Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Semer l'avenir

De
258 pages
Ce Centre de formation rurale de Tami, au nord du Togo, oeuvre depuis 40 ans pour former des familles aux différents aspects du développement : agriculture, maraîchage, alphabétisation, scolarisation, hygiène, nutrition, promotion féminine. Ce livre témoigne de l'action menée par les frères des écoles chrétiennes espagnoles, montre la réalité du développement et pose les bonnes questions sur l'avenir possible de cette action.
Voir plus Voir moins


E

E

’
A

E


G
rll


E

E



ns



ut

’
A

E


ormtion

rurl

à

mi

oo



re

de

© armattan 
l
É
coleolytechniqe 



httpwwwlibrairieharmattancom
diffusionharmattanwanadoofr
harmattanwanadoofr


B
  
EA
  

aris


É


E


près treize

nnées à l

tête du

entre de form

tion rur

le de

mi



),
et

u moment où il cède s

pl

ce à

icente


rtolome

er

,
son frère en religion
,
le

rère

elipe

rci

souh

it

it qu

une histoire de

mi soit écrite

fin de l

isser une
tr

ce m

térielle de l

exceptionnelle

venture que des hommes ont
vécue depuis qu

r

nte

ns d

ns ce coin reculé d


frique


uelques

nnées

près l

cré

tion de

mi
,

ndré

ch

fter
,
premier président de l


ssoci

tion pour le développement
économique et soci

l du diocèse de
D
p

ong


DEDD

),
écriv

it

«


expérience des premières

nnées de fonctionnement
du

entre nous

révélé que cette

ction

ll

it bien

u
-
delà d

une
simple form

tion technique


ccueill

nt des mén

ges rur

ux
,

mi

non seulement
œ
uvré pour l


mélior

tion des techniques

gr

ires
,
m

is

ussi pour l

promotion des femmes et pour
l


lph

bétis

tion

D
eux objectifs dont on n


p

s à souligner
l

import

nce


e di

logue régulier

vec les

nciens st

gi

ires est
devenu un lieu de form

tion perm

nente qui tr

nsforme
l

économie loc

le et l

solid

rité entre

griculteurs

À
tr

vers cette


lis

tion modeste
,
c

est discrètement un

utre type de société
que l

on voit se dessiner d

ns les vill

ges démunis

»

ne génér

tion

près
,
l

lecture de ce livre doit permettre de
nous en conv

incre


ette histoire est celle d

un

ticket g

gn

nt

f

it d

estime et de
confi

nce réciproques entre l

commun

uté des

rères esp

gnols
des Écoles chrétiennes et l


DEDD

,

ssoci

tion qui n


j

m

is f

illi

u contr

t

ssigné p

r son fond

teur
,

onseigneur

ierre


rthélemy

nrion
,
fr

ncisc

in et premier évêque du
diocèse de
D
p

ong

À
l

époque de l

cré

tion de l


ssoci

tion et du

entre de

mi
,
on est en période post
-
concili

ire


e p

pe

ul

,
à l

tribune

de l

N
,
invite tous les hommes de bonne volonté à

gir en
f

veur des p

uvres des p

ys du

iers

onde

il écrit d

ns son
encyclique

opulorum

rogressio

«

e développement est le
nouve

u nom de l

p

ix

»
D
éjà
,

u

e
siècle
,
s

int

mbroise
voy

nt cert

ins

ccumuler t

nt de biens invite

u p

rt

ge et dit

«


est en commun et pour tous que l

terre fut créée


n

ture
ne conn

ît p

s de riches
,
elle n

engendre que des p

uvres


e
n

est p

s de ton bien que tu donnes

u p

uvre
,
c

est une p

rcelle
du sien que tu lui restitues
,
c

r c

est un bien commun donné à
l

us

ge de tous que tu usurpes seul

»


sortie de ce livre coïncider
 
vec les

0

ns de l


ssoci

tion
,
p

rten

ire et soutien de

mi



eng

gement pris en
1
9

2
de
subvenir ch

que

nnée

u budget de fonctionnement du


est scrupuleusement tenu

il repose sur cet eng

gement
personnel et collectif en f

veur des plus démunis


et ouvr

ge est d


bord le fruit de l

perspic

cité et du tr

v

il de

brielle

uet
,
membre récent de l


DEDD

qui
 
ccepté il
y

plus de deux

ns de se l

ncer d

ns son écriture
,
et s

ns bien
s

voir ce qui l


ttend

it


u nom de l


ssoci

tion
,
je veux lui
exprimer ici m

sincère gr

titude

D
écouvr

nt l


frique
,

brielle fut immédi

tement conquise p

r l

be

uté de ce p

ys

u rude clim

t
,
et p

r l

générosité
,
l

s

gesse et l

joie de ses
h

bit

nts qui vivent pourt

nt

en tout c

s pour l

gr

nde m

jorité
d

entre eux
)
des difficultés quotidiennes bien réelles


brielle fut

menée à consulter

rchives
,
r

pports et chiffres
collectés p

r les frères
,
m

is très vite elle comprit les limites de
cette

pproche
,
trop sèche à son goût


ouh

it

nt rendre viv

nte
l

lecture de ce livre
,
elle décid

d

y

pporter de l

«
ch

ir
»
,
celle
qui se nourrit de ré

lités vécues


form

tion sociologique

id

nt
,
elle se mit en ch

sse pour rencontrer un m

ximum de
personnes

y

nt contribué à l

gr

nde

venture de

mi

D
ns l

esprit du

rère

elipe
,
l

objectif de ce livre ét

it ég

lement
de démontrer que
«
notre expérience
,
bien que modeste
,
ét

it


liste
,
v

l

ble m

lgré ses

0

ns
,
et susceptible d

être reproduite
là où les popul

tions déf

vorisées

ttendent ce
«
coup de pouce
»
qui doit leur permettre de f

ire f

ce

ux besoins prim

ires de
l

homme et de se prendre en m

in
»

