SDF, une trilogie

De
Publié par

Comment notre modernité se saisit de l'éternelle question des errants, mendiants et sans-abri ? Trois textes pour saisir des enjeux nichés au coeur de la construction de la catégorie des SDF. Cette trilogie se situe au coeur d'une ethnographie des maraudes du SAMU Social, d'une ethnologie des stratégies de résidentialisation de l'espace public dans un quartier parisien et d'une anthropologie documentaire concernant l'abrogation des délits de vagabondage et de mendicité à partir de 1992.
Publié le : mercredi 1 avril 2015
Lecture(s) : 29
EAN13 : 9782336373225
Nombre de pages : 426
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
SDF, UNE TRILOGIE
Stéphane RULLACSDF, une trilogie L’urgence de la misère S.D.F. et SAMU Social   Critique de l’urgence sociale Et si les SDF n’étaient pas des exclus ?    Le péril S.D.F. Assister et punir L’HARMATTAN
Maquettage Ghislaine PELLETIERGraphisme Marc TRIGUÉROS© L’HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Pariswww.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05912-9 EAN : 9782343059129
À ma fille Zoé,
Que tu ne perdes jamais ton sentiment de petite fille à vouloir aider encore et toujours les personnes qui mendient dans la rue, sans ambivalence et avec la même intuition d’urgence.
Table des matières
Avant-propos 3 terrains pour une « question SDF ».................................................... 9 Les enjeux d’une anthropologie « à domicile » :..........................................11 De la pertinence scientifique d’une critique sociale : ..................................14 Chapitre I L’urgence de la misère - SDF et SAMU SOCIAL.............................. 20 Introduction ..................................................................................................21 L’Institution de l’urgence sociale .................................................................27 Le SAMU social : un changement de cap historique ....................................31 À la recherche de la mission fondatrice .......................................................33 Un groupement d’intérêt public : un statut précaire en question.................35 Une institution développée à grande vitesse.................................................40 Le 115 ...........................................................................................................40 La Nuit des maraudeurs................................................................................55 À la lumière de la nuit : épisodes marquants ...............................................65 Carnet de bord d’une infirmière ...................................................................80 De la fonction sociale du dispositif...............................................................89 L’ « urgence sociale » : un paradoxe fondateur...........................................89 En aparté… .................................................................................................109 Avec des collaborateurs du SAMU social de Paris ....................................109 Avec des SDF, usagers du dispositif ...........................................................117 Avec Patrick Declerck ................................................................................123 Conclusion ..................................................................................................130 Chapitre II Critique de l’urgence sociale - Et si les SDF n’étaient pas des exclus ?...........................................................................................137 Introduction ................................................................................................137 Les limites de la notion d’exclusion appliquée aux SDF ............................141
Le SAMU social de Paris comme terrain d'observation.............................155 L'observation dans les institutions d'assistance..........................................158 Un quartier d'habitation comme terrain d'observation ..............................165 Quel terrain pour quel « contrat ethnographique » ? ................................170 Les SDF en tant que groupe : une rationalité spécifique ? ........................179 Stratégies d'obtention d'un hébergement d'urgence ...................................187 Stratégies pour vivre hors les murs ............................................................195 Le triomphe de l'urgence chronicisée .........................................................204 Les dessous d'un succès problématique ......................................................218 La professionnalisation d'un secteur compassionnel : un défi pour le travail social...........................................................................................................228 Conclusion ..................................................................................................237 Chapitre III Le péril SDF - assister et punir .......................................................... 239 Comment autoriser l’existence sociale des SDF ? .....................................241 La fonction sociale des délits de vagabondage et de mendicité dans le code pénal de 1810..............................................................................................251 La dépénalisation du vagabondage et de la mendicité dans le nouveau code pénal de 1992 : entre rupture et continuité ................................................269 Les arrêtés municipaux de type « antimendicité » : une tentative locale de négociation entre normes et déviances .......................................................293 La recriminalisation pénale des mendicités : une tentative nationale de négociation entre normes et déviances .......................................................317 La nouvelle « question SDF » : de l’assistance à la punition sociale ........331 Assister et punir : l’émergence d’un nouveau compromis social de la gestion des déviances des mœurs ? .........................................................................365 Conclusion............................................................................................ 386 Table des illustrations ......................................................................... 391 Bibliographie ....................................................................................... 393 Notes ..................................................................................................... 407
P a g e|8
Avant-propos 3 terrains pour une « question SDF »
Il y a quelque chose d’implacable, et d’angoissant, à regarder une production scientifique personnelle avec le recul du temps. Cette prise de distance permet d’évaluer la pertinence d’une démarche qui vieillit plus ou moins bien, en fonction de sa qualité propre mais aussi des enjeux sociaux qui lui succèdent. L’enjeu est finalement de distinguer froidement, et parfois à ses dépens, ce qui relevait de l’écume ou de mouvements profonds et structurants, que seul le long terme révèle. Le tribunal de l’histoire, même récente, est encore plus implacable quand on cherche à mettre en synergie des démarches distinctes, en revendiquant une cohérence d’ensemble. C’est ce qui est proposé à travers cette trilogie. Ces trois textes mis bout à bout ont été écrits en 2004, 2006 et 2008 ; soit pour le 1 premier, il y a plus de 10 ans. En ce qui concerne la « question SDF », pour Sans Domicile Fixe, les évolutions des dispositifs sont telles qu’elles constituent aujourd’hui une réalité très différente que celle racontée dans ces divers textes aujourd’hui réunis. Dans une mise en perspective récente, j’ai proposé de distinguer trois temps de la mise en œuvre progressive de ce qui constitue un 2 nouveau secteur de l’action sociale dédié aux SDF : le secteur de l’AHI - pour Accueil, Hébergement et Insertion, depuis 2005. L’AHI s’est développé en trois temps : le « triomphe » de l’urgence sociale (1992-2007), l’affirmation du droit à l’hébergement (2008-2010) et la création d’un service public de l’hébergement et du logement social (2010-2014). Cette trilogie restitue de trois manières différentes la structuration et l’épanouissement de la première période, l’urgence sociale, qui détermine grandement les deux autres ; du moins c’est ce que nous postulons. Nous allons d’abord revenir sur le sens endogène de la démarche scientifique aujourd’hui reconstituée dans un seul ouvrage, pour ensuite proposer de la replacer de manière exogène dans la construction de l’AHI. Cette trilogie débute dans les camions du SAMU Social de Paris, dans lesquels j’étais travailleur social. Très rapidement, j’ai été amené à questionner la fonction sociale de ce dispositif de maraude, qui allait à la recherche de « ceux qui ne 3 4 demandaient plus rien ». Selon le mythe du « grand clochard », les SDF étaient des individus en état de mort sociale, qui ne parvenaient même plus à demander de l’aide. Pourtant, contrairement à ce leitmotiv institutionnel, les équipages refusaient systématiquement des hébergements aux très nombreux SDF qui se ruaient sur les camions, pour tenter de contourner le blocage du 115 (numéro « d’urgence » pour les sans-abri). Contrairement à ce qui était martelé dans les médias, mais aussi au cœur de l’institution, « ceux qui ne demandaient rien » sollicitaient énormément le dispositif et se montraient tout sauf passifs. Et c’est contraints et forcés, à bout de force, qu’ils finissaient par abandonner le dispositif. C’est ainsi que le dispositif réalisait sa propre prédiction, tout en niant la réalité sociale des SDF, mais aussi son état réel qui échouait à satisfaire les demandes de ses usagers. Au regard de ce premier terrain, j’ai été amené à questionner la 9|P a g e
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.