Seigneurs campagnards de la Nouvelle France

De

Dans la vallée du Saint-Laurent (Québec), les seigneurs résidants constituaient une minorité parmi les propriétaires de fiefs. De l’implantation du système seigneurial, au xviie siècle, jusqu’à son abolition, en 1854, les seigneurs se distinguaient davantage par leur absence que par leur présence auprès des censitaires. Or, la décision de prendre résidence et de rester sur ses terres, surtout si elle se maintient de génération en génération, représente une implication concrète et entraîne une sociabilité spécifique dans ces communautés rurales. Pour les habitants des lieux, la présence de la famille seigneuriale, dotée d’un statut distinctif, entraînait un rapport d’altérité intrinsèque aux fondements du système seigneurial, marqué par l’inégalité sociale. Toutefois, selon leur statut noble ou roturier, le moment de leur installation, mais aussi la localisation du fief, ces familles seigneuriales résidantes n’entretiennent pas toutes le même type de rapport à la communauté, allant d’une quasi-intégration (voire une assimilation) à la population locale à une complète différenciation sociale se manifestant par de nombreux conflits portés devant les instances judiciaires. Cette étude des seigneurs résidants dans le monde rural laurentien plaide en faveur de la diversité seigneuriale et de son caractère évolutif, entre le xviieet le xixesiècle.


Publié le : mercredi 25 février 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782753530089
Nombre de pages : 412
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Seigneurs campagnards de la Nouvelle France
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'évaluation des compétences scolaires

de presses-universitaires-de-rennes

Paysans des Alpes

de presses-universitaires-de-rennes

Profusion et pénurie

de presses-universitaires-de-rennes

suivant