À
ch

que collecte de fonds
,
nous entendons les mêmes
questionnements sur les r

isons et les motifs d

une présence qui
se prolonge
,
sur le bien
-
fondé d


pporter de nouvelles
techniques
,
sous
-
entendu

«
l

issez ces gens vivre tr

nquillement
leur vie simple plutôt que de les conduire à s

endetter et à

dopter une logique de profit
»
,
sur l

effic

cité d

un tr

v

il qui

pporte si peu de résult

t d

ns l

durée
,
sur l

inc

p

cité de ces
popul

tions à trouver leurs propres voies de développement

N
ous sommes dés

rmés à ch

que fois p

r de telles réflexions qui
procèdent d

une méconn

iss

nce réelle de l



lité

fric

ine et
du
«
ch

cun pour soi
»
de notre civilis

tion

ctuelle


es réponses que nous esquissons sont toujours très empreintes
de subjectivité


l est souvent difficile de conv

incre
,
en l


bsence
de chiffres et d

études st

tistiques fi

bles


our ess

yer de p

lier ce problème et tenter d


pporter des
réponses objectives à ces questions
,
nous

vions mis

u point
,
il y

une diz

ine d


nnées
,
une enquête sur le devenir des st

gi

ires
de

mi et sur les progrès économiques et soci

ux de l

région
des

v

nes depuis l

cré

tion du

entre

N
ous

vions confié à
un géogr

phe origin

ire de l

région de
D
p

ong
,
docteur de
l

université de

tr

sbourg
,
l



lis

tion de l

étude


l se heurt

à
différents problèmes

difficile loc

lis

tion des

nciens st

gi

ires
,
recrutement d

enquêteurs compétents
,
moyens insuffis

nts pour
le tr

itement des données
,
b

rr

ge de l

l

ngue
,


in

lement
cette enquête n


j

m

is pu être

chevée
,
son

uteur

y

nt été

ppelé à rejoindre l

université de

omé


e livre tente donc
,
à s

m

nière et de f

çon non scientifique
,
de
combler l


bsence d

étude socio
-
économique sur l

évolution de l

région des

v

nes

u nord du

ogo dur

nt les qu

r

nte
dernières

nnées

E
n se fi

nt à l

p

role

et
D
ieu s

it si en

frique l

p

role est import

nte

de tous ceux qui ont f

it le

entre de

mi
,
le lecteur pourr

se forger une idée personnelle
sur l

question


our à tour
,
vous rencontrerez les frères qui ont
dirigé le


ou qui y ont tr

v

illé
,
les techniciens qui

ssurent
l

enc

drement des f

milles
,
les st

gi

ires

nciens ou encore
présents


p

role

été donnée

ussi

ux représent

nts des
institutions loc

les
,
religieuses et civiles
,
qui ont

ccomp

gné le


et ont vécu

u fil des

ns l

tr

nsform

tion de leur milieu


ert

ins entretiens permettent d

évoquer des ré

lis

tions
coll

tér

les qui sont venues enrichir le projet initi

l


ous ces
témoign

ges retr

nscrits s

ns fioriture nous m

rquent p

r leur
spont

néité et leur sincérité

cert

ins nous interpellent plus que
d


utres et nous invitent à poursuivre notre coll

bor

tion


isez donc ce livre

vous y trouverez non seulement une
inform

tion digne d

intérêt
,
m

is

ussi de bonnes r

isons de
rejoindre les

mis de l


DEDD

pour

pporter une
contribution personnelle à l

construction d

un monde plus juste
et plus fr

ternel


e

n
-

rie

oud

yer
,
président de l


DEDD




N
-



orsque

élix

ouphouet
-

oigny

f

it construire l

b

silique de

moussoukro
,
on lui

dem

ndé pourquoi il f

is

it bâtir un tel
édifice d

ns un p

ys p

uvre
,
où be

ucoup de gens n

ont même
p

s de quoi m

nger


rmi les réponses qu

il

données
,
il

dit que de l

E
urope du

oyen
Â
ge il rest

it les c

thédr

les
,
m

is surtout ce qui m


plu
d

ns s

réponse
,
c

est qu

en

frique tout le s

voir
-
f

ire des

ncêtres

v

it disp

ru

u bout de quelques

nnées
,
p

rce que
c

ét

it en p

ille et en b

nco


ui
,
il voul

it l

isser une
œ
uvre à l

postérité pour que tous ceux qui viendr

ient

près puissent voir
ce témoign

ge d une époque


our moi
,
écrire un livre sur l

histoire du

entre de form

tion
rur

le de

