de l'auteur et à des circonstances particulières. En effet, membre des Scouts de France à partir de 1992, j'ai exercé bénévolement au sein de l'association différentes responsabilités6 qui m'ont amené à vivre la dimension internationale du scoutisme et à m'y intéresser de plus en plus. A titre d'exemples, j'ai notamment participé, en août 1998, à Jambville, dans les Yvelines, à une session internationale de formateurs, qui m'a permis de rencontrer des responsables d'autres pays (Belgique, Mexique, Roumanie, etc.) et donc, grâce aux échanges, d'entrevoir ce qu'était la réalité du scoutisme dans les pays représentés. De même, en décembre 2001, pendant onze jours, j'ai animé, à la demande du service international des Scouts de France, un stage de formation de cadres en Côte-d'Ivoire, près d'Abidjan - une expérience très enrichissante. En outre, j'ai pu facilement me rendre, en avri12002, au siège de l'OMMS, à Genève, pour dialoguer avec des acteurs du scoutisme au niveau international et rassembler de nombreuses sources. J'ai aussi apporté mon aide à la préparation d'un rassemblement en faveur de la paix en Côte d'Ivoire, en décembre 2003. Il est important de préciser que la sympathie de l'auteur pour le sujet ne l'empêche pas de se montrer vigilant quant à la nécessaire distanciation7. Enfin, je n'entrerai pas dans les polémiques liées à l'emploi du terme « scoutisme ». Il existe une multitude de structures, de tailles très variables, se réclamant du scoutisme, les unes contestant aux autres leur légitimité8. Je ne m'intéresserai qu'aux associations en lien avec l'OMMS, héritier institutionnel du fondateur du scoutisme, Robert Baden-Powel19.

15

* * * Ces choix déterminent les limites de l'étude, qui

s'organise en deux parties - deux approches complémentaires qui montrent en quoi la dimension internationale est constitutive du scoutisme. La première partie relève d'une

démarche historique - comment une intuition pédagogique
de Baden-Powell devient-elle un mouvement plané-

taire? - tandis que la seconde concerne le réseau actuel,
d'un point de vue institutionnel et du POil1tde vue des

pratiques - comment le réseau mondial est-il mobilisé
pour remplir le rôle éducatif énoncé dans la Constitution régissant le fonctionnement de l'OMMS et réaffirmé dans une «déclaration de mission» en 1999, dans les termes suivants: «contribuer à l'éducation des jeunes afin de participer à la construction d'un monde meilleur peuplé de personnes épanouies, prêtes à jouer un rôle constructif dans la société »10?

16

NOTES 1. Les Journées nationales de 1999 rassemblent plusieurs Inilliers de responsables de l'association auxquels s'ajoutent des invités étrangers, dans le parc du château de Jambville, propriété de l'association dans les Yvelines, autour du thème « Éduquer, c'est vivre heureux, utile et créatif» . 2. Télnoignage de Gérard JUGNOT: DE TURCKHEIMAmélie & GONZALEZ Dolorès, Scouts toujours I, Paris, Bayard éditions, 1995, p. 83. 3. Jugement qu'il révise quelque peu d'ailleurs à la fin de son séjour (émission du 3 septembre 2002). 4. La Fédération du Scoutisme français regroupe six associations: les Éclaireuses et Éclaireurs de France, les Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France, les Éclaireuses et Éclaireurs Israélites de France, les Guides de France, les Scouts de France et les Scouts Musulmans de France. En mai 2004, les Scouts de France et les Guides de France fusionnent et deviennent les Scouts et Guides de France. 5. Scouts sans frontières: le scoutisme dans sa dimension internationale, mémoire de 3e cycle en Relations internationales, sous la direction de M. Ramanisa ANDRIANTSOA, Paris, Centre d'Études Diplomatiques et Stratégiques, 2003. 6. Les Scouts de France proposent une pédagogie déclinée selon quatre tranches d'âges, les « branches» : la branche des louveteaux et louvettes (8-12 ans), des scouts et scoutes (11-15 ans), des pionniers et pionnières (14-18 ans) et des compagnons (17-21 ans). J'ai pour ma part successivelnent été, au niveau de la branche louveteaux, responsable d'un groupe à Douarnenez (1992-1994) puis responsable départemental dans le Finistère (1994-1996), régional en Bretagne (1996-1999) et enfin membre de l'équipe nationale (1999-2002). Depuis septembre 2002, mon activité dans l'association est plus ponctuelle. 7. Les travaux universitaires sur le scoutisme sont souvent le fait « d'anciens membres des différents mouvements scouts», ce qui pose « la question du manque de sens critique et de distance de certains mémoires» (Bulletin de Liaison et d'lnformations du Groupe lnformel de Recherches Universitaires sur l 'Histoire des Scoutismes, n02, octobre 1997, p. 5). Philippe LANEYRIE, uteur de l'ouvrage Les a Scouts de France. L'évolution du Mouvement des origines aux années 80 (Paris, Éditions du Cerf, 1985), engage une réflexion autour de cette question dans « Historien ou avocat? », Bulletin de Liaison et

17

d'Informations du Groupe Inforn1el de Recherches Universitaires sur l'Histoire des Scoutismes, n03, mars 1998, pp. 10-11. 8. En France, les débats sont réactivés à la suite du naufrage de Perros-Guirec, en juillet 1998. Étant donné que tout le monde peut créer une association «scouts de... », puisqu'il ne s'agit pas d'une lnarque déposée, le projet d'une « labélisation » du scoutisme est alors évoqué. 9. L'AMGE et les organisations qui en dépendent ne seront pas traitées de manière détaillée. En revanche, quelques infonnations ou analyses seront apportées au fur et à mesure de l'étude. 10. Vers 2007 et au-delà. Une Stratégie pour le Scoutisn1e. Réaliser notre mission, Cadre conceptuel pour la 36e Conférence Mondiale du Scoutisme (Thessalonique, juillet 2002), novembre 2001, p. 17.

18

Première partie: De Brownsea à Brownsea