//img.uscri.be/pth/b0b1a23e6aae8c87ee23e636c9c19784677d6c41
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Signes religieux et laïcité

De
144 pages
"On ne peut parler de laïcité sans évoquer ce qui, d'une certaine manière, la fonde : le religieux et ses espaces.[...] Le dossier de ce trimestre [...] nous montre que quasiment toutes les sociétés occidentales s'interrogent aujourd'hui sur les modalités d'une laïcité acceptable et acceptée par tous ; mais les questionnements, notamment sur les signes religieux ostensibles, et les réponses politiques qui en découlent, diffèrent d'un espace culturel à l'autre." Thierry Goguel D'Allondans
Voir plus Voir moins
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 1
21/07/2014 12:14
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 2
21/07/2014 12:14
N° 31 - juillet 2014
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 3
21/07/2014 12:14
Comité scientifique
Michel Autès (Lille), Georges Balandier (Paris), Cai Hua (Pékin), Boris Cyrulnik (La Seyne sur Mer), Christine Delory-Momberger (Paris-13), Pierre-André Dupuis (Nancy), Jean Duvignaud (1921-2007), Paul Fustier (Lyon), Remi Hess (Paris-8), Françoise Hurstel (Strasbourg), Martine Lani-Bayle (Nantes), François Laplantine (Lyon-2), Cosimo Marco Mazzoni (Sienne), Guy Ménard (Montréal), Jean Oury (1924-2014), André Rauch (Strasbourg), Claude Rivière (Paris-V), Christoph Wulf (Berlin).
Comité de rédaction
Rédacteur en chef: Thierry Goguel d’Allondans
Directeur de publication: Xavier Pryen
Président de l’Association des amis de la revue: Jean-François Gomez
Comité de rédaction :Roger Dadoun, Sylvestre Ganter (Pin Sylvestre), Philippe Hameau, David Le Breton, Yolande Touati, Renaud Tschudy
Collaborateurs :Yan Godart, Pascal Hintermeyer, Jocelyn Lachance, Nancy Midol
Corrections ortho- et typographiques: Isabelle Le Quinio
Couverture et mise en pages: L’Harmattan
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 4
21/07/2014 12:14
Sommaire
ÉDITORIALClair-obscur ierry Goguel d’Allondans ........................................................ 7
SI TU T’IMAGINES…Disgrace of Socialism Roger Dadoun........................................................................... 11
ENTRETIEN AVEC…Herbert Blumer ............................................. 19
LA CHRONIQUEde David Le Breton Préserver la laïcité pour préserver le jeu des différences................... 37
LE DOSSIER DU TRIMESTRE : « SIGNES RELIGIEUX ET LAÏCITÉ »,Sous la direction de Denis Jeffrey.................................................. 39
Ouverture : Dévoiler des idées reçues sur les signes religieux ostensibles Denis Jeffrey.............................................................................. 40
Usages du voile et défi pour la laïcité Meryem Sellami ........................................................................ 42
L’exigence de neutralité apparente n’est pas neutre Micheline Milot ........................................................................ 49
Et si renoncer au port de signes religieux était une question d’éthique professionnelle pour les enseignants ? Bruce Maxwell, Kevin McDonough, David I. Waddington & Marina Schwimmer .............................................................. 54
Charte des valeurs et liberté de conscience Jocelyn Maclure......................................................................... 62
Laïcité, voile musulman et neutralité de l’État Denis Jeffrey.............................................................................. 69
Laïcité, religion civile, tenues et signes religieux en France Jean Baubérot ............................................................................ 77
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 5
21/07/2014 12:14
Propositions pour une laïcité inclusive Gérard Bouchard....................................................................... 88
HORS CHAMPLa co-réflexivité au centre de la relation formateur-formé, vers de nouveaux gestes professionnels Nicole Clerc .............................................................................. 97
INITIATIQUESEnfanter à la Martinique. Des matrones d’autrefois aux naissances hospitalières d’aujourd’hui Paola Lavra.............................................................................. 105
LU & VU..................1...31................................................................
LE BILLETde l’Association des amis deCultures & Sociétés......... 133
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 6
21/07/2014 12:14
Clair-obscur
Thierry Goguel d’Allondans
On ne peut parler de la laïcité sans évoquer ce qui, d’une certaine manière, la fonde : le religieux et ses espaces. Anthropologiquement, il n’est pas inutile non plus de rappeler que les individus et les groupes sociaux qui les réunissent ont, dès l’aube de l’humanité, interprété des signes, mais aussi leurs émotions et notamment leurs désarrois, 1 pour les référer à de supposées origines , à des instances supérieures, tantôt dévastatrices, tantôt protectrices. Comme si les hommes, dans de mêmes mouvements, se rassuraient en se donnant des dieux et, en les dotant de légendes, alimentaient leurs peurs. Sans surprise, les rites funéraires furent premiers comme si l’inéluctable trouvait,in fine, si ce n’est une explication du moins une réassurance propice à l’élaboration d’un deuil. Dans la plupart des sociétés modernes, les individus peuvent non seulement choisir de ritualiser ou non les moments clés de leur vie (naissance, mariage, mort…) mais ils peuvent aussi, s’ils optent pour un rite, choisir un 2 rite profane (i.e. civil) ou un rite sacré (i.e. religieux), même si les 3 frontières entre le profane et le sacré sont assez souvent ténues . Mais si de nombreux syncrétismes existent pour célébrer l’arrivée du nouveau-né et l’union amoureuse, la plupart d’entre nous, bien au-delà des
1. « Lé ythé ést ûné lÈgéndé çénsÈé êté digné dé oi » disait Claûdé LÈvi-Staûss. 2. Claûdé Rivièé,Les rites profanes, Pais, Pû « Soçiologié d’aûjoûd’hûi », 1995. 3. Dénis Jéfféy,Jouissance du sacré. Religion et postmodernité, Pais, Aand Colin, Chéins dé tavésé, 1998.