mi
,
c

est l

même chose


es p

piers disp

r

issent
,
les
gens oublient
,
ils meurent
,
m

is s

il reste un livre sur

mi
,
ç

permettr
 
ux jeunes

rères qui viendront

près nous
,

ux
enf

nts des st

gi

ires
,
à ceux qui feront des recherches
,
de
trouver un témoign

ge documenté sur ce qu

est cet endroit


e
n

est p

s nécess

irement un exemple qu

on cherche à mettre en
v

leur
,
m

is plutôt un repère
,
une ré

lis

tion
,
pour entreprendre

utre chose


e voudr

is

ussi que ce livre rende homm

ge à toutes les
personnes qui sont p

ssées p

r

mi
,
celles qui ont

idé
,
coll

boré
,
fin

ncé du plus petit

u plus gros gr

in de s

ble


ebemo
,

desdid

,

royde
,

nos

nid

s
,
les districts
d

E
sp

gne
,
tous les org

nismes et tous les

mis qui nous ont

idés



est import

nt de l

isser le témoign

ge d

une époque
,
du
p

ss

ge de gens qui ont donné un moment de leur vie à ce coin
de terre


ls sont tellement nombreux que nous ne pouvons p

s tous les
nommer ici
,
de cr

inte d

en oublier
,
m

is à tous
,
nous voulons
montrer reconn

iss

nce et gr

titude
,
exprimer notre estime et
notre

mitié


mi c

est votre
œ
uvre
,
votre

entre
,
et le
témoign

ge de votre solid

rité

N
ous
,
les

rères des écoles chrétiennes
,
qui

vons eu le privilège
de
«
lutter
»
à l


v

nt
-
g

rde de

mi
,

vons senti à tout moment
votre solid

rité et votre

mitié


ns votre

ide
,
notre tr

v

il
n


ur

it p

s produit tous ces fruits


es quelque

00
f

milles qui
sont p

ssées p

r le

entre pourr

ient vous dire

ussi be

ucoup
de choses sur l

vie des hommes
,
des femmes et surtout des
enf

nts qui ont été s

uvés
,
les enf

nts qui ont commencé à

ller à
l

école à

mi
,
les femmes qui ont pris conscience de leur dignité
et ont tr

nsmis cette v

leur à leurs enf

nts
,
les vill

ges qui ont

p

isé leur soif grâce

ux puits et

ux b

rr

ges qu

ils ont désirés
et que vous

vez fin

ncés



est surtout d

ns les moments
difficiles que nous

vons senti votre proximité


n gr

nd merci

u nom de toute l

popul

tion de l

région des

v

nes

u nord du

ogo


rère

elipe

rci

D
irecteur du


1
999

2011)

10

ND

N

22
juillet
200

,

éroport de

u

g

dougou
,

urkin

-

so


uf


uelle ch

leur


l est minuit
,
nous sortons de l


vion et

vec
mes mille et un b

g

ges pleins de livres je me f

ufile jusqu

à



ch

rie et s

p

nc

rte
«

me

brielle
»


l me conduit à l

pension
«

es

uriers
»
,
et je m

écroule de f

tigue

près une
bonne douche froide


rère

elipe
,
merci d


voir si bien prép


mon premier voy

ge en

frique


n croit
,
qu

nd on

un peu voy

gé et be

ucoup lu
,
que l

on
s

it quelque chose du monde et qu

on

l

esprit

ssez ouvert
pour tout comprendre


uis un jour
,
un

mi vous p

rle d

une

ssoci

tion qui

besoin d

une

ccomp

gn

trice pour un groupe
d

étudi

ntes p

risiennes en

rép

à

t

nisl

s qui veulent f

ire du
bénévol

t

v

nt d

intégrer leur école supérieure




DEDD

,
puisque c

est d

elle qu

il s


git
,

répondu à l

dem

nde du

rère

elipe

rci

,
directeur du

entre de

mi
,
qui voul

it org

niser des cours pend

nt les v

c

nces pour les
enf

nts de l

école

rère

blo


es

étudi

ntes et moi
-
même
sommes donc p

rties pleines d

enthousi

sme et de bonne
volonté
,
les unes f

ire l

cl

sse

ux enf

nts
,
et moi donner des
cours de fr



is

ux m

îtres

À

mi
,
je m

occupe pend

nt un été de m

îtres et de
200
enf

nts

vides d


pprendre

E
nthousi

stes et p

ssionnés p

r
cette première expérience d

études pend

nt les v

c

nces
scol

ires
,
ils sont tous là

u rendez
-
vous

s

uf pend

nt les
deux jours de déluge

même si pour be

ucoup d

entre eux
,
plus d

une heure de m

rche
,
c

est long pour

rriver à l

école à

heures


lors pourquoi suis
-
je revenue en colère
,
frustrée
,
vexée
,
démor

lisée
?



