Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Partagez cette publication

au
Sécurité : vraies questions et faux débats
Sous la direction de Roger Vicot
Sécurité : vraies questions et faux débats
DU MÊME AUTEUR Pour une sécurité de gauche – Une sécurité républicaine contre la République sécuritaire, Éditions L’Harmattan, 2006 La Nation républicaine pour l’Europe des citoyens (avec Yves DURAND), Éditions L’Harmattan, 1997 Poing à la ligne. La voix du Nord 1941-1944,Éditions L’Harmattan, 1994 © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00363-4 EAN : 9782343003634
Merci à Fatima DESCAMPS et à Adrien BÉTOURNÉ
Avant-propos Ce livre est né d'un agacement... Non pas d'une colère soudaine, mais plutôt de ce genre d'agacement progressif, qui s'installe peu à peu, sournoisement, et dont on découvre un jour qu'il est devenu quotidien. L'agacement à la lecture des «courriers des lecteurs» de la presse, qu'elle soit locale ou nationale, des réactions à tout et rien livrées souvent sans filtre sur internet, des forums divers et variés, des « nos lecteurs ont la parole» aux «qu'en pensez-vous ?» qui fleurissent partout, des inévitables commentaires de Facebook, des saillies de Twitter savamment ramassées en 140 signes maximum. Bref, de tous les lieux d'expression du « bon sens populaire »... qui n'a hélas parfois ni sens ni bonté. Ne nous méprenons pas : nos concitoyens font fort heureusement preuve dans la grande majorité des cas, de sagesse, de réflexion notamment - et surtout - lorsqu'il s'agit de s'exprimer sur des sujets douloureux qui réclament plus que d'autres que la raison ne le cède à la passion. Ce n'est pas toujours le cas, néanmoins. Or, le domaine de la sécurité est l'un de ceux qui génèrent le plus de ces commentaires et jugements à l'emporte-pièce. Probablement parce qu'il éveille ou réveille chez chacun d'entre-nous des peurs ancestrales, parce qu'il renvoie à nos propres angoisses. Parce que l'insécurité de l'autre pourrait être la nôtre et que toute violence effraie. Ces expressions parfois colériques ou ironiques ne sont bien souvent que l'extériorisation de souffrances et de vécus personnels. Elles nous déchargent de nos propres cauchemars. Elles distordent la réalité, l'amplifie, et laissent finalement souvent place aux fantasmes, qui peu à peu tiennent lieu de vérités, et ouvrent la porte aux propositions les plus inadaptées et parfois les plus démagogiques. Aujourd'hui maire de Lomme et vice-président du Conseil général du Nord, j'ai été pendant presque douze ans, de mars 2001 à septembre 2012, adjoint au maire de Lille, Martine Aubry, chargé de la sécurité
9