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 7
21/07/2014 12:14
8
4 croyances assumées et des pratiques relatives , s’adresse au ministre d’un culte pour l’adieu aux morts. Cela nous rappelle que, toujours anthropologiquement, l’homo religiosus se dessine, curieusement, vers l’âge dit de raison, c’est-à-dire au moment où, se posant quelques questions essentielles – et ne trouvant pas forcément de réponses chez ses pairs ou ses aînés – le petit d’Homme s’essaye à rationnaliser (pour d’aucun), à imaginer (pour d’autres) l’irrationnel ; la raison collective comme l’imaginaire collectif n’étant, après tout, qu’un consensus (pour les scientistes), un agrégat (pour les sceptiques), un inconscient (pour les analystes), un mystère (pour les mystiques)… Et pourtant, franchement, nul ne disconvient que « quelque chose » au moins, voire « quelqu’un », nous échappe. Les mystères de l’Univers, les merveilles de la Nature, le miracle de la Vie, entre autres, suscitent nos interrogations, certes, mais aussi nos émotions, nos ravissements. De la création au créateur – du mécanisme au Grand Horloger – il y a un espace qui se remplit de témoignages, de textes, d’herméneutiques… C’est dans cet espace multiforme que se meuvent les individus, avec leurs appareillages culturels, pour donner sens à leur existence, tantôt dans l’obscurantisme (quelle guerre serait 5 légitimement sainte ?), tantôt dans la lumière (des sagesses incarnées ). Les dimensions du religieux traversent les religions, elles sont des quêtes intimes de sens à l’existence. Elles sont, par leur caractère même, au-delà de la politique de la Cité qui édicte des règles communes pour vivre ensemble. Pourtant, elles contiennent souvent des morales essentielles pour la paix sociale (« Tu ne tueras point ! ») La laïcité sépare les pouvoirs, elle ne les exclut pas, elle reconnaît la liberté de conscience, la liberté de religion et la liberté d’expression. En cela, elle
4. Søén Kiékégaad dÈvéloé l’idÈé d’ûn « éligiéûx A » qûi s’assûé dé la vié Èténéllé én allant à la éssé, én iant, én sé çonéssant… Il l’oosé aû « éligiéûx B », oins dans la atiqûé qûé dans la çohÈénçé. C’ést l’oosition énté lételosabsolû (çhéz lé « éligiéûx B ») ét lételosélati (çhéz lé « éligiéûx A »). Søén Kiékégaad,Post-scriptum aux Miettes philosophiques, Pais, Galliad, Tél, 2002. 5. Aû Ca, én Aiqûé dû Sûd, ûné ésqûé éÈséntant Nélson Mandéla indiqûé, soûs son no, « 1918 –eternity» !
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 8
21/07/2014 12:14
dessine un clair-obscur, une « distribution des lumières et des ombres » (Le Petit Robert, 1984). Entre la pénombre et les feux de la rampe, cette laïcité « tamisée » serait « lumière douce »…
Le dossier de ce trimestre, joliment agencé par Denis Jeffrey, nous montre que quasiment toutes les sociétés occidentales s’interrogent aujourd’hui sur les modalités d’une laïcité acceptable et acceptée par tous ; mais les questionnements, notamment sur les signes religieux ostensibles, et les réponses politiques qui en découlent, diffèrent d’un espace culturel à l’autre. Ce numéro deCultures & Sociétéscontient aussi une belle surprise : un entretien inédit d’Herbert Blumer, un des grands sociologues de l’école de Chicago, avec quelques révélations étonnantes. Enfin, vous trouverez, à la fin du numéro, le billet de l’Association des Amis deCultures & Sociétésqui précise le contenu et les modalités d’inscriptions à nos rencontres annuelles, cette année à Bergerac, les 10 et 11 octobre.
25 mai 2014 Au moment où nous bouclons ce numéro, nous apprenons, avec une profonde tristesse, le décès de Jean Oury, notre maître et ami, qui nous a accompagné aussi dans l’aventure deCultures & Sociétésen siégeant, dès le début, à notre conseil scientifique. Il avait 90 ans et, quelques jours avant son grand départ, il dirigeait encore la clinique psychiatrique de La Borde, haut lieu de la psychothérapie institutionnelle dont il était, comme il se plaisait à le dire, avec François Tosquelles, Lucien Bonnafé et quelques autres, un des « interprètes ». Il nous manque déjà et, avec le comité de rédaction, nous réfléchissons au meilleur moyen de lui rendre, dans nos pages et ailleurs, un juste et bel hommage.
Cultures_et_societes_31_MEP_corr_21_juillet.indd 9
9
21/07/2014 12:14