i décidé de ne j

m

is y retourner


rop de

choses sont révolt

ntes

c

est trop loin des livres

et

près tout
ce n

est p

s mon

ff

ire


ourt

nt il suffit qu

un m

tin j

écoute

,
juste pour me tenir

u
cour

nt des inond

tions

u

urkin

-

so
,
et tout doucement je
me suis retrouvée d

ns un c

r brinqueb

l

nt
,
d

ns une scène
d


ut of

fric
a
,
d

ns une église où une foule colorée ch

nte et
d

nse


e me revois d

ns une s

lle de cl

sse

vec des m

îtres subjugués
p

r l

histoire de l

vie de

olette
,
qui dem

ndent tous les jours à
f

ire des dictées
,
et tous les jours une

utre histoire qu

ils ne
peuvent p

s lire d

ns les livres qu

ils n

ont p

s


n r

ssemble ses
souvenirs pour retrouver des règles de gr

mm

ire depuis
longtemps oubliées

ô

l

concord

nce des temps et les
principes de l


n

lyse logique
)
E
t on

écrit des poèmes


es m

îtres ont écrit des poèmes


n
les

corrigés et on

mél

ngé les histoires de fétiches et les
contes de fées pour comprendre les symboles


e me suis

lors rendu compte que j


v

is

ttr

pé le virus de
l


frique


lgré m

gêne et m

déception
,
not

mment pour ce
qui concerne le tr

itement f

it

ux femmes
,
j

y suis retournée et
j

y retourner

i encore




i

ppris et compris cert

ines choses
,
même s

il y en

qui sont encore difficiles à

ccepter


orsque

rère

elipe m


dem

ndé d

écrire l

histoire du

entre
de

mi
,
j


i

ccepté s

ns trop réfléchir


is

dev

nt les p

ges
bl

nches
,
je n


i plus su comment m

y prendre


rrivée en
200

en

frique
,
j


v

is tout à découvrir




i commencé en me serv

nt
de documents écrits p

r d


utres

m

is

ucun ne me rend

it
l


tmosphère si p

rticulière de l

région
,
les sentiments
,
le pl

isir
,
ni l


g

cement
,
ni l

imp

tience
,
ni l

vie comme je l


i vécue et
que j


i sentie chez les

utres

12




i tout recommencé
3
fois et un jour

elipe m


dit

«
f
a
is
quelque chose de viv
a
nt
,
p
a
rle
a
ux gens
… »
et là j


i eu une ch

nce
inouïe

3
personnes qui ont connu

mi de près ou de loin ont

ccepté de me p

rler
,
longuement

-

e

ère

l

in
-

ern

rd

oud

yer


),
économe diocés

in
et br

s droit de

gr

nrion
,
frère du président

ctuel de
l


DEDD


-

directeurs sur les

qui ont dirigé

mi
 2
ne sont plus de ce
monde
,
m

is j


i une p

rtie des lettres qu

ils ont écrites
,
le
troisième est

ssez m

l

de en
E
sp

gne

- 1


rères qui ont vécu à

mi et qui vivent encore

u

ogo
ou

u

énin

- 1
form

teur
, 2
monitrices
, 2
moniteurs

- 1
journ

liste
, 2
prêtres
, 1
jeune sculpteur
,
tous les


y

nt
gr

ndi d

ns l

région

-
D
es enf

nts d


nciens st

gi

ires et des st

gi

ires


e sont ces entretiens que vous

llez lire



y

joutent les
descriptions de quelques ré

lis

tions m

jeures

0

ns de l

vie
d

une région à tr

vers ceux qui ont été

cteurs de son
développement


ccomp

gnons
-
les


enèse de l

histoire



oût
2010,
bibliothè ue du

o er des eunes à
D 
on

le

rovinci

l
,
res ons

ble des

rères des Écoles chrétiennes du
D
istrict du

olfe du

énin

o o
,

énin
,

ôte
-
d


voire
,

uinée
-

on

kr se romène entre les nouvelles ét

ères fr

îchement
montées

r un rou e de eunes volont

ires de

t

nisl

s de

ris
,
é rouve leur solidité
,
secoue les livres
,
re

rde comment ils
sont couverts
,
r

n és
,
cl

ssés


l

le re

rd du ch

t dev

nt un ot
de crème

t

nt de livres


en

i lu tellement
,
et il en reste encore
tellement à lire
,
et ils sont là


l

sse d

ns toutes les sections
,
s


tt

rde dev

nt les enc clo édies
,
feuillette les revues
,
ouvre les
dictionn

ires
,
cherche ses

uteurs préférés


l y

si peu de livres

1
3


u

o o
,
même d

ns les r

nds l cées


oute cette

bond

nce

E
t il

une

utre idée en tête

comment ourr

it
-
il bien

d

ter
tout cel

our l

bibliothè ue de l

nouvelle école u

il est en
tr

in de construire

u

énin
?
D
ns cette bibliothè ue rénovée
,
il


000
livres ui viennent
d


rriver de

r

nce
,
et
3
000
du fonds récédent

À
l

section
rom

n

dultes
,
lettre

,
a
m
a
re
a
u di
a
ble
,
version eunesse


l le
rend et me dit

«

h
,
il n

est
a
s à s
a
l
a
ce

c

est un rom
a
n our
en
a
nts

»
9
000
livres


ne

i uille d

ns une botte de foin


is
de ui est res ons

ble cet ins

ti

ble lecteur à l
’œ
il de l nx
?
D
es

rères des écoles chrétiennes du district de l


fri ue de l


uest


es

rères ce sont des hommes
,
des reli ieux
,
ui
,
fidèles à
l

es rit de e

n
-


tiste de
 
lle
,
ont f

it v
œ
u de cons

crer
leur vie r

tuitement

ux enf

nts

uvres



histoire de

mi est née du rêve d

un homme
,

cteur du

oncile

tic

n

,

onsei neur

nrion
,
orté

r des
l

s

lliens
,
eux
-
mêmes

idés

r des

ssoci

tions

ssionnées
d


fri ue
,
dont l


DEDD

et l


ssoci

tion l

s

llienne
es

nole
DE
un eu lus t

rd


ors u

en
1
9

1

onsei neur

nrion
,
remier évê ue de l

ré ion
N
ord du

o o

décidé de fonder un centre de form

tion

ricole
,
il

cherché des reli ieux susce tibles de ré

liser le ro et
et de l


r ent our le fin

ncer


ucune institution de ce t e
n

exist

it d

ns cette ré ion déshéritée et oubliée du
N
ord du

s



nt les

utoris

tions ouvernement

les to ol

ises en oche et
fort du soutien de l


desdid

u

il ven

it de créer
,
il

trouvé à

ome l

con ré

tion reli ieuse intéressée

r le ro et et ui

v

it le ersonnel nécess

ire à son dévelo ement


e

u érieur

énér

l des

rères des écoles chrétiennes l


envo é

u

rovinci

l es

nol
,
le

rère

ern

ndo

z

uirre
,
c

r
en r

ison de gr

nds troubles en

uinée
-
Équ

tori

le une trent

ine

1

de

rères es

nols
,
ui

v

ient été ex ulsés
,
se trouv

ient libres
de servir d

ns un

utre

s


oilà our uoi de uis

0

ns ce sont des frères es

nols des
E
coles chrétiennes ui mènent à bien ce v

ste ro et
,
en

ttend

nt u

une relève

fric

ine soit rête


mi
,
ils en ont f

it une histoire
,
l

histoire d

une
«
ilusión
»
terme
esp

gnol

un peu plus qu

un rêve
) 


issons m

inten

nt le

rère
E
nrique

epero qui

connu le

entre

u tout début

et qui depuis
200

est de nouve

u à

mi
)
r

conter comment cel
 
commencé

«
E
n visite à notre collège de

ogoville
,
le

rère

ern

ndo

z

guirre

décidé de rencontrer

gr

nrion pour ét

blir les
b

ses du

entre

N
ous sommes p

rtis de

ogoville et on

p

ssé l

nuit à

m

-

r

p

rce qu

on y conn

iss

it du monde


s de route bien sûr
,
rien que de l

piste


e lendem

in
,
l

voiture est tombée en
p

nne
,
juste dev

nt une c

b

ne sur l

quelle ét

it inscrit

le futur
g

r

ge


il ét

it tenu p

r deux frères formés

u


,
le

entre
d


telier méc

nique de
D
p

ong du

ère

enoît

run


)

ls
nous ont

menés à l

mission et nous

vons téléphoné à l

Évêché


onseigneur nous envoy


h

rles
,
son ch

uffeur

N
ous

vons été

gré

blement surpris p

r l

réception
,
le clim

t et
le p

ys

ge de l
 
v

ne


ern

ndo donn

son

ccord de principe
en

ttend

nt l

sign

ture définitive du contr

t p

r le respons

ble
des missions d

E
sp

gne
,
ce qui fut f

it un

n plus t

rd


onseigneur

v

it deux sites en vue
,

ngo et

mi
,
m

is comme
l

mouche tsé
-
tsé infest

it

ngo
,
c

est

mi qui

été choisi

D
e retour en
E
sp

gne
,

rère

ern

ndo

cont

cté les différents

rovinci

ux pour trouver les frères qui

ll

ient ouvrire le

entre
de

mi


es

rères

tricio

rce et

élix

ern

ndez

cceptèrent
le défi

1

À
l

dem

nde de l

évêque
,

tricio est

llé visiter différents

entres créés en

frique de l


uest et

prép

ré l

ouverture de

mi selon ces modèles


élix
,
l

homme de terr

in
,
s

est ch

rgé de l

p

rtie pr

tique de
l

inst

ll

tion

for

ge du puits
,
j

rdin pot

ger
,
f

ce à l

m

ison des

rères pour qu

ils puissent se nourrir
,
comm

ndes du m

tériel
nécess

ire pour dém

rrer
,

ccueil des st

gi

ires

»


e

rère

élix

ern

ndez

vécu ces dernières

nnées à

éville
,
puis est p

rti en m

ison de retr

ite


tricio

rce est revenu à

mi quelques sem

ines en
200

et
200

,
et dev

it revenir en
200
9


lheureusement il

quitté brut

lement ce monde en
octobre
200
9


ne messe

été dite pour lui

v

nt l


ssemblée

énér

le

nnuelle du

entre

D
e très nombreux st

gi

ires ét

ient
là pour lui rendre témoign

ge


ls nous ont

voué qu
’«
il ét
a
it très
sévère
,
m
a
is à c
a
use de lui nous
a
vons pu m
a
nger et
a
pprendre le fr
a

a
is
»


route de
D
p

ong à

mi
,
bordée de k

pokiers

1


our

rriver à

mi
,
on suit une longue route bordée de
k

pokiers pl

ntés p

r les colons


el

évoque nos

nciennes
leçons d

histoire

E
n effet
,
le

ogo

été une colonie

llem

nde
de
1

à
1
9
1
9
,
d

te à l

quelle le tr

ité de

ers

illes puis l


onvention de

enève ont p

rt

gé le p

ys et l

ont pl

cé sous
-
protector

ts de l
 
r

nce et de l
 
r

nde
-

ret

gne


près l
 
econde

uerre mondi

le
,
en
1
9

,
l

ch

rte de

n

r

ncisco ét

blit un régime de tutelle vis

nt à inciter les
popul

tions à s


dministrer elles
-
mêmes
,
à développer le
sentiment d

indépend

nce et à encour

ger le respect des droits de
l

homme s

ns distinction de r

ce
,
de sexe ou de religion


e

ogo
est l

un des premiers Ét

ts

fric

ins fr

ncophones à se doter
d

institutions politiques

utonomes
,
et l

indépend

nce est
procl

mée le
2


vril
1
9

0


ujourd

hui
,
le p

ys compte plus de

millions d

h

bit

nts
,
rép

rtis en

0
ethnies

les princip

les l

ngues loc

les sont l

ewé

u sud
,
le k

byé

u centre et le mob
 
u nord


e fr



is est l

l

ngue officielle
,
confirmée p

r l


onstitution de
1
99
1




nimisme se pr

tique d

ns tout le p

ys quelle que soit l

religion

doptée

22 %
environ

dhèrent à l

religion c

tholique

c

est en
1

9
2
que les premiers missionn

ires
,
les

ères

llem

nds de l


ociété du

erbe
D
ivin déb

rquent à

omé pour év

ngéliser le
p

ys
,
et en
1
9

que les premiers frères fr

ncisc

ins de l

province
de

ris sont

ppelés à prendre en ch

rge l

région des

v

nes
),
12 %
à l

religion musulm

ne et

%

u protest

ntisme



org

nis

tion

dministr

tive du

ogo comporte

régions


elle
qui nous intéresse ici

les

v

nes
)

pour préfecture l

ville de
D
p

ong


0000
h

bit

nts
)
et occupe l

p

rtie
N
ord du p

ys

plus proche de l

c

pit

le du

urkin

-

so
,

u

g

dougou
,
que
de celle du

ogo située sur l

océ

n

tl

ntique


omé
)


e clim

t s

y c

r

ctérise p

r l


ltern

nce d

une s

ison
«
sèche
»

de
novembre à m

i
)
et d

une s

ison
«
humide
»

les pluies tombent

1

entre juin et octobre
)

es tempér

tures ne descendent j

m

is en
dessous de
1

°

le jour et de
10
°

l

nuit


D
p

ong
,
les
fortes ch

leurs

3
0
°

à midi
)
durent trois mois

m

rs
,

vril et
m

i
)

es jours et les nuits ont pr

tiquement l

même durée tout

u
long de l


nnée

E
n
1
9

9
d

te à l

quelle commence cette histoire de

mi
,
D
p

ong f

it p

rtie de l

région économique des

v

nes
,
bordée
p

r l
 
ute
-

olt

qui deviendr

le

urkin

-

so
,
le

h

n

et le
D
homey devenu le

énin


région est tr

versée du sud

u
nord p

r un gr

nd

xe routier qui se prolonge vers le

urkin

,
le
N
iger et le

li


e

entre de

mi dém

rre d

ns une région qui présente un
bil

n

ssez sombre



sécurité

liment

ire n

est p

s

ssurée

c

est une économie
de subsist

nce à b

se de céré

les sujette

ux



s des conditions
météorologiques
,

vec des risques de f

mine perpétuels


les revenus monét

ires sont très f

ibles

l

c

pit

le
,
l

mer et
son port sont loin
,
et l

région doit supporter des coûts de
tr

nsport import

nts ce qui ne f

vorise p

s le commerce


le milieu est fortement structuré sous l

influence des chefs et
des
«
vieux
»
,

vec une cert

ine réticence

u progrès


l

mort

lité inf

ntile est très élevée


l

scol

ris

tion crée un problème nouve

u

les enf

nts qui
vont à l

école déd

ignent le tr

v

il m

nuel et ne veulent plus
cultiver l

terre


le phénomène de l

émigr

tion des jeunes vers les p

ys voisins


h

n

,

ôte
-
d


voire
)
ne f

vorise p

s l

émergence d

un
cultiv

teur c

p

ble d


dopter les techniques modernes


à c

use d

un m

nque de personnels médic

ux et infirmiers
,
les
soins ne sont p

s

ssurés d

ns de bonnes conditions


out cel

est pris en considér

tion p

r différentes inst

nces
loc

les
,
telle l
 

D


ociété

égion

le d


mén

gement et de

1

D
éveloppement
),
qui tr

v

illent

ctivement pour tendre vers
l


utosubsist

nce

liment

ire


our qu

une entreprise de développement soit dur

ble et effic

ce
,
il f

ut former des jeunes qui

ient le désir d


v

ncer et de mettre
en
œ
uvre leur dyn

misme



est en p

rt

nt de ce const

t que

gr

nrion

voulu tr

duire
en

ctes un dicton mob


«
l
a
religion permet d

honorer
D
ieu
,
m
a
is p
a
s
d

a
voir le ventre plein
»

1
9


onseigneur



rthélemy


nrion
,

homme

d

Église


gr


rthélemy

nrion
,
homme de terr

in

20




E 


n évêque bâtisseur


onseigneur

nrion




omme debout


outes les personnes qui ont connu

gr

nrion disent l

même
chose

ce qui ét

it import

nt à ses yeux ét

it de mettre l


omme
debout


ors de l

célébr

tion des
2


ns du

entre d


g

ro en
novembre
200

,
ég

lement créé p

r

gr

nrion
,



g

mo


gn

h
,

ncien ministre et

ncien directeur de l


ffice togol

is
des

hosph

tes
,
qui l


bien connu
,

f

it un discours très
«
senghorien
»
,
d

ns lequel il dis

it que

onseigneur ne voul

it
plus de
«
c

téchisme en l

tin sec
»
et que l

év

ngélis

tion et le
développement économique dev

ient

ller de p

ir

E
coutons le

ère

l

in
-

ern

rd
,
qui

tr

v

illé

vec

gr

nrion
pend

nt
1


ns et qui

p

rticipé

vec lui à l

cré

tion du

entre
de

mi


E
xtr

its de l

«

ettre

ux

mis
»
de l


DEDD



,
juin
2000)


ère

l

in

oud

yer

«

gr

nrion ét

it un homme solide
,
concret
,
hyper

ctif et qui
,
en bon c

pit

ine
,
s

v

it tirer le meilleur profit de ses équipiers
,
les

ssoci

nt à ses initi

tives et s

ch

nt se sortir h

bilement des
mêlées


onseigneur ét

it un homme de terr

in
,
un bâtisseur
,
proche des préoccup

tions quotidiennes des personnes
,
et en
p

rticulier des p

uvres

E
n cel

il ét

it un vr

i fr

ncisc

in


près

voir été missionn

ire en

r

nce
,
il fut envoyé

u nord du

ogo en
1
9

0,


nnées

près l


rrivée d

ns cette région des
premiers frères fr

ncisc

ins de l

province de

ris


eune frère fr

ncisc

in volont

ire pour le service n

tion

l de
coopér

tion
,
j


v

is eu l

occ

sion de rencontrer

onseigneur en
1
9

,
dur

nt les
2

nnées p

ssées à l

mission c

tholique et

u
cours complément

ire de

ndé
,

uprès du

ère

rie
-

lément

ntoine


)
qui en ét

it le directeur



est à ce poste
,
et plus
spéci

lement

uprès des

mberm

s
,
ethnie de bâtisseurs et de

guerriers
,
p

rticulièrement isolée
,
que j


i pu toucher du doigt
,
et
pour l

première fois
,
l

résign

tion f

ce à l

f

t

lité

quel
immense fossé sép

r

it notre monde privilégié de ces hommes
qui viv

ient d

ns le plus complet dénuement
,

u sens propre
comme

u sens figuré


e fus

lors s

isi p

r l

impérieuse envie
d


gir


onseigneur le comprit
,
lui pour qui l


nnonce de l

p

role de
D
ieu ne pouv

it p

sser que p

r l

c

se développement


gr

nrion
,
jeune préfet

postolique
,

v

it eu le privilège de
p

rticiper à l

dernière session du

oncile
,
et l

encyclique

opulorum progressio
de

ul

,
d

tée de
1
9

,

v

it eu un gr

nd
retentissement d

ns s

p

stor

le


gr

nrion ne recul

it dev

nt

ucun effort
,
estim

nt qu

il ne
pouv

it bâtir l

Église s

ns mettre

u pré

l

ble
«
l


omme
debout
»



est

insi qu

il projet

un progr

mme

mbitieux
,
recouvr

nt tous les dom

ines du développement

Ému p

r le nombre de décès d

enf

nts en b

s âge
,
il entreprit l

cré

tion de l

hôpit

l pédi

trique de
D
p

ong


r

llèlement
,

u
titre de l

s

nté
,
il

créé de nombreux dispens

ires
,

insi que de
multiples centres de protection m

ternelle et inf

ntile


n lui doit
même un centre pour h

ndic

pés physiques à


mbou

k

,
où les
très nombreux poliomyélitiques ét

ient

ccueillis et où s

est
développée l

rééduc

tion p

r le tr

v

il


gr n

oubli

p

s l

éduc

tion des f

milles




ttel

nt à l

régul

tion
des n

iss

nces
,
il cré

l
 N


N
ouvelle vie f

mili

le du
diocèse de
D
p

ong
),

ssoci

tion qui initi

les jeunes mères

et
les pères
)

ux questions de procré

tion et de pl

nning f

mili

l

D
ns le dom

ine scol

ire
,
s

ns concurrencer le ministère de
l

Éduc

tion n

tion

le togol

is
,
il

créé
2

écoles prim

ires
compt

nt

000
enf

nts et
1

enseign

nts


l

créé l

première
école de form

tion des enseign

nts du
N
ord
,
dont ont

ussi
profité les enseign

nts du secteur public

À
cel

s


joute l

cré

tion de

entres d


pprentiss

ge
,
d

un collège réservé

ux
jeunes filles
,
le

ollège

ô
-
f

nt

ép

nouis
-
toi
),
qui fut dirigé
quelque temps p

r les

D
emoiselles

de

inte
-

rie de

ueil
-

lm

ison
,
et de
3
foyers permett

nt

ux élèves de tr

v

iller

22

ensemble le soir à l

lumière électrique
,
de suivre des conférences
et de trouver de l

document

tion


eci

mélior

le confort des études


l ét

it p

rfois difficile de
trouver d

ns l

souk
a
l
a
f

mili

le de bonnes conditions de tr

v

il

À
tr

vers toutes ces ré

lis

tions
,
l

idée perm

nente de

gr

nrion ét

it de voir se former d

ns l

région une élite c

p

ble
d


ssumer des respons

bilités import

ntes à tous les nive

ux

D
ns le dom

ine de l

inform

tion
,
il soutint et encour

ge

l

public

tion du journ

l diocés

in
aa
fi
a

l

p

ix
)

onst

t

nt que l

popul

tion du diocèse ét

it composée en
m

jorité d


griculteurs
,
l

évêque voulut promouvoir l

form

tion
des jeunes rur

ux en cré

nt pour eux
2
centres


e premier
,
le

entre de form

tion rur

le de

mi



),
fut impl

nté à
l

ouest de
D
p

ong
,
et
, 10

ns

près
,
le second à l

est
,
à

g

ro



est le




entre d


nim

tion rur

le de

mbimong

g

ro
)

es bâtiments furent construits grâce

ux fonds de

E

E


ssoci

tion c

tholique c

rit

tive néerl

nd

ise
),
du

ecours c

tholique de

r

nce et du

ot

ry club de

omé

D
ns une région ou plus de
9
0 %
de l

popul

tion sont rur

ux
,
l

objectif ét

it
,
et demeure encore
,
d

initier les jeunes

griculteurs
à des méthodes plus r

tionnelles
,
en vue d


méliorer l

productivité et de viser l


utosuffis

nce

liment

ire

D
ns les

entres
,
les jeunes couples sont invités
,
dur

nt deux

nnées à

mi et une

nnée à

g

ro
,
à pr

tiquer une

griculture
méc

nisée

utilis

tion de ch

rrues
,
de b
œ
ufs

),
à utiliser des
engr

is n

turels
,
des semences sélectionnées
,
à

pprendre à gérer
leurs récoltes


our

ssurer l

pérennité de ces ét

blissements
,

onseigneur eut
l

idée de mobiliser ses

mis et ses rel

tions en

r

nce


l cré

l


DEDD

en
1
9

2,
puis

es

mis d


g

ro
,

ssoci

tions qui

ssurent depuis tout ou p

rtie des budgets de fonctionnement de
ces

entres
,
grâce

ux dons de leurs membres

»

2
3

D
e l

idée à l

cré

tion du

entre

vec l


rrivée des missionn

ires en
1
9

,
des structures de
form

tion et de soutien

ux p

ys

ns se mettent progressivement
en pl

ce d

ns le diocèse de
D
p

ong







eunesse

gricole
rur

le c

tholique
,
qui deviendr
 
eunes

dultes rur

ux croy

nts
),
m

isons f

mili

les
,
mutuelles
,
etc


l f

ll

it r

tion

liser toutes ces
expériences et leur donner une impulsion r

yonn

nte sur
l

ensemble de l

région

E
xiste
-
t
-
il meilleur moyen de
prop

g

tion des idées qu

une école ou
,
d

ns ce c

s
,
un centre de
form

tion
?

es objectifs

out d


bord
,
il s


giss

it de former des jeunes

griculteurs

fin
qu

ils soient c

p

bles d

être des

nim

teurs d

ns leur propre
milieu


form

tion s


dresse à des couples

vec enf

nts qui

pprendront l

hygiène
,
l


mélior

tion de l

nutrition
,
l

gestion en
couple des biens f

mili

ux
,
le tr

v

il p

rt

gé des

ctivités

gricoles


e ne doit p

s être une

venture individuelle

ils doivent

pprendre
à p

rt

ger ce qu

ils ont

ppris


ls viennent

u

entre pour leur
bénéfice personnel
,
m

is

ussi pour celui de l

ensemble de leur
vill

ge


l est donc très import

nt de recruter des jeunes
«
envoyés
»
p

r leur vill

ge
,
sur les conseils des vieux et des chefs
,
ou recomm

ndés p

r d


nciens st

gi

ires
,
et

y

nt montré leur
eng

gement personnel et leur envie de tr

v

iller


l est ég

lement import

nt qu

ils puissent

voir r

pidement des
terres en rentr

nt

u vill

ge


e sont donc plutôt les

înés qui
sont choisis pour cette form

tion
,
les c

dets dev

nt en principe
rester près de leur père


e recrutement des st

gi

ires est une
opér

tion délic

te à mener
,
qui nécessite des rencontres
,
des
recomm

nd

tions
,
de l

persu

sion


l f

ut expliquer cl

irement
le but et les méthodes du

entre

fin que les st

gi

ires soient
bien reçus et écoutés p

r l

ensemble du groupe à leur retour

u
vill

ge

2


form

tion
,
s

durée
,
les st

gi

ires

form

tion doit être pr

tique
,

vec suffis

mment de théorie
pour

ssurer une bonne compréhension de l

technique


e

entre n

est p

s une école et ne délivre p

s de diplôme

l

form

tion doit permettre

u st

gi

ire de bien cultiver s

terre et
non p

s de devenir fonctionn

ire ou employé d

ns une structure
officielle


u dép

rt
,
l

form

tion n


duré qu

un

n

À
l

dem

nde des
st

gi

ires
,
elle est p

ssée à deux

ns en
1
9


ils dis

ient qu

il
ét

it import

nt de leur donner le temps de l

réflexion
,
de leur
permettre de ref

ire les mêmes gestes motivés à un

n d

interv

lle
en vue d


cquérir des h

bitudes

À

mi
,
ces deux

nnées sont
coupées p

r l

s

ison sèche pend

nt l

quelle les st

gi

ires
retournent chez eux et reprennent cont

ct

vec leur vill

ge

de l

mi
-
décembre à l

fin m

rs
)


enseignement
-

orm

tion génér

le

1

lph

bétis

tion en fr



is et form

tion génér

le
2

niti

tion

ux principes de l


griculture moderne
3


onn

iss

nce des cultures pr

tiquées d

ns l

région


E
nseignement mén

ger
,
nutrition



ygiène
,
s

nté

-

orm

tion technique

hommes


1
D
émonstr

tion de m

tériel

gricole simple et de l

culture

ttelée
,
dress

ge des b
œ
ufs
2

tilis

tion d

engr

is
,
fongicides
,
insecticides
,
fumier
,
production de fumure

fosses à compost
)
3


emences sélectionnées



rdins
,
vergers
,
pépinières


Élev

ge

vol

illes
,
porcs
,
c

prins
,
b
œ
ufs



r

itement et conserv

tion des récoltes



estion des récoltes sur l


nnée



ction coopér

tive

esprit et intérêt
)

2

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin